Société générale de surveillance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SGS S.A.

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Société générale de surveillance

Création 1878
Forme juridique Société anonyme (SWX : SGSN)
Slogan When You Need to Be Sure
Siège social Drapeau de Suisse Genève (Suisse)
Direction Sergio Marchionne (Directeur), Chris Kirk (PDG), Geraldine Matchett (directrice financière)
Actionnaires IFIL-Fiat
Activité Qualité
Produits Analyse, contrôle et certification
Qualicert
Effectif 70 000 (fin 2011)[1]
Site web www.sgs.com
Chiffre d’affaires 4,757 milliards CHF (2010)[1]
-2.2 % sur 2008
Résultat net 588 millions CHF (2010)[1]

SGS S.A. (auparavant Société Générale de Surveillance), fondée en 1878, est une entreprise de services suisse qui propose des services dans les domaines du contrôle, de la vérification, de l'analyse et de la certification. Avec plus de 70 000 employés, SGS exploite 1 350 bureaux et laboratoires présents à travers le monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des commerçants internationaux basés à Londres, comprenant des représentants venus de France, d'Allemagne, des Pays-Bas, des états du pourtour de la Baltique, d'Hongrie, de nations autour de la Méditerranée et des États-Unis, fondèrent la London Corn Trade Association en 1878 afin de standardiser les documents de navigation pour les nations exportatrices et de clarifier les procédures et les débats relatifs à la qualité des céréales importées[réf. nécessaire].

La même année, SGS fut fondée à Rouen par un jeune immigrant letton qui, ayant découvert une opportunité dans l'un des plus grands ports du pays, commença à inspecter les transports de céréales en France. Il emprunta de l'argent à un ami autrichien afin de commencer la surveillance des marchandises à Rouen, car des pertes de volume de céréales dues à la freinte et au vol étaient constatées lors du transit. Ce service défendait les intérêts des exportateurs en surveillant et en vérifiant la quantité et la qualité des céréales à l'arrivée avec l'importateur[réf. nécessaire].

L'activité de la société s'accrut rapidement. Les deux entrepreneurs devinrent partenaires en décembre 1878 et, en une année, avait ouvert des bureaux au Havre, à Dunkerque et Marseille. Une des premières innovations, toujours offerte par la société aujourd'hui, fut le Full Outturn Guarantee (FOG), un service remboursant l'exportateur pour toute perte ou gain durant le voyage du moment que SGS peut inspecter la cargaison lors du chargement et du déchargement[réf. nécessaire].

En 1913, la société avait considérablement grandi jusqu'à devenir l'une des compagnies majeures dans le domaine de l'inspection des céréales et elle inspectait 21 millions de tonnes de céréales par an grâce à un réseau de 45 bureaux répartis dans les divers pays d'Europe. Durant la Première Guerre mondiale, la société déménagea son siège social de Paris à Genève, afin de poursuivre ses activités dans un pays neutre, puis, le 19 juillet 1919, elle adopta son nom actuel de Société Générale de Surveillance[réf. nécessaire].

Au cours du XXe siècle, SGS commença à diversifier ses services, proposant inspection, analyses et vérification pour une plus grande gamme de secteurs industriels, depuis les minéraux et le pétrole jusqu'aux gaz et produits chimiques, entre autres[réf. nécessaire].

En 1981, la société devint publique et la structure actuelle de SGS, comprenant dix secteurs d'activité opérant au travers de dix zones géographiques de par le monde, fut créée en 2001.

Activité[modifier | modifier le code]

Les principaux services offerts par SGS comprennent des services de contrôle pour la surveillance et la vérification de la quantité, du poids et de la qualité des biens de consommation, des services d'analyse pour tester la qualité des produits et leur efficacité par rapport aux exigences de santé et de sécurité, ainsi que vis-à-vis des textes réglementaires, des services de certification pour garantir que les produits, les systèmes ou les services répondent aux normes fixées par les gouvernements, les organismes de standardisation mais encore les clients de SGS, et enfin des services de vérification pour garantir que les produits et les services sont en accord avec les standards mondiaux et les procédures locales[2].

Direction[modifier | modifier le code]

SGS est organisée en dix secteurs d'activité et opère au travers de dix zones géographiques. Chaque secteur est dirigé par un vice-président exécutif et chaque région par un responsable des opérations. Les vice-présidents exécutifs et responsables des opérations, en conjonction avec les vice-présidents senior en fonction, le PDG du groupe, le directeur financier et le conseil général forment le conseil d'administration.

  • Président directeur général: Christopher Kirk.
  • Directeurs Exécutifs:
    • Fernando Basabe (Europe de l'ouest)
    • Duilio Giacomelli (Europe du sud-est)
    • Dirk Hellemans (Europe centrale et du nord-ouest)
    • Teymur Abasov (Europe de l'est et Moyen-Orient)
    • Robert Markus (Afrique)
    • Jeffrey McDonald (Amérique du nord)
    • Alejandro Gomez de la Torre (Amérique du sud)
    • Helmut Chik (Chine & Hong Kong)
    • Anthony Hall (Asie du sud-est & Pacifique)
    • Dennis Yang (Asie orientale).
  • Vice-Présidents Senior:
    • Geraldine Matchett (directrice financière)
    • Chris Kirk (Technologies de l'information)
    • Jean-Luc de Buman (Communications et développement d'entreprise)
    • Olivier Merkt (Législations & Conformité)
    • Francis Lacroze (Développement continu)
    • Francois Marti (la transformation stratégique).
  • Vice-Présidents Exécutifs:
    • Michael Belton (Services minéraux)
    • Beat In-Albon (Services industriels)
    • Frederic Herren (Automobiles)
    • Anne Hays (Services des sciences de la vie)
    • Jeffrey Newell (Services agricoles)
    • Frankie Ng (Services de test de consommation)
    • Malcolm Reid (Certification de systèmes et de services)
    • Alim Saidov (Pétrole, gaz, produits chimiques et environnement).

Son principal actionnaire est le groupe italien IFIL-Fiat avec 13,74 % du capital.

Acquisitions depuis 2009 à 2012[modifier | modifier le code]

  • Août 2012 - Gladstone Testing, AU
  • Juillet 2012 - SERCOVAM qui devient SGS SERCOVAM (Sites de Cestas et Etupes) FRANCE
  • Février 2012 - Roplex Engineering LTD., UK
  • Janvier 2012 - CIMM Tecnologías y Servicios S.A., Chile
  • Novembre 2011 - PfiNDE Inc., Connecticut, USA.
  • Août 2011 - Environmental Testing Corporation (ETC), Aurora, Colorado, USA
  • Août 2011 - Acumax (Proprietary) Limited, Gauteng, South Africa
  • Juillet 2011 - Simmonds & Bristow Pty Ltd, Brisbane/Queensland, AU
  • Juin 2011 - Correl Rail Limited, Birmingham, UK
  • Mai 2011 - AG Research Associates LLC (ARA), Georgia, USA
  • Avril 2011 - Sertec S.r.l., Livorno, Italy
  • Mars 2011 - Agri-Food Laboratories Inc. (AFL), Guelph, Ontario, Canada
  • Février 2011 - Auto Contrôle Evaluation Services (ACE), Bonneuil-sur-Marne, France
  • Janvier 2011 - Lippens Geotechniek, Zulte, Belgique
  • Janvier 2011 - NviroCrop Group, Potchefstroom, Afrique du Sud
  • Janvier 2011 - une société d'analyse chimique au Royaume-Uni
  • Janvier 2011 - Tianjin Tianbao Construction Materials testing Co, Ltd., Tianjin
  • Janvier 2011 - International Electrical Certification Centre Ltd., Hong Kong
  • Novembre 2010 - M-Scan group, Wokingham (Royaume-Uni), West Chester (Pennsylvanie, États-Unis), Genève (Suisse), Freiburg im Breisgau (Allemagne)
  • Août 2010 - Am'Tech Medical, Sèvres, France
  • Juillet 2010 - Assayers Canada (aussi connu sous le nom de Mineral Environments Laboratories Ltd.), Vancouver, Canada
  • Mars 2010 - Verilab SA, Antofagasta, Chili
  • Janvier 2010 - Intron Group, Sittard, Pays-Bas
  • Janvier 2010 - Accord de partenariat avec Halliburton comprenant des services d'analyses et d'acquisition d'échantillons fluides

En 2009, la SGS a acquis la société Intron implantée à Sittard et Culemborg aux Pays-Bas[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Annual Report 2010 » [PDF], SGS (consulté le 5 February 2011)
  2. Hermann Simon mentioned this company in his correspondent book as an example of a "Hidden Champion" (Simon, Hermann: Hidden Champions of the 21st Century : Success Strategies of unknown World Market Leaders. London: Springer, 2009. - ISBN 978-0-387-98147-5. P. 10)
  3. Le Temps 15 janvier 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]