Special K (céréales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Special K

Special K est une marque de céréales fabriquée par Kellogg's, introduite aux États-Unis en 1956. Leurs céréales sont principalement constituées de riz et de blé. Elles visent un public féminin, elles ont donc une faible teneur en matières grasses, ce qui peut aider à faire perdre du poids.

Valeurs nutritionnelles[modifier | modifier le code]

Les céréales Special K fournissent 110 calories par bol de 29 grammes. Une portion contient 0 gramme de gras, 22 grammes de glucides, 2 grammes de sucre et 5 grammes de protéines.

Au Royaume-Uni, une récente campagne de publicité a été axée sur les résultats d'une étude menée en collaboration avec le Département de Sciences Humaines de l'Université de Loughborough sur des sujets volontaires pour remplacer deux repas par jour avec un bol de céréales. L'étude aurait constaté que, « après les deux semaines, 75 % des sujets avaient la taille et les hanches fines ». Les universitaires et les scientifiques ont conclu que la majorité de ce résultat était dû à la perte de graisse[réf. nécessaire].

Controverses en Europe[modifier | modifier le code]

Au Danemark, des produits de Kellogg's ont été interdits depuis 2004. Les autorités de santé danoises ont interdit ces céréales parce que, selon eux, Kellogg's visait à ajouter à taux élevé de la vitamine B6, de l'acide folique et du fer. L'ingestion journalière de portions normales de ces céréales donnerait lieu à des complications. Des enfants seraient en risque de dommages au foie et aux reins, et les fœtus des femmes enceintes pourraient souffrir de complications à cause de ces toxines[1].

Une émission néerlandaise L'Autorité de la Valeur (en néerlandais : Keuringsdienst van Waarde[2]) diffusée le 15 octobre 2009 aux Pays-Bas a enquêté sur une des promesses nutritionnelles de Kellogg's Special K, étant l'utilité du fer ajouté aux céréales. Cette émission a démontré que ce fer n'était pas du fer nutritionnel « ionique » - comme on le trouve dans des nutriments naturels, comme de la viande, du poisson - mais en fait il s'agit du fer « métallique », ou plus simplement dit : de la limaille de fer, dispersée sur les céréales. Kellogg's n'a pas voulu commenter cette démonstration, affirmant qu'il s'agit d'un secret industriel. Quelques expériences simples ont étonné et convaincu des professeurs d'université de nutrition ainsi que des chercheurs dans l'industrie métallurgique. Les intervenants sont d'accord que du fer metallique (limaille de fer) ne devrait jamais faire partie de n'importe quel régime nutritionnel. De plus, le corps humain est incapable d'absorber du fer métallique. La limaille de fer pourrait en outre endommager les dents. Aux Pays-Bas, suivant l'exemple danois, on a suggeré d'interdire la vente des céréales Kellogg's Special K pour protéger les enfants, les enfants à naître et la santé générale du public[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]