Soif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pour le film de Tawfik Abu Wael, voir Soif (film, 2004)

La Soif, peinture bucolique de William Bouguereau, XIXe siècle.

La soif est la sensation du besoin de boire et caractérise un manque d'eau chez l'organisme. La soif est un mécanisme de régulation neuroendocrinienne (sous contrôle de l'hypothalamus) qui intervient dans le comportement de boisson en « alarmant » l'organisme afin qu'il réponde à la nécessité de s'abreuver.

La soif est liée au processus d'osmorégulation et traduit, avec la faim et le sommeil, le besoin de satisfaire l'un des principaux besoins vitaux de la plupart des êtres vivants.

Il apparaît que nous buvons quand nous avons soif ; or la soif serait un mécanisme d’alerte, plus que de régulation. C’est un indicateur de mauvaise hydratation. Cependant, aucune étude scientifique ne permet de soutenir la recommandation selon laquelle il faut boire 1,5 litre d’eau par jour pour être en bonne santé [1]. Boire à sa soif serait très nettement suffisant. En effet, boire beaucoup d’eau ne permet pas d’améliorer la fonction rénale et d’éliminer plus de toxines, n’empêche pas de grossir et n’aide pas à avoir une belle peau. Autre idée reçue mise à mal : le manque d’eau ne provoque pas de maux de tête[2].

La consommation d’eau est physiologiquement régulée par la sensation de soif qui apparaît lorsque l’organisme a déjà perdu de son stock hydrique (75 % du poids corporel chez le nourrisson, 50 % chez les personnes âgées) :

  • Chez l’enfant la sensation de soif apparaît lorsqu’il a déjà perdu 3 % de son stock hydrique
  • Chez l’adulte la sensation de soif apparaît lorsqu’il a perdu de 3 à 5 % de son stock hydrique
  • Chez la personne âgée de plus de 70 ans la sensation de soif apparaît alors qu’elle a déjà perdu 5 à 7 % de son stock hydrique[3].

Pathologies de la soif[modifier | modifier le code]

Chez l'Homme et l'animal, certaines maladies provoquent une atténuation ou un retard de la sensation de soif, voire une véritable phobie de l'eau (la rage par exemple)

Inversement, d'autres maladies augmentent la sensation de soif (certaines fièvres) ou encouragent le malade à boire exagérément. Ainsi, il existe une maladie supposée être une maladie mentale liée à la soif : la potomanie. Le malade peut boire jusqu'à 10l d'eau par jour et cela a une répercussion néfaste sur ses reins qui ne filtrent plus correctement.

Des constats fait chez l'homme lors de certaines maladies (diabète insipide[4]), ou après un traumatisme ou une opération chirurgicale[5], comme des études sur le modèle animale montrent que certaines lésions cérébrales peuvent modifier la sensation de soif[6].

Un cercle vicieux peut aussi s'établir chez des personnes buvant des quantités importantes de boissons diurétiques (plus elles boivent, plus elles urinent et plus le sentiment de soif est entretenu. Ce phénomène pourrait participer à certaines formes d'alcoolisme (acquises via la consommation de bière qui est diurétique et alors que l'alcool peut perturber la production de l'hormone antidiurétique [7]).

Mécanisme[modifier | modifier le code]

La soif intervient dans le maintien de la balance hydrique. Elle régule les entrées d'eau dans l'organisme, exerçant une action complémentaire à celle de l'hormone antidiurétique (ADH) qui régit les sorties d'eau[8].

Les mécanismes qui régissent la soif ne sont pas parfaitement connus[9]. La perte d'eau se manifeste par deux phénomènes, l'un au niveau intracellulaire (2/3 du stock hydrique), l'autre au niveau extracellulaire (1/3 du stock hydrique) : la pression osmotique au sein des cellules augmente, tandis que l'hypovolémie, c'est-à-dire la dimininution du volume sanguin, provoque une baisse de la tension artérielle.

Les mécanismes en jeux (mais non leur sensibilité et l'importance des réponses) semblent assez proche chez les mammifères et les oiseaux selon une expérience faite sur des pigeons. Ces derniers soumis à des stimuli connus pour induire la soif chez les mammifères présentent des effets assez comparables pour l'injection à des oiseaux préalablement rassasiés d'une solution (en intraveineuse) d'une solution hypertonique de NaCl, ou pour l'injection intrapéritonéale d'un adultérant[10] tel que le polyéthylène glycol hyperoncotique (avec un effet rapide[11], dose-dépendant[11] et plus important chez l'oiseau que chez le rat[11]), ou pour une perfusion sous-cutanée d'angiotensinamide ou d'isoprénaline ou encore d'extrait de rein de poulet alors que la rénine de porc n'a que peu d'effets sur la soif de l'oiseau. Dans cette expérience, la libre consommation d'eau de l'oiseau après intraveineuse de solution hypertonique de NaCl a égalé le volume nécessaire à la dilution de l'isotonie. La sensibilité du pigeon à l'isoprénaline et de l'angiotensinamide est moindre ou égale à celle des rats, mais en réponse les pigeons boivent beaucoup plus que les rats. Les effets de deux de ces stimulis s'additionnent pour le NaCl et le polyéthylène glycol hyperoncotique. Une petite perte de sang (5 ml de sang par kg de poids corporel) induit chez le pigeon le réflexe de boire, mais environ 4 h plus tard, alors qu'une grosse perte de sang est sans effet sur ce réflexe.


Détection au niveau intracellulaire[modifier | modifier le code]

Lorsque le volume d'eau à l'intérieur des cellules diminue, la concentration en solutés, tels que les ions sodium ou chlorure, augmente et provoque ainsi une hyperosmolarité. Cette dernière est détectée par des osmorécepteurs situés dans l'organe vasculaire de la lame terminale (OVLT) et l'organe subfornical (SFO), qui se trouvent tous deux parmi les organes circumventriculaires, partie de l'hypothalamus en dehors de la barrière hémato-encéphalique[12].

Détection au niveau extracellulaire[modifier | modifier le code]

Autres significations[modifier | modifier le code]

Par analogie, le terme soif est employé dans des expressions comme « avoir soif de connaissance ». La religion parle par exemple de « soif de Dieu », « soif de l'Esprit-Saint », « soif de vie » et « soif d'espérance ».

Dans le bouddhisme, la « soif », ou « aditivitée», correspond au mot tṛṣna.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Boire de l’eau avec modération », sur France Info,‎ 22 avril 2008
  2. D. Negoianu, S. Goldfarb, "Just Add Water", Journal of the American Society of Nephrology,2008;19(6):1041-3.
  3. Dr Christian Recchia, « Hydratation », sur RMC,‎ 2 juillet 2010 (consulté le 6 juillet 2010)
  4. Gautier, E., & Prader, A. (1956). Un Cas de diabete insipide nephrogene chez un nourrisson, avec absence initiale de soif (diabete insipide oc-culte). Helvet. paediat. acta, 11, 1.
  5. Kourilski, R., David, M., Sicard, J., & Galey, J. J. (1942). Diabète insipide post-traumatique; cessation subite de la soif au cours de l’ouverture d’un kyste arachnoïdien de la région optochiasmatique-guérison. Rev Neurol, 74, 264-280.
  6. Tangaprégasson, M. J., Tangaprégasson, A. M., & Soulairac, A. (1974). Effets des lésions de la région du raphé mesencéphalique sur le comportement de soif et de la neurosécrétion hypothalamique antérieure du rat. Ann. Endocrinol.(Paris), 35, 667-668
  7. Baisset, A., & Montastruc, P. (1962). Effet de l'hormone antidiurétique sur la soif consécutive à l'ingestion d'alcool. In Annales d'Endocrinologie (Vol. 23, pp. 425-429)
  8. Claude Martin, Bruno Riou, Benoît Vallet, Physiologie humaine appliquée, Editions Arnette, 2006, 455-470 (ISBN 2718411376).
  9. David L. Costill, Jack H. Wilmore, Physiologie du sport et de l'exercice: Adaptations physiologiques à l'exercice physique, De Boeck Université, 2006, 361-368 (ISBN 2804150186).
  10. Dennis A. Vanderweele (1974), The effects of taste adulteration, hypertonic, and hyperoncotic solutions on water ingestion in the gerbil; Animal Learing & Behavior, Vol. 2 (4), 309-312
  11. a, b et c Susan Kaufman, Hans-Peter Kaesermann et Georges Peters (1980), The mechanism of drinking induced by parenteral hyperoncotic solutions in the pigeon and in the rat ; 1980-04-01 The Journal of Physiology, 301, 91-99.
  12. http://physiologyonline.physiology.org/cgi/content/full/19/1/1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Wettendorff, H. (1901). Modifications du sang sous l'influence de la privation d'eau: contribution a l'étude de la soif.
  • (fr) Peters, G. (1980) Mécanismes de réglage de l'ingestion d'eau [physiologie animale, soif]. Journal de Physiologie, 75.
  • (en) S. Kaufman, G. Peters (1980). Regulatory drinking in the pigeon Columba livia. American Journal of Physiology-Regulatory, Integrative and Comparative Physiology, 239(3), R219-R225 (résumé).

Notes et références[modifier | modifier le code]