Spearhead from Space

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spearhead from Space
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1970-1973, 1996.svg
Le logo de la série (période 1970-1973)

Titre original Spearhead from Space
Numéro d'épisode Saison 7 (1re série)
Épisode 1 (ou 51)
Code de production AAA
Réalisation Derek Martinus
Scénario Robert Holmes
Production Derrick Sherwin
Durée 4 x 25 minutes
Diffusion 3 janvier 1970 au 24 janvier 1970 sur BBC One
Personnages Docteur :
3e (Jon Pertwee)
Compagnons :
Liz Shaw
Brigadier Lethbridge-Stewart
Chronologie
Précédent The War Games Doctor Who and the Silurians Suivant
Liste des épisodes

Spearhead from Space (Fer de lances venu de l'espace) est le cinquante-et-unième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who, diffusé pour la première fois en quatre parties hebdomadaires du 3 janvier au 24 janvier 1970. Cet épisode, qui est le premier de la saison 7 de la première série, marque l'arrivée de Jon Pertwee dans le rôle principal et celui de Caroline John dans le rôle de Liz Shaw. Tentant un nouveau concept pour la série, l'épisode montre pour la première fois les Autons. Il s'agit aussi du premier épisode de la série tourné et diffusé en couleur.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alors que la direction de UNIT fait face à une vague étrange de chutes de météorites, un homme prétendant être le Docteur est retrouvé dans un hôpital.

Casting[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Forcé par les Seigneurs du Temps à se régénérer et à être exilé sur Terre, le Docteur atterri à bord de son TARDIS et s'écroule après en avoir franchi la porte. Il est emmené à l'hôpital d'Ashbridge à Epping, mais son anatomie inhabituelle stupéfie les médecins.

Au moment de son arrivée, une vague de météorites tombe sur la campagne anglaise depuis 6 mois et un braconnier découvre un étrange polyèdre de plastique sur les lieux d'un des crashs. Le chef de UNIT, le Brigadier Lethbridge-Stewart tente alors de recruter le Dr Elizabeth Liz Shaw afin de servir de conseillère scientifique dans cette affaire de météorites. Shaw se montre toutefois sceptique lorsque le Brigadier lui parle d'invasion d'extra-terrestres et n'aime pas être déplacé hors de son laboratoire de Cambridge. Le Brigadier entend aussi parler d'un homme étrange dans un hôpital que l'on aurait retrouvé non loin des sites de crash. Seulement, celui-ci ne ressemble pas du tout physiquement au Docteur tel qu'il l'a rencontré par deux fois dans le passé et il ne lui accorde pas d'importance.

Les différents polyèdres de plastique sont en réalité les fragments d'une entité extra-terrestre du nom de la Conscience Nestene. Bien que sans corps, elle possède une affinité avec le plastique et est capable d'animer des humanoïdes de plastiques connus sous le nom d'Autons. La conscience a pris la tête d'une fabrique de jouets en plastiques à Epping et tente de remplacer les membres du gouvernements par des répliques autons. Les humains à la direction de la fabrique ont été replacé par leurs sosies Autons, à l'exception d'un employé, Ransome, parti 6 mois aux USA. Enquêtant autour de l'usine, il va se retrouver poursuivis par des Autons moins formés et semblables à des mannequins de plastiques. Ceux-ci tentent de trouver les polyèdres possédés par UNIT et par le braconnier.

Après s'être fait attaquer par des Autons et s'être échappé en fauteuil roulant, le Docteur parvient à voler des vêtements et une voiture et à atteindre la base d'UNIT où se trouve le TARDIS. Il s'aperçoit que son vaisseau est bloqué par les seigneurs du temps sur Terre et il parvient à convaincre le brigadier qu'il est le même homme qui par le passé l'a aidé à vaincre la Grande Intelligence et les Cybermen. Avec l'aide de Liz, il découvre le plan de la conscience Nestene, au moment où celle-ci se met à réveiller des Autons un peu partout en Angleterre et que ceux-ci se mettent à tuer des innocents. Le Docteur crée un appareil à électrochoc qu'il pense suffisant pour arrêter les Autons.

UNIT décide de s'attaquer à l'usine, mais les Autons sont insensibles aux balles. À l'intérieur, le Docteur et Liz rencontrent Channing. Il vient de créer une créature semblable à une pieuvre géante pour que celle-ci puisse parfaire l'invasion de la Terre par la conscience Nestene. Avec l'aide de Liz utilise sa machine pour tuer au moment où celle-ci s'empare du Docteur. La conscience morte, les Autons se désactivent tous.

Le Brigadier à peur du retour des Nestenes et demande à ce que le Docteur l'aide. Celui-ci accepte de rejoindre UNIT à condition qu'on puisse l'aider à réparer son TARDIS et qu'il puisse garder la voiture qu'il a emprunté. Afin de l'aider, Liz devient son assistante.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • On ne voit pas la régénération du Docteur entre le second et le troisième Docteur. Celle-ci obtiendra finalement son nom définitif dans « Planet of the Spiders ».
  • L'exil du Docteur sur Terre commence à partir de cet épisode et durera le temps de trois saisons, le TARDIS étant stocké dans le QG Londonien d'UNIT.
  • C'est la première fois de la série que l'on explique que les Seigneurs du Temps ont deux cœurs[1]. Une anomalie qui entre en contradiction avec ce que l'on sait de lui dans The Wheel in Space et dans « The Edge of Destruction. » De plus, apprend que leur sang n'est pas humain et que leur cœur réagit à 10 battements par minute.
  • Le Docteur affirme qu'il peut dialoguer avec ses sourcils selon le langage de la planète Delphon.
  • Lorsque Liz Shaw demande au Docteur quel est sa spécialité, il répond "a peut-près tout." Il aura exactement la même réponse dans « Utopia »
  • Alors que le Docteur prend sa douche, on peut voir un tatouage de cobra. (Que Pertwee porte depuis son engagement dans la Navy.) Ce tatouage ne réapparaîtra jamais dans la série et ne sera jamais expliqué. Les fans de la série ont théorisé qu'il s'agissait là d'une marque des Seigneurs du Temps pour montrer que le Docteur est un criminel[2].
  • Le Docteur vole une voiture du même modèle que Bessie sur le parking de l'hôpital sur lequel est inscrit "réservé aux docteurs."
  • Le Docteur dit au Brigadier que son nom est "John Smith", un alias déjà utilisé dans « The Wheel in Space. »[3]
  • Les Autons réapparaitront dans « Terror of the Autons » (1971), « Rose » (2005) et « La Pandorica s'ouvre » (2010). On peut les voir brièvement dans « L.I.N.D.A ».

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

Cet épisode marque un tournant pour la série, décidé un an plus tôt par Derrick Sherwin alors qu'il commençait à envisager le poste de producteur de la nouvelle série. Celui-ci sentait que la série devait prendre une nouvelle voie, notamment lorsqu'il eu la confirmation que Patrick Troughton arrêterait la série après la saison 6 et que Nicholas Courtney était intéressé à l'idée de jouer un rôle régulier dans Doctor Who. De plus le succès de « The Web of Fear » et de « The Invasion » confirmaient qu'il y avait une audience pour des histoires de Doctor Who se déroulant dans un milieu contemporain.

Les nouvelles bases furent posées par les producteurs Peter Bryant et Derrick Sherwin au début de l'année 1969 : le Docteur serait dorénavant en exil sur Terre dans un époque contemporaine ou un futur peu lointain et travaillerait de concert avec l'agence UNIT. Avec le départ de Jamie et Zoe, une nouvelle compagne pour le Docteur fut esquissée par Sherwin avec l'aide du script-éditor (responsable des scénarios) Terrance Dicks. Cette nouvelle femme devait être intelligente et plus mature que les jeunes filles accompagnant le Docteur depuis le départ de Susan, afin de pouvoir l'aider dans ses expériences scientifiques. Le personnage du Dr. Liz Shaw fut établi après avoir longtemps été décrit sous le nom de "Liz Shore."

Le 12 février 1969, Terrance Dicks demanda au scénariste Robert Holmes de lui écrire un scénario, nommé "fac-similé" et mettant en scène une tentative d'invasion de la Terre. Holmes s'inspira des technologies plastiques, de plus en plus utilisée dans l'industrie, pour écrire son scénario. Il fut officiellement bouclé le 3 juin 1969. Celui-ci connaîtra de nombreux remaniements par la suite. Ainsi à l'origine, le Docteur devait être enlevé afin d'être interrogé et devait s'échapper en faignant l'inconscience, et les Autons devaient être tués par un son à haute fréquence envoyé par les différentes radios d'Angleterre. Le nom de Liz Shaw fut définitivement établi. Le titre définitif de "Spearhead from Space" ne fut finalement établi que vers le mois de septembre.

Casting[modifier | modifier le code]

Le choix du nouvel acteur chargé d'incarner le Docteur se portait initialement sur Ron Moody dont le rôle de Fagin dans le film Oliver ! correspondait au Docteur que Bryant et Sherwin voulaient établir, mais celui-ci déclina. Un acteur de soap-opéra, Stratford Johns, fut évoqué. Finalement, Peter Bryant fut contacté par Richard Stone, l'agent de Jon Pertwee, alors populaire pour avoir joué dans la série radiophonique "he Navy Lark." De plus, l'ex-femme de Pertwee, Jean Marsh était déjà apparue dans deux épisodes de Doctor Who, « The Crusade » et « The Daleks' Master Plan. » Pertwee signa le contrat pour joué le Docteur durant la saison 7, le 21 mai 1969.

Pour jouer le Docteur, Pertwee eu pour instruction de ne pas en faire trop et de rester lui-même tel qu'il était dans la vraie vie. De même la costumière Christine Rawlins, s'inspira du costume que portait Pertwee à la conférence de presse de présentation de la nouvelle saison, le 7 juin 1969, pour établir les nouveaux habits du Docteur, plus dandys que fantaisistes.

Le nom de Caroline John fut soumis à Sherwin et Bryant en juillet 1969 pour le rôle de Liz Shaw. Celle-ci faisait carrière dans les séries télé depuis des années. Son nouveau rôle fut annoncé à la presse le 10 septembre 1969.

Talfryn Thomas jouera le rôle de Dave dans l'épisode « The Green Death »

Post-production[modifier | modifier le code]

La BBC prit la décision d'émettre en couleur à partir de novembre 1969. Il fut décidé que la saison 7 de Doctor Who serait la première à être diffusée en couleur. Il fut aussi décidé de réduire le nombre d'épisode par saison drastiquement, afin que la série soit diffusée sur 6 mois (et non plus 9 comme auparavant) la production éreintante de la série étant la principale raison du départ de Patrick Troughton. La décision fut prise que les nouvelles saisons de la série ne débuteraient plus à l'automne, comme les années précédentes mais au début de l'année.

Avec l'arrivée en couleur, un nouveau générique fut créé par Bernard Lodge, déjà créateur des deux premiers génériques. Celui-ci est constitué de losanges concentriques psychédéliques qui changent de couleur suivant des sortes de vagues, avant de se transformer en spirale. Le visage du Docteur apparaît avant le titre. À l'origine, Jon Pertwee devait rejeter sa cape face à l'écran mais cette idée fut abandonnée. Un générique de fin fut créé aussi, au lieu d'avoir un simple déroulement de crédits sur fond noirs comme précédemment.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur engagé pour cet épisode fut Derek Martinus, qui avait précédemment filmé l'épisode « The Ice Warriors » deux ans auparavant, malgré le souhait de ne plus travailler pour Doctor Who. Ce sera son dernier tournage pour la série.

Les premiers plans de la série furent tournés le 13 septembre 1969 à Favourite Doll Factory, une véritable fabrique de poupée dans le quartier d'Holloway à Londres. Le tournage des plans en extérieur débuta le 14 septembre 1969 dans le quartier d'Ealing, puis le 15 à la Royal Horticultural Society de Wisley dans le Surrey afin de simuler les jardins de l'hopital.

Le tournage en studio devait le 13 octobre 1969 et chaque partie devaient être enregistrées tous les lundis au Studio 4 du Centre Televisuel de la BBC, mais des remous à la BBC empêchèrent le travail de s'exécuter. L'épisode fut enregistré entièrement sur films au lieu d'être enregistrés sur cassettes vidéos (il s'agira du seul épisode de la série à être enregistré de cette façon.) Le tournage eu lieu à l'Engineering Training Centre de la BBC, à partir du 8 octobre 1969, sauf les parties se situant dans la maison de Seeley (enregistrés dans un cottage de Radford dans le Worcestershire) les scènes dans la tente de l'armée (enregistrés dans les studios de Van Arden à Londres) les scènes de maquettes ainsi que la confrontation entre le Docteur et la créature (filmés dans les studios d'Ealing de la BBC) et la visite du musée de Madame Tussauds filmés dans le musée lui-même. Caroline John révélera d'ailleurs en interview que le lieu lui filait la chair de poule et qu'elle n'a pas eu de mal à avoir une mine effrayée. De plus, certaines scènes furent tourné dans un bunker de la BBC creusé en cas de troisième guerre mondiale (l'équipe de tournage dû signer un papier les obligeant à se taire sur l'emplacement de ce bunker.)

Au moment du tournage de la série, la BBC décida de muter Peter Bryant et Derrick Sherwin à la coproduction d'une série anglo-allemande, Paul Temple et la production fut confiée en catastrophe au réalisateur Barry Letts qui avait eu en charge autrefois l'épisode « The Enemy of the World »

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 3 janvier 1970 23:38 8,4 Film 16mm couleur
Épisode 2 10 janvier 1970 24:21 8,1 Film 16mm couleur
Épisode 3 17 janvier 1970 24:16 8,3 Film 16mm couleur
Épisode 4 24 janvier 1970 24:47 8,4 Film 16mm couleur
Diffusé en quatre parties du 3 janvier au 24 janvier 1970, l'épisode fit un plutôt bon score pour le retour de la série[4].

L'épisode est plutôt bien accepté par les spectateurs qui voient dans un renouveau intéressant de Doctor Who et trouve le ton plus adulte intéressant[5]. La scène où les Autons sortent des vitrines et tuent des passants au hasard fut longtemps considéré comme l'une des plus effrayante que la série est connue et est à l'origine d'une expression : "les spectateur de derrière le canapé" (behind the sofa) qui catégorisait les jeunes enfants à la fois fan de la série et terrorisé par les monstres.

Le 17 janvier 1970, la diffusion des aventures du Docteur en comic repris sa parution dans le magazine "TV Comics." Ces comics en plusieurs parties racontaient des histoires indépendantes des épisodes de la série. Le Docteur y abordait pour la première fois l'apparence de Jon Pertwee, n'était accompagné momentanément que du Brigadier et vivait ses aventures sur Terre[6].

L'épisode fut rediffusé en un seul bout en juillet 1971[7] et en 1999[8]. De plus, il fut diffusé le 31 mars 2013 aux USA pour fêter les 50 ans de la série et représenter "l'ère Pertwee."

Critique moderne[modifier | modifier le code]

Dans Doctor Who : The Television Companion (1998), David J. Howe et Stephen James Walker saluent cet épisode comme étant fondateur de la nouvelle tonalité de Doctor Who et comme étant celui des "premières fois." [5]

Selon Patrick Mulkern de Radio Times, cet épisode est une "entrée extraordinaire pour le nouveau Docteur" et marque une très bonne performance de Nicholas Courtney. Pour lui, le seul point désolant de l'épisode est la représentation de la conscience Nestene et le combat final avec la créature, très surjoué[9]. Christopher Bahn du site A.V. Club trouve quant à lui que les Autons sont assez secondaire dans cet épisode dont le but principal est d'introduire le nouveau casting et les nouveaux enjeux, même si cela amène de nombreux excitants. Il dénote toutefois un long remplissage avant que l'épisode ne rentre vraiment en action[10]. Le critique d'IGN, Arnold T. Blumburg mis 9/10 à l'épisode lors de sa ressortit en DVD estimant qu'il s'agit là d'une "complète revigoration de la série qui se regarde comme un film à part entière."[11] James Peaty de en of Geek's explique qu'il s'agit du meilleur épisode d'introduction d'un "nouveau Docteur" dans la série avec « Le Prisonnier zéro » et loue le jeu de Nicholas Courtney et de Caroline Johns qui permette d'oublier que le Docteur est à peine présent durant la première partie[12].

Lors de la sortie de l'épisode en 2002, le critique du site "DVD Talk" J. Doyle Wallis mettra 3/5 pour cet épisode possédant un bon méchant mais ne faisant pas vraiment jouer le Docteur malgré son côté "épisode d'introduction"[13] néanmoins, sur le même site, Ian Jane donnera une note de 4/5 pour la prestation de Jon Pertwee, l'ambiance et l'écriture de l'épisode[14]. En 2011 la ressortit de l'épisode avec « Terror of the Autons » donna lieu à un article dans "SFX Magazine" dans lequel Ian Berriman critique le côté irritant du personnage de Liz et se moque du combat final du Docteur contre les tentacules[15].

En 2009, le magazine SFX mis la scène où les Autons envahissent la ville comme l'un des seconds moments les plus effrayant de Doctor Who après l'attaque des Anges dans « Les Anges pleureurs » [16] L'épisode est aussi noté par le même magazine, dans le top 25 des moments les plus stupide de la série pour le combat entre le Docteur et la tentacule de la Conscience Nestene[17]. En 2013, Ben Lawrence du The Daily Telegraph mettra l'épisode dans son Top 10 des meilleurs épisodes de Doctor Who ayant un cadre contemporain[18].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre de "Doctor Who and The Auton Invasion" par Terrance Dicks, et sortit en janvier 1974 sous le numéro 6 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. Ce roman fut traduit en finnois (Tohtori KUKA ja autonien hyökkäy) à une époque où aucune transmission de Doctor Who ne fut jamais faite en Finlande. Le livre a été aussi traduit en allemand, en turque, en japonais et en portugais. La couverture du livre fut dessiné par Chris Achilleos.

Édition VHS, CD, DVD et Blu-Ray[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni, États-Unis et au Canada.

  • L'épisode est sorti en 1988 dans un coffret double VHS, avec une ressortie en 1995 dans une version "remonté" amputant les génériques entre les différentes parties.
  • Le 29 janvier 2001, l'épisode ressorti en DVD et fut réédité dans une version remasterisée en juillet 2007. L'épisode s'est aussi retrouvé en mai 2011 dans un coffret édition spéciale contenant aussi « Terror of the Autons. » Sur certaines versions, la chanson de Fleetwood Mac « Oh Well Part One » entendu en arrière-plan a été supprimé pour des raisons de droits.
  • Une lecteur audio de la novélisation, lu par Caroline John sortie en 4 CD en juin 2008.
  • Les quatre épisodes sont disponibles à la vente sur Itunes.
  • Une édition Blu-Ray est prévue pour le 15 juillet 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « The Girl Who Waited: The Fourth Dimension », BBC (consulté le 23 septembre 2012)
  2. Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, London, Virgin Books,‎ 1995, reprinted on BBC Doctor Who website (ISBN 0-426-20442-5), « Spearhead from Space », p. 109
  3. « Spearhead from Space », BBC (consulté le 7 mai 2013)
  4. « Spearhead from Space », Doctor Who Reference Guide (consulté le 31 août 2008)
  5. a et b Howe, David J & Walker, Stephen James, Doctor Who: The Television Companion, London, BBC Books,‎ 1998 (ISBN 978-0-563-40588-7, edition = 1st ed. lire en ligne)
  6. (en) « In The Comics - The Third Doctor », Altered Vistas (consulté le 12 mai 2013)
  7. David J. Howe et Stephen James Walker, Doctor Who The Handbook - The Third Doctor, London, Doctor Who Books,‎ 1996 [détail de l’édition] (ISBN 0-426-20486-7), p. 49
  8. http://www.mentalis.co.uk/jon-pertwee/spearhead-from-space.aspx
  9. Patrick Mulkern, « Doctor Who: Spearhead from Space », Radio Times,‎ 14 septembre 2009 (consulté le 10 octobre 2012)
  10. Christopher Bahn, « Spearhead from Space », The A.V. Club,‎ 19 juin 2011 (consulté le 10 octobre 2012)
  11. Arnold T. Blumburg, « Doctor Who: Spearhead from Space Special Edition DVD Review », IGN,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 11 novembre 2012)
  12. James Peaty, « Doctor Who: Mannequin Mania DVD Box Set review », Den of Geek,‎ 9 mai 2011 (consulté le 22 novembre 2012)
  13. J. Doyle Wallis, « Doctor Who: Spearhead from Space », DVD Talk,‎ 14 août 2002 (consulté le 10 octobre 2012)
  14. Ian Jane, « Doctor Who: Spearhead from Space », DVD Talk,‎ 8 septembre 2012 (consulté le 10 octobre 2012)
  15. Ian Berriman, « Doctor Who: Mannequin Mania — DVD review », SFX,‎ 6 mai 2011 (consulté le 10 octobre 2012)
  16. « 21 Scariest Doctor Who Moments 7 », SFX,‎ 1 février 2009 (consulté le 12 février 2012)
  17. Steve O'Brian, « Doctor Who's 25 Silliest Moments », SFX,‎ novembre 2010 (consulté le 10 octobre 2012)
  18. Ben Lawrence, « Doctor Who: the 10 best contemporary tales », The Daily Telegraph,‎ 30 mars 2013 (consulté le 21 avril 2013)