Sorj Chalandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalandon.

Sorj Chalandon, né le , est un journaliste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sorj Chalandon a été journaliste au quotidien Libération de 1973 à février 2007. Membre de la presse judiciaire, grand reporter, puis rédacteur en chef adjoint de ce quotidien, il est l'auteur de reportages sur l'Irlande du Nord et le procès de Klaus Barbie qui lui ont valu le prix Albert-Londres en 1988[1].

Écrivain, il a aussi publié cinq romans chez Grasset, dont Une promesse, qui a reçu le prix Médicis en 2006.

Par ailleurs, il a participé à l’écriture de la saison 2 de la série télévisée Reporters (trois épisodes écrits) et travaillé avec le créateur de cette série, Olivier Kohn, sur les arches d'une troisième saison finalement abandonnée par Canal+.

Depuis août 2009, Sorj Chalandon est journaliste au Canard enchaîné.

Le , il obtient le Grand prix du roman de l'Académie française[2] pour le roman Retour à Killybegs.

De 2008 à 2012, Sorj Chalandon fut le parrain[3] du Festival du Premier Roman de Laval, organisé par Lecture en Tête. Depuis 2013 Il est le Président du Jury[4] du Prix Littéraire du Deuxième Roman.

En 2010, Sorj Chalandon, apparaît en dernière partie du film documentaire de Jean-Paul Mari « Sans blessures apparentes[5] » — tiré de l'ouvrage paru sous le même titre aux éditions Robert Laffont[6] — dont la thématique est consacrée aux « damnés de la guerre[7] » ainsi qu'aux séquelles psycho-émotionnelles qui en résultent, elles-mêmes qualifiées de trouble de stress post-traumatique ou ESPT[7].

Le 14 novembre 2013 à Rennes, le prix Goncourt des lycéens lui est attribué pour Le Quatrième Mur publié chez Grasset, roman sur l'utopie d'un metteur en scène qui décide de monter Antigone à Beyrouth pendant la guerre du Liban.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sorj Chalandon au salon du livre Radio France, 26 novembre 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sorj Chalandon quitte Libération, publié le 02-02-2007 sur le site du Nouvel Observateur, consulté le 6 mai 2013
  2. Sorj Chalandon couronné par le Grand prix du roman de l'Académie française, publié le 27-10-2011 sur le site de La Dépêche, consulté le 6 mai 2013
  3. http://www.culture.fr/C-en-regions/France/Bretagne/Actualites/Portrait-dossier/Sorj-Chalandon-parrain-du-Festival-du-premier-roman-a-Laval
  4. http://www.festivalpremierroman.fr/node/112
  5. « Le documentaire vérité Sans blessures apparentes », Premiere,‎ 24 juin 2010 (lire en ligne)
    « Sorj Chalandon, a mis fin à sa carrière de grand-reporter pour Libération, le jour où il s'est retrouvé le visage plaqué contre celui d'enfants morts au Liban. »
  6. Jean-Paul Mari, Sans blessures apparentes : enquête sur les damnés de la guerre, éditions Robert Laffont, coll. « Documents Témoignages RL »,‎ 21 février 2013 (1re éd. 2008 Notice BnF no FRBNF41373108b) (ISBN 2221120361 et 9782221120361, lire en ligne)
  7. a et b « Sans blessures apparentes, enquête chez les damnés de la guerre », Histoire vivante, Radio télévision suisse,‎ 3 avril 2011 (lire en ligne)
    Documentaire de Jean-Paul Mari, cofinancé par la Télévision suisse romande (TSR), Grand Prix et Prix du public au Festival international du grand reportage d'actualité du Touquet-Paris-Plage (FIGRA) 2010.
  8. Article du Figaro du 28 mars 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Il est mort ce soir. Ce matin, il refusait de mettre son pull Mickey », Vertigo, Radio télévision suisse « Moments forts »,‎ 17 septembre 2013 (lire en ligne [aud])
    « Pour Sorj Chalandon, « on ne peut pas s'habituer à la mort d'un enfant » ; journaliste de guerre, il la raconte jusque dans la chambre de ses propres enfants. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :