Spanghero (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spanghero.

Spanghero

Description de cette image, également commentée ci-après
upright=
Description de cette image, également commentée ci-après
upright=

Logos de l'entreprise.

Création 1970
Disparition 2013
Fondateurs Famille Spanghero
Siège social Drapeau de France Castelnaudary (France)
Actionnaires Lur Berri
Activité Agroalimentaire
Site web a-la-table-de-spanghero.com
Chiffre d’affaires 65 millions d'euros (2012)

Spanghero est une entreprise française, créée en 1970 et fermée en 2013, de conserverie et d'élaboration de produits alimentaires à base de viande commercialisée sous la marque À la table de Spanghero et pour les marques de distributeurs, négoce de minerais de viande.

La société créée par la famille Spanghero et basée à Castelnaudary dans l'Aude, est, de 2009 à 2013, détenue à 90 % par la coopérative basque Lur Berri avant d'être reprise par Laurent Spanghero et d'être renommée La Lauragaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La société est créée en 1970 à Castelnaudary sous le nom de « Spanghero SA » par Claude et Laurent Spanghero, deux personnalités du rugby à XV français[1],[2]. Elle se spécialise dans l'abattage et reprend l'abattoir municipal de Castelnaudary[3]. Dans les années 1990, la société est gérée par Claude et Guy Spanghero[4].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Durant les années 2000, l'entreprise se diversifie dans la transformation des viandes et la production de plats cuisinés haut de gamme, notamment des conserves de cassoulet réputées. Elle emploie jusqu'à 500 salariés[3],[5].

À la fin de la décennie, le groupe Spanghero est fragilisé par la crise de l'agroalimentaire et traverse des difficultés financières. La famille contrôle alors 50,4 % des parts, le reste étant détenu par la coopérative agricole Arterris (33 %) et par Arcadie Sud-Ouest (16,4 %), une filiale de la coopérative basque Lur Berri[6]. En avril 2009, après un an de négociations, le groupe est racheté pour un euro symbolique par Lur Berri[6],[7]. La coopérative, qui injecte 5,4 millions d'euros, devient actionnaire majoritaire avec 90 % des parts de l'entreprise. À l'issue de l'accord, le directeur général Jean-Marc Spanghero conserve son poste. Barthélémy Aguerre, vice-président d'Arcadie Sud-Ouest, prend la direction du conseil d'administration[6].

« Spanghero SA » est rebaptisée « À la table de Spanghero » en 2011[1]. En juin de la même année, la société rappelle préventivement douze tonnes de steaks hachés suspectés de contamination à la bactérie E.Coli. L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) effectue des analyses qui concluent à l'absence de bactéries pathogènes[3],[8],[9].

En 2012, Spanghero compte 360 salariés et son chiffre d'affaires s'établit à 65 millions d'euros. Jean-Marc Spanghero, quitte la société en février 2012 pour rejoindre Keystone Foods, filiale du groupe agroalimentaire brésilien Marfrig[1].

Fraude à la viande de cheval[modifier | modifier le code]

La société Spanghero est impliquée dans l'affaire du « Horsegate » qui éclate en janvier 2013. Elle est accusée d'avoir frauduleusement vendu à l’usine Tavola de Capellen, filiale de Comigel qui fournit Findus, du minerai[10] de viande de bœuf en réalité composé de viande de cheval[11],[12]. La société a fait savoir dans un communiqué qu'elle n'a pas transformé la viande et qu'elle l'a commercialisée en l'état[13], rejetant la faute sur les abattoirs roumains qui l'ont fournie à l'origine[14].

La société aurait acheté 42 tonnes de viande de cheval au début du mois de janvier, la viande d'origine roumaine selon les autorités françaises, aurait été achetée par la société de trading chypriote Draap Trading Ltd, dont le directeur néerlandais Jan Fasen confirme qu'il a acheté en Roumanie et revendu à « À la Table de Spanghero » de la viande de cheval. Elle a ensuite été revendue à la société de préparation Comigel qui fournit Findus, Picard, Tesco, Cora et la plupart des enseignes de la grande distribution[15],[16]. En janvier 2012, Jan Fasen avait été condamné par le tribunal de Bréda (Pays-Bas) à neuf mois de prison ferme pour avoir vendu de la viande de cheval sud-américain comme étant du bœuf allemand halal. Il avait falsifié des documents et trompé plusieurs sociétés en Europe[17],[18].

Le 14 février 2013, Benoît Hamon, ministre délégué chargé de l'économie sociale et solidaire, accuse Spanghero de s'être rendu coupable d'une « tromperie économique ». Selon les résultats de l'enquête administrative diligentée par les pouvoirs publics et menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la société avait bien acheté de la viande de cheval à des abattoirs roumains (par l'intermédiaire de la société Draap Trading Ltd), puisque les documents douaniers et la « lettre de voiture internationale » en apportent la preuve. De plus, selon le ministre, « Spanghero ne pouvait, par ailleurs, pas méconnaître les prix du marché. Or le kilo de viande (censé être du bœuf) a été acheté bien en deçà des prix du marché ». Ainsi, la société « aurait réalisé un profit de 550 000 euros dans le cadre de cette fraude » a renchéri Benoit Hamon. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, a aussitôt décidé la suspension provisoire de l'agrément sanitaire octroyé à la société Spanghero, lui permettant de traiter de la viande[19],[20].

Barthélémy Aguerre, le président de « À la Table de Spanghero », affirme que les codes douaniers à huit chiffres signalant le type de viande (commençant pour « 0201 » ou « 0202 » pour le bœuf et « 0205 » pour le cheval) n'étaient pas utilisés par la profession, prétendant ne pas en connaître sa signification et pensant qu'il s'agissait d'un simple code article. Cependant, des factures saisies au siège de l'entreprise par les enquêteurs de la DGCCRF, prouveraient de l'utilisation régulière de ces codes par la société. En effet, les factures reçues de la part de Draap Trading Ltd portaient bien le code « 0205 » (viande de cheval), tandis que les factures adressées par Spanghero à Comigel portaient le code « 0202 » (viande de bœuf congelé), renforçant ainsi les soupçons d'un changement frauduleux d'étiquettes au sein même de l'entreprise[21]. Les codes utilisés sont ceux de la nomenclature NC8 qui reprend les mêmes codes que ceux de l'Union Européenne[22].

Le 15 février 2013, la DGCCRF publie un point d'étape sur l'enquête en cours et révèle que le circuit de commercialisation incriminé porte sur plus de 750 tonnes "plus de 500 tonnes ont été livrées à l’usine Tavola (au Luxembourg) de Comigel le reste (plus de 200 tonnes) a servi à fabriquer des merguez surgelées commercialisés sous la marque « la table de Spanghero » et qui viennent de faire l’objet d’un retrait par Spanghero." [23]

Le même jour, Barthélémy Aguerre, nie sa responsabilité et met en avant les 300 emplois qui dépendent de sa société[24], il estime avoir peut-être commis des négligences mais dit ne pas avoir eu connaissance du problème. De leur côté, les fondateurs de Spanghero s'estiment déshonorés[25] et se disent « atterrés » par l'affaire[26].

Le 18 février 2013, Stéphane Le Foll, annonce avoir "suffisamment d'éléments" pour rétablir en partie les agréments sanitaires, à savoir sur les plats cuisinés, la charcuterie, et la découpe de viande[27]. Le 22 février, le négoce de viande reste interdit à Spanghero, qui déclare renoncer à cette activité [28].

D'autres filières sont touchées sans que la société Spanghero ne soit impliquée. L'attention se focalise aussi sur les sociétés de trading néerlandaises Draap et Meat Trading, la seconde faisant l'objet de perquisitions du parquet financier néerlandais[29]. Le 28 février, la société Spanghero dépose plainte auprès du procureur de la République de Paris pour tromperie et escroquerie[30],[31],[32].

Le 19 mars 2013, 57 tonnes de viande de mouton britannique, susceptibles d'avoir été élaborées selon le procédé de V.S.M. (Viande séparée mécaniquement) procédé interdit en Europe pour les bovins, ovins, et caprins, mais autorisé pour les volailles, ont été retrouvées dans les entrepôts de l'entreprise Spanghero de Castelnaudary, le PDG Aguerre plaide une nouvelle fois la tromperie du fournisseur. L'importation de viande ovine britannique n'est pas interdite, ce sont même les premiers fournisseurs de la France (55 % des importations en viandes fraîches)[33], c'est le procédé V.S.M. qui est interdit.

Le 22 mars 2013, le directeur de fait de Spanghero, Jacques Poujol, est remercié par les responsables de la maison mère, la coopérative basque Lur Berri[34].

Le 19 avril 2013, l'entreprise ayant subi une baisse de 50% de son chiffre d'affaires en raison des réductions ou des suspensions de commandes de ses clients et distributeurs, a été placée en liquidation judiciaire, avec poursuite d'activité pour une période de trois mois afin de rechercher un repreneur[35].

Le 5 juillet 2013, l'entreprise est reprise par Laurent Spanghero et est renommée par la suite La Lauragaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c J. Y., « Il n'y a plus de Spanghero chez Spanghero », Midi libre,‎ 23 juin 2012
  2. Jean-Pierre Gonguet, « Mais au fait, qui sont les Spanghero ? », La Tribune,‎ 15 février 2013
  3. a, b et c « Fraude à la viande de cheval : Spanghero au coeur de la tourmente », AFP,‎ 10 février 2013
  4. Jacques Maigne, « Les fractures de la société française : Walter Spanghero «Avoir un nom ne suffit plus...» », Libération,‎ 29 mars 1995
  5. Jean-Paul Rey, « Toulouse, les grandes familles : Les Spanghero », L'Express,‎ 25 avril 2002
  6. a, b et c Laurent Gauthey, « Castelnaudary. Les Basques font main basse sur Spanghero SA », La Dépêche du Midi,‎ 9 avril 2009
  7. Jean-François Arnaud, « Viande de cheval : Qui se cache vraiment derrière Spanghero ? », Challenges,‎ 15 février 2013
  8. (en) Patrick Sawer, Josie Ensor, « French firm supplying horse meat was previously at centre of E.coli scare », The Daily Telegraph,‎ 9 février 2013
  9. « E.coli: steaks Spanghero hors de cause », AFP,‎ 23 juin 2011
  10. Le terme « minerai » est bien utilisé dans l'industrie alimentaire et non seulement en géologie et dans l'industrie minière - Exemple
  11. « Lasagnes à la viande de cheval : une fraude à l'échelle européenne » , Libération du 8 février 2013
  12. « Viande de cheval : Findus accuse Spanghero d'avoir étiqueté la viande avec la mention "bouf" français », France 3 Languedoc-Roussillon du 9 février 2013
  13. « On ne touche pas la viande, déclare la société Spanghero », Le Dauphiné du 10 février 2013
  14. « Viande de cheval : Spanghero va porter plainte à Castelnaudary contre son fournisseur de viande roumain », France 3 Languedoc-Roussillon du 9 février 2013
  15. « Des factures gênantes dans l’affaire de la viande de cheval », Le Parisien du 14 février 2013
  16. « Spanghero aurait acheté 42 tonnes de viande de cheval », Le Nouvel Observateur du 13 février, mis à jour le 14 février 2013
  17. Viande: un trader déjà condamné, Le Figaro du 14 février 2013.
  18. Lasagnes au cheval : l'énigmatique intermédiaire néerlandais basé à Chypre, Libération du 14 février 2013.
  19. « Viande de cheval : ce que l'enquête révèle », Europe 1 du 14 février 2013.
  20. Viande de cheval  : « Spanghero savait » affirme Hamon, Les Échos du 14 février 2013.
  21. Viande de cheval : des factures embarrassantes pour Spanghero, RTL du 16 février 2013.
  22. Liste récapitulative des codes et libellés officiels NC8 de l'année 2013, sur ProDou@ne
  23. Point d'étape sur l'enquête - viande de cheval dans des plats préparés à base de bœuf, DGCCRF le 15/02/13
  24. « Viande de cheval : Spanghero accuse le gouvernement de mettre en danger 300 emplois » , Le Monde avec AFP/Reuters du 15 février 2013
  25. « PDG de Spanghero : "ce n'est pas nous" », Europe 1 du 15 février 2013
  26. VIDEO. Viande de cheval : les frères Spanghero, anciens propriétaires de la marque, sont atterrés, Francetv du 14 février 2013
  27. Spanghero retrouve une partie de son agrément sanitaire, Les Échos du 18 février 2013
  28. Viande de cheval : Spanghero renonce au négoce de viande, Le Monde/AFP du 22 février 2013
  29. de cheval : deux sociétés soupçonnées de fraude, Le Monde/AFP du 5 mars 2013
  30. Viande de cheval : Spanghero dépose plainte pour tromperie et escroquerie, Le Monde avec Reuters du 28 février 2013, consulté le 1er mars 2013
  31. http://www.franceinfo.fr/economie/viande-de-cheval-spanghero-porte-plainte-pour-tromperie-906755-2013-02-28
  32. http://www.lepoint.fr/economie/viande-de-cheval-et-si-spanghero-n-y-etait-pour-rien-27-02-2013-1633779_28.php
  33. [1], voir page 6
  34. Le directeur de Spanghero remercié, Le Figaro, 22 mars 2013.
  35. France-Spanghero en liquidation avec poursuite d'activité - article des Échos 19 avril 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]