Soju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Bouteille de soju de la marque Chamisul.

Le Soju (소주) est un spiritueux originaire de Corée. La plupart des marques modernes de soju proviennent de Corée du Sud.

Bien que traditionnellement fait à partir de riz, la plupart des principales marques complètent ou même remplacent le riz par d'autres sources d'amidons telles que les pommes de terre, le blé, l'orge, la patate douce ou le tapioca (appelé dangmil en coréen). Le soju est de couleur claire et son degré d'alcool varie généralement entre 20 % et 45 %, les 20 % étant les plus communs. Son goût est comparable à la vodka, mais souvent un peu plus doux en raison du sucre ajouté dans le processus de fabrication.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Étymologiquement, le mot Soju pourrait provenir de la prononciation coréenne du Chinois 燒酒; pinyin: shaojiu, qui signifie littéralement « alcool brulé », mais pourrait aussi avoir des similitudes avec l'alcool japonais : Shōchū (焼酎, Shōchū? lit. « liqueur distillée »).

Le Soju en Corée[modifier | modifier le code]

Outils servant à la fabrication du soju.

Le soju fut tout d'abord distillé vers la fin du XIIIe siècle pendant la guerre entre la Mongolie et la Corée. Les Mongols avaient appris à distiller l'arak par les Perses lors de l'invasion du Moyen-Orient vers 1256 ; la technique fut ensuite apportée aux Coréens et des distilleries commencèrent vers la ville de Kaesong (개성). En effet, aux alentours de cette ville, le soju est connu sous le nom d'arak-ju (아락주).

De 1965 à 1991, le riz vint à manquer et le gouvernement coréen essaya d'atténuer ce manque en interdisant la distillation directe traditionnelle du soju à partir de grains fermentés. Au lieu de cela, un éthanol distillé à partir de n'importe quoi était mélangé à de l'eau et des saveurs.

Bien que l'ère de la prohibition soit maintenant révolue, le soju bon marché continue d'être fait ainsi. Le gouvernement coréen impose un degré d'alcool pour le soju dilué de moins de 35 %. Plusieurs régions se sont remises à produire du soju à partir de la distillation traditionnelle, ce qui résulte en un soju distillé. Le soju venant d'Andong est le plus réputé et titre 45 %.

Marques[modifier | modifier le code]

Le plus important fabricant de Soju est la marque Jinro, qui compte 72 millions de caisses vendues en 2007. La variété de Soju la plus populaire est le Soju Chamisul (참 이슬 - qui signifie " vraie rosée »). Cependant, les marques populaires varient par localité. À Busan, Siwon Soju (시원 소주) est la marque locale et la plus populaire. La région de Daegu a sa propre distillerie de Soju, Kumbokju qui produit la marque "Charm" (참).

Étiquette[modifier | modifier le code]

Le Soju est habituellement bu en groupe pendant les repas. Il est contre les coutumes locales de se servir son propre verre de Soju. Il est d'usage de se faire servir son verre par quelqu'un d'autre à la table, pour entretenir un esprit de camaraderie.

Dans la culture coréenne, utiliser ses deux mains pour offrir et recevoir une chose est considéré comme un acte de respect. Si un verre doit donc être servi par un supérieur, le receveur se doit de tenir le verre avec ses deux mains. De la même façon, la bouteille doit être tenue à deux mains lorsque l'alcool est servi à un supérieur.

Pour servir une boisson, il est d'usage de tenir la bouteille dans la main droite, en touchant son avant-bras ou son coude. Cette position particulière a comme origine le fait de retenir la manche de sa hanbok pour éviter qu'elle ne touche la table ou la nourriture. De la même façon, il est aussi d'usage, quand l'on se fait servir, de poser le verre dans la main gauche et de le tenir de la main droite.

Les Coréens invitent souvent au "One shot" les autres convives, challenge consistant à boire son verre en une gorgée. Un verre ne doit être resservi que s'il est vide. Il est malpoli de ne pas resservir le verre vide d'un convive.

Une autre règle s'applique lors d'un dîner avec un convive plus âgé ou plus élevé dans la hiérarchie sociale. Il est alors d'usage que l'invité le plus jeune se retourne pour boire son verre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :