Spacien (Asimov)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans l'univers des romans de science-fiction d'Isaac Asimov, spacien ou spatien est l'adjectif relatif aux descendants des premiers Terriens à avoir colonisé la Galaxie. Son équivalent féminin est spacienne. Il y a 50 mondes spaciens à l'apogée de la puissance spacienne.

Les Spatiens (habitants)[modifier | modifier le code]

Lorsque les habitants de la Terre ont commencé à coloniser les planètes qui deviendront les mondes spatiens, ils ont effectué un contrôle extrêmement rigoureux sur les espèces autorisées à être transférées. Grâce à cela, les mondes spatiens sont dépourvus de tout forme de vie hostile à l'homme, ce qui a permis à leurs habitants peu nombreux de développer une longévité exceptionnelle, avec une espérance de vie d'environ 300 ans (cependant leur croissance se fait toujours à la même vitesse que les autres humains).

À cause de leur système immunitaire inexistant car inutile, les voyages sur Terre sont très dangereux pour les Spatiens, qui s'équipent de gants protecteurs et de filtres nasaux, et qui de façon générale ne s'attardent jamais sur cette planète qu'ils considèrent comme inférieure.

En effet, le sentiment général qui domine chez les Spatiens est que les humains de la Terre (et, plus tard, des mondes Coloniens), sont sous-évolués. Ils les désignent par "ce troupeau grouillant de semi-humains à la vie brève".

Les Mondes spaciens[modifier | modifier le code]

Aurora[modifier | modifier le code]

C'est le premier monde colonisé par les Terriens puisqu'il est le plus proche de la Terre. Ce monde est le plus puissant des mondes spaciens.

Solaria[modifier | modifier le code]

C'est le dernier monde de la première vague de colonisation ; il a été à l'origine colonisé par les membres de la classe supérieure de la planète Nexon, ce qui lui confère un statut particulier car il s'agit de la première planète colonisée par des Spaciens (les autres ont été colonisées par des Terriens).

Il est aussi considéré comme le plus extravagant. La population est de 20 000 personnes et 200 000 000 robots y sont utilisés. Chaque établissement (une maison comportant un couple) a donc à sa disposition 10 000 robots. Les habitants ont développé une attitude tellement individualiste et xénophobe qu'il ne supportent plus de se voir dans la même pièce, mais au lieu de cela se visionnent grâce à des générateurs d'hologrammes très sophistiqués (appelés appareils de stéréovison). Dans le roman Terre et Fondation (qui se déroule plusieurs millénaires après la colonisation de la planète), cette attitude a poussé les Solariens à se modifier génétiquement pour devenir hermaphrodites.

Lorsque Golan Trevize y fait escale durant sa recherche de la Terre (toujours dans Terre et Fondation), il repart de Solaria en emmenant avec lui Fallom, un enfant solarien.

Melpomenia[modifier | modifier le code]

C'est un monde spacien visité par Golan Trevize lors de son voyage pour trouver la Terre. L'atmosphère de la planète s'est évaporée et la seule vie présente est une variété de lichen. Golan Trevize y découvre un bâtiment qui indique les coordonnées de chacun des mondes spaciens et qui lui permet par déduction de trouver la Terre.