Spoonful

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Spoonful

Single par Howlin' Wolf
Face B Howlin' for My Darling
Sortie 1960
Enregistré juin 1960
Chess Studios, Chicago
Durée 2:45
Genre blues
Format Disque phonographique
Auteur-compositeur Willie Dixon
Producteur Leonard Chess, Phil Chess, Willie Dixon
Label Chess (Cat No. 1762)

Singles par Howlin' Wolf

Spoonful

Chanson par Cream
extrait de l'album Wheels of Fire
Sortie juillet-août 1968
Enregistré 10 mars 1968
Winterland Ballroom (San Francisco)
Durée 16:48
Genre Blues-rock, acid rock
Auteur-compositeur Willie Dixon
Producteur Felix Pappalardi
Label Polydor (Cat. No. 583 031/2) (UK)
Atco (Cat. No. SD-2-700) (US)

Pistes de Wheels of Fire

Spoonful est un standard du blues écrit par Willie Dixon et initialement enregistré en 1960 par Howlin' Wolf[1]. La chanson est librement inspirée de A Spoonful Blues, chanson enregistrée en 1929 par Charley Patton (Paramount 12869)[2], elle-même apparentée à All I Want Is A Spoonful enregistrée en 1925 par Papa Charlie Jackson, et à Cocaine Blues de Luke Jordan (1927).

La version de Howlin' Wolf a été introduite au Blues Foundation Hall of Fame en 2010 dans la catégorie Classics of Blues Recordings[3] et le Rock and Roll Hall of Fame l'a listée parmi les 500 Songs that Shaped Rock and Roll[4]. Spoonful est aussi classée 219e par le magazine Rolling Stone dans la liste 500 Greatest Songs of All Time[5].

Version de Howlin' Wolf[modifier | modifier le code]

Spoonful a une structure de blues à un accord classique dans les compositions de Dixon pour Wolf, telles que Wang Dang Doodle et Back Door Man mais aussi dans les propres compositions de Wolf comme Smokestack Lightning.

Wolf est au chant ; il est accompagné de Hubert Sumlin (guitare), Freddie Robinson (seconde guitare), Otis Spann (piano), Fred Below (batterie) et Dixon (contrebasse). Certains suggèrent que Freddie King était à la seconde guitare, mais Sumlin comme Robinson affirment qu'il s'agissait bien de Robinson[6]. En 1962, la chanson est incluse dans le deuxième album de Wolf, Howlin' Wolf (Chess LP-1469), qui compile divers singles sortis au long de sa carrière.

En 1968, Wolf réenregistre à contrecœur Spoonful et d'autres classiques selon la volonté de Marshall Chess d'en moderniser la sonorité pour l'adapter au marché du rock alors en pleine ébullition. Contrairement à la version de 1971 enregistrée sur The London Howlin' Wolf Sessions (Chess LP-60008), où il est accompagné entre autres par Eric Clapton, Steve Winwood, Bill Wyman et Charlie Watts, la version de 1968 a été enregistrée avec des musiciens de studio peu connus. L'album issu de ces réenregistrements de 1968, The Howlin' Wolf Album (Cadet Concept LPS-319), est un échec commercial et musical[7], Wolf déclarant à son propos dans une interview à Rolling Stone : « Mec… ce truc est de la merde en barre[7],[8] ».

En 2013, la chanson apparaît dans le film Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street) de Martin Scorsese.

Version de Cream[modifier | modifier le code]

Le groupe de blues-rock Cream enregistre Spoonful pour la version britannique leur premier album sorti en 1966, Fresh Cream (Reaction 591 001). Sur la version américaine de Fresh Cream (Atco SD 33-206), I Feel Free remplace Spoonful. La chanson sort aux États-Unis en 1967 sur les deux faces d'un single (Atco 45-6522) : la face A s'interrompt au moment du break instrumental et la face B commence juste avant le troisième couplet. Elle est également présente dans la partie en concert de l'album Wheels of Fire, dans une version de près de dix-sept minutes.

Autres versions[modifier | modifier le code]

Spoonful a été reprise par divers artistes tels que The Blues Project (sur l'album Live at The Cafe Au Go Go), Etta James (sur l'album At Last!), le Paul Butterfield Blues Band, Canned Heat, Dion DiMucci, les Allman Joys, Shadows of Knight, Ten Years After, The Grateful Dead, Gov't Mule, The Who, Delbert McClinton, Johnny Diesel (Short Cool Ones), Chris Whitley (Perfect Day), My Midnight Creeps, Blues Creation et par l'auteur lui-même Willie Dixon. La chanson de Charley Patton est disponible sur sa compilation The Music Never Stopped: Roots of the Grateful Dead.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gerard Herzhaft, Encyclopedia of the Blues, Fayetteville, University of Arkansas Press,‎ 1992, 5e éd. (ISBN 978-1-55728-252-1, lien LCCN?), p. 513
  • (en) James Segrest, Hoffman, Mark, Moanin' at Midnight: The Life and Times of Howlin' Wolf, New York, Pantheon Books,‎ 2004, 1e éd. (ISBN 978-0-375-42246-1, lien LCCN?), p. 397

Références[modifier | modifier le code]

  1. Herzhaft1992, p. 471
  2. Segrest2004, p. 173
  3. (en) « Blues Hall of Fame - Inductees », The Blues Foundation,‎ 2010 (consulté le 30 avril 2010)
  4. (en) « Songs that Shaped Rock and Roll », Rock and Roll Hall of Fame (consulté le 14 juillet 2010)
  5. (en) « 500 Greatest Songs of All Time », Rolling Stone,‎ 2004 (consulté le 15 octobre 2009)
  6. Segrest2004, p. 369
  7. a et b Segrest2004, p. 249-250
  8. « Man ... that stuff's dogshit. »

Notes[modifier | modifier le code]