St. Petersburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis St. Petersburg (Floride))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pétersbourg (homonymie).
St. Petersburg
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article St. Petersburg
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de la Floride Floride
Comté Pinellas
Type de localité City
Maire
Mandat
Rick Kriseman (D)
2014 -
Démographie
Population 249 079 hab. (2005)
Densité 723 hab./km2
Géographie
Coordonnées 27° 46′ 00″ N 82° 40′ 00″ O / 27.766667, -82.66666727° 46′ 00″ Nord 82° 40′ 00″ Ouest / 27.766667, -82.666667  
Superficie 34 470 ha = 344,7 km2
· dont terre 154,4 km2 (44,79 %)
· dont eau 190,3 km2 (55,21 %)
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Divers
Fondation 1876
Surnom « Florida's Sunshine City »
Localisation
Carte du comté de Pinellas
Carte du comté de Pinellas

Géolocalisation sur la carte : Floride

Voir sur la carte administrative de Floride
City locator 14.svg
St. Petersburg

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
St. Petersburg

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
St. Petersburg
Liens
Site web http://www.stpete.org

St. Petersburg (surnom : « St. Pete ») est une ville de l'État de Floride, aux États-Unis, dans le comté de Pinellas. D’après le recensement de 2000, elle comptait 248 232 habitants[1]. Sa population était estimée à 248 098 habitants en 2006[1], ce qui en fait la plus grande ville du comté et la quatrième de Floride. Elle fait partie de l'agglomération (2 647 658 habitants) et de la MSA de Tampa (4 millions d’habitants).

La ville de St. Petersburg est située sur une péninsule entre la baie de Tampa et de golfe du Mexique. Elle est reliée vers l’est à Tampa par trois ponts (notamment le pont Gandy, réalisé par George Gandy et ouvert en 1924), à Bradenton au sud par le Sunshine Skyway Bridge (Interstate 275), qui traverse l’embouchure de la baie. Elle est également desservie par les Interstates 175 et 375.

On y compte en moyenne 360 jours d'ensoleillement par an, ce qui lui vaut le surnom de « ville du soleil » (« The Sunshine City »[2]). Pour cette raison, St. Peterburg est une destination majeure pour les touristes et les retraités, notamment ceux de New York, Détroit et Chicago.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon le Bureau du recensement des États-Unis, la superficie totale de la ville est de 344 km2, dont 154 km2 de terres émergées et 190 km2 sous les eaux (55,1 %)[1].

Climat[modifier | modifier le code]

St. Petersburg possède un climat subtropical avec une saison humide de juin à septembre. C’est également à cette période de l’année que passent des tempêtes tropicales et les ouragans. Cependant, la ville n’a pas été directement touchée par un cyclone depuis 1921. De plus, certains secteurs de l’agglomération ont un climat tropical, ce qui permet le développement des palmiers (Roystonea et cocotiers).

Relevé météorologique de St. Petersburg (Floride), (27° 45′ 47″ N 82° 37′ 38″ O / 27.76306, -82.62722)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 11 12 15 17 21 23 24 24 23 20 15 12 18
Température maximale moyenne (°C) 21 21 24 27 30 31 32 32 31 28 25 22 27
Précipitations (mm) 58 71 86 41 66 145 178 198 155 64 48 56 1 160
Source : (en) « Weatherbase: Historical Weather for St. Petersburg, Florida, United States of America », Weatherbase,‎ 2007 (consulté le 13-04-2009)


Urbanisme et quartiers[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

St. Petersburg vu de l’espace par le satellite Spot

St. Petersburg fut fondée à la fin du XIXe siècle par un ancien général de l'armée unioniste, John C. Williams, qui acheta le terrain en 1876, et par Peter Demens, qui joua un rôle déterminant dans l’arrivée du chemin de fer en 1888. La ville fut officiellement fondée le 29 février 1892 avec une population totale de 300 personnes. Elle a été baptisée en l’honneur de Saint-Pétersbourg en Russie, où Peter Demens avait passé une partie de sa jeunesse. Une légende raconte que John C. Williams et Peter Demens tirèrent au sort celui qui nommerait la ville[3]. John C. Williams baptisa le premier hôtel de la ville du nom de sa ville natale Détroit (Michigan)[4]). L’éditeur originaire de Philadelphie F. A. Davis fonda le premier réseau électrique en 1897 et le premier Tram en 1904[5]. Henry W. Hibbs, de Newport (Caroline du Nord), fonda la première industrie de la ville en 1899 : l’année suivante, la Hibbs Fish Company devint une entreprise de pêche florissante. Entre 1906 et 1908, le chenal fut approfondi, ce qui permit le passage de bateaux plus importants. La population de St. Petersburg quadrupla pour atteindre 4 127 habitants en 1910. Dès 1914, une liaison aérienne fut établie à travers la baie de Tampa pour relier St. Petersburg à Tampa. Elle fut exploitée par la St. Petersburg–Tampa Airboat Line et son premier pilote fut Tony Jannus sur un Benoist XIV.

Vers le début du XXe siècle, la vocation touristique de St. Petersburg commença à s'affirmer, avec l'arrivée de nombreux vacanciers en quête d'un climat doux et ensoleillé.

La ville poursuivit son essor après la Seconde Guerre mondiale, attirant de nombreux retraités venus du Midwest : en 1980, elle comptait 238 647 habitants. La croissance démographique ralentit dans les années 1980.

Démographie[modifier | modifier le code]

D’après le recensement de 2000, elle compte 248 232 habitants[1]. Sa population est estimée à 248 098 habitants en 2006[1], ce qui en fait la plus grande ville du comté et la quatrième de Floride. Elle fait partie de l'agglomération (2 647 658 habitants) et de la MSA de Tampa (4 millions d’habitants).

La densité de population s’élève à 1 607 hab./km². 21,5 % des habitants ont moins de 18 ans, 17,4 % ont plus de 65 ans[1].

La répartition ethnique est la suivante : 71,4 % de Blancs, 22,4 % de Noirs, 2,7 % d’Asiatiques, 2,2 % de métis[1]. La part des Hispaniques est plus faible qu’au niveau de la Floride (4,2 % contre 16,8 %)[1]. 9,1 % des habitants sont des immigrés, contre 16,7 % pour la Floride[1]. Le revenu moyen par habitants est légèrement inférieur à celui de l’État (21 107 $/hab.)[1]. Le seuil de pauvreté est quant à lui un peu plus haut (13,3 %)[1].

En 2000, 88,53 % des habitants avaient l’anglais comme langue maternelle. Les hispanophones représentaient 4,43 %, un chiffre beaucoup moins élevé que dans d’autres villes floridiennes. La troisième langue était l’allemand (0,78 %), et la quatrième le français (0,72 %). 11,46 % des habitants parlaient une autre langue que l’anglais à la maison[6].

Attractions touristiques et loisirs[modifier | modifier le code]

À l’instar de bien d’autres villes littorales américaines, St. Petersburg possède un pier qui propose de nombreuses activités : un petit aquarium, des boutiques, des restaurants, des sports nautiques. Son architecture est celle d’une pyramide inversée. C’est également sur ce site que se trouve la réplique du Bounty qui servit au tournage du Les Révoltés du Bounty en 1962, de Pirates des Caraïbes : Le Secret du coffre maudit en 2006. Une foule d'activités attendent les promeneurs le long de la jetée : quais de pêche, location de scooters des mers et de voiliers, et terrain de golf miniature. Les restaurants de la 4e Rue proposent des spécialités locales. Entre octobre et mai, un marché se tient dans le centre tous les samedis matins : on peut y acheter des produits régionaux, écouter des concerts, etc. Au nord du centre, Great Explorations est un musée pour les enfants. Le Boyd Hill Nature Park sur le lac Maggiore est une réserve naturelle présentant des plantes et des animaux menacés de la baie de Tampa. Enfin, la ville est aussi réputée pour ses plages comme celle de Fort Desoto.

Baywalk est un complexe de magasins dans le centre-ville : il comprend également un cinéma IMAX (Muvico BayWalk 20). Parmi les principaux lieux de la vie nocturne, on peut citer Jannus Landing, Central Avenue district.

On trouve à St. Petersburg la plus grande collection du peintre espagnol Salvador Dalí au monde, au Salvador Dali Museum,

Éducation[modifier | modifier le code]

Une branche de l’université d’État est présente à St. Petersburg : l’University of South Florida St. Petersburg, ouverte en 1965, est publique et compte quelque 5 800 étudiants à la rentrée 2008[7]. Son campus regroupe des institutions de recherche telles que le Florida Center for Teachers, le Florida Institute of Oceanography, le U.S. Geological Survey's Center for Coastal Geology et le Florida Marine Research Institute. L’université propose des doctorats en géologie, chimie, biologie marine, etc.

Les autres établissements d’enseignement supérieur sont le St. Petersburg College (1927) et le Eckerd College (1958, environ 1 800 étudiants). L’Institut Poynter, fondé par Nelson Poynter en 1975, est une école de journalisme qui possède le journal St. Petersburg Times.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par un aéroport international (St. Petersburg-Clearwater International Airport code AITA : PIE, code OACI : KPIE, code FAA : PIE) situé à Clearwater et par l’aéroport de Tampa.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de St. Petersburg possède un stade de baseball couvert et entièrement climatisé, le Tropicana Field, où évoluent les Rays de Tampa Bay de la Ligue majeure de baseball, et de nombreuses autres équipes sportives. Elle accueille également chaque année le Grand Prix de St. Petersburg disputé sur un circuit provisoire dans le cadre du championnat IndyCar.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « State & County QuickFacts. St. Petersburg (city), Florida », Bureau de recensement américain (consulté le 13-04-2009)
  2. The Sunshine City
  3. A founding grandfather lives in lore. MONICA DAVEY. St. Petersburg Times (Florida). LARGO-SEMINOLE TIMES; page 6. 23 mai 1994.
  4. Historical Marker Database
  5. Scott Taylor Hartzell, Remembering St. Petersburg, Florida: Sunshine City Stories, The History Press,‎ 2006, 53 p. (ISBN 1-59629-120-6, lire en ligne)
  6. Modern Language Association Data Center Results of St. Petersburg, Florida
  7. (en) « About USF St. Petersburg », University of South Florida St. Petersburg (consulté le 13-04-2009)
  8. Interview de Jimmy Wales dans les affaires.com 13 mars 2010
  9. (en) « Remembering Amelia Earhart », sur interactives (consulté le 6 novembre 2013)
  10. (en) Eric Beheim, « “Think it is plane?” Unidentified radio signals associated with the Earhart Mystery », sur OTRCAT (consulté le 6 novembre 2013)
  11. (en) « Betty's notebook », sur TIGHAR (consulté le 6 novembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]