Sophie Swetchine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Madame Swetchine

Sofia Petrovna Svetchina (en russe : Софья Петровна Свечина), née Soïmonova (Соймонова), dite Madame (Sophie) Swetchine, née en 1782 à Moscou, décédée en 1857 à Paris, était une femme de lettres russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sofia Soïmonova, épouse du général russe Svetchine, se convertit au catholicisme en 1815 à la lecture des œuvres de Joseph de Maistre. Elle quitte ensuite la Russie pour Paris, où elle tient un salon célèbre, en l'Hôtel de Tavannes, situé rue de Bellechasse. Ce salon rassemble d'importantes personnalités catholiques françaises de l’époque et des exilés russes. S’y retrouvent Monseigneur de Quélen, l'archevêque de Paris, l’abbé Félix Dupanloup, Prosper Guéranger, Victor Cousin, Alexis de Tocqueville, le prince Ivan S. Gagarine.

C'est par son intermédiaire que la comtesse Sophie Rostoptchine aurait rencontré son futur époux, le comte de Ségur.

Madame Swetchine, favorable aux idées des catholiques libéraux, y accueille notamment le comte de Montalembert, le vicomte Armand de Melun, ou encore Augustin Cochin. Elle est particulièrement proche du comte de Falloux, et d'Henri Lacordaire, avec qui elle entretient une amitié profonde et durable.

Elle a laissé une importante correspondance et des œuvres religieuses, éditées par le comte de Falloux.

Joris-Karl Huysmans, dans À rebours, en fait un résumé sévère :

« Des Esseintes avait eu la curiosité de lire parmi ces œuvres, celles de madame Swetchine, cette générale russe, dont la maison fut, à Paris, recherchée par les plus fervents des catholiques ; elles avaient dégagé pour lui un inaltérable et un accablant ennui ; elles étaient plus que mauvaises, elles étaient quelconques ; cela donnait l'idée d'un écho retenu dans une petite chapelle où tout un monde gourmé et confit, marmottait ses prières, se demandait, à voix basse, de ses nouvelles, se répétait, d'un air mystérieux et profond, quelques lieux communs sur la politique, sur les prévisions du baromètre, sur l'état actuel de l'atmosphère. » [1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Joris-Karl Huysmans, À rebours, chap. 12.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Œuvres de Madame Swetchine[modifier | modifier le code]

  • Madame Swetchine, sa vie et ses œuvres, publiées par le Cte de Falloux, Didier, Paris, 1860.
  • Lettres de Mme Swetchine, publiées par le Comte de Falloux, Didier, Paris, 1862.
  • Madame Swetchine. Journal de sa conversion, méditations et prières, publiées par le Cte de Falloux, A. Vaton, Paris, 1863.
  • Correspondance du R. P. Lacordaire et de Mme Swetchine, publiée par le Cte de Falloux, Didier, Paris, 1864.
  • Lettres inédites de Mme Swetchine, publiées par le Cte de Falloux, Didier, Paris, 1866.
  • Nouvelles lettres de Mme Swetchine, publiées par le Mis de La Grange, Amyot, 1875.
  • Correspondance du vicomte Armand de Melun et de madame Swetchine, publiée par le comte Le Camus, J. Leday, Paris, 1892.
  • Correspondance d'Alexis de Tocqueville et de Madame Swetchine, in Alexis de Tocqueville, Oeuvres complètes Tomme XV volume II intitulé Correspondance d'Alexis de Toquecville et de de Francisque Corcelle et correspondance d'Alexis de Tocqueville et de Madame Swetchine NRF Gallimard, 1983