Soulèvement de Kengir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soulèvement de Kengir
Informations générales
Date 16 mai 1954 - 25 juin 1954
Lieu Kengir, Kazakhstan
Issue Victoire tactique du gouvernement
Victoire stratégique des rebelles
Belligérants
Armée rouge
MVD
Forces du Goulag
Résistance de Kengir
Commandants
Sergei Yegorov
Ivan Dolgikh
Kapitan Kuznetsov
Forces en présence
1 700 hommes 5 200 hommes
Pertes
~40 blessés, selon les estimations soviétiques officielles 500 à 700 tués selon les prisonniers, 37 tués et 106 blessés selon les estimations soviétiques officielles
Répression politique en Union soviétique


Le soulèvement de Kengir est un soulèvement de prisonniers du camp de travail soviétique de Kengir, au Kazakhstan, qui eut lieu au printemps de 1954. Il est très différent des autres soulèvements qui ont pu avoir lieu dans les goulags à la même époque — comme le soulèvement de Vorkuta — en raison de sa durée et son intensité.

Le soulèvement[modifier | modifier le code]

À la suite du meurtre de plusieurs prisonniers par des gardes, les détenus de Kengir entament une rébellion et prennent entièrement possession du camp durant des semaines. Du fait d'une alliance atypique entre les détenus de droit commun et les prisonniers politiques, les révoltés réussissent à surprendre les gardes et l'administration du camp, mettant le camp en quarantaine et organisant sa défense pour empêcher toute incursion des autorités dans ce territoire nouvellement conquis. Cette occupation d'une durée sans précédent permet l'émergence d'activités diverses et originales, comme la formation démocratique d'un gouvernement provisoire de prisonniers, des mariages de prisonniers, des cérémonies religieuses, un relatif développement artistique et culturel et l'engagement dans une large campagne de propagande contre les autorités en place.

Après 40 jours de liberté dans l'enceinte du camp, de négociations intermittentes et de préparation commune en vue d'un conflit violent, le soulèvement est brutalement écrasé par les chars et armes des forces armées soviétiques, le matin du 25 juin 1954. Selon d'anciens prisonniers, cinq à sept cents personnes furent tuées ou victimes de la répression, alors que les sources officielles avancèrent seulement quelques dizaines de tués. L'histoire du soulèvement fut pour la première fois écrite dans L'Archipel du Goulag, œuvre du Prix Nobel romancier et dissident russe Alexandre Soljenitsyne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Applebaum  : Goulag, une histoire. Gallimard 2003. Folio Histoire. ISBN 9 782070 348725.

Liens[modifier | modifier le code]

Soulèvement de Norilsk

Soulèvement de Vorkouta


Sources[modifier | modifier le code]