Socialisme et démocratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Socialisme et Démocratie)
Aller à : navigation, rechercher

Voir Démocratie et Socialisme pour la revue d'un courant de la Ligue communiste révolutionnaire qui a rejoint le Parti socialiste en 1994, animée par Gérard Filoche.

Socialisme et démocratie est un courant socialiste, réformiste du Parti socialiste français. Formé en 2001, il rassemblait à l'origine les anciens courants rocardiens et jospinistes. Depuis 2002 proche de Dominique Strauss-Kahn, ancien président du Fonds monétaire international (FMI), il a fusionné en septembre 2008, à l'approche du Congrès de Reims, avec le courant Rénover maintenant d'Arnaud Montebourg[1]

Le courant de 2001 à 2007[modifier | modifier le code]

Historiquement, il rassemble principalement les anciens courants rocardiens et jospinistes. Il a été formé en 2001 après que ces courants eurent jugé utile de créer un courant réformiste qui accompagnerait l'action de Lionel Jospin alors premier ministre du gouvernement de la Gauche plurielle. Les jospinistes n'avaient jamais été structurés comme tels. Quant aux rocardiens, ils n'étaient plus animés par Michel Rocard à partir de 1994, mais ils avaient continué dans l'Alternative pour un renouveau socialiste (ARS) après 1997. Porter dans le PS et dans la société les débats qui précéderaient les réformes de Lionel Jospin, telle était la volonté des animateurs de Socialisme & démocratie.

Après 2002, le courant Socialisme & démocratie a tiré les conséquences du second tour de l'élection présidentielle du 21 avril en posant que la priorité du PS était de renforcer son cours réformiste. Le courant s'est restructuré autour de Dominique Strauss-Kahn et une équipe d'animation composée de Jean-Christophe Cambadélis, Alain Bergounioux, Pierre Moscovici, Michel Destot, Catherine Trautmann, Alain Richard et Marisol Touraine. On y retrouve également Jean-Paul Huchon, Jean-Marie Le Guen, Catherine Guy-Quint ou Claude Évin.

Après avoir milité en faveur la candidature à la présidentielle de Dominique Strauss-Kahn contre celle de Ségolène Royal ou de Laurent Fabius en octobre et novembre 2006, les militants de Socialisme et démocratie feront campagne pour la candidate désignée par le Parti socialiste Ségolène Royal, en affirmant leur sensibilité sociale-démocrate.

Le courant après 2007[modifier | modifier le code]

Après la défaite du printemps 2007, le courant Socialisme et Démocratie, toujours autour de Dominique Strauss-Kahn, participe à la démarche de rénovation du Parti socialiste avec l'adoption d'un « Manifeste pour un socialisme nouveau » lors de l'université d'été de La Rochelle en août 2007. Après le départ de Dominique Strauss-Kahn au poste de directeur général du Fonds monétaire international aux États-Unis, le courant devient, à l'automne 2007, orphelin de son principal animateur. Sous la houlette de Jean-Christophe Cambadélis, Michel Destot et de Pierre Moscovici, Socialisme et démocratie continue tout de même de fonctionner.

Réuni le 18 mai 2008 à Paris, le courant décide de présenter une contribution autonome dans la perspective du Congrès de Reims. En choisissant Pierre Moscovici pour premier signataire, il décide d'ouvrir la porte, selon leurs souhaits, aux amis d'Arnaud Montebourg - réuni depuis fin 2005 au sein de Rénover maintenant, où il représentait la gauche du parti avant de se rallier l'équipe de campagne de Ségolène Royal. Le 10 juin, Pierre Moscovici diffuse un premier projet de contribution, un blog intitulé « Besoin de gauche » et hébergé par OverBlog.

Les thèses de Socialisme et démocratie sont résolument européistes au sens où désormais, la rénovation de la gauche passe, selon eux, par l'Europe. D'où des liens très étroits avec la social-démocratie européenne et notamment Poul Nyrup Rasmussen, Massimo D'Alema, Georges Papandreou ou encore Denis MacShane.

Ce courant promeut une nouvelle forme de socialisme, qui se déclare plus éthique et plus européen, plus en phase avec la société civile et les syndicats.

Il s'agit de repenser l'État providence en s'attaquant aux inégalités à la racine, là où elles se produisent au lieu d'en corriger les effets. De même, il s'agit de concevoir un État stratège qui assume un rôle économique pour peser sur la production des richesses afin qu'elles soient justement réparties.

Le courant rejette l'épithète de « social-libéralisme » ou de « blairisme » utilisé par ses détracteurs, affirmant lutter contre les « conservatismes de gauche » sans dépouiller la gauche de ses valeurs au nom de la modernité.

Proche du think tank « À gauche en Europe », Socialisme et Démocratie se veut donc « social-démocrate », assumant pleinement sa proximité avec les partis socialistes européens là où les socialistes français récusent parfois le terme, le jugeant parfois trop "à droite".

Socialisme et démocratie jeunes (SDJ)[modifier | modifier le code]

Socialisme et démocratie jeunes (SDJ), est la branche "jeune" de Socialisme et démocratie, présente dans le Mouvement des jeunes socialistes (et au sein de laquelle elle s'appelle Convergences Réformistes), le Parti socialiste et les syndicats étudiants, ce courant est devenu Agir en Jeunes Socialistes (AJS), suite au Congrès de Grenoble du MJS, en 2009.

De plus, Socialisme et Démocratie est proche de la Tendance refondation syndicale du syndicat étudiant UNEF.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]