Solo (James Bond)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solo.
Solo
Auteur William Boyd
Genre Roman d'espionnage
Version originale
Titre original Solo
Éditeur original Jonathan Cape
Langue originale Anglais
Lieu de parution original Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Date de parution originale 2013
Version française
Traducteur Christiane Besse
Éditeur Éditions du Seuil
Date de parution 6 mars 2014
Série James Bond
Chronologie
Précédent Carte Blanche Shoot to Kill Suivant

Solo est un roman écrit par William Boyd, dont le personnage central est James Bond. Il a été publié pour la première fois au Royaume-Uni le 26 septembre 2013 en version reliée, électronique et audio. Il a été également publié aux États-Unis le 8 octobre 2013, ainsi qu'en France aux Éditions du Seuil le 6 mars 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nous sommes en 1969 et, alors qu’il vient juste de célébrer son 45e anniversaire, l’agent britannique James Bond 007 est convoqué au quartier général pour une nouvelle mission : le Zanzarim (pays fictif), une nation perturbée d’Afrique de l’Ouest, est ravagée par une terrible guerre civile. Bond est donc envoyé par M pour mettre un terme aux actions des rebelles qui menacent le régime établi.

L’arrivée de Bond en Afrique marque le début d’une mission trépidante pour découvrir les forces derrière cette guerre civile cruelle, 007 découvre bientôt que la situation est loin d’être évidente. Pas à pas, Bond met à jour les causes réelles de la violence au Zanzarim, révélant une conspiration machiavélique s’étendant bien au-delà de ce qu’il avait imaginé.

Passant des territoires rebelles en guerre de l’Afrique de l’ouest aux portes hermétiquement fermées des agences d’espionnages de Londres et de Washington, et aidé par une belle complice, 007 s'engage dans de nouvelles actions qui l'obligent à ignorer M pour faire appliquer sa propre justice.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

L'histoire commence à l'hôtel Dorchester de Londres, en 1969, où James Bond y fête seul ses 45 ans. Il se remémore sa jeunesse durant la Seconde Guerre mondiale où il était dans une section de la 30 Assault Unit, il avait alors 19 ans. Au lendemain du Débarquement de Normandie, l'objectif de sa section était de mettre la main sur une machine à coder se trouvant dans un château Normand. C'est durant cette mission que Bond a pour la première fois vu la mort de près face à un soldat allemand.

À l’hôtel, Bond rencontre par hasard une femme, Bryce Fitzjohn, qui l'invite à une fête chez elle. Il s'y rend en Jensen FF grise (voiture qu'il essaye afin de remplacer son ancienne Bentley). Ne trouvant personne et se demandant s'il ne s'agit pas d'un traquenard, il décide d'entrer par effraction avant de repartir une fois Bryce revenue chez elle.

Quelques jours plus tard, il est convoqué dans le bureau de M. Le Zanzarim, un pays d'Afrique Occidentale, est déchiré depuis deux ans par une terrible guerre civile qui a pour principale origine la séparation (pour une histoire de pétrole) d'une région du Zanzarim de ce dernier pour s'auto-proclamer la « République démocratique du Dahum » (pays et conflit fictif inspirés de la Guerre du Biafra opposant le Nigeria et le Biafra[1]). Le gouvernement de sa Majesté soutient le Zanzarim et la mission de Bond, sous une couverture de journaliste, est de « rendre moins efficace » l'architecte de la résistance Dahumienne, le général Solomon Adeka, dit « Le Scorpion », pour que la République démocratique du Dahum perde face à l'armée du Zanzarim qui essaye de reconquérir son ancien territoire, afin que la guerre puisse s'achever.

Avant de partir, Bond rend visite à Gabriel Adeka, le frère de Solomon, pour qu'il l'aide à le rencontrer ; mais Gabriel lui dit ne pas pouvoir car il n'a plus de contact avec son frère.

L'avion de Bond atterrit à Sinsikrou, la capitale du Zanzarim, et après être allé à son hôtel et à une conférence de presse, Bond prend contact avec la chef de poste des services secrets britannique au Zanzamim, Efua Grâce Ogilvy-Grant. L'idée est de gagner la frontière avec la République démocratique du Dahum en passant d'abord par la route, puis par bateau, accompagné de Ogilvy-Grant.

Sur le trajet, avant le départ en bateau, ils couchent ensemble. Cependant, au réveil, des soldats du Dahum dirigé par un certain Jakobus Breed (un homme au visage défiguré) les embarquent : ils pensent que Bond est un membre des forces spéciales britanniques.

Pendant la nuit, le groupe est pris dans une fusillade avec les forces du Zanzarim. Bond profite de ce moment pour s'échapper, mais Grâce disparaît lors de l'échange de tirs. Bond, de nouveau seul et sans provisions, progresse dans les terres du Dahum constitués de forêts tropicales et savanes. Durant son périple, il tombe sur un village ravagé et jonché de cadavres. Il parvient à rejoindre un autre village en stop où il y revoit Kobus qui le fait monter dans sa voiture en direction de Port Dunbar (la capitale du Dahum). Kobus lui explique qu'il est désolé et que les gens de son gouvernement seraient très heureux de rencontrer un journaliste de l'« agence de presse libre ».

On propose à Bond un assistant, Dimanche, celui-ci lui fait visiter la ville et l'emmène interviewer la ministre de l'intérieur. Il apprend que Solomon Adeka ne veut participer à aucune interview de la presse étrangère. Bond se rend à l'aérodrome de Janjaville, un endroit apparemment d'une importance stratégique pour la guerre. Sur place il y rencontre Hulbert Linck, un millionnaire ayant investi pour la survie du Dahum. 007 est témoin du ravitaillement du pays en vivres et en munitions par un avion Super Constellation.

Le lendemain Bond retrouve Breed à un village et assiste à la pendaison par la mâchoire avec un hameçon des corps de soldats Zanzari. Il assiste également à la bénédiction des troupes par un « sorcier » censé les rendre invincibles. Une bataille pour l'aérodrome se prépare et Bond se propose d'y accompagner Breed. Les forces dahumienne sont en mauvaise posture et 007 propose un plan à Kobus pour faire face à la situation désespérée en échange d'une entrevue avec Adeka. Breed accepte, le plan de Bond fonctionne et l'armée dahumienne sort victorieuse de cette bataille.

Plus tard, Bond est présenté à Adeka. Celui-ci se trouve dans un lit d'hôpital et est de toute évidence très malade. Solomon lui remet « L'étoile d'or du Dahum », la plus haute distinction militaire du pays. 007 laisse Adeka peu après. Trois jours plus tard, Bond assiste aux funérailles d'Adeka ; le colonel Denga prend sa place. Malgré sa mort, rien ne semble changer au Dahum. M suggère à son agent de rester à Port Dunbar jusqu'à la fin des hostilités.

Bond apprend plus tard de Linck qu'un bateau cargo doit bientôt arriver avec du matériel. 007 décide rendre une petite visite à Tony Msour, le « sorcier ». Celle-ci se termine par l'enlèvement de ce dernier avant que Bond ne l'abandonne dans le coffre d'une voiture avec un puissant produit censé le rendre inconscient pour deux jours.

L'armée Zanzari intensifie ses offensives et gagne de nombreuses batailles ; le moral et la résistance des troupes dahumiennes semble disparaître et des membres du gouvernement fuient le pays. Alors que Bond est aussi sur le point de quitter le Dahum via le Super Constellation, il remarque le logo d'AfricaKIN (une association caritative créée par Gabriel Adeka) sur celui-ci et est amenée par des hommes armés à Kobus. Ce dernier a découvert les intentions de Bond et se prépare à le tuer, lorsque Grâce apparaît également aux côtés de Breed. Bond se prend une balle dans la cuisse droite par Kobus et une autre par Grâce dans la poitrine avant d'être laissé pour mort.

Bond, trouvé par l'armée Zanzari est rapatrié au sud de Édimbourg où il est hospitalisé plusieurs semaines. Pendant ce temps la guerre a pris fin et le Dahum a été dissous. À l’hôpital, Bond reçoit la visite de M ; ce dernier lui apprend que la personne qui s'est présentée à lui comme E.G. Ogilvy-Grant n'était autre que la secrétaire de ce dernier et qu'elle s'appelle en réalité Aleesha Belem. Tout comme Breed et Linck, elle a disparu. Bond a l'intention de se venger bien que l'éthique du Service interdise de telles initiatives personnelles ; il compte y aller en « solo » en faisant croire qu'il prend des vacances. Ainsi il quitte l'hôpital pour se rendre à Londres.

De retour à son appartement à Chelsea, il y découvre sa gouvernante, Donalda, blessée et décide d'appeler May pour qu'elle prenne soin d'elle. Bond se rend aux locaux d'AfricaKIN ; tout est vide mais un jeune homme lui apprend que l'association a déménagé à Washington DC sous le nom de AfricaKIN Inc. Bond se rend au studio de cinéma où Bryce Fitzjohn (ou Astrid Ostergard, de son autre nom) tourne un film. Après l'avoir retrouvé chez elle, il lui subtilise son passeport avant de se rendre chez un faussaire afin de pouvoir l'utiliser.

007 arrive à Washington par avion. Après avoir rencontré par hasard à l'aéroport un ancien camarade de Fettes : Turnbull « Bouffi » McHarg, il loue un local en face des bureau d'AfricaKIN Inc. avant de s'équiper dans une armurerie. Durant sa surveillance, Bond aperçoit Derga et décide de se rendre aux luxueux bureaux de AfricaKIN Inc. pour y demander sans succès un rendez-vous avec Gabriel Adeka. Il sort en voyant Breed s'approcher.

Bond repère Aleesha Belem à AfricaKIN Inc. et décide de la prendre en filature. Il se fait volontairement voir afin de semer la panique chez l'ennemi avant de la reprendre en filature. Plus tard, deux agents de la CIA, dont le neveu de Felix Leiter, Brig, surprennent Bond à son poste d'observation avant l'informer qu'Aleesha fait partie des leurs. Bond est mis en communication avec Felix ; ce dernier l'informe que la CIA enquête sur AfricaKIN Inc. et conseille à 007 de rentrer à Londres, ce qu'il feint d'accepter.

Bond se rend au motel où séjourne Aleesha Belem pour une petite confrontation au cours de laquelle il apprend qu'elle avait pour mission au Dahum de proposer l'asile aux États-Unis à Solomon Adeka. Celui-ci étant mort, elle l'a offert à Kobus et Denga. C'est la CIA qui a contribué au déménagement des locaux de AfricaKIN à Washington, et son objectif semble être de retrouver Hulbert Linck. Aleesha a tiré sur Bond pour lui sauver la vie et gagner la confiance de Breed. Elle informe également à Bond que Gabriel réside avec Kobus dans une maison-hôpital au Comté d'Orange (Virginie) où il accueille les enfants d'AfricaKIN Inc.

Bond fait une brève observation de la maison du Comté d'Orange et, lorsqu’il retourne à la chambre d'Aleesha, il la retrouve morte, pendue par la mâchoire.

Après l'avoir signalé à la CIA, Bond décide d'assaillir seul la maison du Comté d'Orange pour accomplir sa vengeance. 007 y tue Breed de manière douloureuse, notamment en lui faisant tomber un boulet de pierre sur l'épaule depuis le haut de la maison, et découvre à l'intérieur que les enfants d'AfricaKIN Inc. venant d'Afrique pour être hospitalisés transportent de l'héroïne. Il découvre également Solomon Adeka drogué, retenu prisonnier par Breed et « déguisé » en Gabriel. Linck se rend à Bond mais est volontairement abattu par la CIA qui intervient, accompagné de Felix Leiter. Le corps de Breed a également disparu.

Bond et Felix se rendent à Port Dunbar pour vérifier le cercueil de Solomon et ne trouvent que des sacs de ciment à l'intérieur. Felix se décide à informer Bond et lui révèle que Hulbert Linck a offert son aide à Solomon Adeka pour la survie de la République démocratique du Dahum en échange de contrats pétroliers, sur lesquels Solomon toucherait également des pourcentages sur les profits. Cependant Solomon n'avait pas l'autorisation pour émettre de tels contrats, ce qui n'était pas le cas de son frère. Ainsi la fausse mort de Solomon a été organisée pour qu'il prenne la place de Gabriel (une fois celui-ci tué). Breed et Linck, pour ne pas prendre de risque, ont transformé Solomon en drogué ; en parallèle du trafic de stupéfiant via AfricaKIN Inc. La CIA a volontairement éliminé Linck pour qu'il ne fasse pas obstacle à l'exploitation du pétrole Zanzari par les les pays occidentaux.

De retour à Londres, 007 a les félicitations de M qui l'informe qu'aucune sanction ne sera prise pour son acte solitaire. Bond retourne voir Bryce pour lui rendre son passeport. Alors qu'il passe la nuit chez elle, il entend des bruits dans le jardin mais n'y trouve personne. Ayant peur qu'il puisse s'agir de Breed, il décide de partir et de ne plus la revoir afin de la protéger.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Solo s'est vendu à près de 9 000 exemplaires lors de sa première semaine de publication, soit 48% de moins que le dernier roman de James Bond écrit par Jeffery Deaver, Carte Blanche (2011), et encore moins par rapport à celui de Sebastian Faulks, Le diable l'emporte (2008)[3]. Le 10 octobre, le London Evening Standard a listé le livre à la première place de la liste des meilleures ventes de Londres[4], lors des deux semaines du 5 et 12 octobre 2013, Solo a été listé comme numéro 3 dans la liste best-sellers fiction au Royaume-Uni[5], avant d'abandonner sa troisième place pour la quatrième le 19 octobre 2013[6].

Le roman à reçu des critiques mitigées. Un certain nombre de critiques, y compris Robert McCrum dans The Guardian[7], David Mills dans The Sunday Times[8] et Olen Steinhauer dans The New York Times[9], ont tous considéré le livre comme égal, ou supérieur, aux meilleurs romans de Ian Fleming. Steinhauer a estimé que c'est la description que Boyd fait de la guerre civile au Zanzarim qui donne au roman sa « plus grande puissance », mais il pense aussi qu'il y a une « ruse méta-fictionnel propre » en connectant les expériences de guerre de Bond avec le 30 Assault Unit (en), une unité commando britannique développée par Ian Fleming. La connexion a également été repris par Geoffrey Wansell, critique pour le Daily Mail, qui a vu l'hommage rendu à Fleming comme un « coup de maître », dans un roman qu'il pense comme « ramenant le vrai Bond, triomphalement »[10]. Dans The Guardian, Richard Williams a dit avoir vu que Boyd utilisait une formulation similaire à celle de Fleming, tout en incluant « des gestes d'indépendance » avec ses propres idées. Le résultat, Williams estime, est que c'est une histoire qui « divertit beaucoup plus qu'elle exaspère »[11].

Une grande partie de la critique sur le roman se concentre sur l'intrigue ; Jon Stock, écrivant dans The Daily Telegraph, a pensé que, bien que Boyd utilise les détails de la même manière que Fleming, attirant les amateurs de James Bond, le livre a été fondée sur « une intrigue curieusement non-exaltante », et qui était aussi « compliquée »[12]. Dans The National, Nick Leech a également noté l'utilisation de détails, mais a estimé que cela a conduit à « un récit pédant et sinueux » qui a conduit à « un final décevant »[13]. Écrivant dans le London Evening Standard, David Sexton en convint, appelant le livre de « roman plutôt distrait », qui était une « sortie boiteuse » dans le critère James Bond[14]. David Connett a aussi vue des failles dans le roman, le qualifiant de « truc anémique », même si il estime qu'il est « de loin supérieure à la dernière tentative pour donner vie à Bond par Jeffery Deaver »[15].

Autour du livre[modifier | modifier le code]

  • Durant la journée de lancement de Solo à l’hôtel Dorchester (où s’ouvre la première scène de ce roman), William Boyd a signé sept copies du livre (Solo 001 à 007) et les a remis à des hôtesses de la British Airways pour être ensuite transportées à l'aéroport de Heathrow dans un convoi de sept voitures Jensen. Les sept exemplaires de Solo ont été remis à sept capitaines dans des mallettes en plexiglas et se sont envolées pour sept villes liées à l'auteur ou au personnage de 007 (Amsterdam, Édimbourg, Zurich, Los Angeles, New Delhi, Le Cap et Sydney), avant d'être remis en mains propres par les capitaines à leurs destinataires[16].
  • C'est l'acteur Dominic West qui prête sa voix pour la version audio du roman[17].
  • Dans la préface du livre, William Boyd établie que Bond est née en 1924, cependant il existe des divergence sur l'année de naissance de ce dernier.
  • Selon l'auteur, le choix du titre s'explique notamment par le fait qu'il soit dans le thème du roman, instantanément reconnaissable à l'international et par le fait que les deux O rappellent les 00 de 007[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « William Boyd : "Le James Bond littéraire est beaucoup plus intéressant que le Bond au cinéma" », sur RTL,‎ 28 février 2014
  2. Efua Blessing Ogilvy-Grant en version originale
  3. (en) Liam O'Brien, « The sales are not enough: William Boyd's James Bond novel outshone by Jeffery Deaver and Sebastian Faulks », sur The Independent,‎ 2 octobre 2013
  4. (en) « London's Bestsellers », dans le London Evening Standard, 10 octobre 2013, p. 40
  5. (en) « Best Sellers », dans The Daily Telegraph, 12 octobre 2013, p. 33
  6. (en) « Best Sellers », dans The Daily Telegraph, 19 octobre 2013, p. 33
  7. (en) Robert McCrum, « William Boyd's Solo is a success as it assigns James Bond a new mission », sur The Guardian,‎ 25 septembre 2013
  8. (en) David Mills, « Review : Solo by William Boyd », sur The Sunday Times,‎ 29 septembre 2013
  9. (en) Olen Steinhauer, « You Only Live Forever », sur The New York Times,‎ 10 octobre 2013
  10. (en) Geoffrey Wansell, « A new Bond book and, hurrah, he's back to his ruthless, bed hopping best », sur Daily Mail,‎ 25 septembre 2013
  11. (en) Richard Williams, « Review : Solo by William Boyd », sur The Guardian,‎ 2 octobre 2013
  12. Jon Stock, « Review : Solo by William Boyd », sur The Daily Telegraph,‎ 26 septembre 2013
  13. (en) Nick Leech, « New Bond novel fails to stir », sur The National,‎ 26 septembre 2013
  14. (en) David Sexton, « Book review: Solo A James Bond Novel by William Boyd - More tots that plot, or even totty », sur London Evening Standard,‎ 26 septembre 2013
  15. (en) David Connett, « Review : Solo by William Boyd », sur Sunday Express,‎ 29 septembre 2013
  16. (en) « SOLO Launch at The Dorchester Hotel », sur ianfleming.com,‎ 25 septembre 2013
  17. (en) « Dominic West reads SOLO Audiobook », sur ianfleming.com,‎ 1 août 2013
  18. (en) « New Bond Title Revealed », sur ianfleming.com,‎ 15 avril 2013