Sotírios Versís

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sotírios Versís Pix.gif
Sotiris Versis.JPG
Contexte général
Sport Haltérophilie et Athlétisme
Période active Début du XXe siècle
Biographie
Nationalité sportive Flag of Greece (1822-1978).svg Grèce
Naissance 1879
Décès 1918
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 0 0 2

Sotírios Versís (en grec : Σωτήριος Βερσής), né en 1879 et décédé en 1918, a été un haltérophile grec, également athlète, double médaillé de bronze lors des Jeux olympiques d'été de 1896 à Athènes.

Carrière[modifier | modifier le code]

En athlétisme, il concourt au lancer du disque, terminant à la troisième place derrière Robert Garrett et son compatriote Panayótis Paraskevópoulos. Son meilleur jet est de 27,78 mètres.

La première épreuve d'haltérophilie est le poids lourd - à deux bras, dans un style à ce jour connu comme l'épaulé-jeté. Viggo Jensen (Danemark) et Launceston Elliot du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande terminent la compétition à égalité avec 110 kilogrammes[1]. Aucun poids supplémentaire n'est disponible sur le plateau. Les juges décident pour départager les deux concurrents que Jensen a réalisé la performance avec plus d'aisance qu'Elliot. La délégation britannique proteste, et des essais supplémentaires sont accordés pour les départager. Rien ne change, Jensen est premier, mais il a endommagé son épaule lors des nouvelles tentatives auxquelles le public n'assiste pas : convaincu comme les juges que Jensen mérite sa victoire, il quitte le site avant les palabres britanniques au cours desquels Elliot alla contester la technique de Jensen. Sans résultat sur les juges.

Sotírios Versís soulève quant à lui 90,0 kilogrammes.

Dans l'épreuve du poids lourd - à un bras, il est seulement capable de soulever 40,0 kilogrammes, il termine quatrième de l'épreuve.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Britain's first olympic champion : Launceston Elliot » par Ian Buchanan, dans la revue Citius, Fotruis, Altius (Journal of Olympic History depuis 1997), 1995

Lien externe[modifier | modifier le code]