Sonia Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Solange Pierre (au centre) avec Hillary Clinton et Michelle Obama le 3 mars 2010.

Sonia Pierre ou Solange Pierre (1963-2011) est une avocate haïtienne défenseuse des Droits de l'homme et du citoyen haïtien ayant vécu en République dominicaine.

Contexte[modifier | modifier le code]

Sonia Pierre ou Solange Pierre est née en 1963 en République dominicaine de parents haïtiens. elle était une des treize enfants de cette famille installée dans un batey, sorte de campement où vivent les coupeurs de cannes à sucre. À sa naissance l'administration dominicaine a mal orthographié son prénom, inscrivant le prénom de Solain. Elle fut prénommée depuis Sonia ou Solange[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Cette militante des Droits de l'Homme combat en République dominicaine l'anti-haïtianisme que manifeste régulièrement une partie de la population dominicaine envers les émigrés haïtiens.

En 1976, à l'âge de 13 ans, elle organisa une manifestation de cinq jours avec les travailleurs de la canne à sucre sur un des bateyes de la République dominicaine, qui conduisit les autorités dominicaine à son arrestation. Toutefois, la manifestation attira suffisamment l'attention du public pour que les revendications des travailleurs, à savoir, des locaux d'hébergement peint, obtenir de meilleurs outils et des augmentations de salaire, furent atteints.

Avocate[modifier | modifier le code]

En 2005, l'avocate madame Pierre demanda à la Cour interaméricaine des droits de l'homme de statuer sur le cas de deux enfants d'origine haïtienne qui se sont vu refuser un certificat de naissance dominicain. La Cour interaméricaine a confirmé les lois régissant les droits de l'homme et interdisant la discrimination raciale dans l'accès à la nationalité et à la citoyenneté. Le tribunal a également ordonné au gouvernement dominicain de fournir les certificats de naissance[2].

En 2007, Sonia Pierre est elle-même menacée d'être déchue de la nationalité dominicaine. Le département d'inspection de la junte centrale électorale dominicaine ayant demandé par voie judiciaire l'annulation pour vice de forme de l'acte de naissance de Solain Pierre dite Sonia Pierre en raison de l'erreur sur son patronyme.

Prix des Droits de l'Homme[modifier | modifier le code]

En 1981, Sonia Pierre fonde le "Mouvement des femmes dominicano-haïtiennes" (MUDHA) (en espagnol "El Movimiento de Mujeres Dominico-Haitiana"), une Organisation non gouvernementale qui contribuera à éveiller la conscience de l'opinion publique dominicaine et internationale sur le sort injuste et les conditions inhumaines réservées aux membres de la communauté haïtienne vivant en République dominicaine.

Pour son travail opiniâtre pour la défense de ses concitoyens haïtiens et plus généralement pour son combat pour les droits de l'homme, Sonia Pierre a reçu pour elle-même et pour son organisation (MUDHA), le Prix Robert F. Kennedy des droits de l'homme en 2006[3]. Le prix lui fut remis par le sénateur Ted Kennedy qui déclara à cette occasion : « Avec certitude, je peux affirmer que Sonia est l'une des plus dévouées, courageuse et compatissante des êtres humains de ma génération. Sonia est tout en haut de ma liste d'héroïnes. »[4]

Elle coordonne son combat avec une autre militante des Droits de l'homme, Colette Lespinasse, journaliste, conférencière, humanitaire, militante des Droits de l'homme et coordinatrice de l'organisation non-gouvernementale haïtienne Groupement d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR).

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Rapport annuel de la cour Interaméricaine des Droits de l'Homme adressé à l'Assemblée Générale ; Page 10 : La Cour a également décidé de demander à l’Etat d'assurer les conditions nécessaires pour que Madame Solain Pie ou Solain Pierre ou Solange Pierre et ses quatre enfants retournent dans leur foyer en République Dominicaine et, dès que cela sera fait, d’adopter toutes les mesures nécessaires pour protéger leur vie et leur intégrité personnelle,...
  2. Centre Mémorial RFK
  3. Sonia Pierre lauréate du Prix RFK des droits de l'homme
  4. The Washington Post