Sophie de France (1734-1782)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sophie de France

Description de cette image, également commentée ci-après

Sophie de France

Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Sophie Philippine Elisabeth Justine de France
Surnom Madame Sophie
Naissance 27 juillet 1734
Versailles (France)
Décès 2 mars 1782 (à 47 ans)
Versailles (France)
Sépulture Nécropole de Saint-Denis
Père Louis XV
Mère Marie Leszczyńska

Sophie Philippine Elisabeth Justine de France (Versailles, 27 juillet 1734 - Versailles, 2 mars 1782), plus connue comme Madame Sophie, est la sixième des filles et la huitième des dix enfants de Louis XV et de Marie Leszczyńska.

Présentation[modifier | modifier le code]

Moins connue que ses sœurs, sa naissance est passée quasi inaperçue après tant de couches de la reine qui avait déjà donné tant de filles, de même son enfance, qu'elle passa à l'abbaye de Fontevraud, pendant douze ans (de 1738 à 1750), avec ses sœurs Madame Victoire, Madame Thérèse et Madame Louise.

D'un caractère réservé, voire effacé, elle n'eut aucune influence à la cour et se laissa dominer par Madame Adélaïde. Réputée laide et sans trop d'esprit, on constate finalement le contraire sur les portraits que Nattier fit d'elle dans sa jeunesse. Sa timidité ne semblait pouvoir se briser, selon sa lectrice Madame Campan, que lors des orages, dont elle avait une grande peur, et pendant lesquels elle se mettait à tenir de longues conversations afin de se calmer. Louis XV la surnommait « Graille ».

Elle suivit toujours ses sœurs dans les querelles qui les opposèrent aux favorites royales, à l'instar de Madame de Pompadour et de Madame du Barry, et elle fut toujours de leur avis en politique. Elle trouva de paisibles retraites aux châteaux de Bellevue et de Louvois, qu'elle obtint avec ses aînées.

Sur les dix enfants du couple royal, elle fut une des quatre enfants royaux qui survécurent à leurs parents, et elle s'éteignit le 2 mars 1782, veillée seulement par ses sœurs Madame Adélaïde et Madame Victoire. Plutôt que de se faire autopsier, comme la coutume l'exigeait, elle demanda à ce qu'on lui ouvre le pied pour vérifier son décès. Elle demanda à sa sœur, Madame Louise, devenue carmélite, de faire dire des prières pour elle. Celle-ci laissera un témoignage bouleversant sur sa sœur, la disant très bonne et intelligente. Comme tous les membres de la Maison royale, Madame Sophie fut inhumée à l'abbaye de Saint-Denis, mais son tombeau fut pillé et détruit lors de la Révolution française qui éclata 7 ans après sa mort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :