Somite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

D'origine mésodermique, les somites sont des structures embryonnaires des Myomérozoaires, situées de part et d'autre du tube neural et de la chorde et composées d'unités répétées le long de l'axe antéro-postérieur de l'embryon.

Le mésoderme para-axial se segmente et s'organise en structures arrondies appelées somitomères, puis, celles-ci évoluent en somites en se creusant de petites cavités. Cependant, les 7 premiers somitomères ne deviennent pas des somites, mais chacun formera un arc branchial. Les premiers somites dérivent de la huitième paire de somitomères, et l'évolution se fait dans le sens cranio-caudal à raison de 3-4 par jour, jusqu'à obtenir 42 à 44 paires de somites à J40 (40e jour en âge réel/embryologique), le calcul de leur nombre permet donc de déterminer l'âge de cet embryon.

Ils donnent naissance à deux structures essentielles :

  • le sclérotome, ( partie la plus axiale de la somite) qui produit les vertèbres, les côtes et les cartilages axiaux (chez les vertébrés),
  • Le myotome (partie intermédiaire de la somite) à l'origine des muscles striés squelettiques. Notamment des muscles de la face dorsale, du contingent ventral, des membres supérieurs et des membres inférieurs.
  • Dermatome (partie la plus latérale de la somite, séparée des deux autres parties par le myocèle), à l'origine des tissus conjonctif sous-jacent de la peau, à savoir le derme et l'hypoderme.

À la fin de son développement, l'embryon possède 35 à 37 paires de somites, car plusieurs somites caudaux vont disparaître.

il y a :

  • 3 ou 4 paires de somites occipitales (mal différenciées)
  • 8 paires de somites cervicales
  • 12 paires de somites dorsales
  • 5 paires de somites lombaires
  • 5 paires de somites sacrales
  • 3 ou 4 paires de somites coccygiennes (mal différenciées)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.embryology.ch/francais/hdisqueembry/triderm07.html

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Claude Humeau et Françoise Arnal, Reproduction et développement, 3e édition.