Stalag 17 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stalag 17.

Stalag 17

Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder
Edwin Blum
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Film de guerre
Sortie 1953
Durée 120 minutes (2h00)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Stalag 17 est un film américain réalisé par Billy Wilder, sorti en 1953.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film raconte l'histoire de prisonniers américains dans un camp allemand (le "stalag 17") pendant la Seconde Guerre mondiale qui tentent de débusquer un traître dans leurs rangs et de s'évader.

Analyse[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Stalag 17
  • Titre français : Stalag 17

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule durant la bataille des Ardennes, en décembre 1944. C'est ce que l'on apprend lorsque les prisonniers écoutent leur radio clandestine avant que les Allemands ne leur enlèvent[1].

Stalag 17 n'a pas inspiré la série télévisée Papa Schultz (1965), malgré la présence du personnage appelé "Sergent Schultz" et du commandant. Les créateurs de la série ont été poursuivis en justice mais ont remporté le procès[1].

Donald Bevan et Edmund Trzcinski, tous deux prisonniers de guerre au Stalag 17B situé en Autriche, ont écrit la pièce pour Broadway en 1951 avant que le réalisateur Billy Wilder et le scénariste Edwin Blum ne l'adaptent à l'écran[2]. La pièce a été présentée pour la première fois le 8 mai 1951 au théâtre de la 48e et compta 472 représentations de suite. Robert Strauss, Harvey Lembeck, Robert Shawley et William Pierson ont repris leurs rôles dans le film. Trzcinski fait un caméo dans Stalag 17 dans le rôle du prisonnier recevant une lettre de sa femme lui annonçant qu'elle a trouvé devant sa porte un bébé qui aurait les mêmes yeux qu'elle[1].

Le soldat non crédité chantant à la soirée de Noël n'est autre que Ross Bagdasarian, plus connu sous le nom de 'Dave Seville', le compositeur dAlvin and the Chipmunks'[1].

À noter que le commandant du camp est interprété par le réalisateur Otto Preminger.

Billy Wilder aurait dirigé le film (à Calabasas en Californie) avec sa plus belle paires de chaussures aux pieds. En effet, celui-ci ne pensait pas pouvoir demander à son équipe de travailler dans la boue si lui-même ne l'avait pas fait[1].

Le rôle de Sefton a été écrit à l'origine pour Charlton Heston. Mais le rôle une fois développé étant devenu plus cynique, les choix de Kirk Douglas (qui refusa le rôle) puis de William Holden apparurent dans l'esprit du réalisateur. Holden a alors demandé à voir la pièce d'après laquelle le film était basé. Il est sorti à la fin du premier acte. Toutefois, il aurait accepté le rôle après avoir lu le scénario du film. Selon d'autres sources, ce serait les studios qui l'auraient forcé à accepter malgré le fait que Wilder ait refusé d'adoucir le caractère de son personnage, qu'Holden trouvait trop égoïste[1].

Pour augmenter les chances de succès en Allemagne de l'Ouest (un important marché pour Hollywood à l'époque), un producteur exécutif de la Paramount suggéra à Wilder de situer l'action dans un camp polonais plutôt que dans un camp allemand. Celui-ci, dont la mère et le beau-père moururent dans les camps de concentration, refusa furieusement et demanda des excuses de la part de l'exécutif. Puisque celui-ci ne s'excusa jamais, Wilder ne prolongea pas son contrat à la Paramount[1].

Ce film a été l'un des plus grands succès de la carrière de Billy Wilder. Alors qu'il s'attendait à recevoir une grosse part des bénéfices du film, les comptables du studio lui ont annoncé qu'étant donné que son dernier film, Le Gouffre aux chimères tourné en 1951, avait perdu de l'argent, l'argent perdu serait soustrait de sa part aux bénéfices de son nouveau film. Wilder quitta peu de temps après la Paramount[1].

Enfin, les scènes du film furent tournées dans l'ordre du scénario[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

William Holden a remporté l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans le film. A la cérémonie de remise du prix, Holden dit juste : "Merci". Robert Strauss et Billy Wilder ont respectivement été nommé pour l'Oscar du meilleur second rôle et celui du meilleur réalisateur[3].

Billy Wilder et Edwin Blum ont été nommés aux Writers Guild of America Award dans la catégorie meilleure comédie américaine en 1953[3].

Billy Wilder a aussi été nommé aux Directors Guild of America Awards dans la catégorie réalisateur du meilleur film de l'année (communément appelé 'DGA Award')[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Stalag 17 sur l’Internet Movie Database