Sotiates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de la Novempopulanie.

Les Sotiates, SottiatesSontiates[1] étaient un peuple aquitain (Proto-Basques) sous influence celte[2] en aquitaine protohistorique, dans la région de Sos, dans l'actuel département de Lot-et-Garonne.

Drachme "à la tête bouclée du Causé" frappé par les Sotiates.Date : IIe-Ier siècles av. J.-C.

Origine du peuple[modifier | modifier le code]

Son origine soulèvent différentes hypothèses. Selon Jean-Pierre Brèthes, le peuple des Sotiates, qui possède un oppidum (Oppidum Sotiatum), un site fortifié en cas d'attaque situé dans la région de Sos, vivent, combattent, battent monnaie[3] et s'administrent comme un peuple gaulois[4].

Le fait que ce peuple se batte seul contre Crassus sous les ordres de son roi Adiatuanos, alors que tous les autres peuples aquitains forment une coalition, émet l'hypothèse qu'il pourrait s'agir de Gaulois installés aux portes de l'Aquitaine[4]. Autre fait troublant est qu'ils ne furent pas nommés parmi les « Neuf Peuples » aquitains au IIIe siècle par l'administration impériale à la partie sud de l'Aquitaine antique[5] car rattachés aux territoires des Elusates, situés au sud de leur oppidum, avec pour capitale Elusa (Eauze), et future capitale de la région de Novempopulanie.

Cependant, d'autres linguistes tels que Theo Vennemann, José Ignacio Hualde ou Joseba Andoni Lakarra soulignent la présence de la langue aquitaine (proto-basque) dont le nom de la garde rapprochée d'Adiatuanos, composée de 600 soldats appelés les "Soldurii"[6] ainsi que les noms de deux dédicants trouvés à Sos : "Adehio" et "Harbelesteg"[7],[8].

Campagne romaine de Crassus.

Historique[modifier | modifier le code]

Peuple aquitain mentionné entre les Elusates (Pays d'Eauze, Gers) et les Osquidates campestri (région de Houeillès, Lot-et-Garonne) par Pline[9]. Leur territoire correspond certainement à l'actuelle région de Sos-en-Albret (Lot-et-Garonne), ville qui pourrait avoir été leur chef lieu.

Vers 78 av. J.-C., les peuples de la moyenne Garonne engage le combat pour la première fois avec les Romains. Ces derniers subiront une grande défaite, entrainant la mort d’un légat, Lucius Valérius Préconius et une armée taillée en pièces par les Aquitains, ainsi que la fuite du proconsul Lucius Manlius.

Les Sotiates apparaissent dans l'histoire lors de la Guerre des Gaules. En effet, en 56 av. J.-C., sous la direction d'Adiatuanos (Adiatunnus), ils affrontèrent Publius Crassus qui possède douze cohortes de légionnaires, une cavalerie importante et de nombreux renforts de Toulouse, de Carcassonne et de Narbonne, pays dépendants de la province romaine[10]. Dans un combat de cavalerie, les Sotiates attaquent mais l'engagement se solde par un échec. Contraints de se réfugier dans leur capitale (Sos), ils furent assiégés et finirent par capituler après une résistance acharnée[11],[12].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sontiates chez Jules César et Sottiates chez Pline l'Ancien.
  2. Achille Luchaire, Études sur les idiomes pyrénéens de la région française, p.39
  3. Carte des monnaies des peuples aquitains
  4. a et b Et l'Aquitaine devint romaine par Jean-Pierre Brèthes
  5. Jean-Jacques et Bénédicte Fénié, Dictionnaire des Landes, Éditions Sud Ouest,‎ 2009, 349 p. (ISBN 978-2-87901-958-1)
  6. (en) Theo Vennemann, Europa Vasconica, Europa Semitica, Partie 1, Walter de Gruyter,‎ 2003, 977 p. (ISBN 311017054X et 9783110170542), p. 695
  7. (en) José Ignacio Hualde, Joseba Andoni Lakarra et Larry Trask, Towards a History of the Basque Language, Amsterdam, John Benjamins Publishing,‎ 1995, 365 p. (ISBN 9027236348), p. 49
  8. Harbelesteg (variante de Harbelex du Comminges) et qui a donné le nom basque de Arbeletxe = celui qui vit dans un lieu/abri de pierre noire = maison en ardoise
  9. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, IV, 19, 108
  10. Salluste, Jules César, C. Velléius Paterculus et A. Florus par Firmin-Didot frères, fils et cie, 1874, 727 pages
  11. Jules César, Commentaires sur la guerre des Gaules, Livre III, 20-22
  12. Renée Mussot-Goulard, Histoire de la Gascogne, Paris, Presses universitaires de France, 1996, collection « Que sais-je », 127 p. (ISBN 2-13-047519-1) Notice BnF n° 366878343

Sources[modifier | modifier le code]

  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, page 824, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000, (ISBN 2-7028-6261-6).