Soutra de l'Éveil parfait

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le soutra de l'Éveil parfait est un soutra important du bouddhisme mahāyāna, particulièrement apprécié par l'école du Dhyāna (Chan en chinois et Zen en japonais) et l'école Huayan (Avatamsaka), son titre complet est "le Grand et Vaste Soutra au Sens ultime de l'Éveil parfait", traduit du sanskrit en chinois par le moine bouddhiste indien ou plus précisément cachemirien Buddhatrāta en 693 (長壽二年) au Temple du Cheval blanc à Luoyang. Le titre en sanskrit est Mahāvaipulya pūrṇabuddhasūtra prassanārtha sūtra, le titre en chinois est Dà fāngguăng yuánjué xiūduōluó liǎoyì jīng,《大方廣圓覺修多羅了義經》,simplifié en yuánjué jīng《圓覺經》[1].

Ce soutra se compose de douze chapitres dans lesquels le Bouddha Shâkyamouni a répondu aux questions des douze grands bodhisattvas (Mahâsattvas): Mañjuśrī, Samantabhadra, Samantacakṣu, Vajragarbha, Maitreya, Śuddhamati, Prabhāveśvara, Vibhāgasvara, Sarvanivarana-Vishkambhin, Samantabodhi, Pūrṇabodhi, Bhadrakuśalaśīrṣa.

Il y a une centaine de commentaires influents sur ce soutra, en particulier une quinzaine de Guifeng Zongmi (圭峰宗密 780 - 841), cinquième patriarche de l'école Huayan, qui eut une illumination en lisant ce soutra. Même Zhu Xi (朱熹 1130 - 1200), un célèbre représentant du confucianisme, l'a cité à plusieurs reprises. Le commentaire de Hanshan Deqing (憨山德清 1546 - 1623) de l'époque des Ming est aussi très connu. Celui de Nan Huaijin 南懷瑾 au XXe siècle est d'une importance non négligeable.

Catherine Despeux l'a traduit du chinois en français[2], parmi les traductions anglaises il y a celle du linguiste Charles Muller.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (日本)《佛書解說大辭典》第一卷 P. 281
  2. ISBN 2-213-62606-5, Fayard, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]