Spatangoida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ordre des Spatangoidea regroupe plusieurs familles d'oursins dits « irréguliers », appartenant à l'embranchement des échinodermes.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Les spatangoïdes (« patates de mer » ou « oursins-cœur ») ont un corps ovoïde, marqué par une symétrie bilatérale au lieu d'être radiale (on parle d'oursins irréguliers) ; leur face aborale est convexe et leur face orale plane. Les piquants sont souvent longs et de morphologie très variée en fonction de leurs localisation sur le corps.

Leur test (coquille) est reconnaissable au fait que la bouche a migré vers l'avant du corps (au lieu d'être au centre de la face orale), et l'anus à l'autre bout, formant un axe antéro-postérieur inhabituel chez les échinodermes. Le disque apical est compact, et l'ambulacre postérieur de la face orale s'est différencié en un plastron appelé labrum, alors que les plaques ambulacraires qui entourent la bouche portent des podia modifiés en tentacules buccaux[1].

test de spatangoïde (face orale) : la bouche est à droite et l'anus à gauche.

Courant respiratoire[modifier | modifier le code]

Une des spécificités de ces oursins est leur capacité à générer un courant d'eau à la surface de son corps, courant dont le rôle majeur est respiratoire. Le courant est créé par la ciliature des clavules (piquants à la fois glandulaires et ciliés) groupés en bandes étroites (fasciole) dont les tracés occupent des régions apicales, ambitales ou postérieur du corps de l'oursin.

L'eau circule de la surface des sédiments vers l'oursin en empruntant la cheminée respiratoire chez les échinides qui forment un terrier ou en percolant entre les grains de sable chez les autres. Les courants sont centrifuges sur la face aborale; là ils circulent plus particulièrement le long des ambulacres latéraux (antérieurs et postérieurs) qui abritent les podions respiratoires. Sur la face orale, les courants sont pour partie centripètes et pour l'autre dirigés postérieurement.

Milieu de vie[modifier | modifier le code]

Ils vivent enfouis dans les sédiments et certains comme Echinocardium cordatum construisent des terriers. La profondeur et la structure du terrier varient selon les espèces. La paroi du terrier est consolidée grâce au mucus sécrété par des piquants spécialisés (clavules) et au damage de la paroi par l'ensemble des piquants corporels.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ces échinodermes font partie des Atelostomata, ils s'alimentent en ingérant de manière massive le sédiment dont ils exploitent la portion organique (le biofilm : algues, bactéries...). Des podia péribuccaux digités (« phyllopodes ») prélèvent les sédiments situés face à l'animal et les acheminent vers la bouche. Chez les espèces vivant dans un terrier, les sédiments de surface et donc plus riches en matière organique, sont acheminés jusqu'au fond du terrier par le biais de la cheminée respiratoire et de la gouttière ambulacraire antérieure.

Liste des familles[modifier | modifier le code]

Heterobrissus hystrix, un représentant du sous-ordre des Paleopneustina.

Cet ordre semble être apparu au Crétacé inférieur (Valanginien)[1].

Selon World Register of Marine Species (12 Septembre 2013)[2] : ...

Selon ITIS (12 Septembre 2013)[3] :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]