Souligné-sous-Ballon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Souligné-sous-Ballon
Aide : insérer une image
Aide : insérer une image
Image illustrative de l'article Souligné-sous-Ballon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Canton Ballon
Intercommunalité Communauté de communes des Portes du Maine
Maire
Mandat
David Chollet
2014-2020
Code postal 72290
Code commune 72340
Démographie
Gentilé Soulignéen
Population
municipale
1 150 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 20″ N 0° 14′ 10″ E / 48.138889, 0.236111 ()48° 08′ 20″ Nord 0° 14′ 10″ Est / 48.138889, 0.236111 ()  
Altitude Min. 51 m – Max. 103 m
Superficie 12,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Souligné-sous-Ballon

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Souligné-sous-Ballon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souligné-sous-Ballon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souligné-sous-Ballon
Liens
Site web souligne-sous-ballon.fr

Souligné-sous-Ballon est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 150 habitants[1] (les Soulignéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Saint-Rémy-des-Bois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Souligné-sous-Ballon
Ballon Saint-Mars-sous-Ballon
Montbizot Souligné-sous-Ballon Courcebœufs
La Guierche Joué-l'Abbé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Par décret impérial du 18 février 1806, Souligné-sous-Ballon (1 323 habitants en 1806) absorbe Rémy-les-Eaux (112 habitants)[2]. La commune de Rémy-les-Eaux était antérieurement appelée Saint-Rémy-des-Bois, mais aussi Saint-Rémy-des-Eaux ou Saint-Rémy-des-Buchettes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Souligné-sous-Ballon

Les armoiries de Souligné-sous-Ballon se blasonnent ainsi :

Ecartelé : au premier d'azur à 3 gerbes d'or, au second d'argent au lion de gueules couronné d'or, au troisième d'argent à 2 fasces de sable, au quatrième d'azur semé de fleurs de lys d'argent au lion du même armé, lampassé et couronné de gueules.

Le blason original a été créé par un membre du conseil municipal et adopté en séance du conseil le 24 octobre 2008

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1953 Clément Cosme    
1953 1960 André Bouteloup    
1960 1971 Pierre Aubert    
1971 1989 Thérèse Le Calvé    
1989 juin 1995 Pierre-Alain Martineau    
juin 1995 mars 2008 Henri Dodier    
mars 2008 mars 2014 Jean Desgrouas SE  
mars 2014 en cours David Chollet[3] DVD Opérateur au SDIS
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 150 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 096 1 171 1 323 1 400 1 496 1 543 1 530 1 522 1 466
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 372 1 294 1 252 1 192 1 172 1 105 1 121 1 118 1 046
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 039 982 1 037 883 862 817 825 862 824
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
869 849 805 847 916 1 009 1 157 1 150 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Freslonnière.
  • Église Saint-Martin construite de 1832 à 1834.
  • Calvaire érigé en 1761 et 1767 sous l'impulsion de Mme de Briqueville,

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Françoise de Maridor, la dame de Monsoreau du roman d'Alexandre Dumas est née au château de la Freslonnière vers 1555. Elle est la fille aînée d'Olivier de Maridor, écuyer tranchant de la reine de Navarre Jeanne d'Albret, et d'Anne de Matignon, dame d'honneur de cette reine. Françoise épouse en 1573, Jean de Couësmes, seigneur de Lucé. Ce dernier est tué à Lusignan en décembre 1574. Elle épouse en secondes noces, Charles de Chambes, comte de Montsoreau en janvier 1576. Elle fut dame d'honneur de Catherine de Médicis. Décédée en Anjou, elle fut inhumée en l'égise de Souligné sous Ballon en novembre 1620[6].
  • Raymond Paumier

Cet enseignant, né à Souligné-sous-Ballon le 14 juillet 1902, sort de l'école normale en 1922, enseigne en région parisienne et se fixe à Montgeron. La Seconde Guerre mondiale va bouleverser son plan de carrière, et en 1942, il entre en résistance dans le comité local de libération de Montgeron. Dans le même temps, il fait la connaissance du Docteur Alexis Carrel, prix Nobel de médecine 1912, et à ce moment, sa vie professionnelle va radicalement changer. Il devient chargé de mission auprès de la Fondation de protection de l'enfance scolaire, et est nommé responsable du groupe l'École. Il est très préoccupé par l'alimentation des scolaires et est formé par le docteur Sutter, médecin spécialiste de la nutrition. Sa délégation de fonction à la Fondation se termine en 1944, et à partir de ce moment, il met en place une organisation qui le conduit à créer le premier restaurant scolaire d'enfants. C'est sous le nom de la Roseraie que ce premier restaurant d'enfants verra le jour à Montgeron. Il exécrait le nom de cantine, et pour lui, l'appellation « restaurant d'enfants » mets les enfants dans le respect de chacun avec toute l'attention que l'on se doit d'apporter.

Il est chargé par le directeur de l'hygiène scolaire et universitaire, d'une étude sur l'hygiène alimentaire des cantines scolaires sur l'ensemble du territoire, ce sera le début d'un travail important qui le conduira à parcourir la France.En septembre 1945, le Préfet de la Sarthe le sollicite pour réorganiser, les cantines scolaires du département, sa première expérience se fera au groupe scolaire Henri Barbin au Mans. Sa réussite s'étendra aux autres quartiers et la campagne aura aussi sa part, et ce sera au tour de la commune d'Assé-le-Riboul. Il participa également en 1960 à donner ses conseils à la construction de la cantine de Souligné-sous-Ballon.

Durant toutes les années suivantes, Raymond Paumier poursuit sa mission de service public. Il devient chargé de cours à l'École de diététique de Paris avec Lucie Randoin sa fondatrice. Infatigable conférencier, il est membre de la délégation du XIVe colloque international de Genève sur l'instruction publique, et principal conférencier de l'alimentation des enfants au congrès de Rome sur la diététique en 1956. Il ne néglige pas la Roseraie de Montgeron, cet établissement fait référence dans le monde entier, et il reçoit des délégations de Chine, Japon, États-Unis, Québec, etc. Il fut honoré de son travail : Légion d'honneur, Mérite agricole, Santé publique, prix Élise Cailleret de l'Académie de médecine.

Il est venu à Souligné-sous-Ballon avec son épouse tous les étés où résidait sa famille, et pratiquait la photographie à la campagne et dans ses voyages. Il publia un ouvrage spécialisé sur la mise en œuvre de la restauration scolaire et la nutrition en 1967 « un homme se penche sur leur assiette ». À la retraite, il se retira à Sant Julià de Lòria en Andorre où il décéda le 15 septembre 1975.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Souligné-sous-Ballon », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 23 mai 2011) et fiche liées (Rémy-les-Eaux)
  3. « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre,‎ 28 mars 2014 (consulté le 30 mars 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Armorial la Chesnaye-Desbois et archives de la Sarthe

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :