Songye (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Songyes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Songe et Songye.

Songye

Populations significatives par région
Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo 167 000
Population totale 167 000
Autres
Langues

kisongye

Ethnies liées

peuple Luba

Les Songe (orthographe officielle[réf. nécessaire]) ou Songye sont un peuple bantou d’Afrique centrale établi dans le sud-est de la République démocratique du Congo, D'après les derniers chiffres connus (1987-1989), ils avoisinaient les 428.000 habitants[réf. nécessaire], répartis dans plusieurs provinces (Kasaï-Occidental et Oriental, Maniema et Katanga) ; les villes et cités de Kananga, Mbuji Mayi, Kabinda, Gandajika, Lubao, Lusambo, Samba, Kasongo et Kongolo abritent une partie importante de ce groupe ethnique.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe plusieurs variantes : Basengele, Basonge, Basongo, Basongye, Bassonge, Bayembe, Kisongye, Sengele, Songe, Songhe, Songyes, Wasonga, Yembe[1].
Les Songe (les habitants s’appellent les Basonge, au singulier : Musonge) est l’appellation officielle de ce groupe car utilisée par l’administration territoriale congolaise qui gère cette population. Les intellectuels ne sont pas en reste comme le professeur d’université, Léon de Saint Moulin, certainement un des plus grands spécialistes de la République démocratique du Congo[réf. nécessaire] : il reprend aussi cette orthographe dans son Atlas des collectivité du Zaïre (Presses universitaires, Kinshasa, 1976) de même que dans son dernier ouvrage, Atlas de l’organisation administrative de la République démocratique du Congo (Cepas-Kinshasa, 2011). Une autre carte de l’Afrique, Ethnolinguistic Map Of The Peoples Of Africa Map (version 1971) du National Geographic, [2], reprend la même orthographe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, la tribu Songe s’installe sur le Haut-Lualaba (fleuve Congo) et soumet les autochtones. Cette fusion est à l’origine du peuple et du royaume luba.

Au XVIe siècle, le peuple Luba naît de la sécession d'un clan de l'ethnie Songe.

Masque masculin Songye

Culture[modifier | modifier le code]

Image radiographique d'une statuette votive Songye de la collection de l'Indianapolis Museum of Art.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain-Michel Boyer, « Les Songyés » in Les Arts d'Afrique, Hazan, Paris, 2008, p. 364-365 (ISBN 978-2-7541-0075-X[à vérifier : ISBN invalide])
  • François Neyt, Songye : la redoutable statuaire songye d'Afrique centrale, Fonds Mercator ; 5 continents, 2004, 398 p. (ISBN 9788874391318)
  • Hughes Dubois, Viviane Baeke et Anne-Marie Bouttiaux, Le sensible et la force : photographies de Hughes Dubois et sculptures songye, Musée royal de l'Afrique centrale, Tervuren (Belgique), 2004, 88 p. (ISBN 9789075894608)
  • Jean-Marie Lusuna Kazadi, Les Songye de la RDC : hommage à un héros : Ya'Gérard Lusuna, Éditions Aux Petits génies, 2003, 75p.
  • (en) Allen Wardwell, Three African traditions : The Art of the Dogon, Fang and Songye, Bruce Museum of Arts and Science, Greenwich (Conn.), 1999, 47 p. (ISBN 0-9665144-2-4)
  • (en) Thomas Turner, « Batetela, Baluba, Basonge : ethnogenesis in Zaire », Cahiers d'études africaines. 33 (4) no 132, 1993, p. 587-612
  • (de) Hildegard Klein (Ed), Leo Frobenius (1873-1938), Bassonge (Songye), Ethnographische Notizen aus den Jahren 1905 und 1906, vol. 4 [is titled:] Kenyok, Luba, Songye, Tetela, Songo, Meno/Nkutu, Stuttgart : Franz Steiner Verlag Wiesbaden, 1990, p. 87-161
  • (pt) Marta Heloísa Leuba Salum, « Consideraçoes sobre as madeiras que os Basonge escolheram para esculpir algumas de suas estátuas », Dédalo, 28, 1990, p. 207-226, São Paulo
  • (pt) Marta Heloísa (Lisy) Leuba Salum, A grande estatuária songe do Zaire, [São Paulo] : Universidade de São Paulo, fivereiro de 1990, 2 v., x, 326 p., ill., maps, 28 cm. Thesis (M.A.) Universidade de São Paulo, 1990.
  • Muepu Mibanga, Songye : livre des proverbes, Éditions Bouwa, 1988, 277 p.
  • Muepu Mibanga, Jean Sohier et Johan M. Pauwels, Songye : le recueil de jurisprudence de l'État indépendant du Congo jusqu'à 1967, Renapi, 1987, 128 p.
  • (en) Dunja Hersak, Songye masks and figure sculpture, Ethnographica, Londres, 1985, 189 p. (ISBN 0-905788-50-8)
  • (de)(en)(fr) Jean Willy Mestach, Études songye : formes et symbolique : essai d'analyse/Songye Studien : Formen und Symbolik : ein analytischer Essay/Songye studies : form and symbolism : an analytical essay, Galerie Jahn, 1985, 183 p.
  • Viktor Kabamba Nkamany A Baleme, Art et culture songye : Initiation aux aspects de la culture Songye, Nkamanyland, 1983, 112 p.
  • (en) Alan P. Merriam, « Kifwebe and other masked and unmasked societies among the Basongye », Africa-Tervuren, 24 (3) 1978, p. 57-73 [et] 24 (4) 1978, p. 89-101, Tervuren
  • Roger Dechamps, « L'identification anatomique des bois utilisés pour des sculptures en Afrique. V, La sculpture Songye », Africa-Tervuren, 21 (1-2) 1975, p. 27-33, Tervuren.
  • (en) Alan P. Merriam, « Change in religion and the arts in a Zairian village », African arts, 7 (4), summer 1974, p. 46-53, 95, Los Angeles
  • (en) Alan P. Merriam, An African world: the Basongye village of Lupupa Ngye, Bloomington : Indiana University Press, [1974], xxiii, 347 p. ill. 24 cm.
  • (en) Alan P. Merriam, « The Bala musician », in Warren d'Azevedo (dir.), Traditional artist in African society, Bloomington, Indiana University Press, 1973, p. 250-281
Statue songye, Indianapolis Museum of Art

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :