Spirale du silence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La spirale du silence est une théorie sociologique et de science politique formulée par la sociologue allemande Elisabeth Noelle-Neumann en 1974. Elle s'intéresse à l'influence de l'opinion publique et des médias sur les choix des individus.

Théorie[modifier | modifier le code]

La thèse d'Elisabeth Noelle-Neumann, publiée en 1974[1], se base sur le constat que l'individu est sensible à son environnement social. Si ses opinions se retrouvent à contre-courant de l'opinion publique, véhiculée par les médias de masse, l'individu, face à la crainte de se retrouver isolé dans son environnement social, aura tendance à taire son avis.

« [L'individu] peut se trouver d'accord avec le point de vue dominant. Cela renforce sa confiance en soi, et lui permet de s'exprimer sans réticence et sans risquer d'être isolé face à ceux qui soutiennent des points de vue différents. Il peut, au contraire, s'apercevoir que ses convictions perdent du terrain ; plus il en sera ainsi, moins il sera sûr de lui, moins il sera enclin à exprimer ses opinions. »

— Elisabeth Noelle-Neumann[2]

Pour vérifier sa théorie, l'auteur étudie notamment les élections de 1972 en République fédérale d'Allemagne (RFA) et démontre un changement radical de l'intention de vote en faveur de l'opinion la plus fortement présentée par les médias, notamment chez les femmes, jugées « en général moins sûres d'elles en matière de politique »[2].

Elisabeth Noelle-Neumann souligne également que l'individu n'a d'autre solution, pour évaluer le « climat d'opinion » (l'opinion publique qui se dessine), que de recourir aux médias de masse. Elle questionne le rôle de ces derniers, à savoir s'ils anticipent l'opinion publique ou s'ils ne font que la refléter, puis répond : « Selon le mécanisme psycho-social que nous avons appelé « la spirale du silence », il convient de voir les médias comme des créateurs de l'opinion publique[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elisabeth Noelle-Neumann, « The spiral of silence: a theory of public opinion », Journal of Communication, 24 : 43-54, 1974
  2. a, b et c Elisabeth Noelle-Neumann, « La spirale du silence », Hermès, no 4, CNRS Éditions, Paris, 1989, traduction de Gilles Achache, Dorine Bregman, Daniel Dayan [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]