Stade Léopold-Sédar-Senghor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Léopold-Sédar-Senghor
Stadium.svg
Senegal 1 - Cameroon 0 - Stade Léopold Sédar Senghor.jpg

Stade Léopold Sédar Senghor

Généralités
Surnom(s)
Amitié
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Afrique
voir sur la carte d’Afrique
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Sénégal
voir sur la carte du Sénégal
Red pog.svg

Histoire[modifier | modifier le code]

Inauguré par le président Abdou Diouf le , il portait d'abord le nom de stade de l'Amitié[1].

Lors d'une rencontre JA-JARAF, Moussa Ndao inscrivit le premier but de l'histoire du stade.

C'est là que se déroula la Coupe d'Afrique des nations de football 1992.

Le stade fut rebaptisé en 2001. Sa nouvelle dénomination rend hommage au poète et homme d'État sénégalais Léopold Sédar Senghor décédé la même année.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le financement du stade a bénéficié de l'aide chinoise[2].

Dans une architecture aux allures de soucoupe volante, ce stade a une capacité de 60 000 places.

Il compte cinq catégories de tribunes avec la loge officielle, l'annexe loge, la tribune couverte, la tribune découverte et les deux virages.

Outre le football, sport le plus populaire, on y pratique aussi l'athlétisme, le volley, le basket-ball, le tennis, le tennis de table, l'escrime, la gymnastique, la lutte sénégalaise, la boxe, le karaté, le judo, le taekwondo.

Événements[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le stade accueille chaque année au début du mois de janvier une grande rencontre de lutte sénégalaise.

Des événements historiques s'y sont également déroulés.

À la fin de son voyage apostolique au Sénégal, le pape Jean-Paul II a célébré le une grande messe dans ce stade[3].

C'est dans cette enceinte également que le président Abdoulaye Wade a prêté serment le , à l'issue de sa réélection.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La dénomination « stade de l'Amitié » avait auparavant été celle d'un autre stade de Dakar, construit en 1963, qui prit par la suite le nom de stade Demba Diop, en hommage au ministre assassiné, Demba Diop.
  2. Ahmadou Fatim Diop, Sénégal : repères et grandeur d'une diplomatie, Éditions Sentinelles, Dakar, 2006, p. 184 (ISBN 9782915391022)
  3. Joseph Roger de Benoist, Histoire de l'Église catholique au Sénégal : Du milieu du XVe siècle à l'aube du troisième millénaire, Karthala, Paris, 2008, p. 490 (ISBN 2845868855)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :