Souvenirs d'en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Souvenirs d'en France

Titre original Souvenirs d'en France
Réalisation André Téchiné
Scénario André Téchiné
Marilyn Goldin
Acteurs principaux
Sociétés de production Belstar Productions
Buffalo Films
Simar Films
Renn Productions
Stéphan films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1975
Durée 96 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Souvenirs d'en France est un film français réalisé par André Téchiné et sorti en 1975.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, on suit l’histoire de la blanchisseuse Berthe qui se marie avec le fils aîné d’une famille bourgeoise. Son beau-père, un immigré espagnol qui a fondé l’entreprise familiale, voit en elle, plus qu’en sa descendance, la maîtresse femme capable de maintenir dignement le flambeau familial…

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Jeanne Moreau assure vaillamment de bout en bout la continuité de cette saga familiale, secondée par une belle équipe de comédiens, de Michel Auclair à Michèle Moretti (l'une des fidèles interprètes d'André Téchiné). Mais on se souviendra surtout de la séquence de la séance au cinéma : après la projection d'un film sentimental (Le Roman de Marguerite Gautier[1]), la famille sort la larme à l'œil à l'exception de Régina (Marie-France Pisier) qui clame, hilare, « Foutaises ! Foutaises ! » (« Une des répliques cultes du cinéma »[2]« Elle le disait avec une incroyable désinvolture, une insolence teintée de snobisme, et un charme indescriptible »[3]). Son personnage de snob sophistiquée aux répliques sarcastiques vaudra à Souvenirs d’en France de s'inscrire dans la mémoire collective grâce à cette scène d'anthologie[4].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Avis de la critique[modifier | modifier le code]

  • Serge Toubiana, directeur de la Cinémathèque française[3] : « Un film à voir et à revoir tellement il était vivant et vibrant, chronique familiale et provinciale autour de ses mythes et ses figures. Téchiné se plaçait sous la double influence de Brecht et de Roland Barthes, B&B, faisant preuve d'un don pour le typage de ses personnages, leur donnant une profondeur romanesque tout en se tenant à la bonne distance. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mélodrame de George Cukor, avec Greta Garbo (1936).
  2. Gilles Médoni sur Blog L'Express du 26 avril 2011.
  3. a et b Extrait de l'hommage du 24 avril 2011 de Serge Toubiana sur son blog de la Cinémathèque française suite à l'annonce du décès de l'actrice.
  4. On l'a comparée à la scène mythique entre Arletty et Louis Jouvet dans Hôtel du Nord.
  5. Du fait de la création des César du cinéma en 1976 qui primèrent deux films sortis consécutivement en 1975.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]