Sopot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sopot (homonymie).
Sopot
Blason de Sopot
Héraldique
Drapeau de Sopot
Drapeau
Le Grand Hôtel
Le Grand Hôtel
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Poméranie
Maire Jacek Karnowski
Code postal 81-701 à 81-878
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 58
Immatriculation GSP
Démographie
Population 39 836 hab. (2006)
Densité 2 301 hab./km2
Population de l'agglomération 1 035 000 hab.
Géographie
Coordonnées 54° 26′ 15″ N 18° 33′ 25″ E / 54.4375, 18.556944 ()54° 26′ 15″ Nord 18° 33′ 25″ Est / 54.4375, 18.556944 ()  
Superficie 1 731 ha = 17,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Sopot

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Sopot
Liens
Site web http://www.sopot.pl

Sopot (prononcer ['sɔpɔt], en kachoube : Sopòt, en allemand Zoppot) est une ville de Pologne d'environ 40 000 habitants qui constitue avec Gdańsk et Gdynia une vaste conurbation portuaire connue sous le nom de Tricité (Trójmiasto en polonais).

Située sur la côte sud de la mer Baltique, au nord de la voïvodie de Poméranie, Sopot est surtout une station balnéaire et un lieu de cure, bien connu pour sa jetée de bois, (appelée Molo) la plus longue d’Europe (515,5 mètres), d'où on a une vue sur le golfe de Gdańsk. La ville est également réputée pour son festival international de la chanson, second évènement en Europe après le concours Eurovision.

Sur le plan administratif, c'est à la fois une ville et un district (miasto na prawach powiatu), ce qui en fait, avec seulement 40 000 habitants, la ville-district la moins peuplée de Pologne.

Nom de la ville[modifier | modifier le code]

Le nom de Sopoth (1283) et Sopot (1291) vient d’un vieux mot slave qui signifie « source ».

Dans la Pologne d'avant-guerre les noms de Sopoty ou Copoty (pluriel en polonais) étaient couramment en usage, et le nom officiel de la ville était Zoppot en allemand, jusqu'en 1946.

Histoire[modifier | modifier le code]

La jetée

Avant 1466[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle une forteresse slave en Poméranie est construite. C'est un avant-poste marchand qui permet des relations commerciales étendues avec à la fois des régions de la Vistule situées au sud et des villes au-delà de la Baltique. Avec le temps l’importance du bastion diminue et au Xe siècle il n'est plus habité que par des pêcheurs avant d’être abandonné. Un siècle plus tard, l’endroit est de nouveau peuplé et deux villages sont fondés aux confins de la ville actuelle : Stawowie et Gręzowo. Ils sont mentionnés une première fois en 1186 comme ayant été concédés à l'abbaye cistercienne d’Oliwa. Un autre des villages aujourd’hui intégrés à Sopot, Świemirowo, est mentionné en 1212 dans un document signé par Mściwój Ier, duc de Gdańsk, qui le cède au monastère de Saint-Norbert dans la localité voisine de Żukowo.

Le nom de Sopot est mentionné une première fois en 1283 et désigne toute l'agglomération. Qualifié de village de pêcheurs il est attribué aux cisterciens. Vers 1316, l'abbaye acquiert tous les villages des environs. Après le Traité de paix de Thorn de 1466 l'agglomération est incorporée à la Pologne.

De 1466 à 1806[modifier | modifier le code]

L'établissement thermal Kurhaus vers 1900

Au XVIe siècle, Sopot fut une ville d'eau pour les habitants de Dantzig. Jusqu'à la fin du siècle les familles plus nobles et les plus riches de la ville y faisaient construire des résidences. Pendant les négociations du traité d'Oliva le roi Jean II Casimir vécut dans l'une d'elles, pendant que le négociateur suédois Magnus de La Gardie résidait dans une autre - appelée depuis le Manoir suédois.

Pendant la guerre de la Succession de Pologne, en 1733, les troupes impériales russes assiégèrent la ville voisine de Dantzig et une année plus tard pillèrent et brûlèrent entièrement le village de Sopot. Après la fin de la guerre, Sopot fut abandonné et les manoirs désertés jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.

En 1757 et 1758, la plupart des manoirs détruits furent achetés par une famille de magnats poméraniens, les Przebendowski. Le général Jozef Przebendowski acheta neuf palais avec les jardins qui les entouraient et en 1786 sa veuve, Bernardyna Przebendowska (née Kleist), les deux derniers. Sopot fut annexé par le royaume de Prusse en 1772 lors du premier partage de la Pologne. À la suite des nouvelles lois imposées par le roi Frédéric le Grand, les biens d'Église furent confisqués par l'État. Le village fut reconstruit et en 1806 l'emplacement fut vendu à un négociant de Dantzig, appelé Carl Christoph Wegner.

Zoppot de 1806 à 1945[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Saint-Georges

En 1819 Wenger ouvrit à Zoppot le premier bain public et essaya de promouvoir parmi les habitants de Dantzig la ville d'eau qu'il venait d'établir, mais l'entreprise se solda par un échec financier. Pourtant, en 1823, le Dr Jean Georg Haffner, ancien médecin de l'armée française, finança un nouveau complexe balnéaire qui devint très populaire. Dans les années suivantes, Haffner développa encore les équipements. En 1824, un sanatorium fut ouvert au public, ainsi qu'une jetée de 63 m de long, des vestiaires et un parc. Haffner mourut en 1830, mais son entreprise fut continuée par son beau-fils, Ernst Adolf Böttcher qui continua à développer l'endroit, et en 1842 un nouveau théâtre et un sanatorium furent ouverts. Dès lors, le nombre de touristes venant à Zoppot chaque année monta à presque 1 200.

En 1870, Zoppot vit l'ouverture de sa première ligne de chemin de fer : la nouvelle liaison ferroviaire entre Dantzig et Kolberg, prolongée par la suite jusqu'à Berlin. Ces bonnes connexions accrurent la popularité de la région et en 1900 le nombre de touristes avait presque atteint 12 500 par an.

En 1873, le village de Zoppot devint le siège administratif de la commune. Bientôt d'autres villages y furent incorporés et en 1874 le nombre d'habitants se montait à plus de 2 800.

Au début du XXe siècle, c'était la ville d'eau préférée du Kaiser Guillaume II. Au début du siècle, la ville devint un endroit touristique non seulement pour les habitants de la ville proche de Dantzig, mais aussi pour l'aristocratie de Berlin, de Varsovie et de Königsberg. Peu après la Première Guerre mondiale, un casino fut créé dans le Grand Hôtel et fut une ressource financière importante pour la trésorerie de la ville libre de Dantzig.

En 1877, l'administration autonome de la commune acheta le village aux descendants du docteur Haffner et commença à le développer. Un deuxième sanatorium fut construit en 1881 et la jetée fut prolongée à 85 mètres. L'usine à gaz fut construite en 1885. Deux ans plus tard, venaient des courts de tennis et l'année suivante un champ de courses hippiques fut ouvert au public. Plusieurs équipements furent construits pour les habitants à demeure et non plus seulement pour les touristes, entre autres deux nouvelles églises : la protestante (17 septembre 1901) et la catholique (21 décembre 1901).

Monument en l'honneur de l'Armée Armia Krajowa

Le 8 octobre 1901, Guillaume II accorda à Zoppot les droits de ville qui permirent à la ville de se développer encore plus vite qu'auparavant. Un nouveau sanatorium balnéologique fut ouvert en 1904. En 1907, de nouveaux bains au sud des anciens furent construits en style Viking. En 1909 un nouveau théâtre fut ouvert dans la forêt voisine à l'intérieur des limites de la ville, là où aujourd'hui se tient chaque année le Festival de Sopot. En 1912 fut ouvert un troisième complexe de bains, de sanatoriums, d'hôtels et de restaurants, attirant encore plus de touristes. Peu de temps avant la Première Guerre mondiale la ville avait 17 400 habitants permanents et recevait plus de 20 000 touristes chaque année.

Le traité de Versailles attribua Zoppot à la ville libre de Dantzig. Grâce à la proximité des frontières polonaise et allemande, l'économie de la ville se rétablit bientôt. Le casino récemment construit devint une des sources principales de revenu pour la toute petite ville libre. En 1927 les autorités de la ville construisirent le Kasino-hôtel, un des sites les plus remarquables de Sopot aujourd'hui. Après la Seconde Guerre mondiale, il fut rebaptisé Grand Hôtel et est toujours un des hôtels les plus luxueux de Poméranie.

À partir de 1922, se tint dans l'Opéra de la Forêt un Festival Richard Wagner de haute qualité si bien que Zoppot était parfois considérée comme le « Bayreuth du Nord ». En 1928, la jetée fut prolongée jusqu'à sa longueur actuelle : 512 mètres. C'est depuis la plus longue jetée en bois d'Europe et une des plus longues du monde. Au début des années 1930, la ville atteignit le pic de sa popularité parmi les touristes étrangers - plus de 30 000 venaient chaque année (nombre qui ne comprend pas les touristes de Dantzig même qui y passaient leurs vacances). Cependant, au cours des années 1930, la tension à la frontière polonaise et la montée du nazisme commencèrent à décourager les touristes étrangers. En 1938, des nazis allemands de l'endroit mirent le feu à la synagogue de Zoppot.

La Seconde Guerre mondiale éclata le 1er septembre 1939. Le lendemain la ville libre de Dantzig fut annexée par les Allemands à l'Allemagne du Troisième Reich et la plupart des Polonais, des Cachoubes et des Juifs qui y habitaient furent arrêtés et expulsés. Comme la guerre faisait rage, l'industrie touristique de la ville s'effondra. Le dernier Festival Wagner eut lieu en 1942.

Après 1945[modifier | modifier le code]

Mémorial de Danuta Siedzikówna
Ancien phare et le centre balnéaire

L'Armée rouge entra à Zoppot le 23 mars 1945. La ville perdit cette année-là environ 10 % de ses bâtiments - certains pendant les combats, mais un bon nombre furent détruits par les soldats soviétiques sous l'emprise de l'alcool, après le 8 mai 1945. Les soldats soviétiques brûlèrent et pillèrent la plupart des bâtiments voisins de la jetée, y compris le complexe de sanatoriums balnéaires.

Conformément à la conférence de Potsdam, et selon les vœux de Joseph Staline, Zoppot fut incorporé à l'État polonais d'après-guerre et reçut son nom officiel polonais de Sopot. Les autorités de la voïvodie de Gdańsk y résidèrent jusqu'à la fin de 1946. La plupart des habitants allemands qui n'étaient pas partis de la ville devant l'avance de l'Armée rouge furent bientôt expulsés et remplacés bien vite par des Polonais chassés des régions annexées par l'Union soviétique, en particulier en République socialiste soviétique d'Ukraine.

Après la guerre, Sopot se rétablit rapidement. Une ligne de tramway vers Gdańsk fut ouverte, et l'on créa l'École supérieure de musique, l'École supérieure de commerce maritime, une bibliothèque et une galerie d'art. Depuis 1948 (pendant que Jan Kapusta était à la tête de la ville) le Festival d'Arts se tient à Sopot. En 1952, les lignes de tramway furent remplacées par une ligne de chemin de fer de banlieue reliant Gdansk, Sopot et Gdynia. Bien qu'en 1954 l'École supérieure des beaux-arts ait été déplacée à Gdansk, Sopot est resté un centre culturel important. En 1956, le premier festival polonais de jazz s'y est tenu (jusqu'à ce que cette année-là le jazz fût interdit par les autorités communistes) ; il fut le précurseur du Jamboree annuel de Jazz qui se tient toujours à Varsovie. En 1961, le premier Concours de Chanson international fut organisé à l'Opéra de la Forêt. Deux ans plus tard, la rue principale de Sopot (Bohaterow Monte Cassino) fut transformée en une zone piétonnière.

De nouveaux complexes balnéaires, des sanatoriums et des hôtels furent ouverts en 1972 et 1975. Sopot avait environ 54 500 habitants en 1977, le plus haut chiffre de son histoire. Le centre historique fut mis sous la protection de l'État comme patrimoine national en 1979. La loi martiale proclamée par le général Jaruzelski en 1981 entraîna une période de déclin économique qui prit fin avec la chute du régime communiste en 1989. En 1995, le complexe sud de bains et de sanatoriums connut une extension importante et, deux ans plus tard, le printemps de Saint-Adalbert était inauguré. Grâce à cela, Sopot put en 1999 retrouver son statut officiel de ville d'eau. Sopot a célébré le 100e anniversaire de sa charte urbaine en 2001.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1819 1842 1874 1900 1914 1919 1933 1947 1950 1970 1975 1980 1990 1995 1998 2000
350 937 2 800 11 800 17 400 18 400 30 800 26 900  ? 44 000 47 700 51 700 51 300 46 700 43 000 41 432

Personnalités[modifier | modifier le code]

Villes voisines sur le littoral baltique[modifier | modifier le code]

  • Gdańsk (ville portuaire et industrielle)
  • Gdynia (ville portuaire et industrielle)

Lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Communications[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

En 2001, la ville de Sopot accueille les Jeux mondiaux de la Polonia. Depuis 2001 un tournoi ATP sur terre battue se déroule en juin à Sopot. Rafael Nadal y remporta en 2004 son premier tournoi ATP, imité l'année suivante par Gaël Monfils.

La ville de Sopot possède un club de basket-ball, le Prokom Trefl Sopot.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Sopot est jumelée avec[1] :

Sources & références[modifier | modifier le code]

  1. Miasta partnerskie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]