Sonny Fortune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sonny Fortune

Description de cette image, également commentée ci-après

Sonny Fortune en 2007

Informations générales
Nom de naissance Cornelius Fortune
Naissance 19 mai 1939
Philadelphie (Pennsylvanie)
Genre musical Jazz (post-bop, free jazz)
Instruments Saxophone, flute[n 1],[1]
Années actives 1960-2000
Site officiel sonnyfortune.com

Sonny Fortune est un saxophoniste et flûtiste américain de jazz, né le 19 mai 1939 à Philadelphie (Pennsylvanie).

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Fortune effectue ses études au Granoff School of Music à Philadelphie puis commence dans un premier temps par jouer dans la région avec des groupes de R&B. En 1967, il s'installe et joue à New York, enregistrant au sein du groupe du batteur Elvin Jones durant un peu moins d'un an[2]. En 1968, il intègre le groupe du percussionniste Mongo Santamaría avec qui il collabore durant deux années. Par la suite il travaille avec le chanteur Leon Thomas et de 1971 à 1973 avec le pianiste McCoy Tyner[3]. Durant cette période il commence à jouer du saxophone soprano et se fait remarquer par ses participations aux albums Sahara, Song for My Lady et Song of the New World de Tyner. Après une courte collaboration avec le batteur Roy Brooks, Fortune accompagne en 1974 un autre batteur, Buddy Rich durant quelques mois[2]. En septembre 1974 le trompettiste Miles Davis lui propose d'intégrer son groupe fusion pour remplacer le saxophoniste Dave Liebman et il y reste jusqu'à l'été 1975 où il est remplacé par Sam Morrison. Depuis Cannonball Adderley sur l'album Kind of Blue en 1959, Fortune est le premier altiste à enregistrer avec Davis; il enregistre avec lui les albums Big Fun, Get Up with It, Agharta et Pangaea[n 2],[3]. Après sa courte période avec Davis, Fortune rejoint le cornettiste Nat Adderley puis forme son propre groupe en 1975, enregistrant en tant que leader un album remarqué, Awakening. Mais il se fait par la suite assez discret sur la scène jazz jusque la fin des années 1980, jouant davantage en sideman qu'en leader[2].

Dans les années 1990, il joue avec son propre quartet mais aussi avec le Nat Adderly Quartet ainsi qu'avec le Elvin Jones Jazz Machine[4]. Il enregistre aussi plusieurs albums pour le label Blue Note qui reçoivent un bon accueil de la critique. Le premier qui paraît en 1994 et intitulé Four In One est un album consacré à la musique du pianiste Thelonious Monk. Fortune est cependant fortement influencé par la musique de John Coltrane, qu'il considère comme étant le musicien l'ayant le plus influencé[1]; il intègre en 1987 et 1988 le Coltrane Legacy Band notamment en compagnie de McCoy Tyner, du batteur Elvin Jones et du contrebassiste Reggie Workman et enregistre en 2000 un étonnant album intitulé In the Spirit of John Coltrane[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

En leader et co-leader (partielle)

Enregistrement Label Nom de l'album
1974 Strata-East Long Before Our Mothers Cried
1975 A&M/Horizon Awakening
1976 Waves of Dreams
1977 Wounded Bird Serengeti Minstrel
1978 Atlantic Infinity Is
1979 With Sound Reason
1992 Konnex Laying It Down
1993 Monk's Mood
1994 Blue Note Four In One
1995 A Better Understanding
1996 From Now On
2000 Shanachie In the Spirit of John Coltrane
2003 Evidence Great Friends
2007 18th & Vine You And The Night And The Music
2009 Sound Reason Last Night at Sweet Rhythm

En sideman (partielle)

Session Leader Label Nom de l'album
1972 McCoy Tyner Milestone Sahara
Song for My Lady
1973 Song of the New World
1974 Miles Davis Columbia Get Up with It
1975 Big Fun
Agharta
Pangaea
1984 Dizzy Gillespie Atlantic Closer To The Source
1990 Rabih Abou-Khalil Enja Al-Jadida

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fortune joue du saxophone alto Selmer Mark VI, soprano et ténor. Il joue aussi de la flute Pearl.
  2. Les deux albums Agharta et Pangaea sont enregistrés en public lors d'un concert à Osaka au Japon le 1er février 1975.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 31-32;175(en) Greg Robinson, « Sonny Fortune's Way Out », JazzTimes,‎ décembre 1994, p. 176 (ISSN 0272-572X).
  2. a, b, c et d p. 266 (en) Ian Carr, Digby Fairweather, Brian Priestley, The rough guide to jazz, Rough Guides,‎ 2004, 927 p. (ISBN 1843532565 et 9781843532569).
  3. a et b (en) Matt Collar, « Sonny Fortune -Biography », sur allmusic.com (consulté le 25 avril 2011).
  4. (en) « Sonny Fortune -Biography », sur allaboutjazz.com (consulté le 25 avril 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]