Sopra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sopra Group)
Aller à : navigation, rechercher

Sopra

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Sopra.

Création Janvier 1968
Fondateurs Pierre Pasquier, François Odin et Léo Gantelet
Personnages clés

Pierre Pasquier - Président et Cofondateur ;

Vincent Paris – Directeur Général Délégué
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Action Euronext : SOP
Slogan Talented Together
Siège social Drapeau de France Annecy-le-Vieux (France)
Activité Société de conseil, de services informatiques et d'édition de logiciels
Effectif 16 290 (décembre 2013)
Site web http://sopra.com/
Chiffre d’affaires 1,349 milliard d’euros (2013)
+ 10,9 %

Sopra est une entreprise de conseil, de services technologiques et de l’édition de logiciels française. Sa filiale, Sopra Banking Software, est un éditeur spécialisé dans les solutions applicatives pour le marché financier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sopra Group est créée en janvier 1968 par Pierre Pasquier, François Odin et Léo Gantelet, et figure aujourd'hui parmi les plus anciennes SSII européennes[réf. nécessaire].

Les acquisitions[modifier | modifier le code]

En 1990, Sopra Group a réalisé son introduction sur NYSE Euronext Paris. En 1996, Sopra acquiert SG2 Ingénierie qui avait 650 collaborateurs[1].

En 2000, Sopra acquiert Orga Consultants, société spécialisée dans le Conseil en stratégie, en management et en organisation, ayant 200 collaborateur)[2].

En 2001, Sopra acquiert les sociétés italienne ITI et britannique CS Rand, toutes deux actives dans le conseil et l'intégration du système[3].

À partir de 2001, le Groupe décide par le biais de sa filiale Axway Software de se développer sur le marché de l’EAI (Enterprise Application Integration). Axway Software, filiale, est créée en 2001[4] (400 collaborateurs pour un CA de 50 M€).

En décembre 2003, Sopra fait une OPE avec Inforsud Ingénierie, détenu par le Crédit agricole, et transfert du siège social de Paris sur Annecy en renommant la société Sopra Group Inforsud. En avril 2004, Sopra acquiert Sopra Group Inforsud et ses 530 collaborateurs). En juillet 2004, Sopra acquiert Valoris, société européenne de Conseil et de Services informatiques et ayant 500 collaborateurs[5].

En juillet 2005, Sopra acquiert la société Newell & Budge au Royaume-Uni et de ses filiales irlandaise et indienne qui dispose d’une gamme complète de services informatiques allant du Conseil à la mise en œuvre, et ayant 600 personnes dont plus de 100 personnes en Inde dans sa filiale Momentum Technologies[6]. En novembre de la même année, Sopra acquiert la société PROFit, société indépendante de conseil et d’intégration de systèmes basée en Espagne et au Portugal et ayant 700 collaborateurs.

En juillet 2008, Sopra acquiert la société CIBF, société indépendante de développement de progiciels et logiciels pour la gestion des portefeuilles, risques et échanges interbancaires basée à Nantes, ayant 60 collaborateurs[7].

En décembre 2010, les titres détenus par le groupe Crédit Agricole sont libérés suite à l'échange des titres de la société Inforsud Ingénierie avec la Sopra en décembre 2003, soit plus de sept ans après, cas rarissime dans un échange de titres bloqué.

Axway Software se sépare de Sopra Group en juin 2011 lors de son introduction en Bourse[8].

En octobre 2011, Sopra acquiert 100 % de la société Delta Informatique, société indépendante éditrice d'une offre de solution « Global Banking » destinée aux banques de détail en France et à l’international[2],[9].

En février 2012, Sopra acquiert la société bruxelloise Callataÿ & Wouters, spécialiste des progiciels dédiés au secteur bancaire en vue de la formation d’une entité commune[10],[11]. Le mois suivant, Sopra acquiert les filiales britanniques de Business & Decision et de Tieto[12]. En juillet, Sopra créé la filiale Sopra Banking Software à la suite des rachats de Callataÿ & Wouters et de Delta Informatique[13].

En avril 2013, Sopra acquiert HR Access[13].

En février 2014, Sopra acquiert la société allemande COR&FJA Banking Solutions[14].

Projet de fusion avec Steria[modifier | modifier le code]

Le 7 avril 2014, Sopra et Steria annoncent leur intention de créer un leader européen des services informatiques, en réalisant un projet de rapprochement[15],[16]. Ce n'est pas la première fois qu'il est question de rapprochement entre les deux SSII françaises. Déjà en 2010, lors de dissensions au sein de l'actionnariat de Sopra[17], la presse spécialisée (01 Net) et les analystes financiers (CM-CIC Securities) s'étaient fait l'écho d'un possible rapprochement avec Steria[18]. En 2014, le projet de rapprochement aboutit à une fusion qui prend la forme d'une OPE qui se déroule du 24 juin au 30 juillet 2014[19].

Fusion entre inégaux[modifier | modifier le code]

Le langage de la direction des deux groupes est uniforme : le projet de rapprochement consiste en une fusion des deux groupes et non un rachat de Steria par Sopra[20].

Cependant les chiffres soulignent que les deux entités sont bien inégales[21]. Sopra, plus petite, est beaucoup plus rentable que Steria. Avec un effectif et un chiffre d'affaire inférieurs, Sopra a une valeur boursière double de celle de Steria[22]

Comparatifs des données économiques 2013
(Chiffres au 31/12/2013, sauf capitalisation boursière)
Société CA
(en millions €)
Résultat
(en millions €)
Effectifs Marge opérationnelle Rentabilité financière Ratio d'endettement Capitalisation boursière
(en millions €)
au 7 avril 2014
Steria [23] 1 754 12,7 20 000 3,07% 3,25% 57% 522
Sopra [24] 1 349 71,4 16 200 7,71% 19,95% 43% 951

L'emploi[modifier | modifier le code]

La communication des deux groupes évoque l'absence de licenciements ou de plan de départs volontaires à l'issue de cette fusion[25]. La fusion des deux SSII donnera naissance au 3e groupe de services informatiques en France : le nouveau groupe représentera 35 000 salariés dans le monde, dont 15 000 en France et 8 000 en offshore (6 000 en Inde). Les salariés craignent cependant des répercussions sur l'emploi. Interrogé à ce sujet, le délégué syndical CGT de Steria, Hocine Chemlal explique[26] :

« Nous avons plus que des craintes. Les deux entreprises sont présentes dans les mêmes marchés, il y aura forcément des suppressions de postes. Les personnels administratifs pourraient être les premiers ciblés »

La direction évoque elle un scénario différent « Il est tout à fait évident que la gestion du recrutement et la gestion de la sous-traitance offriront d’énormes possibilités d’économies aussi bien pour une société que pour l’autre, a indiqué Pierre Pasquier à l’AFP. Il n’y aura pas de plan social prévu, il n’y aura pas de départs volontaires prévus ». [réf. nécessaire]

Alors que chez Steria, des négociations étaient prévues à l’automne 2013 avec les syndicats pour discuter sur le temps de travail et sur le futur plan de départs volontaires – discussions suspendues depuis[26].

Atos également intéressé[modifier | modifier le code]

La fusion Steria-Sopra créera sur le marché français la 3e SSII et reléguera Atos à la 4e position. L'ancien Ministre de l'Industrie Thierry Breton Quelques jours après l'annonce de la fusion affirme dans un communiqué de presse « avoir entretenu depuis plusieurs mois des discussions amicales avec Steria »[27]. Puis Atos propose également une offre sur Steria : 22€ par action Steria (identique à celle de Sopra), Atos propose du cash et non un échange d'action. Cela valorise Steria à 730 millions d'euros. Cependant les milieux financiers ne croient pas à la réussite de cette offre : Steria est une Société en commandite par actions, un actionnaire extérieur ne peut pas en prendre le contrôle sans le consentement de l'actionnaire commanditaire de Steria[28].

Métiers et activités[modifier | modifier le code]

Sopra a trois métiers complémentaires[29] que sont le conseil (Sopra Consulting) en management et technologies, l'intégration de systèmes et l'outsourcing applicatif ainsi que l'édition de logiciels métiers. Sopra édite des logiciels métiers dans les domaines de la banque via sa filiale Sopra Banking Software, des ressources humaines (Progiciels Pléiades et HR Access) et de la gestion immobilière (Progiciels Ulis, Ikos et Altaïx).

L'activité de Sopra est centrée sur divers secteurs d'activité parmi lesquels figurent les services financiers, les services, transports & utilities (service public), l'industrie, les télécoms et médias, la distribution ainsi que la défense.

La stratégie de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Chiffres clés (hors filiale Axway)[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?
  • Chiffres d'affaires (M€ : millions d'euros)[30]
    • 2013 : 1 349,0 M€
    • 2012 : 1 216,7 M€ [31]
    • 2011 : 1 050 M€ (1200 M€ / Pro forma 2011)[32]
  • Résultat opérationnel d'activité (M€)
    • 2013 : 108,9 M€
    • 2012 : 109,6 M€
    • 2011 : 93 M€
  • Effectifs
    • 2013 : 16 290
    • 2012 : 14 310
    • 2011 : 12 610
  • Répartition du Chiffres d'affaires sur les Régions / 2013
    • France : 61 %
    • Autres pays : 39 %
  • Répartition du Chiffres d'affaires sur les Secteurs / 2013
    • Services Financiers : 33 %
    • Services, Transport & Utilities : 21 %
    • Secteur Public : 17 %
    • Industrie : 16 %
    • Télécom & Médias : 9 %
    • Distribution : 4 %[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « SG2/SOPRA - LA TAILLE CRITIQUE PAR LA SPÉCIALISATION », sur usinenouvelle.com,‎ 1996 (consulté le 1er juillet 2014)
  2. a et b Rapprochements conseil et SSII : quand l'amont et l'aval ne font qu'un
  3. Sopra Group fait ses emplettes en Italie et en Grande-Bretagne
  4. l'EAI prend le chemin de l'independance - Information Builders, Sybase et Sopra ont tous trois regroupé leur activité d'éditeur d'EAI au sein d'une entité distincte.
  5. Valoris se décide pour Sopra
  6. Sopra acquiert Newell & Budge et établit ses quartiers au Royaume-Uni
  7. Sopra se renforce dans le secteur bancaire avec le rachat de CIBF
  8. Introduction en bourse d'Axway au NYSE Euronext Paris
  9. Sopra s'offre l'éditeur de logiciels financiers Delta Informatique
  10. Callataÿ & Wouters racheté par le français Sopra
  11. Callataÿ & Wouters signe un accord avec le groupe Sopra et formera ainsi un acteur européen majeur
  12. Sopra Group annonce la finalisation de deux acquisitions au Royaume-Uni
  13. a et b Historique de Sopra Banking Software
  14. Sopra finalise l’acquisition de COR&FJA Banking Solutions GmbH
  15. [PDF] http://www.sopra.com/content_data/sopragrp/fr/22817/20140408_FR_Sopra_Steria_final.pdf
  16. Informatique : mariage en vue pour Steria et Sopra, Challenges, 7 avril 2014
  17. Olivier Discazeaux, « Sopra : des dissensions entre les actionnaires de référence », 01 net (consulté le 30 juin 2014)
  18. Xavier Biseul, « Vers une fusion Steria-Sopra », 01 Net,‎ 2 novembre 2010 (consulté le 30 juin 2014)
  19. « L'offre de Sopra sur Steria a commencé », Les echos,‎ 27 juin 2014 (consulté le 29 juin 2014)
  20. Caroline De Malet, « Services informatique : Mariage en vue entre Steria et Sopra », Le Figaro,‎ 8 avril 2014 (consulté le 30 juin 2014)
  21. Claude Gourlaouen, « Sopra-Steria : fusion entre inégaux », Channel News,‎ 12 mai 2014 (consulté le 30 juin 2014)
  22. Christophe Bardy, « Sopra-Steria une fusion entre égaux bien inégale », LeMag IT,‎ 8 avril 2014 (consulté le 30 juin 2014)
  23. « Rapport exercice 2013 Steria », Steria (consulté le 30 juin 2014)
  24. « Document de référence, exercice 2013 », Sopra (consulté le 30 juin 2014)
  25. « Fusion de Steria et Sopra: ni plan social, ni départs volontaires », le Point,‎ 8 avril 2014 (consulté le 25 juin 2014)
  26. a et b Ariane Beky, « Le projet de fusion Sopra–Steria alarme les salariés », Silicon,‎ 9 avril 2014 (consulté le 29 juin 2014)
  27. « Communiqué de presse 17 avril 2014 », sur Atos.com,‎ 17 avril 2014 (consulté le 28 juin 2014)[réf. insuffisante]
  28. Delphine Cuny, « Pourquoi Atos a peu de chances de ravir Steria à Sopra », La Tribune,‎ 22 avril 2014 (consulté le 29 juin 2014)
  29. Sopra Group – Consulting – Systems integration – Systems company (SSII)[réf. insuffisante]
  30. Boursorama Données financières Sopra Group
  31. Données financières Sopra Group - Communiqué de presse du 19 février 2013
  32. http://www.boursorama.com/bourse/profil/profil_finance.phtml?symbole=1rPSOP