Sonate pour piano nº 9 de Prokofiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
9ème Sonate pour piano
Opus 103
Image décrite ci-après
Prokofiev et son épouse Mira

Genre Sonate
Nb. de mouvements 4
Musique Sergueï Prokofiev
Effectif Piano
Durée approximative  ?
Dates de composition (1946-1947)
Dédicataire Sviatoslav Richter
Création 21 avril 1951
Interprètes Sviatoslav Richter

La Sonate pour piano nº 9 opus 103 en do majeur est une sonate de Serge Prokofiev. Composée en 1946-47, elle est dédiée au pianiste Sviatoslav Richter qui la créa le 21 avril 1951. Le compositeur déclara : « Ce sera votre sonate... mais ne vous attendez pas à une œuvre avec effets. Ce n'est pas destiné à frapper la grande salle du Conservatoire... ».

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une sonate en 4 mouvements :

  1. Allegretto
  2. Allegro strepitoso
  3. Andante tranquillo
  4. Allegro con brio ma non troppo presto


« Il me faisait part, confiait Mira Mendelssohn, de son désir d'une langue musicale simple et claire. Il y pensait depuis longtemps avec obstination et ces pensées l'agitaient profondément ; même lorsqu'il parlait de clarté et de simlicité, il disait toujours qu'il ne s'agissait pas de la « simplicité ancienne » consistant en la répétition de ce qui avait été déjà dit, mais d'une simplicité nouvelle, liée au sens nouveau de notre vie[1]. »

Toujours est-il qu'on peut s'interroger sur la signification de cette sonate ; non seulement, elle clôt la série des sonates, mais est la dernière partition pianistique du compositeur ; il s'agit de la plus calme des sonates, la plus simple : le nouveau ton, plus détendu, plus apaisé, plus limpide de Prokofiev peut être attribué au changement de caractère de l'homme vieillissant et malade qui a troqué l'énergie de sa jeunesse contre une attitude plus contemplative. Mais cette oeuvre n'est-elle pas l'aboutissement de la simplicité nouvelle dont il était en quête depuis plusieurs années[2]?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souvenirs de Mira Mendelssohn, op. cit.
  2. (fr) Claude Samuel, Prokofiev, mai 1995, Seuil. (ISBN 2-02-024580-9)