Sport d'hiver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression sports d'hiver est apparue à la fin du XIXe siècle pouvant alors désigner les sports pratiqués l'hiver (football, escrime ou la boxe) ou « ceux pratiqués exclusivement l'hiver en raison des conditions climatiques, glace, neige, indispensables à son fonctionnement ». C'est la deuxième définition qui est aujourd'hui retenue avec pour origine le « modèle sportif s'appliquant aux activités physiques pratiqués dans les pays de neige et de glace, invention des gens du Nord c'est-à-dire l'Europe et l'Amérique du Nord avec un rôle prépondérant des Anglais dans la définition des sports ».

Les « sports d'hiver ne sont identifiés et n'acquièrent une relative autonomie dans l'ensemble des sports qu'à partir des années 1907-1908 », suite à l'idée d'hôteliers comme Johannes Badrutt à Saint-Moritz qui réussit en 1885 à faire revenir ses touristes anglais pendant la morte saison en leur proposant de faire de la luge, du patin à glace ou du ski[1].

Au sein de ces sports d'hiver se distinguent deux familles selon la Revue Olympique en 1908 : les sports de glace c'est-à-dire le patinage sous toutes ses formes, et les sports de neige c'est-à-dire le ski, la luge ou le bobsleigh, cependant cette distinction n'est pas figée dans le temps puisqu'aujourd'hui le bobsleigh, la luge ou le skeleton peuvent être considérés comme des sports de glace.

Son développement est lié aux conditions sociales et culturelles - le ski de fond possède des origines paysannes, populaires et rurales, pendant que le patinage est un loisir plutôt urbain, enfin le bobsleigh peut être attaché à l'élite. L'extension des station de sports d'hiver intervient avec l'arrivée du ski alpin après la Première Guerre mondiale conjuguée à la pratique des militaires et la création des Jeux olympiques d'hiver en 1924 à Chamonix qui fut exploitée pour propager ces sports d'hiver.

Liste de sport d'hiver[modifier | modifier le code]

Sports de neige[modifier | modifier le code]

Biathlon[modifier | modifier le code]

Départ d'un « départ en ligne » (dit aussi « mass-start ») en 2006 (Ricco Gross)
Article détaillé : Biathlon.

Le biathlon (du latin bi, « deux », et du grec athlon, « concours ») est une épreuve combinant deux disciplines. Par coutume, quand on parle du biathlon, on évoque la combinaison du ski de fond et tir à la carabine. De nos jours, la pratique du biathlon au haut-niveau est réglementée par l'Union internationale de biathlon qui organise les principales compétitions. Bien que considéré comme discipline du ski ou sport de neige, le biathlon est totalement autonome vis-à-vis de la Fédération internationale de ski, autre institution mondiale ayant autorité sur la majorité des disciplines des sports d'hiver.

Combiné nordique[modifier | modifier le code]

Combiné nordique
Article détaillé : Combiné nordique.

Le combiné nordique est un sport qui combine deux types d'épreuves : le saut à ski et le ski de fond. Il est inscrit au programme olympique. Un pratiquant de ce sport se nomme un coureur du combiné nordique[2]. Ce sport vient de Norvège et associe le saut à ski, qui demande force physique et maîtrise technique, au ski de fond, qui exige endurance et résistance. Il est vraisemblable que cette pratique fut un rituel pour que les enfants deviennent des adultes.

Snowkite[modifier | modifier le code]

Le snowkite est l'utilisation d'une voile de traction avec un snowboard ou des skis.
Article détaillé : Snowkite.

Le snowkite est le pendant du kitesurf en sport d'hiver, la planche de surf étant remplacée dans cette discipline par un snowboard ou des skis. Les pratiquants de ce sport peuvent atteindre des vitesses dépassant les 70 km/h[3].

Lorsqu'il est pratiqué en montagne, l'une des principales différences de ce sport avec ses autres versions (kitesurf, kite buggy,...), est le terrain accidenté rencontré en milieu montagneux. Ces accidents perturbent les flux d'air qui deviennent plus instables qu'en mer (aussi bien en force qu'en direction), compliquant le maniement de la voile.

Speed riding[modifier | modifier le code]

Speed rider avec une voile de 10 m2
Article détaillé : Speed riding.

Le speed riding est un sport associant le ski, le parapente et le parachutisme dont le principe est de descendre les pentes enneigées équipé d'une paire de skis, d'une sellette et d'une voile de faible surface, en alternant la glisse et le vol, pour accéder à des endroits qui n'étaient pas accessibles par les moyens traditionnels.

Woopy jump[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Woopy jump.

Le Woopy Jump est « cousin » du speed riding en utilisant le concept d’aile gonflée pour prolonger des sauts à ski et snowboard.

Airboard[modifier | modifier le code]

un airboard
Article détaillé : Airboard.

L'airboard est une sorte de luge gonflable sur laquelle on s'allonge pour descendre des pentes enneigées, la tête la première.

Monoski[modifier | modifier le code]

Un monoski
Article détaillé : Monoski.

Le monoski est une forme de ski, c'est également le nom de la planche utilisée pour pratiquer ce sport. Comme au snowboard ou au monoboard ou au skwal, les deux pieds y sont attachés sur une seule et même planche. Sur un monoski, les pieds sont côte à côte et pointent dans la même direction que la planche. On utilise des fixations standard de ski ou de type snowboard alpin fixes. Contrairement au snowboard, le monoski se pratique avec des bâtons de ski.

Le monoski est une planche aussi à l'aise dans la neige poudreuse que dans un champ de bosses. C’est un engin polyvalent par excellence.

Raquette à neige[modifier | modifier le code]

Raquettes à neige modernes
Article détaillé : Raquette à neige.

La raquette à neige, appelée plus communément raquette, est un instrument qui permet de marcher sur des couches épaisses de neige molle. Ce mode de déplacement est spécifique aux régions enneigées d'Amérique du Nord et de Sibérie orientale depuis des millénaires alors que le ski, pratique basée sur la glissade, s'est développé préférentiellement en Eurasie. Sortir ou randonner en raquette est aujourd'hui devenu un loisir, que ce soit dans les vastes étendues de forêts ou de toundras boréales ou dans une station de sports d'hiver d'une montagne quelconque au même titre que la marche à pied ou la pratique d'un sport de raquette à neige.

Saut à ski[modifier | modifier le code]

Saut à ski
Article détaillé : Saut à ski.

Le saut à ski (ou saut à skis) est un sport d’hiver dans lequel les skieurs descendent une pente sur une rampe pour décoller (le tremplin), essayant d’aller aussi loin que possible. En addition à la longueur les juges donnent des points pour le style en vol et l'atterrissage du sauteur. Les skis utilisés sont longs et larges.

Le saut à ski est l'une des deux épreuves du combiné nordique.

Ski alpin[modifier | modifier le code]

Bode Miller en slalom géant à Sestrières en Italie
Article détaillé : Ski alpin.

Le ski alpin est un sport de glisse qui consiste, au moyen de skis, à descendre une pente enneigée.

Il existe cinq disciplines en ski alpin qui sont courues chaque année de novembre à mars en coupe du monde de ski alpin et sont toutes présentes aux Jeux olympiques d'hiver et aux championnats du monde de ski alpin. Ce sont des courses contre la montre, le skieur déclenche lui-même le chronomètre par l'ouverture d'un portillon et l'arrête au franchissement d'une cellule photo-électrique. Le coureur descend un parcours dessiné par des portes délimitées par deux piquets, il doit franchir toutes les portes.

Ski acrobatique[modifier | modifier le code]

Ski acrobatique aux JO de 2006 (épreuve de bosses).
Article détaillé : Ski acrobatique.

Le ski acrobatique est une forme de ski présente aux Jeux olympiques d'hiver, il comprend différentes disciplines : le saut, le half pipe, les bosses, les bosses en parallèle, le ballet[4] et le skicross. Ce sport fut reconnu par la Fédération internationale de ski en 1979[5].

Les premières traces du ski acrobatique remonte aux années 1920 avec l'allemand Fritz Rauel qui s'essaya à des figures de patinage mais avec des skis (qu'on appellera plus tard ballet ou acroski), mais ce n'est qu'à partir des années 1960 que cette forme de ski prit un véritable élan, d'une part sur le continent nord-américain où de nombreux spectacles (exhibition) eurent lieu avec épreuves de sauts et de bosses et d'autre part sur le continent européen où de nombreux skieurs cherchent à codifier et à mettre en place de véritables compétitions.

Ski freestyle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ski freestyle.

Le ski freestyle est une discipline du ski alpin considérée comme un sport extrême.

Souvent confondu avec le ski acrobatique (appelé « freestyle skiing » en anglais), le ski freestyle est une nouvelle discipline apparue à la fin des années 1990, issue de plusieurs autres disciplines comme le ski de bosses, le half-pipe ou le saut acrobatique.

Le ski freestyle est pratiqué dans des zones spéciales appelées snowparks ou en hors-piste (on parle alors de « backcountry »). Il consiste à effectuer des figures à partir de structures en neige ou en métal.

Le skieur qui pratique le ski freestyle est appelé « freestyleur » (de l'anglais freestyler), ou plus généralement « rideur » (de l'anglais « rider »).

Ski freeride[modifier | modifier le code]

Ski freeride
Article détaillé : Freeride.

Le Freeride consistait à son origine à pratiquer un sport (ski, snowboard, VTT, motocyclette, motoneige, etc) hors de tout cadre formel, généralement associé au plaisir des grands espaces naturels vierges, de la prise de risque et de l'absence de compétition. Le Freeride de quelque nature qu'il soit est un sport extrême qui demande un effort physique intense. Au fil des années, l'économie aidant, les différentes disciplines ont fini par se formater. Aujourd'hui, il existe du matériel spécifique, des compétitions, des Freeriders professionnels ainsi que des lieux aménagés pour une pratique de masse se developpe principalement en montagne.

Ski de vitesse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ski de vitesse.

Le ski de vitesse ou kilomètre lancé (abrégé en KL) est un sport d'hiver de la famille du ski alpin qui consiste à descendre une piste enneigée le plus vite possible à l'aide de skis. Le règlement sportif n’a pour objet que d’assurer la sécurité du skieur ou « KListe » et l’équité sportive. Le ski de vitesse est le sport non-motorisé où les pointes de vitesses sont les plus hautes après le parachutisme.

Sport de démonstration lors des jeux olympiques d'hiver de 1992, il n'est plus depuis au programme olympique. Le ski de vitesse, géré par la fédération internationale de ski, s'articule autour de deux compétitions internationales : les championnats du monde de ski de vitesse qui se déroulent tous les deux ans et la coupe du monde de ski de vitesse qui se déroule chaque année. Il existe également des compétitions nationales, ponctuelles et/ou entre professionnels pour battre les records du monde.

Ski de fond[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ski de fond.

Le ski de fond est un sport d'hiver de la famille du ski nordique, populaire notamment en Europe du Nord, Canada, Russie ou l'Alaska. De ce sport, se sont développées d'autres disciplines telles que le saut à ski, le combiné nordique (combinaison du saut à ski et du ski de fond) et le biathlon (combinaison du tir à la carabine et du ski de fond). Ce sport se pratique sur des terrains plats ou vallonnées avec la présence de la neige.

Sport olympique dès la mise en place des Jeux olympiques d'hiver en 1924, l'organisme chargé de la réglementation de la discipline et de ses épreuves est la fédération internationale de ski (FIS), cette dernière gère les différentes compétitions qui rythment le calendrier en période hivernale : les championnats du monde (toutes les années sauf année olympique), la coupe du monde (depuis 1982) et la coupe Marathon (depuis 1999 pour les courses longues distances en coopération avec la Worldloppet).

Ski joëring[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ski joëring.

Le ski joëring est une discipline sportive alliant le ski et l'attelage ; le plus souvent équestre, bien qu'il existe une forme canine et une forme motorisée de l'activité. Il se pratique avec un cheval ou un poney attelé qui tire le skieur grâce à un cadre rigide.

Les skis ne doivent pas dépasser 1,50 m pour ne pas gêner le cheval. Ce sport se pratique sur neige damée, en carrière fermée, sur les pistes ou plus rarement sur des chemins. Cette discipline convient aussi bien aux skieurs qu'aux cavaliers.

Le ski joëring sous sa forme équestre a été présenté en sport de démonstration aux Jeux Olympiques de St Moritz (1928).

Skwal[modifier | modifier le code]

Décomposition d'un virage coupé en skwal
Article détaillé : Skwal.

Le skwal est un des nombreux sports de glisse dérivés du ski.

On appelle skwal la planche utilisée pour ce sport. Elle est similaire à un snowboard ou un monoski en ce que les deux pieds sont attachés à la même planche. La particularité de la position de skwal tient au fait que les deux pieds sont l'un devant l'autre, sur une ligne suivant la direction de la planche. Cela diffère de la position sur un snowboard (où les pieds sont en travers de la direction de la planche) et sur un monoski (où les pieds sont côte à côte). On appelle parfois « skwaleurs » et « skwalinettes » les pratiquants et pratiquantes de ce sport. Contrairement au snowboardeur, le skwaleur est de face sur sa planche, ce qui le rapproche plus de la position du skieur. Il s'agit donc bien d'un sport tout à fait à part.

Snowboard[modifier | modifier le code]

Un snowboardeur alpin sur piste
Article détaillé : Snowboard.

Le snowboarding, surf des neiges ou encore planche de neige[6] voire planche à neige[7], est un sport de glisse sur neige. L'équipement se compose d'une planche de snowboard (board en anglais signifie « planche » et snow signifie « neige »), d'une paire de fixations (il en existe plusieurs types) et d'une paire de chaussures adaptées (boots). La position sur la planche est inspirée de celle du surfeur : de profil, les pieds en travers l'un derrière l'autre.

Snowscoot[modifier | modifier le code]

Snowscoots, blanc aluminium 2002, métal Sunn alu 1998
Article détaillé : Snowscoot.

Le snowscoot est un sport d'hiver né dans les années 1990, se pratiquant en glissant sur la neige à l'aide d'un engin.

Le snowscoot est un sport de descente et se pratique dans le même environnement que le ski alpin ou le snowboard, dans des stations de ski ou en hors piste, et ce dans toutes les conditions de neige.

Le snowscoot est un engin composé d'un cadre, de deux planches différentes similaires à des snowboards, d'une fourche et d'un guidon pour orienter la planche avant. La planche arrière est fixée au cadre et celle avant est solidaire de la fourche.

Télémark[modifier | modifier le code]

Skieur de télémark
Article détaillé : Télémark.

Le télémark est la technique ancestrale du ski alpin. La descente se fait alors avec le talon libre, ce qui permet d'exécuter des virages harmonieux dits « virages télémark ». Le virage télémark s'effectue avec un fléchissement de la jambe intérieure. C'est l'une des plus anciennes disciplines de ski, inventée en 1868 par un menuisier du comté de Telemark en Norvège, Sondre Norheim.

Ski de randonnée[modifier | modifier le code]

Ski de randonnée
Article détaillé : Ski de randonnée.

Le ski de randonnée ou ski-alpinisme est une forme de ski alpin plus proche de la nature puisqu’on n’y utilise pas de remontée mécanique, mais, au contraire, on gravit les montagnes en équipant ses skis de « peaux de phoque » avant de les redescendre dans un style alpin.

Lorsque le ski de randonnée fait appel à des techniques d’alpinisme, on parle alors de ski de montagne, anciennement ski-alpinisme[8]. Ce terme étant également celui utilisé pour la compétition.

Il existe une autre forme de ski de randonnée, dite ski de randonnée nordique, pour laquelle les skis sont beaucoup plus proches du matériel de ski de fond que de celui du ski alpin. Cette pratique est majoritaire dans les pays du Nord de l'Europe et au Canada.

Snowboard de randonnée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Snowboard de randonnée.

Le snowboard de randonnée ou snowrando est un sport d'hiver consistant à pratiquer le snowboard sans utilisation de remontées mécaniques, à l'instar du ski de randonnée.

Les snowboards les plus adaptés pour cette pratique sont les snowboards de type freeride ou en queue d'hirondelle car ces planches sont idéales pour le hors-piste[9].

Sports de glace[modifier | modifier le code]

Hockey sur glace[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hockey sur glace.

Le hockey sur glace, appelé le plus souvent hockey, est un sport d'équipe dont la compétition se déroule sur une patinoire spécialement aménagée. L'objectif est de marquer des buts en envoyant un disque de caoutchouc vulcanisé, appelé palet ou rondelle[10], à l'intérieur du but adverse, placé à l'autre extrémité de la patinoire. L'équipe qui comprend un gardien de but et cinq joueurs de champ, se déplace à l'aide de patins et manipule la rondelle à l'aide d'une crosse (terme utilisé en France), également appelée bâton de hockey (Canada) et canne de hockey (Belgique).
Le hockey est originaire du Canada et s'est développé à la fin du XIXe siècle en Amérique du Nord. Sport de vitesse, il est souvent surnommé « sport le plus rapide du monde »[11],[12].

Hockey sur luge[modifier | modifier le code]

Hockey sur luge
Article détaillé : Hockey sur luge.

Le hockey sur luge est un handisport dérivé du hockey sur glace qui est pratiqué par des handicapés moteurs.

Le hockey sur luge respecte les mêmes règles que le hockey sur glace, avec des adaptations pour tenir compte du handicap des joueurs.

Les athlètes sont assis sur une luge fixée sur deux lames de patins. Le palet a la place de passer sous la luge. Les sportifs se déplacent et projettent le palais avec deux bâtons dont une extrémité est pointue.

Hockey sous glace[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hockey sous glace.

Le hockey sous-glace est un sport peu pratiqué et très dangereux, qui consiste à jouer au hockey dans des lacs gelés. Les joueurs évoluent en apnée sous la glace. Ils sont équipés d'une combinaison de plongée, de palmes, d'un masque, d'un tuba et d'une crosse. Le palet flotte et est donc en permanence collé à la glace surfacique. Les joueurs qui évoluent en nageant sur le dos, essaient de pousser le palet dans les buts, également sous la glace. Les équipes sont composées de 2 joueurs, qui se relaient pour pousser le palet. Chaque joueur fait des apnées d'en moyenne 30 secondes, avant de retrouver le trou dans la glace qui lui permet de retrouver l'air de la surface.

Patinage artistique[modifier | modifier le code]

Pirouette cambrée et incliné vers l'arrière.
Article détaillé : Patinage artistique.

Le patinage artistique est un sport et un art exécuté sur la glace avec des patins à lames ou sur un sol dur (« parquet », surface de « glace synthétique », etc.) avec des patins à roulettes traditionnels (quad) ou des patins en ligne (« inline »).

Ce sport est particulièrement populaire en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. D'après Médiamétrie, c'est le seul sport à être davantage regardé par les femmes que par les hommes.

Le mot « patin » vient du grec πᾰτεῖν [patein] qui signifie « marcher ». Le mot anglais « skate » vient du néerlandais « schaats », qui veut dire « os de la jambe ».

Patinage de vitesse[modifier | modifier le code]

Choi Jae-bong en Coupe du monde
Article détaillé : Patinage de vitesse.

Le patinage de vitesse longue piste est une forme de patinage où les pratiquants tentent de parcourir une distance le plus rapidement possible avec des patins. On note qu'il existe une discipline très proche de ce sport : le patinage de vitesse sur piste courte.

Ce sport fut fondé par l'Union internationale de patinage. Il est sport olympique depuis la mise en place des Jeux olympiques d'hiver en 1924 à Chamonix (France).

Bobsleigh[modifier | modifier le code]

Bob à deux féminin (2002)
Article détaillé : Bobsleigh.

Le bobsleigh (ou bob, bobelet) est un sport d'hiver, dans lequel une équipe de deux ou quatre personnes fait une descente chronométrée sur une piste glacée étroite et sinueuse, aux virages relevés, dans un véhicule (ou traîneau) caréné, orientable et mu par la gravité (et les mollets des occupants au départ), pouvant dépasser les 150 km/h en compétition[13]. Ses pratiquants sont appelés « bobeurs » (« bobeuses » chez les femmes).

Les grandes compétitions internationales de bobsleigh sont toutes sous la gouvernance de la fédération internationale de bobsleigh et de tobogganing (FIBT) et les compétitions nationales sont sous la gouvernance des propres fédérations nationales. La compétition la plus prestigieuse reste les Jeux olympiques d'hiver qui ont lieu tous les quatre ans.

Luge de course[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Luge de course.

Une luge est un véhicule sur lequel on s'assied pour glisser sur la neige ou sur la glace. Elle se différencie du traîneau qui utilise une force motrice (souvent des animaux) pour se mouvoir.

Il s'agit d'un sport où le lugeur dévale une piste en position allongée les pieds en avant. Les premières compétitions se sont déroulées en Suisse dès 1883. C'est en 1955 que débutèrent les premiers championnats du monde et il fallut attendre encore neuf ans avant que cette discipline ne fasse partie des Jeux olympiques.

Moto sur glace[modifier | modifier le code]

Speedway sur glace
Article détaillé : Moto sur glace.

La moto sur glace est une discipline de compétition motocycliste consistant en une adaptation sur glace du speedway. Certains emploient l'expression de « Speedway sur glace », en traduisant littéralement le « ice speedway » anglo-saxon.

Un championnat du monde de moto sur glace reconnu par la Fédération internationale de motocyclisme est en place depuis 1966. L'URSS, puis la Russie écrase la discipline. Les pays nordiques, Suède et Finlande au premier chef, disposent également de pilotes de tout premier rang. La République tchèque, l'Allemagne, la Pologne, le Kazakhstan et les Pays-Bas, notamment, pratiquent également à haut niveau la moto sur glace. Ainsi, lors de la dernière édition des championnats du monde (2004), sept pilotes russes se trouvaient dans les dix premiers du classement final de la saison ; un Finlandais, un Suédois et un Allemand complétant ce top-10.

Skeleton[modifier | modifier le code]

Skeletonneur dans sa course de départ
Article détaillé : Skeleton.

Le skeleton est un sport d'hiver individuel qui tout comme le bobsleigh se pratique dans un couloir de glace étroit en descente. Le skeleton se pratique individuellement sur une planche ressemblant à la luge sportive mais contrairement à la luge de course, le skeletoneur se place sur son engin à plat ventre la tête devant.

Le but de cette discipline est de parcourir la descente en un minimum de temps. La piste mesure au minimum 1 200 mètres de long avec une dénivellation maximale de 12 % environ. Les vitesses atteintes durant la descente sont de l'ordre de 120 à 140 km/h en fonction de la piste. Dans certains virages, le pilote peut subir jusqu'à g d'accélération.

Curling[modifier | modifier le code]

Une patinoire avec 4 pistes de curling, durant une compétition.
Article détaillé : Curling.

Le curling est un sport de précision pratiqué sur la glace avec de lourdes pierres en granite poli.

Le but est de placer les pierres le plus près possible d'une cible dessinée sur la glace, appelée maison.

Il est généralement admis que ce jeu a été inventé au XVIe siècle en Écosse, en dépit de l'existence de deux tableaux de Pieter Bruegel l'Ancien qui représentent des paysans hollandais en train de jouer au curling. Quelle que soit la vérité, le jeu du Curling en extérieur était très populaire en Écosse entre le XVIe et le XIXe siècle lorsque le climat était suffisamment froid pour assurer de bonnes conditions de glace lors de chaque hiver.

Cela explique aussi que le siège de la Fédération mondiale de curling soit à Perth en Écosse.

Le curling est un sport officiel des Jeux olympiques d'hiver depuis les Jeux olympiques d'hiver de 1998. Certains considèrent que le curling était déjà une compétition officielle lors des Jeux olympiques d'hiver de 1924 où un tournoi avait eu lieu.

Eisstock[modifier | modifier le code]

Eisstock
Article détaillé : Eisstock.

Le eisstock (en allemand : eisstockschiessen) est un sport d'hiver avec des points communs au curling et est considéré comme la pétanque sur glace, mais des événements ont aussi lieu en été.

C'est un sport traditionnel pratiqué dans les pays alpins tels que l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse (plus le Luxembourg), mais son essor ne dépasse pas ces pays-là.

Deux équipes de trois joueurs s'opposent, chacune étant munie de disques (« Eisstöcke ») pourvus d'une poignée de trente centimètres et pesant 4,3 kilogrammes. Le but est de lancer le plus près possible d'un palet en caoutchouc de 12 centimètres de diamètre qui sert de but (« cochonnet »).

Bandy[modifier | modifier le code]

Match féminin
Article détaillé : Bandy.

Le bandy est un sport collectif, ancêtre du hockey sur glace. Le bandy se pratique sur des terrains de football gelés. Chaque équipe compte onze joueurs sur le terrain. Les joueurs munis de patins se disputent à l'aide d'une crosse une petite balle de liège de couleur orange. Le système du hors-jeu est similaire à celui en usage en football. La partie dure deux fois quarante-cinq minutes avec une pause d'un quart d'heure entre les deux périodes. Le gardien arrête les tirs à mains nues.

Ballon-balai[modifier | modifier le code]

Partie de ballon-balai
Article détaillé : Ballon-balai.

Le ballon-balai est un sport collectif, se jouant sur une patinoire de même dimension que celle utilisée pour le hockey sur glace. Deux équipes, chacune de six joueurs (dont un gardien) s'affrontent. Le but du jeu est de marquer plus de buts que son adversaire. Les buts sont inscrits en frappant la balle dans les filets adverses en utilisant son balai. Les tactiques et le jeu sont similaires au hockey sur glace.

Voile sur glace[modifier | modifier le code]

Voile sur glace sur le lac Balaton.
Article détaillé : Voile sur glace.

Le nom français selon Le grand dictionnaire terminologique pour l’embarcation à voile se déplaçant sur une surface gelée est le char à glace.

La voile sur glace est une activité très ancienne. On retrouve l’origine de celle-ci dans les Pays-Bas alors que vers le milieu du XVIIe siècle, on plaçait des patins sous les bateaux à voile pour qu’ils puissent se déplacer sur les canaux gelés.

En Amérique du Nord, les Hollandais introduisirent ce type d’embarcation sur le fleuve Hudson. On ajoutait des patins aux quatre coins du bateau pour le faire glisser sur la glace du fleuve.

Ringuette[modifier | modifier le code]

Un match de la Ligue Nationale de Ringuette au Canada.
Article détaillé : Ringuette.

La ringuette a été inventée au Canada, il y a 50 ans. C'est un sport d'équipe se pratiquant sur une patinoire en patins, avec un bâton droit sans palette, un anneau de caoutchouc bleu[14] et l'équipement protecteur approprié. L'objectif est de faire pénétrer l'anneau dans le filet adverse[15]. Ce sport est majoritairement joué par des femmes et des filles. Chaque équipe a cinq joueuses et une gardienne. Les règles de la ringuette[16] mettent l'emphase sur le jeu de passe, la vitesse, les aptitudes à patiner et l'absence de tout contact physique ( interdiction des mise en échec). La rapidité, le jeu d'équipe et la sécurité sont les principes fondamentaux de la ringuette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Terret, Histoire des sports, L'Harmattan,‎ 1996, p. 161
  2. Lexique officiel des sports olympiques d'hiver, lexique-jo.org.
  3. Résultats d'une compétition de snowkite de vitesse
  4. Le ballet est aussi appelé acroski
  5. Présentation du ski acrobatique sur www.olympic.org
  6. Terme recommandé par la DGLF
  7. Terme recommandé par l'OQLF
  8. Communiqué FFME : Le ski-alpinisme devient ski de montagne
  9. Snowboard
  10. Le terme rondelle est le seul terme francophone reconnu au Canada alors que dans les autres pays, le terme palet est préféré.
  11. « Hockey sur glace : pour ne pas rester en froid », sur Conseil général du Loiret,‎ 06/02/2003 (consulté le 19 octobre 2008)
  12. « Le hockey français, à toute vitesse », sur Valeurs actuelles,‎ 9 mai 2008 (consulté le 19 octobre 2008)
  13. La piste de bob de St-Moritz et ses maîtres ès glace - SwissInfo.ch, 22 février 2010
  14. Le mot anneau se dit ring en langue anglaise, d'où le nom d'origine ringuette.
  15. les filets sont identiques à ceux utilisés au hockey sur glace
  16. Règles de la ringuette

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Arnaud et Thierry Terret, Le rêve blanc : Olympisme et sports d'hiver en France : Chamonix 1924, Grenoble 1968, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux,‎ 12 avril 1995 (ISBN 978-2-8678-1134-0)