Stéphane de Gérando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stéphane de Gérando

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Stéphane de Gérando, conférence lors du Festival de l'innovation et de la création 2007.

Naissance 23 juin 1965 (49 ans)
L'Haÿ-les-Roses, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, chercheur, multimédia
Style Art contemporain
Collaborations Radio France, 2e2m, orchestres philharmoniques, musées nationaux, IRCAM, CNSMDP, Universités, CNFPT, CEFEDEM, CFMI, IUT, IUFM, LAPRIL, IDEAT
Maîtres Alain Bancquart, Gérard Grisey, Tristan Murail
Récompenses 1er Prix premier nommé et 3e cycle premier nommé de composition du conservatoire de Paris (CNSMDP)
docteur habilité à diriger les recherches (EHESS, IRCAM, ENS, CNRS, Paris VIIII, Université de Rouen)
Distinctions honorifiques Prix international du Festival de musique contemporaine de Darmstadt (1994)
Prix académique de la Sacem (1995)
Prix de l'Association des anciens élèves et élèves des conservatoires nationaux supérieurs de musique et d'art dramatique de Paris - legs Ebersold (1991)
Lauréat de la Fondation Sasakawa (1994, 1993)

Stéphane de Gérando, né à L'Haÿ-les-Roses le 23 juin 1965, est un compositeur, artiste multimédia, chercheur et pédagogue, et chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entré premier nommé en classe de composition au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris en 1987[1], Stéphane de Gérando obtient un premier prix premier nommé de Composition en 1993. Il est notamment l’élève d’Alain Bancquart en composition, Michel Philippot en écriture et analyse, Gérard Grisey en orchestration, Tristan Murail en informatique musicale, Guy Reibel en électroacoustique. Il est par la suite admis premier nommé en 3e cycle de composition du Cnsmdp en 1994 où il suit des master classes avec Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen, Franco Donatoni, Emmanuel Nunes, Henri Dutilleux. Il obtient le prix international du festival de musique contemporaine de Darmstadt (1994), le prix de l'association des anciens élèves et élèves des Conservatoires nationaux supérieurs de musique et d'art dramatique de paris (1991), le prix académique de la Sacem (1995) et il est lauréat de la fondation Sasakawa en 1993 et en 1994.

Il est le compositeur d'œuvres pour orchestre créées à Radio-France à Paris comme Puisqu'il en est ainsi, pour orchestre symphonique et bande magnétique huit pistes, En toi, avec lui et en lui, pour quatre groupes orchestraux répartis autour du public, Pièce pour cordes, commande de l'Orchestre Philharmonique de Montpellier.

Ces dernières commandes sont : Ce que tout cadavre devrait savoir, commande de l'ensemble 2e2m créée au Centre Pompidou à Paris, Du sens sens, pour flûte, créée par P. Y. Artaud au Internationale Ferienkurse für Neue Musik de Darmstadt, Intumescence, commande de Radio-France, œuvre créée par l’Orchestre Philharmonique de Radio-France en coproduction avec l’Ina-Grm, Katanga, œuvre pour quinze cuivres et deux percussions, commande de Radio-France, 6ex1pen7sion4, commande d'État pour ensemble et électronique temps réel créée à Paris par l’ensemble 2e2m, L'opéra de glace, pour chœur d'adolescents, ordinateur et vidéo, commande d'État.

Il dirige notamment l'Orchestre philharmonique de Radio France et l'icarEnsemble pour l'enregistrement d'un CD monographique sorti en 2010 aux éditions inactuelles.

Artiste multimédia[modifier | modifier le code]

Extrait de "Requiem for a child" de Gérando 2012

En 2006, Stéphane de Gérando a collaboré avec Pierre Chaveau (première version de Binaurale), artiste peintre ayant développé l‘« écriture lumière », peinture en mouvement grâce à la projection de couleurs primaires sur ses toile et au contrôle de l’intensité de trois faisceaux lumineux permettant une recomposition par synthèse additive du spectre chromatique des couleurs (Musée d'Aquitaine, Festival de l'innovation et de la création 2007).

Depuis cette époque, Stéphane de Gérando a réalisé des « tableaux virtuels », tableaux numériques jouant sur les seuils différentiels de perception.
En 2007, au musée d’Art moderne et contemporain de Toulouse - les Abattoirs, Stéphane de Gérando présentait « CA », Creative Algorithm, un programme réalisant en temps réel (programmation Max/MSP) une œuvre interactive image et son de synthèse. Depuis 2006, ses œuvres comme Blue bird[2], Binaurale[3], Intumescence[4] ont fait l'objet de projections monumentales dans les musées nationaux.

En 2010, Stéphane de Gérando débute the Labyrinth of time, un cycle d'œuvres ou poly-art faisant intervenir danseurs, acteurs, instrumentistes, projection sonore et visuelle, comme le satellite 2 créé au Festival de l'Innovation 2011 à Paris avec Corinne Hurtu (danse), Mayuko Yasuda (soprano), Emmanuel Meyer (acteur) [5].

En 2011, une nouvelle version de l'Opéra de glace est créée à la Cité de la musique à Paris, version pour chœur d'enfants, chœur d'adolescents, deux solistes mezzo soprano, récitant, ordinateur, vidéo et traitement temps réel (diffusion 5.1) [6]. Outre la musique, Stéphane de Gérando réalise les vidéos et l'écriture des textes.

Dans le cercle de la sphère, œuvre pour comédien puis vidéo présentée et créée le 6 décembre 2012 à Paris, il s’agit pour le comédien d’une interprétation polymorphe inspirée de la vidéo, « quadruplement » d’une personnalité, partition à quatre voix rythmiques indépendantes (programme du Festival 3icar Innovation création 2012) :

  1. l’acteur joue l’espace (calqué sur le mouvement de la sphère) - première partition rythmique ;
  2. indépendamment du débit (agogique) du texte (mouvement rétrograde de la sphère) – seconde partition rythmique ;
  3. texte qui raconte une autre histoire – troisième partition rythmique ;
  4. alors même que les nuances structurent une quatrième partition rythmique.

Chercheur[modifier | modifier le code]

Sa formation de chercheur débute en 1991-1992 par une sélection au cursus long en informatique musicale à l’Ircam qu’il prolongera par une activité de conseil au sein de l’institution. Puis Stéphane de Gérando sera diplômé de l'École des hautes études en sciences sociales associée à l’École normale supérieure, l’Ircam et le CNRS (DEA en Musique et Musicologie du XXe siècle), de l'université Paris-VIII (doctorat en "Esthétique, sciences et technologie des arts" en 1996, Contingence et déterminisme procédurale appliqués à la synthèse sonore informatique et l’écriture musicale) et de l'université de Rouen, école doctorale Savoirs, critique et expertises, musique et musicologie - Habilitation à diriger des recherches, L'œuvre musicale contemporaine en question).

Ses publications ont pour sujets la création et l’invention numérique de l’image et du son (cf. Dialogues imaginaires, une expérience de la création contemporaine et de la recherche, Paris, Tschann, coll. Inactuelles, 2010).

Stéphane de Gérando met par exemple en relation l’écoute de l’œuvre contemporaine et une définition des concepts de frontière[7], apogée[8], non répétition[9], présence[10], hasard /déterminisme[11] et le concept de création. Le chercheur envisage une limite absolue vers laquelle tend de manière asymptotique et utopique la création. Cette trajectoire définit au même moment la présence et l’absence de l’œuvre (extrait de l'ouvrage : L'œuvre musicale contemporaine à l'épreuve du concept).

Dans le domaine des nouvelles technologies, ses recherches traduisent des préoccupations à la fois théoriques et techniques. Le rapport entre imaginaire hasard et déterminisme par exemple, la question du tout algorithmique, les liens qui peuvent exister entre la projection, à différentes échelles de représentation, d'objets musicaux visuels (OMV) et les conceptions actuelles de l'espace /temps.

Avec Athanase Papadopoulos, professeur de mathématiques à l'université de Strasbourg, chercheur à l'Institut de recherche mathématiques avancée (IRMA, CNRS UMR 7501), ils décrivent des rapprochements entre des concepts tirés de la topologie et la création contemporaine, particulièrement dans le domaine musical, avec des perspectives d'enrichissement de l'imaginaire que cela peut offrir [12].

L'hypersphere des spectres

Le 4 mai 2012, lors du séminaire Mathématiques et musique de l'IRCAM à Paris (MaMux), Stéphane de Gérando présente avec Gilles Baroin (docteur ingénieur) l'hypersphère des spectres [13], un modèle original de représentation du spectre sonore projeté sur une spirale en surface d'une hypersphère dans un espace à 4 dimensions [14].

Carrière administrative[modifier | modifier le code]

Après avoir dirigé l’École de musique et de danse de Vaucresson, il a été nommé directeur pédagogique du département musique du Centre de formation supérieure des enseignants de la danse et de la musique d'Aquitaine (Cefedem), chargé par le ministère de la Culture de la restructuration des cursus et du redémarrage de la formation au diplôme d’État.

Puis il a été nommé directeur du département universitaire du Centre de formation de musiciens intervenants de l'université de Strasbourg (Cfmi), étant aussi chargé des validations des acquis d'expérience (VAE) et des programmes de formations continues.

Il est responsable de l'organisation de jurys comme le diplôme d’État, le diplôme de musicien intervenant, invité par le ministère de la culture au commission des commandes d’État ou au jury du Certificat d'aptitude.

Stéphane de Gérando est par ailleurs le fondateur du Festival de l'innovation et de la création soutenu par la Sacem depuis 2006.

Carrière pédagogique[modifier | modifier le code]

Dès ses études au conservatoire de Paris, à l'Ehess et à l'Ircam, il développe pendant près de dix ans des actions culturelles et pédagogiques sur l'académie de Paris, en lien notamment avec des établissements scolaires classés en ZEP ou des pôles d'excellence comme Henry IV.

Il est invité comme pédagogue dans de nombreuses institutions : universités, instituts universitaires de formation des maîtres - formations à l'agrégation et au Capes - institut universitaire de technologie, écoles de musique, conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, centre national de la fonction publique territoriale, responsables de programmes de formations continues dans l'enseignement supérieur, formations au Certificat d'Aptitude, Diplôme d'État, Diplôme d'Université de Musicien Intervenant.

Stéphane de Gérando a dirigé plus de quarante mémoires de recherche, différents stages avec des grandes écoles comme Sciences Po ou des écoles d'Ingénieur (École nationale supérieure d'électronique, informatique et radio communications de Bordeaux, Télécom Lille 1...), des stages de master sous convention avec la Sorbonne, Reims, Bordeaux, Toulouse : LEA management et négociations interculturels, Master pro création multimédia, Master mention Mathématiques et sciences et technologie de l'information et de la communication, École supérieure d'informatique – électronique – automatique de Paris, école européenne Master de management et de stratégie des entreprises, Institut supérieur européen de gestion.

Catalogue des œuvres[modifier | modifier le code]

Catalogue des œuvres - Stéphane de Gérando
Année Titre Effectif Durée
1989 Metathesis, pour piano solo 12 min
1990 Puisqu'il en est ainsi, pour orchestre et électroacoustique orchestre and électroacoustique 30 min 15 s
1991 Musique pour église, pécheur d'amour, le Christ et moi, sextet pour flûte in G, English horn, harp, vibraphone, sib clarinet, viola and imposed reverberation 7 instruments 12 min
1991 Hommage à Bach, sib clarinet solo 59 s
1992 En toi, avec lui et en lui, 52 soloists and chamber auditorium (four orchestra groups scattered around the public) orchestre 12 min
1993 Virtualité et conscience du vide, pour cordes 3 instruments 15 min
1994 Du sens au sens, for flûte solo 17 min
1996 Pièce pour cordes, for string orchestra orchestre (cordes) 10 min
1996 Ce que tout cadavre devrait savoir, for soprano, narrator, flute, clarinet, trumpet, cello, percussions and amplification system 7 instruments 15 min
1997 Intumescence, for orchestra and tape orchestre et électroacoustique 15 min
1997 Intumescence, for tape électroacoustique 7 min
1999 Binaurale, for tape électroacoustique 10 min
2004 Katanga, 15 brass instruments and two percussions 18 instruments 15 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, bass clarinet version solo 7 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour - fragment 7 (rapid), percussion version solo 7 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo, double bass version 2 instruments 14 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo, trumpet version 2 instruments 12 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo, percussion version 2 instruments 9 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, double bass, percussion version 2 instruments 9 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, trumpet, percussion version 2 instruments 9 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, fl. piccolo, percussion version 3 instruments 15 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, fl. piccolo, trumpet double bass version 3 instrument 15 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour - fragments 7, 4, Piccolo, trumpet, keyboard (with computer) version 3 instruments et électroacoustique 12 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour - fragments 6, 1, 7, bass clarinet, percussion, keyboard (with computer) version 3 instruments et électroacoustique 12 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour - fragments 6, 1, 7, 4, piccolo, clarinets (sib and bass), keyboard (computer) version 3 instruments et électroacoustique 15 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour - fragments 6, 1, 7, piccolo, trumpet, percussion (with computer) version 3 instruments et électroacoustique 12 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, fl. piccolo, clarinet, double bass, percussion version 4 instruments 15 min
2006 sixEXonePENsevenSIONfour, flute, trumpet, double bass, percussions, keyboard (real time electronic possible) 5 instruments et électroacoustique 18 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo version solo 7 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour - fragment 1 (rapid), sib clarinet version solo 3 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour - fragment 4 (rapid), bass clarinet version solo 5 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour - fragment 7 (rapid), trumpet version solo 7 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour, bass clarinet with real time electronics version solo et électroacoustique 7 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo with real time electronics version solo et électroacoustique 7 min
2007 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo, keyboard (computer) version 2 instruments et électroacoustique 9 min max.
2007 sixEXonePENsevenSIONfour, trumpet, keyboard (computer) version 2 instruments et électroacoustique 9 min max.
2007 CA, Creative Algorithm, real time video indéterminée
2008 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo, bass clarinet version 2 instruments 12 min
2008 sixEXonePENsevenSIONfour, piccolo, bass real time electronic version 2 instruments and électroacoustique 15 min
2008 Virtualité et conscience du vide, violon version solo 5 min
2008 Virtualité et conscience du vide, version cello (rapid) solo 2 min
2008 L'opéra de glace, chorus of teenagers, tape and video chœur, électroacoustique, vidéo 2 min
2009 Intumescence, video 8 min
2010 Blue bird, (first version 2007) video 10 min
2010 Binaurale – fragment 1 - space points, real time video (first version 2007) video 5 min 56 s
2010 Binaurale – fragment 2 - round space (first version 2007), real time video video 6 min 15 s
2010 The labyrinth of time, cycle multimedia danseuse, soprano, comédien et video 22 min 56 s
2012 Le cercle de la sphère comédien et vidéo 10 min
2012 Introït, extract of requiem for a child soprano, chœur d'enfants, orchestre et ordinateur 12 min

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Dialogues imaginaires, Mfa, Radio-France, 3icar, Inactuelles Tschann Paris, 2010 (CD monographique qui accompagne un ouvrage de Gérando)
  • Journées de la composition 1994, En toi avec lui et en lui, pour quatre groupes d'orchestre, Cnsmdp Sacem, 1994.

Exemples d'enregistrements archivés[modifier | modifier le code]

  • Radio-France
  • Cnsmdp
  • Ircam
  • Ars Musica
  • 3icar
  • 2e2m
  • Festival de Darmstadt
  • Orchestre philharmonique de Montpellier
  • Cdmc
  • Sacem

DVD[modifier | modifier le code]

  • L'opéra de glace, pour chœur d'adolescents, vidéo et ordinateur, icarEditions, 2008.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L’œuvre contemporaine à l’épreuve du concept, préface de Paul Méfano, postface de Jean-Yves Bosseur, Paris, L'Harmattan, 2012, 227 p.
  • Imaginary dialogues. Experiencing contempory creation and research, Paris, Inactuelles, 2010, 300 p. – version anglaise Julien Elis. CD with Radio-France, MFA, 3icar – icarEnsemble, Inactuelles, 2010.
  • Dialogues imaginaires. Une expérience de la création contemporaine et de la recherche, Paris, Inactuelles, 2010, 300 p. Ouvrage accompagné d’un disque monographique, en collaboration avec Radio-France, MFA, 3icar – icarEnsemble, Inactuelles, 2010.
  • Trajectoire oblique, 3icar icarEditions, 2006, 140 p.
  • Contingence et déterminisme procédural appliqués à la synthèse sonore informatique et l'écriture musicale, Villeneuve d’Ascq, Septentrion - Presses Universitaires, 1998, 470 p.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « L’acte de créer ou retarder la mort. D’après un entretien avec Alain Bancquart », Education musicale no 576, Vernon, L’Education Musicale, 2012, 7 p.
  • Stéphane de Gérando Stéphane / Gilles Baroin, « Sons et représentation visuelle en hyperespace : l’hypersphère des spectres  », Les Cahiers de l’Institut International pour l’Innovation, la Création Artistique et la Recherche, Paris, 3icar /icarEditions, 2012, 15 p.
  • « Presence and absence of creation », The 3icar journal, Paris, 3icar /icarEditions, 2012, 18 p.
  • Stéphane de Gérando – IDEAT CNRS / Athanase Papadopoulos – IRMA CNRS UDS, « Introduction à l’art topologique. Concepts mathématiques et création musicale ou poly-art », Les Cahiers de l’Institut International pour l’Innovation, la Création Artistique et la Recherche, Paris, 3icar /icarEditions, 2011, 13 p.
  • « CA – Creative Algorithm – œuvre virtuelle interactive temps réel» , Bordeaux, 3icar IcarÉditions, 2007 – 2e édition 2010, 10 p.
  • « Non répétition et œuvre musicale contemporaine. À partir de l’œuvre pour piano d’Arnold Schoenberg »,Vernon, Education musicale n°507/508, 2006, 10 p.
  • « La notion d’apogée dans Lemme-Icône-Epigramme de Brian Ferneyhough », L’apogée – Cahiers du Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherches sur l’Imaginaire appliquées à la Littérature (L.A.P.R.I.L.), Bordeaux, Eidôlon, 2005, 18 p.
  • « Création musicale, recherche, nouvelles technologies numériques et institution », Les cahiers d’ARTES, Bordeaux, CAPCB, 2005, 8 p.
  • « La notion de frontière dans l'œuvre musicale après 1945 : réalité ou utopie? - Exemples d' Ikhoor de Iannis Xenakis, d' Anahit de Giacinto Scelsi et de 4'33’’ de John Cage », Frontières et seuils – Cahiers du Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherches sur l’Imaginaire appliquées à la Littérature (L.A.P.R.I.L.), Bordeaux, Eidôlon, 2004, 15 p.
  • « À propos de l’œuvre pour bande seule et de l’écriture musicale de Jean-Claude Risset » (1), Education musicale no 507/508, Vernon, L’Education Musicale, 2003, 4 p.
  • « À propos de l’œuvre pour bande seule et de l’écriture musicale de Jean-Claude Risset » (2), Education musicale no 509/510, Vernon, L’Education Musicale, 2004, 4 p.
  • «Virtualité du son et écriture musicale : pour une création algorithmique du timbre », Analyse Musicale no 48, Paris, ADAM, 2003, 15 p.
  • « Modèles de synthèse sonore informatique - Présentation des techniques de synthèse numérique et introduction à une esthétique du timbre synthétique », Analyse Musicale no 47, Paris, ADAM, 2003, 13 p.
  • « Présence du répertoire populaire dans la musique occidentale savante - Points de repère concernant la période contemporaine », Education musicale no 499, Education musicale, Vernon, L’Éducation Musicale, 2003, 6 p.
  • « Quatre variations sur une mort annoncée - Penser l'existence de l'opéra contemporain après 1978 », Analyse musicale no 46, Paris, ADAM, 2003, 10 p.
  • « Se séparer pour découvrir un imaginaire – L’expérience d’une écriture musicale » , Imaginaire et inconscient no 8, revue d’études psychothérapeutiques, Bègles, L’Esprit du Temps - Presses universitaires de France, 2002, 6 p.
  • Dictionnaire de la Musique et de la Danse, Paris, Larousse – Bordas, 1999, 10 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dialogues imaginaires. Une expérience de la création contemporaine et de la recherche, Paris, Inactuelles, 2010, 300 p. Ouvrage accompagné d’un disque monographique, en collaboration avec Radio-France, MFA, 3icar – icarEnsemble.
  2. http://www.youtube.com/watch?v=I0SJUbDBJJs
  3. http://www.youtube.com/watch?v=BYV7ey-Jg_I
  4. http://www.youtube.com/watch?v=5c8AimEq9iw
  5. http://www.youtube.com/watch?v=irV8wDmqQs0
  6. http://www.youtube.com/watch?v=jXVe4b3A2Pk
  7. « La notion de frontière dans l'œuvre musicale après 1945 : réalité ou utopie? - Exemples d' Ikhoor de Iannis Xenakis, d' Anahit de Giacinto Scelsi et de 4'33’’ de John Cage », Frontières et seuils – Cahiers du Laboratoire pluridisciplinaire de recherches sur l'imaginaire appliquées à la littérature (LAPRIL), Bordeaux, Eidôlon, 2004, 15 p.
  8. « La notion d’apogée dans Lemme-Icône-Epigramme de Brian Ferneyhough », L’apogée – Cahiers du Laboratoire pluridisciplinaire de recherches sur l’imaginaire appliquées à la littérature (LAPRIL), Bordeaux, Eidôlon, 2005, 18 p.
  9. « Non répétition et œuvre musicale contemporaine. À partir de l’œuvre pour piano d’Arnold Schoenberg »,Vernon, Éducation musicale n° 507/508, 2006, 10 p.
  10. « Présence du répertoire populaire dans la musique occidentale savante - Points de repère concernant la période contemporaine », Éducation musicale n° 499, Education musicale, Vernon, L'Éducation musicale, 2003, 6 p.
  11. Contingence et déterminisme procédural appliqués à la synthèse sonore informatique et l'écriture musicale, Villeneuve d’Ascq, - Presses universitaires du Septentrion, 1998, 470 p.
  12. http://www.3icar.com/icareditions_actu.php
  13. http://repmus.ircam.fr/mamux/saisons/saison11-2011-2012/2012-05-04
  14. http://archiprod-externe.ircam.fr/video/VI02023700-221.mp4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]