Solutions locales pour un désordre global

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Solutions locales pour un désordre global

Titre original Solutions locales pour un désordre global
Réalisation Coline Serreau
Acteurs principaux
Sociétés de production Cinemao
Eniloc
Colibris
Studio 37
Montparnasse Productions
Kino Factory
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Documentaire
Sortie 2010
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Solutions locales pour un désordre global est un film documentaire de Coline Serreau. Il est sorti en France le 7 avril 2010.

Synopsis[modifier | modifier le code]

« Les films d'alertes et catastrophistes ont été tournés. Ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu'il existe des solutions, faire entendre les réflexions des philosophes et économistes, qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s'est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives.  »

— Coline Serreau

Le documentaire de Coline Serreau cherche à poursuivre au delà des documentaires « environnementaux » récents en montrant des solutions en marche. La réalisatrice y croise tout autour du monde des hommes et des femmes qui mettent en œuvre leur propres solutions aux désordres environnementaux.

La réalisatrice y rencontre notamment Pierre Rabhi, Lydia et Claude Bourguignon, les paysans sans terre du Brésil, Kokopelli en Inde, M. Antoniets en Ukraine...

Montrer l'universalité des solutions[modifier | modifier le code]

« Avec ce film, je montre qu'il existe partout dans le monde des gens qui, sans se connaître, font la même chose, ont la même philosophie de vie et les mêmes pratiques envers la terre nourricière. Mettre en lumière cette universalité des solutions, tout autant que leur simplicité, c'était vraiment le but du film »

— Coline Serreau

Critiques[modifier | modifier le code]

« […] contrairement aux films dénonciateurs et provocateurs du genre Food, Inc. ou We Feed the World, la réalisatrice privilégie l’analyse et l’expertise sans jouer la carte des images choc. Surtout, elle s’attache à prouver, à partir d’exemples alternatifs glanés du Brésil à l’Inde et de la France à l’Ukraine, que des solutions durables et rentables existent et ont déjà été mises en place. Bref, qu’une économie plus équitable est possible et même indispensable, d’un point de vue sanitaire et humanitaire. Sa démonstration teintée d’un féminisme inattendu, échappe ainsi aux discours culpabilisants habituels. »

— Veronique Le Bris pour Première[1]

« […] C'est ainsi que l'on peut voir la fracture très importante qu'il y a entre le peuple et les dirigeants. Les OGM en sont l'exemple le plus frappant…  »

— Stéphane Humbert pour CineAlliance.fr[2]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation, scénario et photographie : Coline Serreau
  • Musique : Madeleine Besson et Garden Trio
  • Montage : Catherine Renault, Claude Trinquesse
  • Producteur : Matthieu Warter et Guillaume Parent
  • Distribution : Memento Films Distribution / Editions Montparnasse
  • Pays : Drapeau de la France France
  • Langues de tournage : français, portugais, anglais, russe, hindi

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]