Soldat Louis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Soldat louis)
Aller à : navigation, rechercher

Soldat Louis

Description de cette image, également commentée ci-après

Soldat Louis, concert à Monthey mars 2009.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock celtique, chanson bretonne
Années actives Depuis 1988
Labels Coop Breizh, Sony Music
Site officiel Soldat Louis
Composition du groupe
Membres Serge Danet (Soldat Louis)
Gary Wicknam
Michel Banuls
Hervé Le Guillou
Jean-Paul Barrière
Christophe Sonnic
Anthony Masselin
Anciens membres Loïc Taillebrest
Bruno Le Rouzic
Bradney Scott
Marc Pouliquen
Patrick Le Berquier
Christophe Morvan

Soldat Louis est un groupe de rock originaire de Lorient (Morbihan) qui mélange la musique traditionnelle de Bretagne avec les instruments classiques du rock — guitare électrique ainsi qu'acoustique, batterie, basse etc. — la cornemuse écossaise (biniou bras en breton), la cornemuse irlandaise et la bombarde en ce qui concerne la musique traditionnelle. Les deux membres fondateurs, toujours présents au sein du groupe aujourd'hui, sont Renaud Detressan (alias Gary Wicknam) et Serge Danet (alias Soldat Louis).

Biographie[modifier | modifier le code]

Serge Danet (Soldat Louis).
Michel Banuls et Anthony Masselin.

Le groupe naît en 1987, de la rencontre de deux Lorientais, Serge Danet, que ses copains de bordée appelaient familièrement Soldat Louis, et Renaud Detressan, alias Gary Wicknam, petit-fils de Théodore Botrel. Serge, qui est musicien, accompagne au départ Gary qui connaît la gloire au début des années 1980 avec la chanson On est comme on est sortie sous son nom. Lorsque Gary lui propose de chanter un de ses textes, ils se produisent sous son pseudonyme. Ils se nourrissent de leurs influences pour créer leur musique, fatalement à la croisée de chemins hauturiers, mâtinée des harmonies de la cornemuse mais urbaine par l'orchestration rock. Loïc Taillebrest, penn-soner du bagad de Lann-Bihoué, et Bruno Le Rouzic, sonneur avec le bagad Kemper, soufflent pendant un certain temps dans leur cornemuse avec Soldat Louis.

Le premier album de Soldat Louis, Première bordée paraît en 1988. Le groupe, parrainé par Renaud, est accueilli en première partie de sa série de concerts au Zénith l'année suivante. Le premier single extrait de cet album, Du rhum, des femmes, les propulse alors sur le devant de la scène médiatique. Le titre fut repris par le Belge Bart Kaell sous le titre Hé kapitein. Le 45 tours se vend à 750 000 exemplaires, et l'album est double disque d'or[1]. C'est la « grande époque » du Top 50, les chansons de comptoir sont à la mode (Allez viens boire un p'tit coup à la maison, etc.) et le groupe est assimilé à cette catégorie.

Leur second album sort deux ans plus tard : Pavillon noir, disque pourtant très abouti, n'obtient pas le même succès. Plus aucun des albums qui suivront n'obtiendra la popularité de leur premier succès, d'ailleurs. Disparaissant des médias grand public, Soldat Louis continuera pourtant, en changeant de formation (excepté les deux membres fondateurs), à écumer les salles et les routes de France, en sortant plusieurs albums originaux, des best-of et des live. Le groupe est encore en activité aujourd'hui. S'il est désormais peu connu en France, en dehors de leur premier grand succès, le groupe rencontre un grand succès en Bretagne, et remplit les plus grandes salles de la région, mais aussi Bercy pour la Fête de la Saint-Patrick en 2008 et 2010. Mais il voyage aussi dans l'Europe et jusqu'aux États-Unis et se taille toujours un franc succès avec un jeu de scène généreux, communicatif et jubilatoire[1]. Et lorsqu'ils enregistrent, ils poursuivent leur « sacrée bordée ». Ainsi à Dublin, pour la réalisation de Auprès de ma bande, leur troisième opus, ils s'entourent d'une joyeuse troupe de leprechauns irlandais, de Sinéad O'Connor à Shane MacGowan, en passant par Davy Spillane, maître du uilleann pipes, qui les rejoint au studio Bohlen[2].

Le groupe fête ses vingt ans lors d'une tournée en 2008-2009, dont le point culminant a été un concert à l'espace Marine du Festival interceltique de Lorient, le 7 août 2008. Un double album de cette tournée est sorti fin 2009, enregistré à Saint-Malo-du-Bois et au Festival de Poupet, en Vendée. Cet album s'intitule Happy... bordée 20 ans !

En 2010, le groupe est contacté par le FC Lorient pour composer le nouvel hymne du club. Lors du match face à Bordeaux, le 20 février 2011, les spectateurs entendent pour la première fois l'hymne créé par le groupe. Les membres du groupe sont présents au centre du stade du Moustoir pour le chanter. Avec leur rock fraternel, ils repartent dès 2010 en tournée dans toute la France et invitent des amis pour un nouvel album. Ainsi, en décembre, le résultat s'entend à travers V.I.P. : Very Intimes Poteaux dans lequel leurs chansons sont revisitées par leurs amis artistes (Hugues Aufray, Beverly Jo Scott, Francis Cabrel, Renaud, Patrick Verbeke, Michael Jones, Antoine, Murray Head, Dan Ar Braz, Peter Alexander Band, Rhum et Eau & Les Spams, Francis Lalanne, Clarisse Lavanant...). Le bagad de Lann-Bihoué accompagne le groupe sur quelques dates bretonnes. En 2011 ils se sont produit à Senan... Les 17 et 18 mai 2012, le groupe investit la salle mythique de l'Olympia (Paris) pour deux soirées de communion avec leur joyeux public[3].

Thèmes des chansons[modifier | modifier le code]

Si la chanson Du Rhum des femmes a estampillé le groupe auprès du grand public comme auteur de "chansons à boire", le reste de leur répertoire au succès plus confidentiel est aussi composé de textes plus délicats (Pavillon Noir), nostalgiques (Encore un Rhum), humoristique (Martiniquaise), ou encore langoureux (T'es mon secret). D'autres textes font également preuve d'un certain engagement politique, très identitaire et légèrement anarchiste. Ils ne s'attirent pas que des amis lorsqu'ils prennent sans détours parti pour ce pays pour lequel ils nourrissent de grands rêves libertaires. Le pamphlétaire C'est un pays, sorti en 1990, exalte ainsi l'identité bretonne, en opposition au jacobinisme français. « L'idée d'indépendance ne nous laisserait pas vraiment de glace » clament-ils dans cette déclaration d'amour à leur terre. Leur rêve se confirme sur le modèle de l'Écosse, autonome deux ans après. La chanson Bobby Sands en 1993 évoque un activiste de l'IRA mort en prison d'une grève de la faim pendant les années Thatcher. Et à propos du Bugaled Breizh, Serge hisse encore les couleurs et le pavillon noir : « Il faudrait lever le secret d'État sur cette affaire. Il y a un malaise. On a tous été choqués par l'omerta de l'État français et des institutions européennes à propos de cette tragédie qui a endeuillé cinq familles bretonnes »[2]. Quant à Juste une gigue en Do, elle rejette en bloc les politiques et critique sans ménagement les élus.

Plus généralement, leur style est résolument ancré dans l'univers de la mer, des marins, voire des pirates ou des corsaires. Leurs chansons évoquent un univers fantasmatique de voyage, par le prisme d'une identification à la vie des gens de mer et à leurs déboires alcooliques et amoureux. Les paroles, volontiers contestataires et provocatrices, prennent leur source dans l'imaginaire collectif du monde maritime d'antan. Le navigateur Olivier de Kersauson est un inconditionnel du groupe, dont il apprécie le caractère maritime et résolument rock. Le groupe est parfois critiqué pour des paroles sexistes et pour une vision dégradante de la femme. Pourtant, certaines chansons comme "Femmes de légende" rendent un hommage tout en sensibilité aux femmes de marins. La récurrence des prostituées et des filles légères dans leurs chansons tient plus à la volonté de s'ancrer dans l'univers des pirates et dans un registre de chansons pour comptoirs de port que d'une réelle vision machiste de ses auteurs ; plusieurs de leurs textes témoignent d'une fragilité certaine face à la gent féminine (« Pour peu qu' j'tienne une caisse/ Qu' j'y pense trop fort/ J'suis comme un clebs fidèle jusqu'à la mort/ À la tigresse qui s'occupe de mon corps », dans Martiniquaise). Par un langage simple mais non dénué d'images poétiques (d'où leur filiation avec Renaud), ces textes révèlent la sensibilité de leur auteur compositeur Renaud Detressan, qui n'apparaît pourtant dans le groupe que comme un simple guitariste choriste, le leader étant Serge Danet (alias Soldat Louis). Ne parlant pas breton, il écrit l'ensemble des textes en français.

Composition[modifier | modifier le code]

Festival Kastell Paol le 14 juillet 2013.
  • Soldat Louis (Serge Danet) (guitare lead/banjo/chant)
  • Renaud Detressan (alias Gary Wicknam ou Renaud Le Gonidec) (guitare/chœurs)
  • Michel Banuls (guitare/chœurs)
  • Anthony Masselin (cornemuse/uilleann pipes/flûtes)
  • Christophe Sonnic (batterie)
  • Hervé Le Guillou (basse)
  • Jean-Paul Barrière (clavier)

Discographie[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b ROK, p. 140
  2. a et b ROK, p. 141
  3. David Raynal, Soldat Louis : Première bordée à l'Olympia, Agence Bretagne Presse, 16 mai 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]