Sophrosyne (philosophie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La sophrosyne (en grec ancien σωφροσύνη/sophrosúnê) est, en philosophie, ce qui permet toute maîtrise de soi, toute sagesse, toute modération. Sophrosyne est le mot philosophique qui désigne la tempérance ; Luc Brisson préfère le mot modération[1].

  • L’essence même de la sophrosyne est l’aveu d'ignorance, souvent évoqué pour désigner la question et la philosophie socratique, parce qu’elle en est le signe traditionnel de la présence en l’homme de la modestie ; sa recherche et son accomplissement forment l’essence : elle est cette modestie.
  • La sophrosyne prend la forme de présomption évitée et dénoncée de la science, du savoir.

Le maître n'est considéré comme tel que parce qu'il en fait preuve et y amène ses protagonistes. Loin de se satisfaire d'une certitude trop rapidement acquise, la sagesse du socratique est une inquiétude qui ne laisse jamais le sujet en repos et le pousse à exiger toujours plus des choses et de lui-même, dans un souci d'honnêteté envers les autres protagonistes. La question socratique prend son sens dans les mots réserve, retenue, obéissance, réflexion, prudence, modération.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La République (Livre IV) (430e)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :