Soofi Mohammed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Soofi Mohammed
صوفي محمد
Titre
1er chef de Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammadi
199215 janvier 2002
Prédécesseur Création du titre
Successeur Maulana Fazlullah
Biographie
Lieu de naissance District de Lower Dir, Drapeau du Pakistan Pakistan
Profession Militaire
Religion Islam

Soofi Mohammed
Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammadi

Maulana Soofi Mohammed bin Alhazrat Hassan, né dans le district de Lower Dir, est le fondateur du mouvement islamiste armé Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammadi (TNSM).

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant les années 1980, Soofi Mohammed était membre du parti islamiste Jamaat-e-Islami qu'il quitta pour créer en 1992 le TNSM. Au début de la Guerre d'Afghanistan, il organisa son mouvement pour aider les talibans en Afghanistan après leur éviction du pouvoir en 2001. Il rentra au Pakistan puis fut arrêté le 15 janvier 2002 alors que son mouvement avait été interdit 3 jours plus tôt. Maulana Fazlullah, son beau-frère, prend alors la direction du mouvement.

Il resta en prison jusqu'en 2008 puis fut libéré le 21 avril après avoir renoncé à la violence. Le gouvernement essaya alors d'utiliser son influence pour tenter de restaurer la paix dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest). Soofi Mohammed avait alors déclaré « le gouvernement a pris la bonne décision et nous l'aiderons à rétablir la paix dans la région ». Il promet d’œuvrer pour que son mouvement favorise la paix dans la région et incite les talibans à renoncer à la violence. Le TNSM étend pourtant en 2008 et 2009 son influence au district de Malakand et au district de Swat. Il applique la charia dans ces régions, procède à des exécutions sommaires, à des destructions d'écoles et de bâtiments gouvernementaux.

Des négociations entre le gouvernement et son mouvement conduisent à l'établissement d'un acte controversé qui échange un cessez-le-feu et la réouverture des écoles pour filles avec une autorisation officielle d'appliquer la charia dans le district de Malakand et de Swat. Soofi Mohammed promet alors de discuter du rétablissement de la paix avec Maulana Fazlullah, qui a gardé la direction du TNSM.

Accusé d'avoir rompu le cessez-le-feu, le gouvernement pakistanais annonce une opération militaire de grande envergure contre le TNSM. Environ 15 000 soldats sont mobilisés durant la Seconde bataille de Swat, tuant plus de 1 000 militants islamistes et chassant les autres des villes. En juin 2009, le gouvernement annonce que le fief du TNSM a été bombardé et détruit. Soofi Mohammed aurait été arrêté par l'armée pakistanaise en juin 2009, mais l'annonce de sa capture n'est officialisée que le 26 juillet 2009. Il est alors accusé « d'encouragement à la violence » et « terrorisme ». Il est inculpé le 2 août 2009 sous la charge de « sédition, terrorisme et conspiration ». Le 18 juillet 2011, une Cour anti-terroriste l'inculpe de « meurtre et trahison » pour l'assaut d'une station de police en 1994 qui avait tué onze personnels de sécurité. Il est également inculpé de conspiration contre l’État pour des faits remontant à 1995[1]. Soofi Mohammed refuse d'organiser sa défense et ne reconnait par la cour, ainsi le parquet lui assigne un avocat pour sa défense[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) La Cour anti-terroriste va inculper Soofi Mohammed le 18 juillet sur The News International, le 28 juin 2011. Consulté le 18 juillet 2011.
  2. (en) La Cour inculpe Soofi Mohammed de meurtre et trahison sur The Express Tribune, le 28 juillet 2011. Consulté le 18 juillet 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]