Soufre (minéral)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soufre (homonymie).
Soufre
Catégorie I : Éléments natifs[1]
Soufre - Mine de Floristella, Sicile, Italie

Soufre - Mine de Floristella, Sicile, Italie
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute S8  [Polymorphes]
Identification
Masse formulaire[2] 256,52 ± 0,04 uma
S 100 %,
Couleur Jaune, brun jaune, jaune verdâtre, blanc gris jaunâtre, rougeâtre, verdâtre, noir, gris jaunâtre
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidale - F ddd
Système cristallin Orthorhombique
Réseau de Bravais Faces centrées F
Clivage imparfait sur {001}, {110} et {111}.
Cassure Minéral sectile, conchoïdale, irrégulière
Habitus Bipyramidal, tabulaire, disphénoïdal, massif
Échelle de Mohs de 1,5 à 2
Trait blanc incolore
Éclat résineux, gras, vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1,958 nβ = 2,038 nγ = 2,245
Biréfringence Biaxial (+)δ = 0,287
Dispersion 2vz ~ 70°
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence Transparent, translucide
Propriétés chimiques
Densité 2,07
Température de fusion 112 °C
Fusibilité Très facile avec dégagement d'anhydride sulfureux
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le soufre est un élément (non-métal) qui peut se rencontrer sous forme native dans la nature. C’est une espèce minérale agréée par l’Association internationale de minéralogie sous le nom de Sulphur.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Connu depuis la plus haute Antiquité, sans inventeur ni topotype. (1270) Du latin sulphur (« soufre »). Ce mot proviendrait d’une racine indo-européenne suelf ou swel (« brûler sous forme de feu qui couve », ce que fait un morceau de soufre).

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 10,45 Å, b = 12,845 Å, c = 24,46 Å, Z = 16 ; V = 3 283,27 Å3.
  • Densité calculée = 2,08.

Cristalochimie[modifier | modifier le code]

Le soufre (S-alpha) forme un trimorphe avec la garibaldite (S-bêta) et la rosickyite (en) (S-gamma) dont la localité type est Havirna, Letovice, Tchéquie.

Gîtologie[modifier | modifier le code]

  • En environnements volcaniques, soit en dépôts directement issus de fumerolles sulfureuses, soit par oxydation partielle de l'hydrogène sulfuré des gaz de ces mêmes fumerolles. (Solfatara di Pozzuoli, Pozzuoli, Campi Flegrei, Naples, Campanie, Italie)[3].
  • Le soufre minéral est surtout le résultat de l'activité bactérienne sur des sulfates. Les gisements les plus importants sont dans les couches sédimentaires d'évaporites avec halite, gypse et anhydrite. C’est le mode de gisement le plus exploité.
  • De petites quantités de soufre proviennent de la décomposition de sulfures.

Variété[modifier | modifier le code]

Soufre-sélénifère : de formule (S,Se). Essentiellement représenté en Italie (Sicile et Toscane ; Miniera di Le Cetine di Cotorniano, Chiusdino, province de Sienne, Toscane, Italie[4]).

  • Synonyme : Eolide ou eolite, selenian sulphur, volcanite (Haidinger).

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

En France

Dans le monde

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Breislak, S. (1792), Essais minéralogiques sur la solfatare de Pouzzole, Giaccio Naples
  4. Sabelli, C. et Brizzi, G. (1984). Alteration minerals of the Cetine mine, Tuscany, Italy. Mineralogical Record, 15: 27-36.
  5. P. Bariand, F. Cesbron et J. Geffroy (1977), Les minéraux, leurs gisements, leurs associations, Éd. Minéraux et Fossiles, BRGM
  6. Eytier JR, Eytier Ch, Favreau G, Devouard B, Vigier J (2004). Minéraux de pyrométamorphisme de Lapanouse-de Sévérac (Aveyron). Cahier des Micromonteurs 85: 3-58
  7. Le Cahier des micromonteurs, 2002, no 75, p. 8-25
  8. Anthony, Bideaux, Bladh, Nichols, Handbook of Mineralogy, vol. 1, 1990
  9. Economic Geology (1984): 79: 671-695.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :