Sorbaria sorbifolia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Sorbaire à feuilles de sorbier ou Fausse spirée à feuilles de sorbier - Sorbaria sorbifolia - est un arbuste de la famille des Rosaceae originaire de Sibérie et de l'Est asiatique.

Nom chinois : 珍珠梅

Nom russe : Рябинник рябинолистный

Description[modifier | modifier le code]

La sorbaire à feuilles de sorbier, espèce type du genre, en a donc toutes les caractéristiques :

  • il s'agit d'un arbuste caduc, vivace, de taille ne dépassant pas trois mètres ;
  • il peut drageonner assez abondamment :
  • les feuilles sont composées imparipennées ;
  • les stipules sont persistants ;
  • la floraison débute fin mai et se poursuit jusqu'en septembre ;
  • les fleurs sont blanches, de moins d'un centimètre de diamètre, en panicules pyramidaux ;
  • elles ont cinq sépales, cinq pétales, cinq pistils et de nombreuses étamines (40 à 50) (il s'agit d'une caractéristique générale de la famille) ;
  • les étamines sont deux fois plus longues que les pétales ;
  • les fruits sont des follicules déhiscents avec peu de graines (caractéristique de la sous-famille).

Sorbaria sorbifolia compte 36 chromosomes[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce est originaire de Sibérie (de l'Oural au Kamtchatka, y compris Sakhaline), de Chine, de Corée, de Mongolie et du Japon. Elle est largement répandue actuellement dans tous les pays à climat tempéré.

Son habitat naturel est semi-forestier, sur sol frais en milieu non aride. Elle prospère en lisière de forêts et en ripisylves où elle peut former des espaces denses et impénétrables en raison de sa propension à drageonner.

Position taxinomique[modifier | modifier le code]

Cette espèce avait été placée par Carl von Linné en 1753 dans le genre Spirea : Spirea sorbifolia (L.), en raison de son affinité avec les spirées.

En 1829, Nathaniel Wallich la déplace dans le genre Schizonotus : Schizonotus sorbifolius (L.) Lindl. ex Wall. Le nom de genre était cependant invalide.

En 1838, Constantine Samuel Rafinesque en fait le basionyme du genre Basilima : Basilima sorbifolia (L.) Raf.

En 1860, Alexander Karl Heinrich Braun en fait l'espèce-type du nouveau genre qu'il décrit, Sorbaria.

En 1908, Per Axel Rydberg tente à nouveau de la remettre dans le genre Schizonotus : Schizonotus sorbifolius (L.) Lindl. ex Rydb., mais le nom de genre reste tout autant invalide.

Des variétés botaniques sont reconnues :

    • Sorbaria sorbifolia var. kirilowii (Regel & Tiling) Ito (1900) : voir Sorbaria kirilowi (Regel & Tiling) Maxim.
    • Sorbaria sorbifolia var. stellipila Maxim. (1879) - synonyme : Sorbaria stellipila (Maxim.) C.K.Schneid.
    • Sorbaria sorbifolia var. typica C.K.Schneid. (1905)

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette espèce connaît une importante diffusion comme plante ornementale en France, pour sa floraison et sa robustesse (elle résiste à des températures de -20 °C).

La principale variété horticole est Sorbaria sorbifolia 'Sem'.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décompte de chromosomes sur Tropicos.org

Liens externes[modifier | modifier le code]