Stade toulousain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Stade Toulousain)
Aller à : navigation, rechercher

Stade toulousain

Logo du Stade toulousain
Généralités
Fondation 1907
Statut professionnel depuis le 1er février 1998
Couleurs rouge et noir
Stade Stade Ernest-Wallon
(19 500 places)
Siège Stade Ernest-Wallon
114, rue des Troènes
31200 Toulouse Cedex 2
Championnat actuel Top 14
ERCC1
Président Drapeau : France Jean-René Bouscatel
Entraîneur Drapeau : France Guy Novès
Site web www.stadetoulousain.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (19)
Coupe de l'Espérance (1)
Challenge Yves du Manoir (4)
Coupe de France (4)
International[1] Coupe d'Europe (4)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 du Stade toulousain
0

Le Stade toulousain est un club omnisports français basé à Toulouse dont la section principale est celle du rugby à XV. Le club est présidé par Jean-René Bouscatel depuis 1992. L'équipe première, entraînée par Guy Novès depuis 1989, évolue en Top 14 et dispute la Coupe d'Europe.

Le Stade toulousain évolue au stade Ernest-Wallon. Le club a remporté dix-neuf fois le championnat de France de rugby à XV et est quadruple champion d'Europe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Repères historiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Stade toulousain.

Le rugby à XV fait son apparition à Toulouse à la fin du XIXe siècle et les premiers clubs se forment dans les années 1890. Ce sont notamment les étudiants qui pratiquent ce sport dont l'existence en France est toute récente (1872). Le SOET (Stade olympien des étudiants toulousains), créé en 1897 et regroupant des étudiants de toutes les disciplines, est bientôt scindé puisque l'USEV (Union sportive de l'École Vétérinaire) voit le jour en 1899. À ces deux clubs s'ajoutent le SAT (Sport Athlétique Toulousain).

Néanmoins, le SOET est le club principal de la ville et le 26 avril 1903, au stade de la Prairie des Filtres à Toulouse, devant 5 000 spectateurs, il s'incline face au Stade français en finale du championnat de France, sur le score de 16 à 8.

En 1905, l'USEV (couleur gris) et le SAT (couleurs jaune et noir) fusionnent pour s'appeler le véto-sport (maillot gris, culotte noir).

En 1907, la fusion des deux clubs toulousains (le SOET et le véto-sport) donne naissance au Stade Olympien et Veto-Sport Toulousain qui par souci d'indispensable raccourci s’appellera le Stade toulousain. La même année, l'association des « Amis du Stade », regroupant quelques notables, et notamment Ernest Wallon et Charles Audry, achète un terrain de sept hectares dans le quartier des Ponts-Jumeaux et y fait construire le premier stade du club, le stade des Ponts Jumeaux qui sera remplacé par l'actuel stade Ernest-Wallon en 1980.

Le 1912 champion.

Le 31 mars 1912, le Stade toulousain bat à domicile le Racing club de France, sur le score de 8 à 6[2]. Ce premier titre de champion de France vient clore une saison durant laquelle le club, invaincu, est surnommé la « Vierge Rouge »[3]. Il faut ensuite attendre dix ans pour voir le Stade toulousain empocher un nouveau titre. De 1922 à 1927, il remporte cinq championnats sur les six disputés.

Malgré un bref renouveau dans l'immédiat après-guerre (l’équipe des bouchers, invaincue durant la saison 1947), il faut attendre le milieu des années 1980 pour que le club redevienne l'élément-phare du championnat français.

En effet, depuis 1985, le Stade toulousain est même l'un des tout meilleurs clubs d'Europe. Il a ainsi soulevé le Bouclier de Brennus à onze reprises, dont quatre consécutives de 1994 à 1997. Il est également le premier club à gagner la Coupe d'Europe. Avec 4 titres continentaux, le Stade toulousain est le club le plus titré en H-Cup.

103 ans après sa création, le Stade c'est 19 titres de champion de France, 4 coupes d'Europe, un stade de 19 500 places avec une moyenne de 19 050 spectateurs par match, 9 578 abonnés (en 2006-2007), 250 entreprises partenaires, 117 internationaux.

La tenue vestimentaire[modifier | modifier le code]

Les toulousains jouent traditionnellement en rouge et noir, les couleurs du SOET (Stade olympien des étudiants toulousains). C'étaient les couleurs des Capitouls, les anciens conseillers municipaux[4]. Le maillot blanc est apparu plus tard dans les années 1920 comme maillot extérieur, aux fils des ans le maillot gris fait également son apparition, certainement un hommage rendu au véto-sport. La seule entorse à ces couleurs est le maillot rose pâle utilisé tout au long de l'année 2007, qui pour célébrer le centenaire du club, rend hommage à la « ville rose » qui en est le berceau. Le maillot actuel est fabriqué par la société BLK et sponsorisé principalement par Peugeot[5]. D'autres parraineurs apparaissent.

Le 19 octobre 1996, lors d'un match de Coupe d'Europe entre Cardiff RFC et Toulouse, Peugeot apparaît sur le maillot rouge et noir[6], c'est une première et le début d'une longue fidélité. Le rugby se professionnalise.

Le logo du club, porté sur le maillot, est constitué des lettres « S » et « T » entrelacées. Il est la copie fidèle du sigle de Saint Thomas dans la basilique Saint-Sernin[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du Stade toulousain dans les diverses compétitions françaises et européennes.

Palmarès du Stade toulousain
Compétitions internationales Compétitions nationales Compétitions nationales disparues
Coupe d'Europe de rugby à XV*
Challenge européen 
  • Quart de Finaliste (1) : 2013
Championnat de France de rugby à XV*
Coupe de l'Espérance
  • Vainqueur (1) : 1916
  • Finaliste (1) : 1917
Trophée de Coubertin*
Coupe de France de rugby à XV
Challenge Yves du Manoir
Tournoi de l'Union française de rugby amateur
Challenge de Coubertin
  • Vainqueur (1) : 1912
Compétitions de jeunes Compétitions régionales Tournois saisonniers
Championnat de France Espoirs
  • Champion (1) : 2003
Championnat de France Reichel A
  • Champion (8) : 1948, 1988, 1989, 1990, 1991, 1994, 1995, 2002
Championnat de France Crabos
  • Champion (7) : 1957, 1966, 1997, 1999, 2000, 2004, 2005, 2013
Championnat de France Alamercery
  • Champion (7) : 1999, 2000, 2002, 2008, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014
Challenge Gaudermen
  • Vainqueur (10) : 1964, 1988, 1995, 1997, 2001, 2002, 2003, 2007, 2009, 2010, 2013
Superchallenge de France des minimes
  • Vainqueur (9) : 1986, 1987, 1989, 2001, 2002, 2003, 2008, 2009, 2012
Challenge Yves du Manoir des minimes
  • Vainqueur (4) : 2005, 2006, 2007, 2008
Championnat des Pyrénées de première division
  • Champion (17) : 1909, 1912, 1913, 1914, 1920, 1921, 1922, 1923, 1924, 1925, 1926, 1928, 1929, 1930, 1937, 1938, 1939
  • Finaliste (5) : 1910, 1911, 1927, 1935, 1941
International Masters Matra 
  • Vainqueur (2) : 1986, 1990
Trophée des champions
  • Vainqueur (1) : 2001
Coupe de l'Avenir
  • Vainqueur (1) : 1918
Challenge Antoine Béguère 
  • Vainqueur (5) : 1968, 1969, 1972, 1975, 1984
Bouclier d'automne
  • Vainqueur (1) : 1981
  • Finaliste (2) : 1971, 1977
Challenge du club complet 
  • Vainqueur (11) : 1985, 1987, 1988, 1989, 1992, 1994, 1995, 1997, 1999, 2000, 2001
Challenge Club Loyal
  • Vainqueur (1) : 1989
Trophée des Sports du Conseil Régional Midi-Pyrénées
  • Vainqueur (1) : 2005

(*)record

Championnat de France de rugby à XV[modifier | modifier le code]

Toulouse occupe la première place au palmarès du championnat. Vainqueur du titre à dix-neuf reprises (devant les treize boucliers du Stade français et les onze titres de l'AS Béziers), le Stade toulousain a toujours atteint les demi-finales de 1994 à 2014 et c'est un record. En effet, après sa défaite en quart de finale qui remonte à 1993 où les Toulousains avaient manqué les demi-finales après une défaite face aux Mammouths de Grenoble en prolongation 19-17[8], ce n'est qu'en 2014 que le club s'incline en match de barrage contre le Racing Metro, ce dernier lui ôtant l’accession à la demie-finale.

Stade français - Stade toulousain au Stade de France en janvier 2007 lors du Top 14

Coupe d'Europe de rugby à XV[modifier | modifier le code]

Bath-Stade toulousain le 12 octobre 2008.

Les Toulousains ont souvent brillé en Coupe d'Europe depuis sa création en 1996 puisqu'ils terminent vainqueurs de la première édition, avant de l'emporter à trois autres reprises. Finalistes malheureux en 2008, ils ont cependant toujours disputé la « grande » Coupe d'Europe (par opposition au Challenge européen). Ils partagent donc le record de participations avec quatorze saisons européennes consécutives comme le Munster, le Leinster, l'Ulster, les Ospreys ; le Stade toulousain est également le club ayant disputé le plus de matchs dans cette compétition (110[9]), marqué le plus d'essais et le plus de points.

En 1998, l'équipe a inscrit le plus grand nombre d'essais sur un match (seize), le plus grand nombre de points (108), et réussi la marge la plus importante (différentiel de 92), le tout lors de la rencontre face à Ebbw Vale[10].

À titre individuel, Vincent Clerc détient le record du plus grand nombre d'essais marqués dans la compétition. Au 10 avril 2011, avec 32 essais inscrits en 62 rencontres disputées de 2002 à 2011, il dépasse de trois longueurs le Gallois Dafydd James (29 essais en 60 rencontres de 1996 à 2008)[11].

Rang Club Titres Finales Demi-finales Quarts de finale Années de sacre Années de finale perdue
1 France Stade toulousain 4 2 3 2 1995-1996, 2002-2003, 2004-2005, 2009-2010 2003-2004, 2007-2008

Bilan par saison[modifier | modifier le code]

Les finales du Stade toulousain[modifier | modifier le code]

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Championnat de France[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
26 avril 1903 Stade français 16 - 8 SOE Toulouse Prairie des Filtres, Toulouse 5 000
4 avril 1909 Stade bordelais UC 17 - 0 Stade toulousain Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 15 000
31 mars 1912 Stade toulousain 8 - 6 Racing club de France Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 15 000
17 avril 1921 US Perpignan 5 - 0 Stade toulousain Parc des Sports de Sauclières, Béziers 20 000
23 avril 1922 Stade toulousain 6 - 0 Aviron bayonnais Stade Sainte-Germaine, Le Bouscat 20 000
13 mai 1923 Stade toulousain 3 - 0 Aviron bayonnais Stade Yves-du-Manoir, Colombes 15 000
27 avril 1924 Stade toulousain 3 - 0 US Perpignan Parc Lescure, Bordeaux 20 000
2 mai 1926 Stade toulousain 11 - 0 US Perpignan Parc Lescure, Bordeaux 25 000
29 mai 1927 Stade toulousain 19 - 9 Stade français Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 20 000
13 avril 1947 Stade toulousain 10 - 3 SU Agen Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 25 000
18 mai 1969 CA Bègles 11 - 9 Stade toulousain Stade de Gerland, Lyon 22 191
25 mai 1980 AS Béziers 10 - 6 Stade toulousain Parc des Princes, Paris 43 350
25 mai 1985 Stade toulousain 36 - 22 (a.p.) RC Toulon Parc des Princes, Paris 37 000
24 mai 1986 Stade toulousain 16 - 6 SU Agen Parc des Princes, Paris 45 145
27 mai 1989 Stade toulousain 18 - 12 RC Toulon Parc des Princes, Paris 48 000
1er juin 1991 CA Bègles 19 - 10 Stade toulousain Parc des Princes, Paris 48 000
28 mai 1994 Stade toulousain 22 - 16 AS Montferrand Parc des Princes, Paris 48 000
6 mai 1995 Stade toulousain 31 - 16 Castres olympique Parc des Princes, Paris 48 615
1er juin 1996 Stade toulousain 20 - 13 CA Brive Parc des Princes, Paris 48 162
31 mai 1997 Stade toulousain 12 - 6 CS Bourgoin-Jallieu Parc des Princes, Paris 44 000
29 mai 1999 Stade toulousain 15 - 11 AS Montferrand Stade de France, Saint-Denis 78 000
9 juin 2001 Stade toulousain 34 - 22 AS Montferrand Stade de France, Saint-Denis 75 000
7 juin 2003 Stade français 32 - 18 Stade toulousain Stade de France, Saint-Denis 78 000
10 juin 2006 Biarritz olympique 40 - 13 Stade toulousain Stade de France, Saint-Denis 79 474
28 juin 2008 Stade toulousain 26 - 20 ASM Clermont-Auvergne Stade de France, Saint-Denis 79 275
4 juin 2011 Stade toulousain 15 - 10 Montpellier HR Stade de France, Saint-Denis 78 000
9 juin 2012 Stade toulousain 18 - 12 Toulon Stade de France, Saint-Denis 79 612

Coupe d'Europe[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
7 janvier 1996 Drapeau : France Stade toulousain 21 - 18 (a.p.) Cardiff RFC Drapeau : Pays de Galles Arms Park, Cardiff 21 800
24 mai 2003 Drapeau : France Stade toulousain 22 - 17 USA Perpignan Drapeau : France Lansdowne Road, Dublin 28 600
23 mai 2004 Drapeau : Angleterre London Wasps 27 - 20 Stade toulousain Drapeau : France Twickenham, Londres 73 057
22 mai 2005 Drapeau : France Stade toulousain 18 - 12 (a.p.) Stade français Paris Drapeau : France Murrayfield, Édimbourg 51 326
24 mai 2008 Irlande Munster 16 - 13 Stade toulousain Drapeau : France Millennium Stadium, Cardiff 80 000
22 mai 2010 Drapeau : France Stade toulousain 21 - 19 Biarritz olympique Drapeau : France Stade de France, Saint-Denis 80 000

Records[modifier | modifier le code]

  • 19 fois champion de France
  • 20 demi-finales de championnat consécutives
  • 4 fois champion d'Europe
  • Depuis la création de la Coupe d'Europe, le Stade toulousain a participé à toutes les saisons
  • 4 fois vainqueur de la coupe de France

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

L'équipe du Stade toulousain a compté de nombreux joueurs internationaux (112 en équipe de France) et de nombreux joueurs fidèles au club. Il n'est pas possible de les citer tous ici, cette liste est plus complète.

Hugues Miorin et Jérôme Cazalbou ont remporté sept championnats de France avec le club. Claude Portolan, Franck Belot et Christian Califano six. François Borde, Gabriel Serres et Albert Cigagna cinq.

La liste suivante est limitée à des joueurs qui ont marqué le club par le nombre de matchs qu'ils ont disputés ou par les titres qu'ils ont obtenus ou encore pour d'autres performances comme le nombre de sélections en équipe de France, plus quelques personnalités marquantes (capitaines du Stade, joueurs comptant moins de sélections mais ayant évolué à une époque où il y avait moins de matchs internationaux).

Joueur Pays Saisons Période Poste Matchs Sélections
Capes (Points)
Distinctions avec le Stade toulousain
Claude Portolan Drapeau de la France France 15 1981-1996 Pilier droit 358[12] 3 6 fois champion de France
(1985, 1986, 1989, 1994, 1995 et 1996)
et champion d'Europe 1996
Serge Gabernet Drapeau : France France 14 1974-1986 Arrière 317[13] 14 (48),
GC 1981
2 fois champion de France
(1985 (capitaine), 1986 (capitaine))
Jean-Claude Skrela Drapeau : France France 13 1970-1983 Troisième ligne aile 276[14] 46,
GC 1977
Finale du championnat de France
en 1980
Jean Bouilhou Drapeau : France France 12 2001-2013 Troisième ligne aile 392 2 4 fois champion de France
(2001, 2008, 2011, 2012)
3 fois champion d'Europe
(2003, 2005, 2010)
Albert Cigagna Drapeau : France France 12 1983-1995 Troisième ligne centre 333[15] 1 5 fois champion de France
(1985, 1986, 1989, 1994 et 1995)
Yannick Jauzion Drapeau : France France 11 2002-2013 Centre 300 73 (103)
GC 2004, 2010
3 fois champion de France
(2008, 2011, 2012)
3 fois champion d'Europe
(2003, 2005, 2010)
Gérard Portolan Drapeau : France France 11 1981-1992 Pilier 239[16] 0 3 fois champion de France
(1985, 1986 et 1989)
Gérald Martinez Drapeau : France France 11 1973-1984[17] Demi de mêlée 211[18] 7 Finale du championnat de France
en 1980
Pierre Villepreux Drapeau : France France 10 1965-1975[19]
1977-1978
Arrière 149[20] 34 (168),
GC 1968
Finale du championnat de France
en 1969
Jean-Pierre Rives Drapeau : France France 7 1974-1981 Troisième ligne aile 137[21] 59,
GC 1977, 1981 (cap.)
Finale du championnat de France
en 1980

En 2012, lors des festivités du centenaire du premier titre, un jury a élu l'équipe du XV du centenaire de Toulouse. Ce jury était composé de Henri Fourès, Jean Fabre, Didier Codorniou, Émile Ntamack, Jérôme Cazalbou, tous ancien joueurs et Henri Nayrou, ancien dirigeant du magazine Midi olympique.

Première ligne, Christian Califano, William Servat et Claude Portolan, deuxième ligne Fabien Pelous et Marcel-Frédéric Lubin-Lebrère, troisième ligne, Jean-Claude Skrela, Jean-Pierre Rives et Robert Barran (capitaine). À la mélée, Yves Bergougnan, à l'ouverture, Christophe Deylaud, les trois-quarts sont Vincent Clerc, Yannick Jauzion, André Brouat et Émile Ntamack et l'arrière Pierre Villepreux.

D'âpres discussion ont eu lieu qui ont conduit par exemple à ne pas retenir Thierry Dusautoir (histoire trop récente et rôle important de Skrela dans l'histoire du club), ni Albert Cigagna en 8, tant l'aura de Barran, capitaine de la vierge rouge de 1947 était grande. De même, Didier Codorniou, Walter Spanghero ou Adolphe Jauréguy ne sont pas retenus, leur passage est trop bref au stade et ils ont marqué durablement d'autres clubs[22].

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Éllisalde et Guy Novès, entraîneurs actuels

Depuis les origines du club, tous les entraîneurs sans exception ont porté le maillot du Stade toulousain.

Saison Manager Entraîneur(s) Titres
1907/1908-1912/1913 -  ??? -
1913/1914 - Drapeau : Australie Rusty Richards -
1914/1915-1918/1919 -  ??? -
1919/1920-1921/1922 - Drapeau : France Philippe Struxiano -
1922/1923-1924/1925 - Drapeau : France Clovis Bioussa Champion de France 1923 et 1924
1925/1926-1927/1928 -  ??? -
1928/1929-1929/1930 - Drapeau : France François Borde -
1930/1931-1933/1934 - ???? -
1934/1935-1937/1938 - Drapeau : France François Borde -
1938/1939-1944/1945 - ???? -
1945/1946-1948/1949 - Drapeau : France Roger Piteu Coupe de France 1946 et 1947
Champion de France 1947
1949/1950-1953/1954 - Drapeau : France Jean Larrieu -
1954/1955-1956/1957 - Drapeau : France Marcel Gabarrot -
1957/1958-1959/1960 - Drapeau : France Michel Bénazet -
1960/1961-1962/1963 - Drapeau : France Yves Noé -
1963/1964-1965/1966 - Drapeau : France Marcel Dax -
1966/1967-1970/1971 - Drapeau : France Paul Blanc -
1971/1972-1972/1973 - Drapeau : France Claude Labatut -
1973/1974-1975/1976 - Drapeau : France André Dabadie Drapeau : France Jean Gajan -
1976/1977-1979/1980 - Drapeau : France Claude Labatut
1980/1981-1981/1982 - Drapeau : France Robert Bru -
1982/1983 - Drapeau : France Robert Bru Drapeau : France Pierre Villepreux -
1983/1984-1987/1988 - Drapeau : France Jean-Claude Skrela Champion de France 1985, 86
1988/1989 - Drapeau : France Pierre Villepreux & Guy Novès Champion de France 1989
1989/1990 - Drapeau : France Guy Novès -
1990/1991-1991/1992 - Drapeau : France Christian Gajan -
1992/1993 - Drapeau : France Albert Cigagna -
1993/1994-1997/1998 - Drapeau : France Guy Novès Drapeau : France Serge Laïrle Champion de France 1994, 95, 96, 97
Champion d'Europe 1996
1998/1999-1999/2000 - Drapeau : France Daniel Santamans Champion de France 1999
2000/2001-2001/2002 - Drapeau : France Christian Gajan Champion de France 2001
2002/2003-2006/2007 Drapeau : France Guy Novès Drapeau : France Serge Lairle Drapeau : France Philippe Rougé-Thomas Champion d'Europe 2003 et 2005
2007/2008-2009/2010 Drapeau : France Yannick Bru Champion de France 2008
Champion d'Europe 2010
2010/2011-2011/2012 Drapeau : France Jean-Baptiste Elissalde Champion de France 2011 et 2012
Depuis 2012/2013 Drapeau : France William Servat -

Présidents[modifier | modifier le code]

Jean-René Bouscatel sur la pelouse du Stadium avant un match du Stade toulousain, pésident depuis 1992

Les différents présidents qui se sont succédé à la tête du Stade toulousain sont[23]:

Capitaines[modifier | modifier le code]

Fabien Pelous, capitaine de 2001 à 2008

Structures du club[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Le Stade toulousain évolue lors de sa création dans le Parc de la prairie des Filtres. Ce lieu a notamment accueilli les rencontres du Stade olympien des étudiants toulousains. En 1907, Ernest Wallon, président du club, décide de doter le club d'une enceinte sportive. La somme de 60 000 francs est récoltée, dont 10 000 francs offerts par Wallon lui-même[4]. Située au cœur du quartier des Ponts-Jumeaux, non loin de l'emplacement de l'ancien stade de la prairie des filtres, le club emménage au stade des Ponts Jumeaux. Il est inauguré le 24 novembre 1907. Le stade accueillera seize finales du Championnat de France de rugby à XV ou même des rencontres internationales. Il est mis en expropriation en 1980 suite à la construction de la rocade toulousaine. Alors devenu vétuste, il est pourtant familier aux supporters, joueurs et dirigeants du Stade toulousain[25].

Le Stade toulousain est un des rares clubs français, tous sports confondus, avec l'ASM Clermont Auvergne ou encore l'AJ Auxerre à posséder ses propres infrastructures sportives. Il est donc propriétaire de son stade, le Stade Ernest-Wallon, communément appelé stade des Sept Deniers, du nom du quartier éponyme. Ce dernier, ouvert en 1982, a été récemment rénové, et dispose d'une capacité de 19 500 places. Pour les plus grandes affluences, le Stade toulousain s'exile régulièrement au Stadium, d'une capacité double (38 000 places environ).

Centre d'entraînement et centre de formation[modifier | modifier le code]

Le Stade toulousain se distingue en matière de formation. Le Centre de formation du Stade toulousain est basé aux Sept Deniers. Il y forme des jeunes joueurs de rugby à XV dans le but de les faire passer professionnels sous les couleurs du Stade toulousain. Il a été fondé en 1988[26]. Le président est Serge Lemaire, il est dirigé par Valérie Vischi-Serraz et l'ancien joueur professionnel Michel Marfaing[26]. L'effectif Espoir intègre régulièrement l'équipe première suivant les cadences, les rencontres internationales, les indisponibilités, les choix du manager[27]. Le Stade toulousain est aussi connu pour son centre de formation, en 2010-2011, plus de 150 candidats ont souhaité passer des sélections pour intégrer le centre de formation du club, 60 ont été retenus pour passer la 1re partie des sélections, ensuite, la moitié seulement, c'est-à-dire 30 joueurs, ont été retenus pour passer la seconde partie des sélections. Dans ses dernières sélections, 5 joueurs intègreront le centre de formation du Stade toulousain.

En 2013, un nouveau centre d'entraînement du stade Toulousain ouvre ses portes sur le site Ernest-Wallon. Ce nouveau centre d'entrainement, parmi les plus ambitieux d'Europe (3 millions d'euros investis) dispose de 1 800 m2 de surface, répartis sur deux niveaux. À l'intérieur, les joueurs du Stade Toulousain peuvent profiter d'une vaste salle de musculation et d'une balnéothérapie de luxe pour un entrainement optimal. En plus de la préparation physique, une place importante est accordée à la récupération et aux soins. Une vingtaine de personnes, dont des médecins, des kinés, ostéopathes, préparateurs physiques et un diététicien encadrent également les joueurs.

Relation privilégiée avec d'autres clubs[modifier | modifier le code]

Depuis 1923, le Rugby club toulonnais joue en rouge et noir ; à cette date, ils n'avaient pas de maillots et le Stade toulousain leur en offrit afin de jouer le match prévu. En reconnaissance à leur générosité, les Toulonnais ont conservé ces couleurs[28].

Au mois de décembre 2010, le Stade toulousain et le Racing Métro 92 annoncent qu'ils créent conjointement un trophée, le Trophée de Coubertin, qui sera remporté chaque année par le vainqueur de la double confrontation entre les 2 équipes au cours de la saison régulière et conservé pendant un an[29].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

Le Stade toulousain a plusieurs structures. Celle chargée du rugby à XV professionnel a le statut de société anonyme sportive professionnelle (SASP). C'est une entreprise qui compte un chiffre d'affaires en 2006 de vingt millions d'euros[30]. Parmi les 90 salariés (un comité d'entreprise existe donc (seuil de cinquante salariés dépassé), les catégories suivantes peuvent être identifiées :

  • Les joueurs professionnels au nombre de trente-trois, accompagnés d'un encadrement d'entraîneurs, de médecins, de préparateurs physiques, soit sept salariés supplémentaires.
  • Le personnel administratif emploie des secrétaires, des comptables et des chargés de communication (treize salariés).
  • Deux techniciens, un jardinier s'occupent de l'entretien.
  • Vingt-deux salariés sont affectés à la brasserie et la cuisine.
  • Enfin, les boutiques comptent treize salariés.

Le club est d'abord devenu une société anonyme à objet sportif (SAOS). L'association « le Stade toulousain rugby » a d'abord confié pour la saison 1998-1999, la gestion du domaine sportif professionnel, et des activités commerciales liées, à une société à objet sportif (SAOS), la SAOS « Stade toulousain rugby » née le 25 mars 1998[31]. Le 4 février 2002, le Stade toulousain a par la suite augmenté son capital social (838 469 euros contre 152 449 euros avant), la SAOS du Stade toulousain devenant une SASP (société anonyme sportive professionnelle)[32]. Le chiffre d'affaires est alors de 10,67 millions d'euros avec un effectif de quarante salariés dans le sportif, plus quarante dans les autres domaines (entretien, administratif, boutique, brasserie). Le capital est détenu par l'association pour 58 %, les amis du Stade toulousain pour 33 %, les nouveaux actionnaires pour 9 %. Jean-René Bouscatel en est le président directeur-général salarié et Claude Hélias le président du Conseil de surveillance.

Direction du club[modifier | modifier le code]

Jean-René Bouscatel est le président du Stade toulousain.

Budget du club, couverture télévisuelle et revenus[modifier | modifier le code]

Le budget pour la saison 2011-2012 du Stade toulousain est de 34 millions d'euros. Ce budget, indépendant du parcours en phases de poules (voire plus) de la Coupe d'Europe, est le premier budget du Top 14. Il est à noter que ce budget inclut la gestion du stade Ernest-Wallon, propriété du Stade toulousain ainsi que les recettes de la brasserie et de la vente des produits dérivés, la comparaison avec les autres budgets n'est donc pas immédiate, tant sur le plan des charges que des recettes.

Lors de la saison 2002-2003, le club dispose d'un budget de 10,25 millions d'euros[33] pour 4,42 millions d'euros en 1998-1999. En 2002-2003, le sponsoring est à l'origine de 45,3 % des recettes du club. Plus de cent cinquante entreprises plus ou moins grandes donnent une participation (10 000 à 30 000 euros pour les petites, 150 000 à 600 000 euros par an pour les grandes : Groupama, EADS, Peugeot, Derichebourg, Crédit agricole... )[33],[34]. Les produits dérivés, le merchandising est devenu un poste important avec 1,8 million d'euros (en 2002-2003)[33]. En effet, le club a fait un effort sur la vente des maillots, a ouvert des boutiques en centre-ville et en 2008-2009, il propose une vaste gamme[35].De plus, lors de la sainson 2010-2011, le Stade Toulousain a vendu plus de 100 000 maillots. Les recettes guichet, les droits télé et les recettes de la brasserie sont également des postes significatifs[33]. Pour les droits télé, chaque club du Top 14 reçoit le même montant, quel que soit le nombre de matches diffusés par Canal+. Le club toulousain reçoit également des droits pour la participation à la Coupe d'Europe (répartition au mérite).

Stade toulousain 2014-2015[modifier | modifier le code]

Effectif de l'équipe première[modifier | modifier le code]

L'effectif professionnel (provisoire, non finalisé) de la saison 2014-2015 compte neuf joueurs formés au club. Vingt-neuf joueurs internationaux figurent dans l'équipe dont dix-sept français[36], et chacun des postes de l'équipe de France (à l'exception des postes de pilier et de demi d'ouverture) pourrait être occupé par un joueur toulousain.

Nom Poste Date de naissance Nationalité sportive Sélections
(PM)
Club précédent Année d'arrivée au club Âge d'arrivée au club
Corey Flynn Talonneur 5 janvier 1981 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 15 (15) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders 2014 33 ans
Chiliboy Ralepelle Talonneur 11 septembre 1986 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 28 (5) Drapeau : Afrique du Sud Bulls 2013 27 ans
Christopher Tolofua Talonneur 31 décembre 1993 Drapeau de la France France 3 (0) Formé au club 2007 13 ans
Martens Van Der Heever Talonneur 20 novembre 1990 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Afrique du Sud Cheetahs 2013 22 ans
Cyril Baille Pilier 15 septembre 1993 Drapeau de la France France France -20 Drapeau : France CA Lannemezan 2009 16 ans
Schalk Ferreira Pilier 9 février 1984 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud Afrique du Sud -21 Drapeau : Afrique du Sud Southern Kings 2013 29 ans
Census Johnston Pilier 6 mai 1981 Drapeau des Samoa Samoa 34 (20) Drapeau : Angleterre Saracens 2009 28 ans
Vasil Kakovin Pilier 1er décembre 1989 Drapeau de la Géorgie Géorgie 13 (5) Drapeau : France CA Brive 2012 22 ans
Gurthrö Steenkamp Pilier 12 juin 1981 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 40 (30) Drapeau : Afrique du Sud Bulls 2011 30 ans
Neemia Tialata Pilier 15 juillet 1982 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 43 (10) Drapeau : France Aviron bayonnais 2014 31 ans
Patricio Albacete Deuxième ligne 9 décembre 1981 Drapeau de l’Argentine Argentine 46 (5) Drapeau : France Section paloise 2006 25 ans
Grégory Lamboley Deuxième ligne 12 janvier 1982 Drapeau de la France France 14 (5) Formé au club 2000 18 ans
Yoann Maestri Deuxième ligne 14 janvier 1988 Drapeau de la France France 26 (0) Drapeau : France RC Toulon 2009 21 ans
Edwin Maka Deuxième ligne 25 février 1993 Drapeau des Tonga Tonga - Formé au club 2012 19 ans
Romain Millo-Chluski Deuxième ligne 20 avril 1983 Drapeau de la France France 18 (0) Formé au club 2002 19 ans
Iosefa Tekori Deuxième ligne 17 décembre 1983 Drapeau des Samoa Samoa 25 (20) Drapeau : France Castres olympique 2013 29 ans
Yacouba Camara Troisième ligne aile 2 juin 1994 Drapeau de la France France France -20 Drapeau : France RC Massy Essonne 2013 19 ans
Thierry Dusautoir capitaine Troisième ligne aile 18 novembre 1981 Drapeau de la France France 65 (30) Drapeau : France Biarritz olympique 2006 25 ans
Yannick Nyanga Troisième ligne aile 19 décembre 1983 Drapeau de la France France 37 (25) Drapeau : France AS Béziers 2005 22 ans
Gillian Galan Troisième ligne centre 7 août 1991 Drapeau de la France France France -20 Drapeau : France US Montauban 2007 16 ans
Imanol Harinordoquy Troisième ligne centre 20 février 1980 Drapeau de la France France 82 (65) Drapeau : France Biarritz olympique 2014 34 ans
Louis Picamoles Troisième ligne centre 5 février 1986 Drapeau de la France France 42 (30) Drapeau : France Montpellier HR 2009 23 ans
Sébastien Bézy Demi de mêlée 22 novembre 1991 Drapeau de la France France - Formé au club 2006 15 ans
Jean-Marc Doussain Demi de mêlée 12 février 1991 Drapeau de la France France 10 (33) Formé au club 2007 17 ans
Jano Vermaak Demi de mêlée 1er janvier 1985 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 1 (0) Drapeau : Afrique du Sud Blue Bulls 2013 28 ans
Toby Flood Demi d'ouverture 8 août 1985 Drapeau de l'Angleterre Angleterre 60 (301) Drapeau : Angleterre Leicester Tigers 2014 28 ans
Luke McAlister Demi d'ouverture 28 août 1983 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 30 (153) Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland Blues 2011 27 ans
Yann David Centre 15 avril 1988 Drapeau de la France France 4 (0) Drapeau : France CS Bourgoin-Jallieu 2009 21 ans
Gaël Fickou Centre 26 mars 1994 Drapeau de la France France 9 (5) Drapeau : France RC Toulon 2012 18 ans
Florian Fritz Centre 17 janvier 1984 Drapeau de la France France 34 (24) Drapeau : France CS Bourgoin-Jallieu 2004 20 ans
Arthur Bonneval Ailier 31 mai 1995 Drapeau de la France France - Formé au club 2013 18 ans
Vincent Clerc Ailier 7 mai 1981 Drapeau de la France France 67 (170) Drapeau : France FC Grenoble 2002 21 ans
Yoann Huget Ailier 2 juin 1987 Drapeau de la France France 28 (30) Drapeau : France Bayonne 2012 25 ans
Timoci Matanavou Ailier 8 juillet 1984 Drapeau des Fidji Fidji 3 (5) Drapeau : France Stade montois 2011 26 ans
Maxime Médard Ailier 16 novembre 1986 Drapeau de la France France 39 (58) Formé au club 2004 18 ans
Alexis Palisson Ailier 9 septembre 1987 Drapeau de la France France 21 (10) Drapeau : France RC Toulon 2014 26 ans
Clément Poitrenaud Arrière 20 mai 1982 Drapeau de la France France 47 (35) Formé au club 1988 6 ans
Thomas Ramos Arrière 23 mai 1995 Drapeau de la France France - Drapeau : France SU Mazamet 2012 17 ans

Staff[modifier | modifier le code]

  • Manager général : Guy Novès
  • Adjoints : William Servat (avants) et Jean-Baptiste Elissalde (arrières)
  • Staff médical : Benoît Castéra, Christophe Foucaud, Michel Laurent, Christophe Prat et Albert Sadacca
  • Préparateurs physiques : Zeba Traoré, Saad Drissi, Grégory Marquet

Mascotte[modifier | modifier le code]

La mascotte du Stade toulousain est un lion baptisé Ovalion. Elle a été changée le 23 avril 2011 avant un match opposant le Stade toulousain au CSBJ par une nouvelle mascotte, Ovalion 2.

Ovalion, l'ancienne mascotte du Stade toulousain
Ovalion 2, la nouvelle mascotte du Stade toulousain

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Supporters du Stade toulousain

La liste des différents clubs de supporters du Stade toulousain[37] :

  • Le Huit (club des supporters du Stade toulousain)
  • Le Huit Section Ariège
  • Le Huit Section Aveyron
  • Le Huit Section Paris
  • Le Huit Section Rhône-Alpes
  • Le Rouge et le Noir (anciennement Ultra Rugby Passion), plus ancien des clubs de supporters
  • Le 16e Homme TOULOUSAINS 2 PARIS (Club des supporters du Stade toulousain de Paris et d’Île-de-France, anciennement Le Huit de Paris)
  • Le 16e homme
  • Le 16e homme section Corrèze
  • Génération Rouge et Noire
  • Association des supporters du Stade toulousain (101 départements français)
  • L'amicale des Supporters
  • L'Ovalie Toulousain
  • Le Virage Toulousain
  • Tolosa XV
  • Les Rouge et Noir de Picardie
  • Red & Blacks (Londres)
  • Stade toulousain Belgique
  • Stade toulousain Suisse
  • Les Capitouls

C'est aussi grâce à son engagement dans des actions solidaires que le club est tant apprécié. À titre d'exemple le Stade Toulousain soutient le programme Sport Emploi, un programme de la Fondation du Sport.

Ce programme, conçu par la Fondation du Sport, a pour objectif de favoriser l'accès à l'emploi des jeunes éloignés du marché du travail en mobilisant les compétences et les réseaux des clubs de sport de haut niveau : 5 à 8 jeunes en difficultés d'insertion sont sélectionnés par la mission locale sur leur attrait pour le sport, leur projet professionnel et leur motivation. Ils vont alterner pendant 3 mois stage en entreprise et périodes de formation au sein du club, avec l'emploi comme objectif commun.

Culture et stade[modifier | modifier le code]

Le Stade toulousain a une tradition pour les nouvelles recrues qui est de leur raser la tête. Ce rasage se fait par des joueurs comme Jean-Baptiste Elissalde ou Yannick Nyanga.

École d'Arbitrage[modifier | modifier le code]

L'école d'arbitrage du Stade toulousain a été créée en 2005 par Didier Barnagaud, ancien arbitre fédéral[38].

Elle détient 6 titres régionaux, récoltés en 2006, 2008, 2010, 2012, 2013 et 2014[39]. Elle a été sacrée championne de France en 2008[40] et en 2012[41], terminant respectivement devant les écoles d'arbitrage de Pau, puis de Narbonne.

L'école d'arbitrage du Stade Toulousain est considérée comme une des meilleures de France[42].

Autres sections[modifier | modifier le code]

Le Stade toulousain dispose d'importants moyens, et chapeaute 18 sections sportives différentes (principalement le rugby et le tennis).

mais aussi en athlétisme, basket-ball, squash, boxe, cyclisme, escrime, golf, handball, judo, karaté, lutte, natation, pelote basque, rugby féminin (à partir de la saison 2014-2015), volley-ball et le water-polo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse, 31 mars 1912, STADE TOULOUSAIN 8 - R.C. FRANCE 6, sur lnr.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  3. Musée du Stade toulousain 1907-1917 la Vierge Rouge, sur stadetoulousain.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  4. a, b et c « Toulouse marqué au fer rouge », L'Équipe magazine, no 1559,‎ 2 juin 2012, p. 36-45 (ISSN 02453312)
  5. Nouveau maillot saison 2008-2009, sur le site officiel de la boutique.stadetoulousain.fr, consulté le 3 septembre 2008.
  6. Jean-Claude Martinez et Jérôme Gibert, op. cit., La Coupe d'Europe 1996-1997 p.187-193
  7. Le titre est partagé avec le Rugby club toulonnais.
  8. « Le championnat a vécu des quarts de finale à l'arraché : GRENOBLE-TOULOUSE 19-17 », sur www.humanite.fr,‎ 17 mai 1993 (consulté le 18 mai 2012)
  9. Statistiques de Toulouse sur ercrugby.com
  10. H Cup - Statistiques générales, sur le site officiel ercrugby.com, consulté le 4 septembre 2008.
  11. Statistiques des joueurs, sur le site officiel ercrugby.com, consulté le 11 avril 2009.
  12. Lucien Remplon, op. cit., p.326, p.459-473, p.477
  13. Lucien Remplon, op. cit., p.324, p.454-463, p.477
  14. Lucien Remplon, op. cit., p.323, p.448-461, p.477
  15. Lucien Remplon, op. cit., p.460-473, p.477
  16. Lucien Remplon, op. cit., p.459-469, p.477
  17. licence rouge en 1973-1974 (refus de mutation du club de Montréjeau), Lucien Remplon, op. cit., p.477
  18. Lucien Remplon, op. cit., p.323, p.450-461, p.477
  19. licence rouge en 1965-1966 (refus de mutation du club de Brive), Lucien Remplon, op. cit., p.150
  20. Lucien Remplon, op. cit., p.321, p.445-453, p.477
  21. Lucien Remplon, op. cit., p.323, p.452-459
  22. Olivier Margot, « Le XV du Centenaire », L'Équipe magazine, no 1559,‎ 2 juin 2012, p. 80-84 (ISSN 02453312)
  23. « Stade Toulousain - The Museum - Les présidents », stadetoulousain.fr (consulté le 24 mai 2010)
  24. « Stade Toulousain : l'aigle à deux têtes », La Dépêche, 24 avril 2003.
  25. Jean-Paul Cazeneuve et Jérôme Leclerc, Stade toulousain, L'Académie du rugby, Balma, éd. Universelles, 2004, 220 p, les lieux du stade, les Ponts-Jumeaux p.72
  26. a et b « Le Centre de Formation », Site officiel du Stade toulousain, consulté le 11 octobre 2008.
  27. Le centre de formation promotion 2008-2009, Site officiel du Stade toulousain, consulté le 11 octobre 2008.
  28. Renaud, « Toulouse-Toulon, une histoire de maillots », Site rencontresaxv.fr,‎ janvier 2011 (consulté le 2 juin 2012)
  29. « Racing: un nouveau trophée », Rugbyrama, consulté le 10 janvier 2011.
  30. Musée du Stade toulousain 1997-2007 - Les sociétés, sur le site officiel stadetoulousain.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  31. Rapport de la Chambre régionale des comptes de Midi-Pyrénées, sur le site officiel ccomptes.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  32. Augmentation de capital du StadeToulousain, sur sponsoring.sport.fr, consulté le 4 septembre 2008.
  33. a, b, c et d Les budgets du Top 16, sur lequipe.fr, consulté le 3 septembre 2008.
  34. Partenaires du stade toulousain, sur stadetoulousain.fr, consulté le 6 septembre 2008.
  35. Boutique du stade toulousain, sur stadetoulousain.fr, consulté le 6 septembre 2008.
  36. Les équipes de France, sur ffr.fr
  37. « Club de supporters », www.stadetoulousain.fr (consulté le 27 mai 2010)
  38. « Didier Barnagaud, l'arbitre de l'association », www.stadetoulousain.asso.fr
  39. « L'école d'arbitrage stadiste toujours plus haut », www.stadetoulousain.asso.fr
  40. « Premier sacre pour l'école d'arbitrage », www.stadetoulousain.asso.fr (consulté le 24 juin 2008)
  41. « L'école d'arbitrage championne de France ! », www.stadetoulousain.asso.fr (consulté le 9 juin 2012)
  42. « L'école d'arbitrage honorée », www.stadetoulousain.asso.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Stade toulousain - De la vierge rouge aux anges blonds, de Pierre Capdeville et Roger Surjus, éd. Cépaduès, 1983
  • Cent ans de rugby à Toulouse - Stade toulousain. Section Rugby, éd. Grasset, 1991
  • Ombres noires et soleils rouges: histoire du rugby au Stade toulousain, de Lucien Remplon, éd. Gazette, 1998
  • Stade toulousain - L'Académie du rugby, de Jean-Paul Cazeneuve et Jérôme Leclerc, éd. Universelles, 2006
  • Stade toulousain - Un club à la une, éd. L'Équipe, 2006
  • Les Maîtres du rugby moderne 2, Le Stade toulousain de 1985 à 2005, de Jean Claude Martinez, éd. Atlantica, 2006
  • "Stade toulousain, un siècle de rugby en rouge et noir", de Bruno Fabioux et Henri Rozès, éd. Midi Olympique, 2006
  • Lors des matchs à domicile, le club édite la revue Génération Stade.

Vidéothèque[modifier | modifier le code]

  • Stade toulousain : 3 ans de règne, de Jean Abeilhou, Jean-Paul Cazeneuve et Marc Guillaume, éd. France 3 Sud, 1996 (coffret de 3 cassettes : Stade toulousain : 1994, la belle année ; Et de 12 ... : Brennus en rouge et noir ; 1996, année de légende)
  • Les maîtres du jeu : Quatorzième titre de champion pour le Stade toulousain, de Gérard Fournie, éd. France 3 Sud, 1997
  • Stade toulousain 1999 : 15 du siècle, éd. Montparnasse, France 3 Sud, 1999

Liens externes[modifier | modifier le code]