Stó:lō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Femme Stó:lō travaillant sur un panier en cèdre

Stó:lō, parfois écrit Sto:lo, Stó:lô, Stó:lõ, Staulo ou Stahlo est une communauté amérindienne présente dans la région de la vallée du fleuve Fraser en Colombie-Britannique au Canada. Leur langue traditionnelle est le Halq'eméylem, un dialecte des langues SalishStó:lō signifie « fleuve Fraser ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d’Amérindiens dans la région remontent entre 8 000 et 10 000 ans. Nomades, ils se nourrissaient de la chasse et de la cueillette. Les archéologues ont découvert des vestiges de lieux de séjour dans le bas du canyon Fraser (Site Milliken) et à l’embouchure du fleuve (Site Glenrose Cannery). Les Mounds stabilisés par des planches de bois sont inhabituels.

Ils se nourrissaient de mammifères comme des cerfs, des caribous et des phoques. Ils pêchaient également des saumons et ramassaient des coquillages[1].

Il y a entre 5 500 et 3 000 ans, la peuplade se sédentarise un peu plus avec des lieux d’habitations permanents. Ils sculptent alors des rochers et développent leur culture. Par la suite, ils améliorent leurs techniques en fabriquant des outils et des armes plus perfectionnées. Différentes classes apparaissent dans les sociétés et sont visibles au niveau du style des habitations[1]. Les classes se composaient des gens de haute classe, des gens ordinaires et des esclaves[2]. Síyá:m était le nom donné au chef de chaque famille tandis que le meilleur chasseur était nommé Tewit. Le Si:yám était le membre les plus estimé et puissant souvent aussi le plus riche de la famille. C'est lui qui menait le groupe pendant la saison de chasse. Le grand chef de la communauté était dénommé Yewal Síyá:m. On peut le comparer au Tyee cehz les Nootkas (Nuu-chah-nulth). Le statut déterminait le type de tâches à accomplir au sein de la communauté[2].

Comme les autres peuples de la côte, les Stó:lo se consacraient au commerce avec l'étranger ; ils ne construisaient pas les canoës mais les achetaient à d'autres tribus.

Bien que les capitaines Jose Maria Narvaez d’Espagne et George Vancouver du Royaume-Uni explorèrent le proche Détroit de Géorgie en 1791 et 1792, ils n’atteignirent pas le fleuve Fraser et le territoire Stó:lō. La première rencontre entre les Européens et cette peuplade fut indirecte. La tribu étant en effet gravement touchée par une épidémie de variole apportée sur le continent par les Européens. On estime que deux tiers de la communauté fut tuée par l’épidémie (1782) en six semaines[2]. Une partie des survivants étaient victimes d’aveuglement les empêchant de chasser et de pêcher durant la saison. Les rescapés seront par la suite protégés par un vaccin fourni par les Européens[2]. Par la suite, ils seront également touchés par la grippe, la tuberculose et des maladies vénériennes.

Pêcheurs Stó:lo sur le Fraser

Le premier européen à avoir exploré la zone fut Simon Fraser en 1808. Des postes de traite de la fourrure furent ensuite ouverts par la Compagnie de la baie d'Hudson en 1827 à Fort Langley, en 1831 à Fort Simpson et 1848 à Fort Yale et d'autres endroits ce qui favorisa les contacts avec ce peuple. Les forts offraient une certaine sécurité pour les Stó:lō contre les attaques d'autres tribus comme les Lekwiltok. De plus les médecins de Fort Langley ont assuré la prévention contre l'épidémie de variole de 1830. Le commerce du saumon devint le principal commerce dans la région. Entre 1830 et 1849, la quantité annuelle de saumons achetés par le Fort Langley passa de 200 à 2 610 barils[2]. En plus du fleuve Fraser, les saumons étaient présents dans ses affluents comme les rivières Chilliwack et Harrison. Leur vie était ainsi calquée sur le cycle du saumon avec par exemple une cérémonie du premier saumon lors de la première capture de la saison de migration. Les Stó:lō travaillaient en tant que poseurs de pièges, déménageurs, conducteurs, rameurs, porteurs de courrier et cuisiniers pour la Compagnie. Le nombre de commerçants non-indiens resta tout d'abord faible.

Leur habitation était de style maison longue amérindienne[2]. Ils utilisaient des canoës adaptés à la rivière ou à la mer en fonction de leurs besoins.

La fièvre de l'or, les attaques, les déplacements[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1848 la situation fut très favorable pour les groupes Stó:lō, mais après que de l'or fut découvert en 1858, des milliers de chercheurs d'or arrivèrent vers le Fraser, remontèrent le fleuve jusqu'à Yale d'où trois ans plus tard ils allèrent aux champs aurifères Cariboo.

Les Stó:lō, qui habitaient plus haut, furent très brutalement atteints par la brutalité et la violence des nouveaux arrivants. Le capitaine Charles Rouse, par exemple, détruisit cinq camps de provisions de baies et de saumons pèrs de Spuzzum. Ses hommes tuèrent jusqu'à 37 Indiens. La trentaine de tribus de la région perdit ses terres et furent petit à petit privés de leurs droits voire de se nourrir librement dans leur environnement naturel (cf. Tait). Les Blancs furent appelés les « Xwelitem », « les affamés ». Le premier vers cette privation des droits et modification de leur culture consista à les attacher à des lieux précis et de leur interdire les campements d'hiver, des lieux de provisions, etc. De plus on découpa les liens fondés sur la parenté en les obligeant à s'organiser en une « tribu » (« tribe », en anglais).

Le système Trutch[modifier | modifier le code]

Lorsqu'en 1864 Joseph Trutch devint principal responsable pour les questions indiennes il fit réduire le territoire des Indiens de plus de 90 %. Trutch prétendit que les Indiens n'avaient aucun droit sur des territoires tandis que le gouvernement fédéral le reconnaissait. En 1876 une commission accepta des réserves majoritairement petites (Indian reserves)surtout pour les Salisches de la Côte.

En 1884 se produisit un des nombreux incidents de frontière qui accentua les tensions entre les Blancs et les Stó:lō de même qu'entre le Canada et les États-Unis. Le 24 février une foule en colère venu du Washington traversa la frontière canadienne et lyncha le jeune Louie Sam, 14 ans, un Stó:lō. Il avait été soupçonné d'avoir assassiné James Bell, un commerçant du comté de Nooksack (devenu comté de Whatcom). Les Stó:lō avaient conduit le jeune homme en toute bonne foi à la police. Le « Deputy » de Colombie Britannique n'a pas pu empêcher la foule de pendre le jeune homme à un arbre juste à la frontière. Une commission d'enquête canadienne établira plus tard son innocence : les assassins étaient deux américains blancs qui avaient excité la foule et provoqué le lynchage[3].

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

La Stó:lō Declaration de 1977 a été signée par 24 First Nations. 21 d'entre elles se sont intégrées plus tard au British Columbia Treaty Process, un accord en six étapes entre la Colombie Britannique et les First Nations de la province, pour y renoncer par la suite.

En août 1995 les Stó:lō adhérèrent à ce processus. Le 22 février la Commission Indian Claims publia un premier rapport sur les conflits concernant les Sumas First Nation. En 1910 on avait exproprié un territoire de 41,9 acrea de la réserve Sumas no 6 pour la construction d'une ligne de chemin de fer. Lorsque cette ligne a été fermée en 1927 les Sumas ne purent récupérer qu'un tiers du territoire confisqué tandis que les colons blancs purent acheter les terres pour un Dollar symbolique. Une usine de transformation du plastique s'installa même sur ce territoire, la Flex Lox Industries. Elle a pour conséquence des transports de marchandises et des risques environnementaux aux dépens de 225 membres de la tribu car 70 % d'entre eux vivent aux abords du lieu.

Après des négociations de 1982 à 1988 le Department of Indian Affairs and Northern Development refusa aux Sumas le droit de récupérer leur territoire. En septembre 1993 la Commission Indian Claims demanda l'ouverture d'une enquête. Elle recommanda vivement au Canada de clarifier cette situation et de rendre le territoire ou d'envisager une compensation. Les négociations durent encore.

En 2005 on en arriva à un grave désaccord chez les Stó:lō à propos des négociations du contrat ; ils formèrent alors deux conseils de tribu séparés. Onze groupes rejoignirent la Stó:lō Nation qui voulaient poursuivre les négociations. Il s'agit des Aitchelitz, Leq'a:mel, Matsqui, Popkum, Shxwhá:y Village, Skawahlook, Skowkale, Squiale, Sumas, Tzeachten et des Yakweakwioose.

Le Stó:lō Council qui ne veut plus mener de négociations dans le cadre du BC Treaty Process regroupe les Chawthil, Cheam, Kwantlen First Nation, Kwaw-kwaw-Apilt, Scowlitz, Seabird Island, Shxw'ow'hamel First Nation et les Soowahlies.

Réserves[modifier | modifier le code]

Dans le tableau ci-dessous vous trouverez le noms des tribus, le nombre de réserves et leurs superficies globales ainsi que le nombre de membres de chacune (août 2009) :

Tribu Nombre
de réserves
Superficie
(en ha)
Membres
enregistrés
Vivant
sur la réserve
Aitchelitz[4] 4 565 40 25
Chawathil[5] 5 621,5 530 286
Cheam[6] 3 473,2 476 203
Kwantlen First Nation[7] 7 566 204 65
Kwaw-kwas-Apilt[8] 4 607 41 28
Leq'a:mel First Nation[9] 11 490 346 115
Matsqui[10] 5 430 236 84
Popkum[11] 3 160 8 1
Scowlitz[12] 4 337 223 -
Seabird Island[13] 2 2 151 839 510
Shxw'ow'hamel First Nation[14] 4 400 174 68
Shxwhá:y Village[15] 5 799 337 74
Skawahlook[16] 3 87 77 6
Skowkale[17] 4 143 229 150
Soowahlie[18] 3 633 357 161
Squiala First Nation[19] 5 652 146 92
Sumas First Nation[20] 2 245 242 -
Tzeachten[21] 3 358 405 230
Yakweakwioose[22] 3 96 63 31

Retour de la plus ancienne « Pierre des Aïeux »[modifier | modifier le code]

Fin 2006 un des objets importants pour les Stó:lō est retourné après plus de cent d'absence à l'endroit où il est apparu. Il s'agit d'un monument de pierre qui symbolise les forces de T'xwelatse, l'ancêtre créateur. Il avait été transporté à Seattle, aux États-Unis, en 1892 pour être conservé au Burke Museum, le musée anthropologique de l'université. Environ 100 ans plus tard Herb Joe, un Stó:lō qui portait le même nom que cet ancêtre, interrogea les Anciens sur ses origines et le rôle qu'il avait joué. Ils le chargèrent de ramener la pierre des aïeux à Seattle.

Les négociations avec le musée et les autorités durèrent 14 ans et furent d'autant plus difficiles que la restitution à partir d'un musée des États-Unis n'était possible qu'envers des tribus vivant aux USA. Herb Joe fit intervenir les Salisches de la Côte de la tribu des Nooksack qui y habitaient. Entre temps Dave Schaerpe, un archéologue, apporta la preuve que le monument du Burke Museum était bien la « Pierre des Aïeux » qu'on cherchait. Lors de son arrivée au Nooksack Community Centre la pierre fut réceptionnée par 400 personnes. Une semaine plus tard, le 14 octobre 2006, la pierre franchissait la frontière vers le Canada où elle fut réceptionnée à Chilliwack, près du lieu d'où elle venait, par plus de 500 personnes. Les gens portaient des masques sacrés rarement utilisés, appelés « sxwo:yxwey »[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Carlson, Keith Thor (ed.), A Stó:lō-Coast Salish Historical Atlas, Vancouver, BC, Douglas & McIntyre,‎ 2001 (ISBN 978-1-55054-812-9), p. 6–18
  2. a, b, c, d, e et f (en) Keith Thor Carlson (éditeur), You Are Asked to Witness: The Stó:lō in Canada's Pacific Coast History, Chilliwack, BC, Stó:lō Heritage Trust,‎ 1997 (ISBN 0-9681577-0-X et 9780968157701, présentation en ligne)
  3. (en) Washington state expresses regret over 1884 lynching of Canadian teen - CBC News, 2 mars 2006
  4. (fr) Aitchelitz - Ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC), Profils des Premières nations
  5. (fr) Chawathil - AINC
  6. (fr) Cheam - AINC
  7. (fr) Kwantlen First Nation - AINC
  8. (fr) Kwaw-kwaw-Apilt - AINC
  9. (fr) Leq' a: mel First Nation - AINC
  10. (fr) Matsqui - AINC
  11. (fr) Popkum - AINC
  12. (fr) Scowlitz - Portail des Autochtones au Canada (2006)
  13. (fr) Seabird Island - AINC
  14. (fr) Shxw'ow'hamel First Nation - AINC
  15. (fr) Shxwhá:y Village - AINC
  16. (fr) Skawahlook - AINC
  17. (fr) Skowkale - AINC
  18. (fr) Soowahlie - AINC
  19. (fr) Squiala First Nation - AINC
  20. (fr) Sumas First Nation - Portail des Autochtones au Canada (2006)
  21. (fr) Tzeachten - AINC
  22. (fr) Yakweakwioose - AINC
  23. (en) T'xwelatse Comes Home - Sandra Shields, The Seattle Times, 28 janvier 2007

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Keith Thor Carlson (éditeur), A Stó:lō-Coast Salish Historical Atlas, Douglas & McIntyre,‎ 2001 (ISBN 978-1-55054-812-9 et 1550548123, présentation en ligne)
  • (en) Keith Thor Carlson (éditeur), You Are Asked to Witness: The Stó:lō in Canada's Pacific Coast History, Chilliwack, BC, Stó:lō Heritage Trust,‎ 1997, poche (ISBN 978-0-9681577-0-1, LCCN 98111990, présentation en ligne)
  • (en) Wells, Oliver N. The Chilliwacks and Their Neighbors. Edited by Ralph Maud, Brent Galloway and Marie Wheeden. Vancouver: Talonbooks, 1987.
  • Crisca Bierwert : Tracery in the Mistlines : A Semiotic Account of Sto:lo Culture, PhD Dissertation, University of Washington 1986
  • Darren Friesen : Canada's Other Newcomers : Aboriginal Interactions with People from the Pacific, Thesis, University of Saskatchewan 2006
  • Eleanor Leacock : The Seabird Community, in : Indians of the Urban Northwest, sous la dir. de Marian Smith, New York : AMS Press 1949.
  • Brian Thom, Sto:lo Traditional Culture, A Short Ethnography of the Stó:lo People

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]