Sonia Greene

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sonia Greene

Sonia Haft Greene Davis (16 mars 188326 décembre 1972) était une écrivain occasionnelle pour des pulps et éditrice amateure, une mère célibataire, une femme d’affaires et une modiste à succès qui a fondé plusieurs fanzines au début du XXe siècle. Elle est peut-être mieux connue pour avoir présidé l’Amateur Press Association, et pour son mariage de deux ans avec l’écrivain de fantastique H. P. Lovecraft.

Biographie[modifier | modifier le code]

Greene est née Sonia Haft Shafirkin au village ukrainien d’Ichnya, à 140 kilomètres au nord-est de Kiev. Son père semble être mort pendant son enfance, et sa mère a émigré aux États-Unis, laissant Sonia et son frère à Liverpool. Sonia a rejoint sa mère en Amérique en 1892.

À l’âge de seize ans Sonia a épousé Samuel Seckendorff, plus âgé qu’elle de dix ans. Elle a donné naissance à un fils en 1900, qui est mort trois mois plus tard. Sa fille, Florence Carol, est née le 19 mars 1902. Seckendorff, un Russe, a adopté le patronyme Greene, et d’après Alfred Galpin[1] était « un homme de caractère brutal ». Il mourut en 1916.

Greene appartenait à la classe moyenne indépendante, ce qui était peu fréquent pour les femmes de cette époque[2]. Elle a travaillé comme modiste dans un grand magasin, voyageant souvent pour son travail[3]. Son salaire lui permettait de louer une jolie maison pour elle et sa fille dans un quartier de Brooklyn connu sous le nom de Flatbush. Elle a aussi pu faire des dons à plusieurs journaux amateur, ainsi que se rendre à plusieurs conventions de journalisme amateur. C’est à une de ses conventions qu’elle a rencontré Howard Phillips Lovecraft[3].

Après la fin de son mariage avec Lovecraft, Greene a déménagé vers la Côte ouest. En 1936 elle épouse un certain Dr Nathaniel Davis de Los Angeles. Néanmoins, son mariage avec Howard P. Lovecraft n’a jamais été légalement annulé car Lovecraft n’a pas pu le signer, son nouveau mariage étant ainsi techniquement bigame. Greene en a été informée tard dans sa vie et cela l’a considérablement perturbée[4].

La plus connue des nouvelles de Greene est Horreur à Martin Beach, révisée et éditée par H. P. Lovecraft pour être publiée dans Weird Tales (novembre 1923[2],[3]). Sa fille Florence est devenue une journaliste à succès. Les deux femmes avaient une relation tendue, et il semble qu’elles ne se soient plus jamais adressé la parole après le mariage de Sonia Greene avec Lovecraft. Greene ne mentionne pas sa fille dans son autobiographie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • To Florence
  • Mors Omnibus Comunis (Written in a Hospital)

Récits[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • La Vie privée de H. P. Lovecraft (sous le nom de Sonia H. Davis. Il semble parler de Lovecraft mais est surtout une autobiographie de Sonia Greene.)

Essais / Éditoriaux[modifier | modifier le code]

Dans The Rainbow :

  • « Amateurdom and the Editor »
  • « Recruiting »
  • « Opinion »
  • « Commercialism »
  • « Amateur Aphorisms »
  • « A Game of Chess »
  • « Heins versus Houtain »

Dans The Oracle :

  • « Fact vs. Opinion » (éditorial contre la censure de la pornographie)

Éditeur / Investisseur[modifier | modifier le code]

  • The Organ of the United Amateur Press Association (publication amateure / fanzine)
  • The Rainbow (publication amateure /fanzine)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Galpin, correspondant de H. P. Lovecraft, cité dans Joshi 1996, p. 262.
  2. a et b Joshi 1996.[réf. insuffisante]
  3. a, b et c La Vie privée de H. P. Lovecraft.[réf. insuffisante]
  4. Joshi 1996, p. 455.
  5. a et b Joshi 1996. En français, paru dans le deuxième tome des œuvres complètes de Lovecraft (Ed. Robert Laffont).