Squanto (Amérindien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Squanto (amérindien))
Aller à : navigation, rechercher
Squanto.

Squanto (de son vrai nom Tisquantum) (c. 1580 - novembre 1622) était l'un des deux Indiens wampanoags (Samoset étant l'autre) qui ont aidé en 1620 les pèlerins du Mayflower, durant leur premier hivernage dans la colonie de Plymouth en Amérique.

Sa grande connaissance de la langue anglaise était due au fait qu'il avait passé plusieurs années de captivité en Angleterre entre 1605 et 1612. Il devint ainsi naturellement le principal interlocuteur des colons puritains, parlant au nom du grand sachem Massasoit.

L'hiver 1620-1621 fut terrible pour les colons, puisque la moitié d'entre eux périrent de faim et de froid. Ils durent leur salut à l'intervention de Squanto et de sa tribu, qui apprirent aux Anglais à pêcher, chasser et cultiver le maïs. C'est en remerciement de cette aide que les colons organisèrent la première Action de grâce (Thanksgiving), qui est encore célébrée de nos jours aux États-Unis, en invitant Massasoit et quatre-vingt-dix de ses hommes à partager un repas durant lequel des dindes et des pigeons furent offerts.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1605, le commandant George Weymouth explorant les côtes de la Nouvelle-Angleterre capture plusieurs membres de la tribu des Patuxets, dont Squanto[1]. Ils sont emmenés en AngleterreFerdinando Gorges, père de la colonisation anglaise en Amérique du Nord, les prend sous sa protection et leur apprend l'anglais[1].

Squanto retourne en Nouvelle-Angleterre en 1614, profitant d'une expédition conduite par John Smith mais il est de nouveau capturé peu de temps après par Thomas Hunt, second de John Smith, en compagnie d'une trentaine d'autres Amérindiens pour être vendus aux Espagnols[1]. Il parvient à fuir l'Espagne et rejoint l'Angleterre puis repart en Nouvelle-Angleterre en 1619, profitant d'une expédition menée par Ferdinando Gorges[1]. Lorsqu'il arrive à son village, il constate que les Patuxets ont été décimés par la variole et part vivre chez les Wampanoags[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Debo 1994, p. 64

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angie Debo (trad. Alain Deschamps), Histoire des Indiens des États-Unis [« A history of the Indians of the United States »], Paris, Albin Michel, coll. « Terre indienne »,‎ 1994, 536 p. (ISBN 978-2-226-06903-0, OCLC 30845062)