Société du Caveau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le grelot de Collé et le verre de Panard, reliques emblématiques de la Société du Caveau[1].
Le Caveau moderne en 1807.
Illustration pour le recueil Le Caveau 1856[2].

La société du Caveau, appelée en abrégé le Caveau, est une célèbre goguette parisienne créée en 1729 par Pierre Gallet. Elle disparaît en 1739.

Ensuite, durant deux siècles, jusqu'en 1939, ce nom est repris, avec des intervalles plus ou moins longs, par une succession d'autres prestigieuses goguettes parisiennes qui se situent dans sa continuité.

Dernière trace visible de la popularité de ce nom, existe toujours aujourd'hui à Paris le Caveau de la République, fondé en 1901, qui n'est pas une goguette, mais un célèbre cabaret.

Si le grand public connaît ce dernier, en revanche il a bien oublié les quatre sociétés parisiennes successives du Caveau. La première et la deuxième s'appellent le Caveau. La troisième porte le nom de Caveau moderne. Et la quatrième porte, à ses débuts, le nom des Enfants du Caveau, pour s'appeler ensuite simplement Caveau.

On rattache aux Caveaux cinq sociétés qui ne portent pas ce nom : les dîners du Vaudeville, la Société Épicurienne, les Soirées de Momus, les Soupers de Momus et le Réveil du Caveau.

Ces goguettes furent exclusivement masculines. Toutes les participations féminines étaient exclues, même si ce principe ne figurait pas dans les règlements écrits. Il fut cependant fait deux exceptions, l'une pour Virginie Déjazet, l'autre pour Thérésa[3].

D'autres sociétés chantantes en province et à l'étranger reprirent le nom du Caveau parisien : le Caveau stéphanois ou Caveau de Saint-Étienne à Saint-Étienne[4], le Caveau havrais au Havre[5]. Il y eut également quatre Caveaux lyonnais successifs à Lyon. Un Caveau algérois à Alger, auquel Ernest Chebroux a dédié un toast à la Chanson[6], et un Caveau Verviétois à Verviers en Belgique[7].

Il ne faut pas confondre les sociétés du Caveau avec les cafés-caveaux dont la vogue fleurissait à Paris sous le Premier Empire et dans les premières années de la Restauration[8].

Sommaire

210 années de chansons[modifier | modifier le code]

Première société du Caveau (1729-1739)[modifier | modifier le code]

Les premiers convives du Caveau ; à droite : Pierre Gallet.
Poème de Panard[9].

Selon Arthur Dinaux Le Concert des Enfants de Bacchus est une association de chanteurs et buveurs, actif en 1630, qui a peut-être donné l'idée de l'institution du premier Caveau[10].

Le Caveau est une association festive et chantante qui va servir plus tard de modèle aux goguettes. Piron, Charles Collé, neveu de Jean-François Regnard, et Crébillon fils sont les fondateurs des Dîners du Caveau, connus par l'esprit et la gaité des convives qui s'y rassemblent. À partir de 1726, ils soupent d'habitude rue de la Grande-Truanderie chez Pierre Gallet, leur ami, chansonnier tout aussi gaillard qu'eux, qui leur épargne ainsi les frais du cabaret. Ils se donnent mutuellement les prémices de leurs chansons, et c'est à un de ces soupers que celles de Reçois dans ton Galetas et d'Adieu donc, cher la Tulippe, leur font proclamer Crébillon fils, père de la chanson grivoise. Genre qui, par la suite, vaudra beaucoup de succès à Vadé.

Au bout de trois années de joyeuses agapes, le trio, quoique très peu pécunieux, veut donner un jour à dîner à son Amphitrion, et, pour s'égayer, y admettre de nouveaux convives, Píron indique son ami Louis Fuzelier, qui fait partie, avec lui, du groupe des poètes turlupins, au sein du Régiment de la Calotte, joyeuse société festive et carnavalesque. Il leur chante le couplet de Fuzelier sur Le Sage et d'Orneval, sur l'air de : La rareté, la curiosité :

Le Sage et d'Orneval ont quitté du haut style
La beauté ;
Et, pour Polichinelle, ont abandonné Gilles[11] ;
La rareté !
II ne leur reste plus qu'à montrer, par la ville,
La curiosité.

Ces deux auteurs, après avoir abandonné le Théâtre Français pour le Théâtre de la foire, imaginèrent, dès qu'on eut interdit le chant à ce dernier, d'inscrire leurs vaudevilles sur des écriteaux : le spectateur chantait les airs, et les acteurs faisaient les gestes. Fuzelier est invité ; Collé indique Saurin fils, Crébillon fils indique Sallé, son collaborateur au Voyage de Saint-Cloud par mer et par terre, et autres opuscules réunis sous le titre de : Recueil de ces Messieurs. Tous enfin, et Piron surtout, sont d'avis d'inviter Crébillon père, leur ami, dans l'espérance de l'amener à se montrer plus libéral envers son fils, qui, chaque fois qu'il lui demande de l'argent, reçoit pour toute réponse : Quand tu auras fini tes égarements du cœur et de l'esprit.

Au jour indiqué, fin 1729, les huit convives dînent, c'est-à-dire à l'époque déjeunent, dans la salle basse du Caveau, cabaret accrédité, qui va donner son nom à la société, et est tenu par Nicolas-Alexis Landelle, carrefour de Bussi, à l'angle de la rue de Bussi et la rue Dauphine, faubourg Saint-Germain[12]. C'est près de la Comédie-Française (aujourd'hui, rue de l'Ancienne-Comédie), du fameux café Procope, de la Foire, et d'un Jeu de paume consacré à l'opéra-comique. Pour desservir ce quartier à la mode, on trouve une station de chaises à porteurs conçue sur le même principe que les actuelles stations de taxis.

Le repas bien arrosé dure dix heures. Tout le monde se sépare ivres. C'est la naissance du Caveau. L'amitié partagée rend la gaité plus vive. Ils décident d'y ajouter en recommençant et invitant d'autres amis.

Comme toutes les goguettes initialement, il s'agit de réunions ponctuelles de personnes ayant envie de se voir en petit groupe, pour passer un bon moment ensemble et chanter des chansons. La société du Caveau n'a en fait à l'origine pas de nom. On dîne dans un lieu nommé le Caveau, alors, par commodité, on parle des dîners du Caveau. On voit également certains participants signer leurs publications en faisant suivre leur nom de la précision convive des dîners du Caveau et non membre de la société du Caveau. Ce n'est que par la suite que des formes institutionnelles, un nom officiel seront adoptés.

Toutes les sociétés successives qui se reconnaissent héritières du premier Caveau, comme celui-ci, resteront fidèles à un point fondamental de l'organisation des goguettes jusqu'en 1830 : la limitation du nombre de membres. Celle-ci assurera la cohésion et la longévité de ces sociétés dont la quatrième et dernière société du Caveau, qui disparaît en 1939 après 105 années d'existence.

Un certain nombre de convives, pendant dix ans, de 1729 à 1739, complètent successivement la Société du Caveau. Ce sont tous des hommes, aucune femme n'est admise ou même simplement pressentie.

Ils seront en tout une vingtaine : Piron, Collé, Gallet, Crébillon fils, Fuzelier, Sallé, Saurin fils, Saurin père, Duclos, Labruère, La Noue, Gentil-Bernard, Moncrif, Charles-François Panard, Helvétius, le peintre François Boucher, le musicien Jean-Philippe Rameau et le chanteur Pierre Jélyotte, venu de Toulouse, gloire de l'Académie royale de Musique et surnommé « le rossignol gascon ».

C'est dans cette société que Rameau, que Piron a décidé à quitter la province pour se fixer à Paris, trouve les auteurs qui, les premiers, produisent, avec éclat, son talent sur le théâtre lyrique. C'est là aussi qu'il s'assure les défenseurs zélés qui l'aident à triompher des Lullistes. Et tandis que Fuzelier, Bernard et Labruère concourent à fonder ses succès sur la scène, ses amis du Caveau, surtout Collé, accréditent, dans les cercles, ses airs de danse et ses ouvertures, par les plus heureuses parodies.

François Boucher apporte souvent ses dessins pour les montrer. Ceux-ci, parfois, inspirent aux convives des sujets de chansons. Duclos fait le pari de s'inspirer, pour écrire, d'estampes réalisées pour illustrer un texte de Charles Gustave de Tessin : Faunillane ou l’Infante jaune. Il compose alors le conte féerique Acajou et Zirphile[13].

Les joyeux convives de la société s'assemblent presque toute l'année, surtout l'hiver et l'automne, les premier et seize de chaque mois, pour diner, à frais communs, au Caveau ; et chacun d'eux y est à son tour l'objet d'une épigramme : est-elle jugée juste et piquante ? le patient boit rasade à la santé de son censeur ; est-elle jugée injuste ou niaise ? c'est le mot utilisé, un verre d'eau sert de punition au censeur, tandis que les autres convives portent gaîment la santé de l'auteur, qu'ils vengent. Le drame, surtout, fait l'objet perpétuel de leurs épigrammes. La Chaussée venait d'admettre sur la scène comique ce genre, qu'ils appelaient bâtard, et dans lequel cependant Térence avait été son modèle. Les frondeurs les plus décidés sont Piron, Fuzelier, Crébillon fils ; Collé surtout et Sallé qui, dans les parades qu'ils font représenter au Temple, chez le grand-prieur, prennent souvent le drame comme prétexte de leurs plaisanteries. La Chaussée se contente longtemps de leur opposer ses succès, surtout quand Denis Diderot et Voltaire même, en accréditant ce genre, concourent à s'y former d'heureux imitateurs ; mais sa patience ne tient pas contre ce couplet de Piron :

Air de Joconde.

Connaissez-vous, sur l’Hélicon,
L’une et l’autre Thalie ?

L’une est chaussée et l’autre non,
Mais c’est la plus jolie.

L’une a le rire de Vénus,
L’autre est froide et pincée :

Salut à la belle aux pieds nus,
Nargue de la chaussée.

Quelque temps après, une place se libère à l'Académie française ; le vœu public y appelle Piron. Il est d'usage alors que tout candidat aille, avant sélection, faire une visite aux académiciens, et, en leur absence, leur laisse sa carte. Piron choisit, pour se présenter chez la Chaussée, le moment où il est sûr de ne pas le trouver, et, pour lui annoncer sa visite, lui laisse ces deux vers, tirés de sa comédie de l'École des amis :

En passant par ici, j'ai cru de mon devoir
De joindre le plaisir à l'honneur de vous voir.

La Chaussée qui, jusqu'à ce moment, a laissé couver sa rancune, outré de ce dernier trait, après avoir tenté inutilement d'empêcher que Piron ne soit élu, se réunit à la classe des dévots, pour faire annuler l'élection, et y parvient.

On voit, par ces détails, quel est le ton des Dîners du Caveau, qui se soutinrent pendant dix années.

Quand le brouhaha de conversations devient insupportable, le chanteur Pierre Jélyotte se met à chanter de sa voix de haute-contre et ramène l'harmonie dans la réunion, comme le raconte Bernard Saurin :

Jélyotte était notre Orphée,
Et quand, parlant tous à la fois,
Sous un vain bruit de mots la raison étouffée
Ne pouvait réclamer ses droits,
Il chantait, et soudain à sa douce harmonie
Plus farouche souvent que les monstres des bois,
L'amour-propre laissait désarmer sa furie :
Nous étions tous d'accord pour admirer sa voix[14].

Maurepas, qui, au côté de Piron et Fuzelier, faisait partie des poètes turlupins, désira être invité au Caveau, et se rendit une fois à l'invitation. Peu de temps après, une épigramme de Crébillon fils ne concourut pas peu à dissoudre cette société. Duclos demande à Crébillon père quel est le meilleur de ses ouvrages ? « La question est embarrassante, répond Crébillon père ; mais voici le plus mauvais, » ajoute-t-il en montrant son fils, qui lui répond : « Pas tant d'orgueil, s'il vous plaît, monsieur, attendez qu'il soit décidé que tous ces ouvrages sont de vous. » Allusion à un ami qui aurait serré de près Mme de Crébillon. Une autre version dit qu'il aurait répliqué à son père : « C'est parce qu'il ne doit rien au Chartreux », une calomnie attribuant à l'époque les ouvrages de Crébillon père à un chartreux. La société ordonne le verre d'eau pour tous deux. Crébillon fils boit le sien ; mais son père, fâché, quitte brusquement la société. Depuis ce moment, rien ne peut le déterminer à y retourner. Elle perd Gallet ; Crébillon fils passe en Angleterre ; Labruère, nommé secrétaire d'ambassade, suit sa destination ; et Gentil-Bernard, secrétaire général des dragons, suit son chef. La dispersion de cette société met fin à ces diners.

Deuxième société du Caveau (1759-1789)[modifier | modifier le code]

Le Café du Caveau au Palais-Royal vers 1790.

En 1759, un nouveau Caveau est fondé à l'instar du premier, par les commensaux des dîners que donne tous les mercredis le fermier général Jean-Baptiste Pelletier. On retrouve là divers membres du premier Caveau comme Crébillon fils, Collé, Gentil-Bernard, Helvétius, La Noue et des nouveaux comme Jean-François Marmontel, Jean Baptiste Antoine Suard, Boissy d'Anglas et Laujon.

En 1759, Pelletier, fermier général, qui, tous les mercredis, donne à dîner à Marmontel, Boissy d'Anglas, Suard et La Noue, y invite Monticourt, Saurin fils, Helvétius, Bernard, Collé et Crébìllon fils ; qui, par la suite, y présente Garrick, Sterne et Wilkes.

Pierre Laujon fait le portrait de Monticourt dans sa Notice sur les Dîners du Caveau[15] : « Convive aimable, qui joignait, au jugement le plus sain, l'esprit le plus délicat, le plus fertile en saillies, et une gaîté naturelle qui souvent allait jusqu'au persifflage ; aussi son adresse à donner des coups de patte, sans égratigner, l'avait-elle fait nommer le chat de la société. »

La gaité des diners de la deuxième société du Caveau rappelle souvent celle de la première, et n'en diffère qu'en ce que l'épigramme s'y prescrit plus de réserve. Chaque convive concourt à rendre cette société plus agréable, et Garrick y prouve, plus d'une fois, que, pour juger son talent, on n'a pas besoin d'entendre sa langue ; car différentes scènes, soit comiques, soit tragiques, qu'il exécute en pantomime, le jeu varié de sa physionomie, la justesse de ses attitudes, de ses gestes, forcent, à son gré, sans le secours des paroles, le rire ou les larmes.

Cette assemblée de joyeux convives dure jusqu'au mariage malheureux de Pelletier.

Ces dîners éveillent chez les anciens du Caveau : Duclos, Saurin, Moncrif, Boucher... devenus quinquagénaires, c'est-à-dire vieux à l'époque, la nostalgie du passé. Ils vont assurer la continuité du Caveau à partir de 1762, et seront rejoints par des recrues plus jeunes.

Crébillon fils est élu président à vie. Il abolit la punition du verre d'eau. Le lieu des réunions est au Palais-Royal.

Le 15 mai 1779, Métra écrit dans son hebdomadaire la Correspondance littéraire secrète : « Le Caveau est le nom qu’on donne à un café fort à la mode, placé dans un petit souterrain arrangé avec goût dans le jardin du Palais-Royal. Il est tenu par un nommé Dubuisson... »

Il existe un bref pamphlet politique, en date du 16 avril 1789, signé Jean Toutcourt, qui ne traite ni de chansons, ni de littérature, mais dont le titre fait référence au deuxième Caveau : Lettre d'un paysan à MM. les censeurs du Caveau, au Palais-Royal[16].

L'adresse du café du Caveau est galerie du Palais-royal, n°90[17].

La période politiquement mouvementée qui s'ouvre alors interrompe pour quelques années la tradition du Caveau.

La deuxième société du Caveau vue par Marmontel[modifier | modifier le code]

Dans ses mémoires, Marmontel se souvient du second Caveau à l'époque où il se réunissait chez Le Pelletier :

Le plus libre, ou plutôt le plus licencieux de tous (les dîners), avait été celui que donnait toutes les semaines un fermier général nommé Pelletier, à huit ou dix garçons, tous amis de la joie. A ce diner, les têtes les plus folles étaient Collé et Crébillon le fils. C'était entre eux un assaut continuel d'excellentes plaisanteries, et se mêlait du combat qui voulait. Le personnel n'y était jamais atteint ; l'amour-propre du bel-esprit y était seul attaqué, mais il l'était sans ménagement, et il fallait s'en détacher et le sacrifier en entrant dans la lice. Collé y était brillant au delà de toute expression; et Crébillon, son adversaire, avait surtout l'adresse de l'animer en l'agaçant. Ennuyé d'être spectateur oisif, je me lançais quelquefois dans l'arène à mes périls et risques, et j'y recevais des leçons de modestie un peu sévères. Quelquefois aussi s'engageait dans la querelle un certain Monticourt, railleur adroit et fin, et ce qu'on appelait alors un persifleur de la première force; mais la vanité littéraire, qu'il attaquait en se jouant, ne nous donnait sur lui aucune prise en s'avouant lui-même dénué de talents, il se rendait invulnérable à la critique. Je le comparais à un chat, qui, couché sur le dos, et les pattes en l'air, ne nous présentait que les griffes. Le reste des convives riait de nos attaques, et ce plaisir leur était permis mais, lorsque la gaieté, cessant d'être railleuse, quittait l'arme de la critique, chacun s'y livrait à l'envi. Bernard[18] lui seul (car il était aussi de ces dîners) se tenait toujours en réserve. …

… J'en reviens au dîner où Collé déployait un caractère si différent de celui de Bernard[18]. Jamais la verve de la gaieté ne fut d'une chaleur si continue et si féconde. Je ne saurais plus dire de quoi nous riions tant, mais je sais bien qu'à tout propos il nous faisait tous rire aux larmes. Tout devenait comique ou plaisant dans sa tête, sitôt qu'elle était exaltée. Il est vrai qu'il manquait assez souvent à la décence; mais, à ce dîner, on n'était pas excessivement sévère sur ce point.

Un incident assez singulier rompit cette joyeuse société. Pelletier devint amoureux d'une aventurière, qui lui fit accroire qu'elle était fille de Louis XV. Tous les dimanches elle allait à Versailles voir, disait-elle, Mesdames, ses sœurs; et toujours elle revenait avec quelque petit présent: c'était une bague, un étui, une montre, une boîte avec le portrait d'une de ces dames. Pelletier, qui avait de l'esprit, mais une tête faible et légère, crut tout cela, et en grand mystère il épousa cette bohémienne. Dès lors vous pensez bien que sa maison ne nous convint plus ; et lui, bientôt après, ayant reconnu son erreur, et la honteuse sottise qu'il avait faite, en devint fou, et alla mourir à Charenton[19].

Les dîners du Vaudeville (1796-1801)[modifier | modifier le code]

Après une interruption de six années, la tradition reprend en 1796.

À l'exemple des joyeux fondateurs des dîners du Caveau, les auteurs qui consacrent leurs productions au théâtre du Vaudeville, ouvert en 1792, forment le projet de se réunir de temps en temps pour dîner et chanter joyeusement ensemble. Le prospectus en couplets est rédigé dans un dîner préparatoire, le 2 fructidor an IV (19 août 1796), par Piis, Radet, Deschamps et de Ségur ainé.

Les dîners sont baptisés dîners du Vaudeville. La société est fondée le 2 vendémiaire an V (23 septembre 1796). Les créateurs sont Barré, neveu de Pierre Laujon et fondateur avec Piis du théâtre du Vaudeville, Bourgueil, Chambon, Chéron, Demautort, Desfontaines-Lavallée, Étienne Despréaux, Desprez, Léger, Monnier, Prévôt, Rosière, Ségur aîné, auxquels s'adjoignent ensuite Armand Gouffé, Philippon de La Madelaine, Le Prévost d'Iray, de Ségur jeune (dit Ségur sans cérémonie), Philippe Henri de Ségur père des deux Ségur, Maurice Séguier, Dupaty, Alissan de Chazet, Dieulafoy, Goulard, Laujon et d'autres.

Les convives se réunissent d'abord chez Juillet, acteur original, qui s'est fait restaurateur. On lit que par la suite, ils se seraient réunis chez Balaine, au Rocher de Cancale, restaurant situé rue Montorgueil, au coin de la rue Mandar. Ce qui est impossible, ce restaurant ayant ouvert en 1804, trois années après la disparition de cette société.

Il est d'abord convenu que les chansons apportées à chaque dîner ne sont pas publiées ; mais, cédant aux instances de leurs amis, les auteurs se décident à publier par mois un cahier contenant les chansons apportées au dîner du mois précédent. Le premier numéro paraît en vendémiaire an V (1796), et tous les mois un nouveau numéro présente aux abonnés des chansons qui obtiennent un grand succès auprès d'eux.

À mesure que de nouveaux auteurs remportent des succès marqués au théâtre du Vaudeville, ils sont admis aux dîners, au même prix que les fondateurs, c'est-à-dire moyennant une chanson pour chaque dîner. C'est ainsi qu'on y voit paraître successivement Pierre Capelle, Désaugiers, Grimod de la Reynière, Marie de St-Ursin, la Réveillère, Antoine Antignac, Francis, Béranger, Moreau, Tournay, Jouy, de Rougemont, Longchamps, Ducray-Duminil, Eusèbe de Salverte, Ourry, Gentil, Cadet de Gassicourt, Théaulon, Bailleul, Brazier, Coupart, Jacquelin.

Ces dîners, plusieurs fois suspendus et plusieurs fois repris, produisent cinquante-deux numéros, dont la collection est extrêmement difficile à trouver[20]. Cette publication, homonyme de la société, paraît de 1796 à 1802. Seul son numéro 39, daté de Frimaire, an IX (1800), est en ligne sur le site Gallica. Il contient à la fin une Notice sur les Dîners du Caveau., rédigée par Laujon[15] et parle d'un attentat :

Le retard apporté à l'envoi de ce Numéro, a été occasionné par l'explosion de la machine infernale, qui a causé un peu de désordre dans l'imprimerie du citoyen Rondonneau, éditeur des DINERS.
Les Numéros suivans paraîtront exactement dans les premiers jours de chaque mois, comme les années précédentes.

La société cesse d'exister le 2 nivôse an X (23 décembre 1801).

Sa disparition favorise la naissance d'une autre fameuse société chantante : l'Union des arts et de l'amitié en goguette[21].

La Société Épicurienne[modifier | modifier le code]

Journal des gourmands et des belles ou l'Épicurien français, mars 1807.
Maurice Ourry.

Elle se réunit à partir de 1806, le 20 du mois, chez Balaine et regroupe les mêmes convives que le Caveau moderne. On y retrouve Désaugiers, Gouffé, Brazier, Laujon, Piis, Grimod de la Reynière, Antignac, Moreau, Capelle, Demautort. D'autres noms apparaissent, probablement aussi de membres du Caveau moderne : Ponsardin-Simon, Simonnin, Charles Sartrouville.

Ses buts sont gastronomiques et aussi chantants. Elle a des correspondants dans d'autres villes comme Brioude, le Havre, etc.. Ces correspondants peuvent être d'autres sociétés épicuriennes, comme la société épicurienne de Villefranche d'Aveyron.

Cette société publie un mensuel : « Journal des gourmands et des belles ou l'Épicurien français, Rédigé par quelques Littérateurs Gourmands, plusieurs Convives des Diners du Vaudeville, un Docteur en Médecine, etc., etc., etc. »

Portant en exergue la citation :

Rions, chantons, aimons, buvons ;
Voilà toute notre morale.

Signée : Dîners du Vaudeville.

Son recueil complet se compose de 11 volumes in-18.

Fin 1809, Désaugiers a même composé une chanson invitant à s'abonner à cette publication[22].

Cette Société Épicurienne invite à participer à ses repas les présidents de sociétés épicuriennes de France et de l'étranger.

Le « 20 » du mois est un jeu de mots avec le « vin ».

La Société Épicurienne, qui se réunit au même endroit, au même moment, avec les mêmes membres que le Caveau moderne, se confond de facto avec lui.

Le Caveau moderne (1806-1817)[modifier | modifier le code]

Une réunion du Caveau moderne.
Cadet Buteux au Boulevard du Temple, illustration pour Le Caveau moderne, ou le Rocher de Cancalle, 1814[23].
Gravure ornant le Chansonnier des Bourbons, 1815[24].

En 1806, Armand Gouffé et le poète, chansonnier et libraire Pierre Capelle réorganisent les Dîners du Vaudeville, sous le nom de : Caveau Moderne ou le Rocher de Cancale, du nom de l'établissement gastronomique où se font les festins musicaux le 20 de chaque mois : au Rocher de Cancale.

La même année 1806 est donnée au théâtre des Variétés une comédie-vaudeville de Moreau et Francis Dallarde, intitulée Gallet ou le Chansonnier droguiste, et consacrée à Pierre Gallet[25].

Le Caveau moderne est présidé par Pierre Laujon, puis par Désaugiers[26], qui compose la plupart de ses chansons pour les dîners de cette société.

Capelle est l'éditeur du Caveau moderne. Ce libraire recueille les œuvres de la compagnie, publie un cahier tous les mois, un volume tous les ans, paye la grosse dépense de la table et fait encore quelque profit.

On retrouve aux festins du Caveau moderne Antoine Antignac, Brazier, Chazet, Désaugiers, Demautort, Emmanuel Dupaty, Despréaux, Ducray-Duminil, Cadet-Gassicourt, Gouffé, Grimod de La Reynière, Jouy, Laujon, Moreau, Philippon de La Madelaine, de Piis, le comte de Ségur aîné, le docteur Marie de Saint-Ursin, fondateur de l'Almanach des Gourmands.

Le second ban se compose de Gentil, Coupart, Jacquelot, de Jarry, Longchamps, Maurice Ourry, Rougemont, Réveillère, Eusèbe Salverte, Théaulon, Tournay et Chapelle. On admet, comme musiciens : Frédéric Duvernoy, Mozin, Doche, Alexandre Piccini, Lafont, Romagnési. On accueille avec distinction et assez souvent, comme membres d'honneur : Boufflers, Delille, Sébastien Mercier (l'auteur du Tableau de Paris), le docteur Gall, Regnaud de Saint-Jean-d'Angély et le fin dîneur d'Aigrefeuille.

Ségur jeune n'y participe pas, il est mort en 1805.

Cette société compte des Académiciens français parmi ses membres : Ségur aîné, Regnaud de Saint-Jean-d'Angély, Pierre Laujon (devenu Académicien français en 1807).

Quand, en 1809, Antoine Antignac publie un recueil de ses chansons et poésies, il précise, sur la page de titre, après son nom : « convive du Caveau moderne[27]. »

Dans ses refrains, le Caveau moderne ne touche presque jamais à la politique et s’en tient le plus souvent aux chansons bachiques.

Cependant, en 1811, à l'occasion de la naissance du fils de Napoléon 1er, il publie un Hommage du Caveau moderne au roi de Rome, Extrait du Procès-Verbal de la 64e Séance du Caveau moderne, tenue le 20 mars 1811[28].

Ce recueil est tout entier consacré à louanger le pouvoir impérial, on trouve, par exemple, dans sa préface :

… chacun enfin ayant chanté à son tour, il se trouve que le Roi DE ROME, NAPOLÉON et MARIE LOUISE ont seuls été l'objet de tous les chants. Eh ! quels refrains eussent pu paraître saillants auprès de ceux où le cœur avait plus de part encore que l'esprit ? Quels chants eussent été exécutés après ceux qui, en s'élevant du Caveau, semblaient être répétés en chorus par tous les habitants de la capitale, circulant en foule dans toutes les rues, sur toutes les places publiques ?

En 1812, en référence au Caveau parisien est fondé à Lyon le Caveau lyonnais. Justin Cabassol, membre de la quatrième Société du Caveau, en parle en 1865 :

« Le Caveau de 1812 était affilié au Caveau Parisien, et même deux de ses membres, Félix Pitt et Montperlier, vinrent à Paris, et eurent une franche et cordiale réception de la part de l'excellent Désaugiers, alors président, qui leur fit les honneurs de la table de Balaine, au Rocher de Cancale, rue Montorgueil.

Pitt y chanta Il faut vivre, couplets pleins d'entrain et de gaité ; Montperlier y fit entendre sa délicieuse chanson des Petits pieds de Lise[29]. »

En 1813, Béranger est présenté par Désaugiers et accepté comme membre du Caveau moderne. Un seul proteste à cette occasion : le vieux de Piis, qui à l'époque occupe la place de secrétaire général de la Préfecture de police. Béranger compose une chanson de réception : L'Académie et le Caveau[30], où il vante les mérites du Caveau moderne comparé à l'Académie française. Le Caveau moderne contribue beaucoup par la suite à répandre le nom de Béranger, C'est là, que de 1813 à 1816, il publie ses plus fameuses chansons grivoises, qu'il écrit à la manière de Collé, dont il s'inspire. Ce sont la Gaudriole, la Bacchante, Madame Grégoire, Ma Grande-mère, Frétillon, la Grande orgie, Voyage au pays de Cocagne, Roger-Bontemps, les Infidélités de Lisette, Mon curé, la Descente aux enfers, etc., etc.

Le Caveau moderne a de nombreux affiliés en province.

Le Caveau moderne en 1814[modifier | modifier le code]

Dans ses mémoires, Paul de Kock parle du Caveau moderne, à l'occasion d'une invitation à dîner au Rocher de Cancale, à laquelle il a répondu, début 1814 :

J'entrai, avec Caigniez, au Rocher de Cancale, restaurant sis au coin de la rue Mandar, que les dîners mensuels du Caveau moderne avaient mis en vogue. C'était justement le 20 du mois, jour de réunion des chansonniers. Pour les entendre chanter à travers les cloisons, on se disputait les cabinets avoisinant la salle réservée à ces messieurs. En sa qualité d'habitué de la maison, et surtout d'auteur dramatique, titre fort prisé de Baleine[31], Caigniez obtint un de ces cabinets. Mais il était de bonne heure encore, nous eûmes le loisir de dîner[32] et de causer avant que l'assemblée des chansonniers n'entamât le feu de ses refrains.
...tout en prêtant une oreille distraite aux chansons de ces messieurs du Caveau, car ils avaient commencé à chanter, je ruminais déjà un plan de mélodrame. Cependant, les éclats de rire et les applaudissements me rappelèrent bientôt à l'attention due au talent et au renom de mes voisins. Caigniez, qui les connaissait intimement presque tous, me nommait chacun d'eux, sur l'organe, à mesure qu'il prenait le galoubet ; expression consacrée pour désigner le chanteur succédant, dans l'arène, à un confrère. Il y avait Piis, qui cumulait alors les lauriers du chansonnier et les émoluments de secrétaire général de la préfecture de police ; Armand Gouffé, qu'on appelait le Panard du XIXe siècle ; Brazier ; Eusèbe Salverte, qui, délaissant plus tard la poésie pour la politique, entra à la Chambre et se mit dans l'opposition ; de Jouy, qui n'avait pas encore fait Guillaume Tell avec Rossini, mais qui avait fait déjà la Vestale et Fernand Cortez avec Spontini, et, tout seul, l'Ermite de la chaussée d'Antin, deux volumes qu'on s'arrachait ; Rougemont ; Désaugiers, le plus franchement gai de tous ; Théaulon ; Béranger, qui chanta, ce soir-là, à la demande générale, son Roi d’Yvetot, cette spirituelle critique de l'empereur, plus semblable, malheureusement, en 1814, à un De profundis qu'à une chanson railleuse[33].

Le 14 août 1814, Pierre-Joseph Charrin, du Caveau moderne, est reçu à Lyon au Caveau lyonnais et chante une chanson composée pour l'occasion[34].

La fin du Caveau moderne[modifier | modifier le code]

À partir de 1815, le Caveau moderne a pour secrétaire général le chansonnier Jacques-André Jacquelin.

En 1815, au moment de la Restauration, paraît à Paris, chez Rosa, Le Chansonnier des Bourbons : dédié à S. A. S. Madame la duchesse douairière d'Orléans ; rédigé par MM. J. A. Jacquelin et B. de Rougemont. 1re Année. Son contenu témoigne du plus parfait opportunisme des membres du Caveau moderne, s'alignant bruyamment en faveur de la monarchie restaurée. Dans ce recueil figure une chanson dans le même ton, composée par le président du Caveau lyonnais Monperlier[24]. Même l'inspiration bachique est ici mise au service du roi, comme on le voit dans ce couplet de Désaugiers à la fin de sa chanson Ronde :

Moi, je jure de servir
Louis, mon prince et mon père,
Jusqu'à mon dernier soupir
Et jusqu'à mon dernier verre.
Français, qu'ici tous les cœurs
Se répondent,
Se confondent :
Gloire, amour, plaisirs, liqueurs,
Venez enivrer nos cœurs[35].

En 1815, Pierre-Joseph Charrin fait partie du groupe de rédacteurs du Dictionnaire des girouettes, ou Nos contemporains peints d'après eux-mêmes ... par une société de girouettes...[36]. Cet ouvrage de 444 pages stigmatise les opportunistes de la période 1789-1815, dont d'illustres membres du Caveau moderne comme de Piis et Dupaty.

Il n'est pas le seul membre du Caveau moderne qui dénonce à l'époque les opportunistes. En 1816, Michel-Joseph Gentil de Chavagnac écrit dans sa chanson Les Masques arrachés ou Voilà c'que c'est qu'tout ça ! :

Voyez ce léger poète
Qui reçut déjà deux fois
L'ordre de la Girouette,
Depuis quinze ou seize mois ;
Son antienne est : « vive, vive
« Ce roi-ci, ce prince-là !
« Et comme il faut que je vive,
« Vive, vive qui paiera !... »
Et voilà
C'que c'est qu'tout ça[37] !

Vers 1815 disparaît le Caveau lyonnais, société chantante affiliée au Caveau moderne[29].

Le Constitutionnel écrit, le 28 février 1816 :

— Il vient de paraître, chez Eymery, libraire, rue Mazarine, n°. 30, un nouvel almanach, intitulé : L'Enfant lyrique du Carnaval, ou choix des meilleures chansons joyeuses, anciennes, modernes et inédites, par M. Ourry, membre du Caveau Moderne[38].

Le Caveau moderne disparait en 1817.

L'année d'après, chez les anciens du Caveau moderne, l'opportunisme se fait martial et guerrier, ce qui, en temps de paix, n'est pas trop risqué. Désaugiers et Gentil signent dans le petit recueil de chansons royalistes Les Anniversaires des trois mai et huit juillet[39]., qu'ils publient avec quelques autres en 1818, en suivant leurs noms de leur qualité de gardes nationaux : « Sous-Lieutenant de la 10e Légion[40] ».

Les Soupers de Momus (1813-1828)[modifier | modifier le code]

Fondée en 1813 par Pierre-Joseph Charrin[41], la société des Soupers de Momus est une sorte de succursale du Caveau moderne, dont les repas se font chez le restaurateur Beauvillier.

Après la fin du Caveau moderne, la plupart de ses membres se réfugient dans cette société. Ils se retrouvent là avec Barré, Radet, Desfontaines-Lavallée, Michel Dieulafoy, Pierre Carmouche, Justin Cabassol, Casimir Ménestrier, Frédéric de Courcy, Étienne Jourdan[42], Alphonse Martainville, Armand d'Artois, Jacinthe Leclère, Joseph-François-Nicolas Dusaulchoy de Bergemont, Jouslin de la Salle et d'autres. Jean-Antoine-Marie Monperlier, de Lyon, est membre correspondant[43].

Cette société existe jusqu’en 1828.

Les Soirées de Momus[modifier | modifier le code]

Cette société est proche du Caveau.

Émile Debraux en fait partie en 1818. Il figure au nombre des rédacteurs du Cahier lyrique de la Société des soirées de Momus par plusieurs membres de la société, publié en mars de cette année-là[44].

En 1848, elle est mentionnée dans les statuts et règlement de la quatrième société du Caveau :

Les membres honoraires sont choisis :
1° Parmi les Membres de l' Ancien Caveau, des Dîners du Vaudeville, des Soirées et des Soupers de Momus[45].

Le Réveil du Caveau (1825-1827)[modifier | modifier le code]

En 1825, Pierre Capelle, sous la présidence de Désaugiers, fait renaître le Caveau de ses cendres, chez le restaurateur Lemardelay, sous le titre de Réveil du Caveau. Cette tentative s'interrompe avec la mort de Désaugiers, qui en était l'âme, et qui disparaît le 11 août 1827[46].

Peut-être en liaison avec cette entreprise parisienne, un second Caveau lyonnais est créé en 1827. Ses fondateurs, Bié, Cottenet, Liénard et Félix Pitt, ont fait partie de la Société d'Épicure, la plus ancienne goguette lyonnaise connue, créée en 1810 et disparue en 1814 et du premier Caveau lyonnais. Ils entretiennent des rapports avec Béranger[47]. Pitt, avec Montperlier, a rendu visite au Caveau moderne à Paris. Montperlier n'est pas du second Caveau lyonnais. Il est mort, jeune, à Paris, en 1819. Le second Caveau lyonnais, comme le premier, connaît aussi une existence éphémère. Il publie plusieurs volumes, puis disparaît[29].

Quatrième société du Caveau (1834-1939)[modifier | modifier le code]

Clairville, par Étienne Carjat.

En février 1834, quelques hommes qui avaient été les amis et émules de Laujon, Désaugiers, Gouffé, Dusaulchoy de Bergemont, ont la pensée de faire renaître le Caveau. Le vendredi 4 avril 1834, dans la poursuite de la tradition du Caveau, et 17 ans après la disparition du Caveau moderne, ils fondent la société chantante Les Enfants du Caveau[48]. Les fondateurs sont 13 chansonniers : Décour, Eugène Champeaux, Rauzet d'Orinière, Armand-Séville, Maréchalle, Salgat[49], Routier, Alphonse Salin, Ramond de la Croisette aîné, ami et collaborateur de Désaugiers, Le Roy de Bacre, F. Chatelain, Audouin de Gérouval et Gallemant de Marennes[46]. Le premier banquet se tient, le 10 avril suivant, chez le restaurateur Champeaux, Place de la Bourse.

Ramond de la Croisette ainé, qui avait invité chaleureusement Béranger à venir prêter son concours à la nouvelle Société, reçut la réponse suivante :

Passy, 21 juillet 1834.
Grand merci, mon cher Ramond de la preuve de bon souvenir que tu me donnes. Vous avez fort bien fait de vous réunir pour chanter ; j'espère que, comme tu le dis, vous ferez renaître la Chanson et lui rendrez son empire, Malheureusement pour moi je ne puis assister à cette résurrection. J'ai renoncé à la vie bruyante ; devenu vieux, je vis loin du monde et ne chante plus. Je serais donc un bien mauvais Parrain a donner à votre Société, qui d'ailleurs, d'après les membres que tu me désignes, comme en faisant partie, n'a pas besoin de moi pour son baptême, ainsi que tu le prétends par une bienveillance dont je te remercie.
Agrée donc mes excuses et fais les agréer à ceux de tes collègues qui ont pu comme toi garder mémoire de notre ancienne et bonne camaraderie.
Tout à toi de cœur,
Béranger[50].

Le 28 décembre 1837, sur la proposition d'Albert Montémont, la société reprend purement et simplement le nom de Caveau.

Eugène Imbert écrit à ce propos en juin 1863 :

En 1834, une nouvelle association fut fondée. Elle prit d'abord le titre des Enfants du Caveau, et trois ans plus tard, celui de Caveau[51].

L'article premier des Règlement et Statuts de la Société du Caveau, publiés dans le troisième et dernier recueil des Enfants du Caveau, sorti fin 1837, précise que :

La Société primitivement constituée sous le titre de Les Enfans du Caveau, a pris celui de : LE CAVEAU, à partir du 1er janvier 1838[52].

Il est arrivé qu'on appelle la quatrième société du Caveau le Caveau moderne[53].

Figures symboliques de la tradition, à chaque banquet sont exposés le grelot de Collé, et dans un riche étui le verre de Panard. Ce verre, dont le Caveau est propriétaire, tient une bouteille de Bordeaux[54].

Le grelot de Collé, muni d'une poignée, sert d'insigne au président, comme le rappelle Eugène Grangé, décrivant sa présidence du Caveau dans la chanson Les Deux Présidences :

J'ai simplement un grelot pour insigne,
Pas de crachats[55] et pas de Toison d'or ;
Dans nos banquets, mon unique consigne
Est d'éveiller la gaîté qui s'endort[56].

Les réunions sont très suivies et très gaies.

Comme le rappelle la chanson Le vingt du mois au Rocher de Cancale., c'est l'arrivée du champagne, à la fin du banquet mensuel, qui donne le signal de départ des chants :

Le vingt du mois chaque convive
Accourt avec un peu d'esprit,
Amitié franche, gaîté vive,
Et surtout beaucoup d'appétit ;
Là, dans cette joyeuse lice,
Dont Épicure est le soutien,
On ne dit rien,
On ne dit rien,
(Tout le temps du premier service),
On ne dit rien,
On ne dit rien,

Mais, en revanche, on mange bien.
Le dessert vient, l'esprit y brille ;
Il s'élance avec le bouchon ;
Puis le Champagne qui pétille
Est le signal de la chanson :
Point de jaloux, jamais de guerre ;
Point d'amertume, point d'humeur,
Point de rigueur,
Point de censeur,
Et lorsque la chanson sait plaire,
Soudain en chœur,
Et de bon cœur,
Chacun applaudit, quoique auteur[57].

L'article 9 des statuts, cité en 1844 par le nouveau président du Caveau, précise qu'au sein de la société il faut s'abstenir de toutes polémiques[58].

Chaque mois, la Société publie ses chansons, qui sont réunies annuellement dans un recueil in-18 qui porte son nom. Il s'appelle d'abord Les Enfans du Caveau, puis Le Caveau.

À partir du début des années 1840, et durant plus de vingt ans, le Caveau tient ses banquets mensuels dans le restaurant Allard-Pestel.

C'est là qu'en 1841, il reçoit en qualité de Visiteur le goguettier et fabuliste Pierre Lachambeaudie. Il chante à cette occasion sa chanson Mes rêves[59]. C'est là aussi qu'en 1858, Auguste Giraud, président du Caveau, chante une chanson de sa composition dédiée au verre de Panard : La Corne d'Abondance[60].

Pauline Virginie Dejazet recadrée.jpg
Virginie Déjazet et Thérésa. Les deux seules femmes admises au Caveau.

Le restaurant Allard-Pestel voué à la démolition, la société inaugure un lieu nouveau le 3 juillet 1863 : chez M. Blot-Douix, restaurateur, café Corazza, galerie Montpensier au Palais-Royal[61]. Les banquets du Caveau se tiennent le premier vendredi de chaque mois.

Au début 1865 est fondé un troisième Caveau lyonnais[29]. Jules Célès en parle dans son Almanach des cafés-chantants, édité en 1869. Cette société disparaît par la suite.

Parmi les membres du quatrième Caveau parisien on trouve quantité d'auteurs : Clairville, Louis Protat, Justin Cabassol, Eugène Grangé, Charles Vincent, Montariol, Hippolyte Poullain, Charles Nodier[62], etc., etc.

Durant ses premières 34 années d'existence, du 1er avril 1834 au 1er janvier 1868, cette société tient 270 banquets où sont créées 5578 chansons[63].

La Guerre de 1870 amène une tragédie qui frappe un membre éminent du Caveau : Alexandre Flan, né en 1824. À l'approche de l'armée allemande, les soldats du Génie militaire français lui ordonnent d'évacuer sa petite maison de Neuilly, qui doit être rasée pour des raisons liées à la défense de Paris qui s'apprête au siège. Ils la font sauter sous ses yeux, avec la plupart de ses biens dedans. L'épreuve est trop rude pour le chansonnier. C'était sa première maison. Il ne lui restait plus qu'une traite à payer. Il se faisait une joie de pouvoir enfin recevoir ses amis chez lui, au milieu de ses précieux souvenirs. Il est retrouvé mort le lendemain. Il s'est suicidé en se poignardant[64].

En dehors de ce drame, le Caveau traverse sans encombres la période extrêmement troublée 1870-1871 marquée par la guerre étrangère, le premier siège de Paris, la Commune, le second siège terminé par les grands incendies et le massacre de 30 000 Parisiens durant la Semaine sanglante. Les volumes de chansons du Caveau de 1871 comprenant les chansons de 1870, et 1872 comprenant celles de 1871, sont aussi copieux que d'habitude. L'extrême solidité du Caveau face à ces événements s'explique par son caractère de structure familiale, unie par l'amitié et la recherche commune du plaisir partagé de bons repas arrosés et clos par de joyeuses chansons aux refrains repris en chœur. D'autres goguettes ont témoigné de cette solidité, comme celle des Joyeux de Belleville, fondée en 1792, qui prospère toujours en 1845, en dépit des grandes secousses politiques qui marquent ces années-là. On peut penser, en plus, que les convives privilégiés du Caveau ont été à l'image de ces heureux épicuriens qui ont frappé une médaille en l'honneur de Brébant, restaurateur parisien qui les a régalé durant les sièges de 1870-1871, ce dont s'indigne Jean Jaurès dans son Histoire socialiste de la Révolution française[65].

En 1871, la neutralité du Caveau, statutairement établi par l'article 9 de son règlement, n'est pas respectée. On trouve, par exemple, dans son recueil daté 1872, une chanson de Clairville, La Commune, qui commence ainsi :

Tous leurs canons ont cessé de tonner,
De nos bourreaux l'heure vient de sonner :
Allons-nous plaindre encor ces vauriens sanguinaires ?
Allons-nous répéter nos phrases ordinaires ?
Et nous montrerons-nous lâches ou débonnaires,
Jusqu'à leur pardonner ?

Et se termine par un appel au massacre des Communards :

De Dieu lui-même ils raillaient en tous lieux,
Ils ont tenu ce langage pieux :
« S'il existait ce Dieu, des Versaillais complice,
Le fusiller serait pour nous une justice. »
Que tous subissent donc aujourd'hui le supplice
Dont ils menaçaient Dieu !

De la chanson l'esprit est généreux.
Elle sourit à tous les rêves creux :
Mais du peuple français prolongeant la souffrance,
Ces hommes des Prussiens ont comblé l'espérance,
Ils ont brûlé Paris, déshonoré la France,
Pas de pitié pour eux[66] !

En 1873, Le Caveau continue à tenir ses réunions au café Corazza[67].

Cette année-là, Jules Lagarde, membre honoraire du Caveau, y présente Henri Fénée. Collectionneur passionné de chansons, il les copie à la main. Eugène Grangé écrira en 1881 qu'il « a écrit de sa main plus d'un million de couplets » ! À force d'en copier, il s'est mis à en écrire. Il chante au Caveau sa chanson autoportrait intitulée : L'Amateur de Chansons. Elle est accueillie avec enthousiasme. Quelques mois plus tard, en juillet 1873, il est reçu membre associé du Caveau. Auteur d'insouciantes et joyeuses chansons, il devient un participant actif et assidu[68].

Le 2 octobre 1874, Virginie Déjazet se rend à la réunion de la quatrième société du Caveau. Sa visite est tant appréciée que, sur la proposition de Eugène Grangé, l'assemblée lui décerne à l'unanimité la présidence honoraire, vacante par le décès de Jules Janin [69]. Elle sera l'unique membre féminin de l'histoire du Caveau avec la chanteuse Thérésa.

Alfred Leconte du Caveau et député, portrait-charge par Ernest Chebroux[70].

En 1876, Alfred Leconte, membre du Caveau est élu député de l'Indre. À cette occasion, Duvelleroy, autre membre du Caveau, lui dédie une chanson comique : Ne va pas le dire à Naquet ! A notre camarade Alfred Leconte qui vient d'être élu député, à chanter sur l'air de Dis-moi donc mon p'tit Hippolyte[71].

Le 16 janvier 1878, témoignant des liens entre goguettes et orphéons, est donné pour la première fois à Paris, au Théâtre des Bouffes-Parisiens : Babiole. Opérette villageoise en trois actes., paroles de Clairville et Octave Gastineau, musique de Laurent de Rillé. Clairville et Gastineau sont membres de la quatrième société du Caveau et Laurent de Rillé est une grande figure du mouvement orphéonique[72].

Le 1er mai 1878 parait le premier numéro de La Chanson, Revue mensuelle, Archives de la chanson, Écho des sociétés lyriques[73].

Cette revue veut se faire l'écho des goguettes. Et se fixe pour objectif de publier les comptes-rendus des banquets mensuels du Caveau, de la Lice Chansonnière, du Pot-au-feu et des diverses sociétés lyriques.

Elle rend compte régulièrement des banquets du Caveau. Sa parution dure jusqu'en 1881. Après quoi elle cesse d'exister.

Dans les recueils annuels du Caveau on trouve des échos de l'actualité, comme, par exemple, en 1890, l'inauguration de la Tour Eiffel[74], ou l'apparition de la Faluche au Quartier latin, suscitant une effervescence critiquée par Albert Vacher dans sa chanson Le Béret au Quartier latin[75].

Règlement et statuts de la Société du Caveau en 1848[modifier | modifier le code]

Ce texte a été publié en 1848, en tête du recueil annuel de la quatrième Société du Caveau[45]. On peut, si on veut, le comparer avec les premiers règlements et statuts adoptés fin 1837 et consultables sur Internet[52] :

DE LA CONSTITUTION DE LA SOCIÉTÉ.

Article premier.

La Société reconstituée en 1834 sous le titre de Les Enfans du Caveau, a pris celui de : LE CAVEAU, à partir du 1er janvier 1838.

Art. 2.

LE CAVEAU est constitué ainsi qu'il suit :

1° De 20 Membres honoraires ;

2° De 20 Membres titulaires qui, seuls, ont voix délibérative ;

3° De 15 Membres associés ;

4° De Membres correspondants en nombre illimité.

Toutefois, à l'avenir, il ne devra être procédé à aucun remplacement, dans ce grade, que pour ceux qui ne résident pas à Paris.

DES NOMINATIONS ET DES CONDITIONS D'ADMISSIBILITÉ.

Art. 3.

La Société ne peut voter, sur la nomination d'un Membre, à quelque titre que ce soit, qu'à la majorité absolue du nombre existant des Membres titulaires.

Cette majorité absolue établie, nul n'est élu s'il ne réunit les trois quarts des suffrages des membres présents.

Nulle nomination ne peut être faite qu'au scrutin secret et par boules.

Nulle demande d'admission, comme Membre de la Société, n'est appuyée qu'autant qu'elle est présentée par écrit et signée de la main de son auteur et de deux Membres titulaires.

En cas de vacance, aucun remplacement n'est fait qu'autant que l'Assemblée reconnaît, par la voie du scrutin, qu'il y a opportunité.

Art. 4.

Les membres honoraires sont choisis :

1° Parmi les Membres de l' Ancien Caveau, des Dîners du Vaudeville, des Soirées et des Soupers de Momus.

2° Parmi les Membres titulaires du Caveau et sur des motifs qu'elle apprécie en assemblée administrative des Membres titulaires.

Les Membres titulaires sont choisis :

Parmi les Membres associés seulement ayant au moins trois mois d'inscription à ce titre.

Il ne sera fait d'exception à cette règle qu'en faveur du Candidat qui réunirait l'unanimité des suffrages du nombre existant des Membres titulaires.

Nul n'est admis Membre associé s'il n'a pas assisté une fois au moins, comme visiteur, aux Banquets de la Société.

Nul n'est admis, soit comme Membre titulaire, soit comme Membre associé ou correspondant, s'il ne contracte l'obligation de s'abonner au Recueil.

DES OFFICIERS DE LA SOCIÉTÉ.

Art. 5.

La Société nomme, à la majorité absolue des Membres titulaires réunis en assemblée administrative, un Président, un Vice-Président, un Secrétaire, un Secrétaire-Adjoint, un Trésorier, un Trésorier-Adjoint et deux Maîtres des Cérémonies.

Ces fonctionnaires sont nommés pour un an, et renouvelés chaque année au mois de décembre. Ils peuvent être réélus. Néanmoins le Président et le Vice-Président ne peuvent l'être qu'après une année d'intervalle. Ces mêmes fonctionnaires forment le Comité d'administration.

Le Président est Président né de toutes les Commissions; à son défaut, le Vice-Président le remplace dans toutes les occasions.

Art. 6.

Les pouvoirs des fonctionnaires étant expirés, la Présidence est remise au doyen d'âge ; le plus jeune remplit les fonctions de Secrétaire. Ces deux fonctionnaires provisoires ne peuvent être choisis que parmi les Membres titulaires.

Art. 7.

Dans les huit jours qui suivent l'expiration des pouvoirs des anciens fonctionnaires, le doyen d'âge convoque une assemblée administrative, pour élire les nouveaux Membres du Bureau. Il les installe au banquet de janvier suivant.

DES BANQUETS ET DE LEUR TENUE.

ART. 8.

Un banquet a, lieu le premier vendredi de chaque mois. La présence des Membres et de Visiteurs est constatée par leur signature sur les registres des procès-verbaux du Caveau ; le titre des productions suivra la signature.

Chaque Membre est passible du prix du banquet, s'il ne prévient pas deux jours à l'avance.

Les toasts sont réglés par le Président.

Aucune discussion n'est permise au banquet. Le président détermine l'ordre dans lequel les productions sont présentées au banquet.

Les productions inédites, quel que soit leur genre, sont entendues les premières.

Un second tour est consacré aux productions déjà entendues aux banquets précédents.

Art. 9.

La politique est formellement exclue des productions offertes par les Membres ou par les Visiteurs.

La même exclusion, au premier comme au second tour, s'applique aux productions qui porteraient atteinte aux croyances religieuses ou qui renfermeraient des mots obscènes ou orduriers.

Le Président interdit la parole à tout Membre, ou Visiteur qui contrevient à ces dispositions.

DES PRODUCTIONS, DE LEUR EXAMEN ET DE LEUR PUBLICATION.

Art. 10.

Tout Membre titulaire, doit, chaque mois, une chanson ou au moins une pièce de vers inédite.

Art. 11.

Tout morceau chanté ou lu appartient à la Société, lors même que l'auteur aurait cessé d'en faire partie, ou n'en ferait pas partie.

Toute pièce qui ne peut pas être insérée dans le Recueil est rendue à son auteur sur sa demande. Les pièces chantées ou lues au banquet sont examinées par tous les Membres titulaires aux assemblées administratives qui se tiennent les second et dernier vendredis de chaque mois. Le Membre intéressé doit s'absenter momentanément.

Pour la publication du Recueil, une Commission spéciale de quatre Membres nommés au scrutin, est chargée de le composer. Elle ne peut choisir que parmi les pièces admises en Assemblée administrative.

Art. 13.

Les moyens et les époques de la publication du Recueil sont soumis à la délibération de la Société par le Comité d'administration.

DISPOSITIONS ADMINISTRATIVES.

Art. 14.

Lorsqu'il s'agira d'élire un nouveau Membre, la lettre de convocation aux assemblées administratives devra toujours le mentionner.

Art. 15.

Le Président représente la Société, mais il ne peut prendre d'arrêté qu'avec l'assistance du Comité d'administration.

Il signe la correspondance et tous les actes de la Société avec le Secrétaire.

Art. 16.

Pour subvenir aux frais ordinaires et extraordinaires de la Société, il est établi une cotisation annuelle de douze francs, payable par chacun des Membres titulaires et associés.

Cette cotisation est perçue par trimestre, à l'avance, par le Trésorier qui en délivre quittance.

Art. 17.

Le prix du diplôme de Membre associé ou correspondant est fixé à 10 fr. Le diplôme de Membre honoraire ou de Membre titulaire est délivré sans frais.

Art. 18.

Le Comité d'administration arrêté les comptes annuels du Trésorier.

Art. 19.

Chaque Membre titulaire a droit tous les deux mois à un billet d'admission pour un Visiteur. Il est tenu de faire connaître à la Société le nom de la personne invitée.

Le Président et le Secrétaire ont chacun droit tous les mois à deux billets d'admission pour des Visiteurs.

Des invitations supplémentaires sont accordées aux Membres titulaires qui le désirent ; mais elles ne peuvent excéder le nombre six.

Art. 20.

Le Règlement est signé par tous les Membres de la Société. Chacun d'eux fait la promesse, avant d'être proclamé, de l'observer fidèlement.

Art. 21.

Le Règlement est imprimé aux frais de la Société et distribué à chacun de ses Membres.

DISPOSITIONS PÉNALES.

Art. 22.

Tout Membre honoraire qui restera une année entière sans assister aux banquets de la Société pourra être considéré comme démissionnaire.

Tout Membre titulaire ou associé qui s'abstient d'assister à trois banquets consécutifs, sans motifs dûment constatés, est réputé démissionnaire.

Cette disposition est applicable à tout Membre correspondant actuel résidant à Paris.

Art. 23.

Tout Membre titulaire ou associé qui, après avoir été dûment averti, n'aura pas acquitté sa cotisation annuelle, sera réputé démissionnaire, et rayé du tableau.

Encourt également la radiation tout Membre titulaire ou associé qui donne sa démission ou qui, par une cause quelconque, est réputé démissionnaire et n'effectue pas le paiement de sa cotisation.

Art. 24.

L'admission d'un Membre du Caveau à toute autre Société chantante, entraînera de droit sa radiation.

DISPOSITION GÉNÉRALE.

Art. 25.

Tout changement au Règlement ne pourra être discuté et adopté qu'en présence des deux tiers du nombre existant des Membres titulaires.

Délibéré, en assemblée administrative.

Pour copie :

Le Président,

Le Secrétaire,

Le jeu des Mots donnés[modifier | modifier le code]

Ce jeu aurait été inventé le 5 juin 1842 à une réunion de membres du Caveau, comme cela est rapporté dans l'avertissement en tête du premier recueil de chansons faites sur un mot donné. Cependant il semble avoir déjà été pratiqué auparavant aux Dîners du Vaudeville.

Si ce recueil tombait entre les mains de personnes étrangères au Caveau, il est bon qu'elles connaissent la cause qui a donné naissance à ces chansons, et les motifs qui ont engagé leurs auteurs à les faire imprimer, sans toutefois les exposer au grand jour de la publicité.

M. Ferdinand Olivier, voulant faire l'inauguration d'une modeste villa qu'il venait d'acquérir à Auteuil, invita à un déjeuner, le 5 Juin 1842, la plupart des chansonniers, ses camarades. Sa maison, quoique plus vaste que celle de Socrate, ne pouvait, à son grand regret, contenir tous les membres du Caveau. Pour donner à cette réunion un caractère original, il eut l'idée d'assigner à chacun des convives un nom de légume pour sujet de chanson. Le sort présida à la répartition, et tous les invités remplirent leur tâche.

Un mois après, son père, depuis longtemps propriétaire à Auteuil, voulut renouveler cette fête de famille, et donna à ses convives les fruits à chanter.

Enfin, M. Veissier des Combes convia à dîner, le 20 août, presque tous les membres du Caveau; plusieurs ne purent, par divers motifs,se rendre à son invitation, mais néanmoins quelques-uns envoyèrent leur chanson. Il avait donné pour texte les animaux domestiques.

Dans ces deux derniers banquets la voie du sort fut également suivie pour la distribution des sujets et pour le tour dans lequel chacun devait chanter.

Il est bon de savoir, pour motiver des couplets composés en dehors du programme, que la présidence, dans ces trois banquets, a été déférée à M. de Calonne, président du Caveau pour l'année 1842.

Toutes les productions furent remises aux amphitryons ; mais les convives désiraient aussi les posséder, comme un gage d'union et un souvenir de famille. Ils n'ignoraient pas que le sort les avait plus ou moins bien partagés ; cependant, mettant de côté tout amour propre d'auteur, ils ont consenti à l'impression, pour faire avec leurs camarades un échange désintéressé de leurs œuvres, et resserrer ainsi les liens d'une franche et cordiale amitié.

C'est donc à un très petit nombre d'exemplaires, et pour eux seuls, qu'ils ont composé ce recueil[76].

21 ans plus tard, le 20 juin 1863, Louis Protat, président du Caveau, dans son toast, prononcé au Banquet annuel dit Banquet d'été, célèbre l'anniversaire de l'invention du jeu des mots donnés :

Parmi des convives joyeux
Où je brillais... par mon absence !
Les mots donnés ont pris naissance
En mil huit cent quarante-deux.

Il poursuit, en rappelant plaisamment le premier mot donné proposé en 1842 : les légumes.

Depuis ce jour, où les légumes
Furent par vous livrés aux vers,
De combien de sujets divers
Se sont enrichis nos volumes[77] !

Ce jeu, qui se pratique à partir de 1842 à la société du Caveau pour son Banquet d'été dit aussi Banquet des mots donnés, consiste en ceci : pour animer ce banquet gaiement, tout en testant amicalement les capacités créatives de chacun, chacun des présents est invité à écrire un mot sur un thème donné sur un morceau de papier. Les morceaux de papier sont mis dans un chapeau. Puis, à partir de ces mots, chacun doit improviser une chanson.

Des recueils souvenirs de chansons écrites sur différents thèmes à partir de mots donnés ont été édités par le Caveau : les Meubles, les Vêtements, les Météores, la Politique, la Femme, etc.

Pour voir ce que cela donne, on peut lire, par exemple, la chanson de Louis Protat Le Théâtre du Caveau..... vu de l'Avant-scène, écrite en 1864[78].

En 1845, dans son poème satirique Les mystères de la Goguette dévoilés, Joseph Landragin présente le jeu des mots donnés comme habituel à la goguette en général et pas seulement à la seule société du Caveau :

Et les concours, vraiment cette chose est plaisante,
J'en rirais de bon cœur, si vous, Muse obligeante,
Vous vouliez bien m'aider, je les mettrais en jeu.
Vous y consentiriez, vous combleriez mon vœu.
Vous êtes bien aimable, et je vais, pour vous plaire,
Mettre tout mon savoir à bien vous satisfaire.
Un grand mois à l'avance on a son mot donné,
Il est à chaque auteur par le sort destiné.
Qu'il lui convienne ou non, il faut qu'il le chansonne,
Pour juges l'on choisit trois hommes connaisseurs,
Qui font, notez-le bien, l'office de censeurs.

L'élitisme des sociétés du Caveau[modifier | modifier le code]

Illustration pour la chanson de Clairville L'opinion de Boquillon qui vante la hiérarchie et la discipline.

Les sociétés du Caveau ont pratiqué l'élitisme. Elles ont refusé d'être assimilées aux autres goguettes et n'ont jamais souhaité porter ce nom. L'article 24 du règlement du quatrième Caveau, publié en 1848, indique que :

L'admission d'un Membre du Caveau à toute autre Société chantante, entraînera de droit sa radiation[45].

Le montant de la cotisation annuelle de 12 francs en 1848, le prix du diplôme de Membre associé ou correspondant fixé à 10 francs, la tenue des réunions mensuelles dans des restaurants gastronomiques et chers, d'autres frais, comme l'obligation pour les membres de s'abonner au recueil annuel, interdisent l'accès de la quatrième Société du Caveau à l'immense majorité des goguettiers, qui sont de condition modeste. Cet accès est lui-même règlementé et le nombre des membres statutairement limité.

Louis-Agathe Berthaud écrit en 1841 :

Le goguettier a des aïeux illustres ; il en a qui sont membres de l’Institut, députés, pairs de France, et qui dînent à la cour avec le Roi. MM. Dupaty, Eusèbe Salverte, Étienne et Ségur ainé, ont été goguettiers d’abord. Béranger, le seul homme littéraire de notre temps peut-être dont la postérité se préoccupera avec amour, notre poëte national Béranger aussi a été goguettier. Dans ce temps-là, il est vrai, les goguettiers avaient une autre dénomination : on les appelait Messieurs les membres du Caveau. Mais qu’importe une différence quelconque dans les mots, si, au fond, la chose est la même absolument[79] ?

Et Alfred Delvau en 1864 :

Le goguettier ! Encore un type qui tend à disparaître — avec beaucoup d'autres aussi intéressants que lui. Il a commencé presque avec ce siècle[80], et a compté dans ses rangs des noms plus ou moins fameux, des pairs de France et des membres de l'Institut. Ségur aîné a été goguettier, Étienne aussi, Dupaty aussi, Eusèbe Salverte aussi, Émile Debraux aussi, Béranger aussi. Seulement, ces goguettiers-là, plus prudes que les autres, se faisaient appeler Membres du Caveau[81].

En 1889, Henri Avenel témoigne de cet élitisme, qui continue et est alors partagé par une autre goguette, la Lice chansonnière, dont il est membre :

En résumé, il n'y a donc à Paris que deux sociétés chantantes : la Lice chansonnière et le Caveau.
Des goguettes nouvelles, nous n'en parlons pas, il y en a par centaines[82].

Ici il fait une différence entre les deux « sociétés chantantes » dont sont donnés les noms et les « goguettes » qui sont des centaines et dont on n'indique pas les noms. Pourquoi fait-il cette différence ? Une goguette est une société chantante au même titre que le Caveau et la Lice chansonnière. Mais elle est composée le plus souvent de gens du peuple.

Dans ces deux goguettes, au mépris des gens du peuple s'ajoute celui des femmes, qui ont toujours été interdites d'adhésion, exceptée Élisa Fleury à la Lice chansonnière en 1834.

S'ajoutant au mépris du populaire et des femmes, le mépris des juifs apparaît également dans deux chansons de Désaugiers. Au début du 5e couplet du Délire bachique, connue également sous le nom de Quand on est mort, c'est pour longtemps, on lit :

Au lit, à table
Aimons, rions,
Puis envoyons
Les affaires au diable.
Juge implacable
Sot chicaneur,
Juif intraitable,
Respectez mon bonheur.

Et le 9e couplet du Carillon bachique :

Vingt juifs, que le diable emporte !
Sont consignés à ma porte,
Peut-être à la vôtre aussi ;
Mais, morbleu ! je me résigne,
Et lèverai la consigne
Dès qu'ils sonneront ainsi :

Ces deux chansons, qui furent jadis célèbres, faisaient partie des plus connues parmi celles de Désaugiers.

Le Caveau, la politique, la religion et la morale[modifier | modifier le code]

Gustave Nadaud, membre de la Société du Caveau
Annonce parue dans La Muse gauloise début 1864[83].

Fin 1837, la société du Caveau s'interdit la politique, comme le rappelle l'article 9 de son règlement :

La politique est formellement exclue des productions offertes par les Membres ou les Invités.
Le Président titulaire interdit la parole à tout Membre ou Invité qui contrevient a cette disposition[84].

En 1848, la rédaction de l'article 9 du règlement du Caveau est différente :

La politique est formellement exclue des productions offertes par les Membres ou par les Visiteurs.
La même exclusion, au premier comme au second tour, s'applique aux productions qui porteraient atteinte aux croyances religieuses ou qui renfermeraient des mots obscènes ou orduriers.
Le Président interdit la parole à tout Membre, ou Visiteur qui contrevient à ces dispositions[45].

Cette nouvelle rédaction témoigne que dans le Caveau on chantait aussi des chansons se moquant de la religion ou des paillardes, qu'on a voulu ainsi prohiber.

En dépit de l'interdiction de la politique au sein de la société, on voit celle-ci se faufiler à plusieurs reprises dans la quatrième Société du Caveau.

Auguste Giraud, dès 1848, année de la parution du Manifeste du parti communiste, chante au Caveau deux chansons anti-communistes : Le Communiste et Le Communisme[85].

Au moins par deux fois s'exprime au Caveau l'hostilité à la grève :

En 1867, le chansonnier Alexandre Flan, son président, consacre une chanson à un conflit social : La Grève des tailleurs.

Et dit dans son dernier couplet :

Bref, que la grève soit brève,
C'est inopportun !
En fait, la grève... ça grève
Le budget d' chacun ;
Si l'ouvrier, qui trop rêve,
Est intelligent,
Qu'il songe qu'on peut en grève
Mettre aussi l'argent.

En 1870, Clairville écrit, en réponse à la chanson d'Alexis Bouvier La Canaille, une chanson, Les deux Canailles, où il dit :

Mais, distinguons, si l'ouvrier, brave homme,
Se laisse aller à de mauvais penchants,
S'il aime à boire et boit toute la somme
Qu'en son logis attendent, expirants,
Sa pauvre femme et ses petits enfants :
Si, pour mieux boire, il veut se mettre en grève,
Si, toujours ivre, il se dit toujours las,
Bref, s'il se moque en se croisant les bras
Que sa famille et tout le monde crève,

C'est la canaille, et moi, je n'en suis pas[86].

En 1871, année marquée par la Commune de Paris, suivent d'autres chansons politiques.

L'une, L'Internationale, décrit l'Internationale ouvrière comme un regroupement criminel :

Dans tous les bagnes acclamée,
Pour tenter son premier essai,
Elle a recruté son armée
A Cayenne, à Botany-Bay[87].
Oui, parcourant du monde
Toutes les régions,
De chaque bouge immonde
Sortent ses légions[88].

L'autre, La Commune[66], appelle au massacre en masse des Communards.

Eugène Grangé chante la même année au Caveau une autre chanson anti-communarde : Une séance de la Commune (Compte-rendu officiel)[89]. Et en 1872, une chanson, Les Deux Présidences, où il se moque d'Adolphe Thiers et traite les communards d'« horribles canailles[56] ».

Naissances d'autres Caveaux en province et à l'étranger[modifier | modifier le code]

En octobre 1873, au Havre, naît le Caveau Havrais. Les fondateurs sont au nombre de 9. Un an plus tard, la société compte 26 membres[90].

En 1878, à Verviers, en Belgique, naît le Caveau Verviétois. Il compte 10 membres fondateurs[7].

En 1883, le poète patoisant Jacques Vacher fonde à Saint-Étienne le Caveau stéphanois ou Caveau de Saint-Étienne[91].

Le 8 avril 1888, le chansonnier parisien Gustave Nadaud, ainsi qu'Ernest Chebroux, membre du Caveau, participent à un banquet officiel, tenu à la Villa des Fleurs, à Lyon. Suite à celui-ci, le 11 mai 1888, naît le quatrième Caveau lyonnais. Très lié au Caveau de Paris, il fait de Gustave Nadaud son président d'honneur.

L'Almanach du Caveau lyonnais pour 1890, ouvre sa partie Chansons des membres du Caveau avec les œuvres de Gustave Nadaud et de deux membres du Caveau parisien, membres d'honneur du Caveau lyonnais : Ernest Chebroux et Émile Bourdelin, président du Caveau parisien[92]. C'est dans ce quatrième Caveau lyonnais que le chansonnier Xavier Privas fait ses débuts en 1888[93].

Il a aussi existé un Caveau algérois à Alger, auquel Ernest Chebroux a dédié un toast à la Chanson[6].

Membres correspondants[modifier | modifier le code]

La quatrième société du Caveau compte des membres correspondants dans et hors Paris. En 1858, par exemple, leur liste est la suivante[94] :

MM. Chapuy, à Mulhouse ; Du Buc (L. Debuire), à Lille ; De Leyris (Amédée), à Versailles ; Duplanty (le docteur), à Paris ; Fortin, à Vimoutiers ; Fournier (Prosper), à Bordeaux ; Jobart, à Bruxelles ; Kraus, à Paris ; Levaillant (Onésime), à Blangy ; H. Léon Lizot, à Roubaix ; Moreau (César), à Marseille ; J. Rolle, à Lille ; Voïart, à l'île de la Réunion.

Le prix Montariol[modifier | modifier le code]

En 1892-1895, un fait historique significatif témoigne du manque de considération de l'Académie française pour la chanson.

En 1892, Jules Montariol, membre de la quatrième société du Caveau, meurt[95]. Il lègue à l'Académie française une somme de 10 000 francs, somme considérable pour l'époque, destiné à créer un prix annuel de la meilleure chanson.

En 1894, pour sa première édition, le prix paraît avoir du mal à se mettre en place, comme le relève Le Petit Parisien au début du mois de septembre :

Les chansonniers dédaigneraient-ils les prix de l'Académie ?
Un concours est ouvert depuis longtemps déjà dans le but d'attribuer à la meilleure chanson le montant du legs Montariol, qui s'élève à 500 francs. Or, on n'a encore reçu à l'Institut aucune chanson et le concours sera clos le 31 décembre prochain. Avis aux poètes[96].

Le prix est finalement décerné. En 1895, à l'édition suivante concourent 900 textes[97]. L'Académie française fait alors savoir qu'elle se désintéresse du projet et remet l'argent du leg à la disposition des héritiers de Montariol[98].

En 1899, Joseph Pétréaux, membre de la Lice chansonnière, publiera un poème écrit au sujet de cette affaire : L'Académie et le legs Montariol[99].

Le chansonnier montmartrois Jacques Ferny écrira de son côté Ga.... Chanson sur l'Académie et le prix Montariol[100].

La photo au Caveau[modifier | modifier le code]

Amédée Rihouet, Vice-Président du Caveau en 1904.
Hubert Combe, Président du Caveau en 1904.

Vers 1900, la photographie fait partie de la vie de la quatrième société du Caveau. On lit dans son volume annuel pour 1900 :

Le célèbre Pierre Petit, membre libre du Caveau, s'occupe en ce mois, de photographier, a titre purement gracieux, chacun de ses collègues, pour les grouper ensuite, selon l'usage traditionnel, dans un tableau d'ensemble qui sera exposé dans la salle du restaurant Corazza, à toutes les réunions de la Société[101].

Les photos des membres du Comité de 1904 prises par Pierre Petit figurent en tête du volume édité par le Caveau en janvier 1905.

Fin de la quatrième Société du Caveau[modifier | modifier le code]

En 1893 arrive à Paris Antonin Lugnier.

Né à Roanne le 13 juin 1869, il a 24 ans.

Il entre d'abord à la Lice chansonnière, dont il devient vite le vice-président.

Puis, en 1908, il rejoint la quatrième société du Caveau et en devient la cheville ouvrière.

En 1913, il publie une Histoire de la Société lyrique les Enfants du Caveau[102].

En 1924, il est élu président du Caveau. Le lieu de réunion est fixé vers cette année-là au restaurant Coquet 80 boulevard de Clichy, pas loin du domicile de Lugnier à Montmartre. Dans ce restaurant se tiennent également les réunions du Cornet, autre société chantante.

Lugnier est toujours président en 1939. Alors qu'il a déjà 70 ans, âge très avancé pour l'époque. Il ne paraît pas avoir su ou voulu trouver un successeur au poste qu'il occupe depuis à présent vingt-cinq ans. Il semble que le Caveau partage alors le sort fragile de nombre d'associations déposées selon la loi de 1901 : un président qui joue un rôle de direction et animation irremplaçable, mais dont le départ inévitable risque de tout faire disparaître. Cette situation promet de mettre de toutes façons en grande difficulté le Caveau, le jour où son président ne pourra plus ou voudra plus exercer ses fonctions.

L'entrée en guerre en 1939 de la France et l'Angleterre contre l'Allemagne amène la suspension des activités de la société.

En 1942, Antonin Lugnier, qui collationne et conserve scrupuleusement les archives du Caveau, donne une conférence à Paris sur l'histoire de la société.

Paris est libéré fin août 1944. Antonin Lugnier, très âgé, meurt dans sa soixante-seizième année le 8 janvier 1945 à Montmartre. La paix revient quatre mois plus tard. La quatrième société du Caveau ne reprend pas ses activités.

En l'absence de la société disparue après 105 années d'existence, les archives et le verre de Panard passe, par héritage, au fils du dernier président de la société. En 1976, quelques documents tirées de ces archives ainsi que le verre figurent dans une exposition tenue au musée du Vieux Montmartre.

Entreposés en Bretagne chez l'héritière du fils d'Antonin Lugnier, les archives et le verre, au cours de la décennie suivante, sont détruits dans un incendie[103].

Le nom du Caveau, à ce jour, n'a pas été repris par une autre société chantante.

Des sociétés du Caveau, de Désaugiers reste l'expression populaire un vautour pour désigner un propriétaire logeur très âpre au gain[104]. Et reste aussi la musique de l'air du Carnaval de Dunkerque, une des plus fameuses chansons du célèbre Carnaval de Dunkerque[105]. Dans la vie courante, peu d'intéressés qui la chante à leurs enfants, savent que la célèbre contine Turlututu chapeau pointu est issue d'une chanson très leste de Lassagne, du Caveau moderne : Rlututu Chapeau pointu, ou Le Fifre galant., publiée par Ourry en 1818[106].

Des sociétés du Caveau reste aussi en héritage la célèbre phrase très fréquemment usitée : « Plus on est de fous plus on rit ! » Mais combien de ceux qui l'emploie savent qu'il s'agit du titre d'une chanson d'Armand Gouffé, titre qui revient ensuite dans chacun de ses refrains ?

L'oubli des sociétés du Caveau[modifier | modifier le code]

Les sociétés du Caveau ont rassemblé des personnalités d'importance, y compris toujours reconnues comme Piron, le peintre Boucher ou le musicien Jean-Philippe Rameau. Ces sociétés ont été l'origine de la naissance de milliers de goguettes dans toute la France et leur histoire est très vivante, intéressante et riche. La notoriété des sociétés du Caveau a duré de nombreuses années. Ainsi, par exemple, on lit, à propos du café Corrazza au Palais-Royal, dans un ouvrage paru en 1882[107] : « C'est là que se réunit la célèbre société du Caveau. »

Pourtant, les sociétés du Caveau sont aujourd'hui oubliées par le grand public et connues seulement des spécialistes.

Cet oubli a été, au moins partiellement, voulu et organisé. Les jalousies, brouilles, rancunes propres au milieu des lettres, et aussi les arrières-pensées politiques de certains, y ont contribué. On a accusé le Caveau d'être royaliste. Ce qui est certainement au moins en partie vrai. Clairville dans sa chanson La Commune parle « du noble martyr, du pauvre Louis Seize[66] » et reproche aux Communards leurs liens avec les Républicains de 93 et la Marseillaise. Les Républicains n'ont pas vu d'un mauvais œil l'oubli du Caveau. On a aussi cherché à opposer deux goguettes célèbres, l'une qui serait la républicaine Lice chansonnière, l'autre, le royaliste Caveau. Cette opposition sur le terrain n'était pas si catégorique. Plus d'une fois les chansonniers des deux goguettes se sont pacifiquement côtoyés et ils n'ont jamais écrit des chansons pour vilipender l'autre.

Ainsi, par exemple, en 1863, Thiébaut est tout à la fois membres des deux sociétés, et Lagarde et Van Cleemputte, membres du Caveau viennent rendre visite à un banquet de la Lice chansonnière[108].

Facteur favorable à l'oubli du Caveau, on peut aussi supposer que certains postulants à l'admission dans cette société, n'étant pas reçus, ce refus a nourri chez les intéressés la volonté d'exclure de la mémoire collective une société qui n'a pas voulu d'eux.

Enfin, une certaine frilosité des rédacteurs de l'histoire officielle de la littérature française à l'égard de la musique, la chanson et l'humour explique aussi une part de l'oubli volontaire des sociétés du Caveau.

Un exemple de réécriture de l'histoire du Caveau se trouve chez Gustave Vapereau. En 1876, dans son Dictionnaire universel des littératures, il stigmatise le quatrième Caveau, l'opposant à la qualité supérieure supposée de ses devanciers et commence par un mensonge pur et simple :

Un quatrième Caveau se fonda, il y a quelques années, avec la prétention de se rattacher, du moins par la tradition, au Caveau moderne. Quoiqu'il ne repoussât ni la gaudriole, ni même les plaisanteries les plus risquées, les membres, par arrêt du règlement, y portèrent l'habit noir ; par une autre disposition du même règlement, ils se tutoyèrent tous, malgré les différences d'âge, mais ce tutoiement fut moins l'effet du laisser-aller que d'une convention et d'une discipline. Le repas, d'une grande sobriété, ne rappela ni pour la gaieté, ni pour les libations, ce qu'on nous a rapporté des anciens Caveaux. Toutefois on voyait, à la droite et à la gauche du président, des objets faits pour rappeler la tradition d'un côté, un grelot qui représente les grelots de la folie[109] ; de l'autre, le verre de Panard précieusement enfermé dans un étui. Mais c'étaient là de purs emblèmes. Tout se fit académiquement et avec une règle précise ; il y eut un moment pour chanter les choses que toutes les oreilles peuvent entendre, puis un autre pour les chansons scabreuses ; celles-ci ne commencent qu'après un avertissement et un entr'acte qui permettent aux personnes timorées d'abandonner la séance. Ajoutons que souvent les poètes de ce Caveau tournèrent à la romance et à la fadeur sentimentale[110].

Vapereau écrit en 1876 qu'« Un quatrième Caveau se fonda, il y a quelques années, » alors que celui-ci est né en 1834, soit depuis 42 ans. La mauvaise foi du rédacteur, sa volonté de déprécier le Caveau, apparaît ici d'évidence et ajoute un doute à ses autres déclarations concernant cette société.

En 1986, la poétesse Brigitte Level, née en 1918, passe une thèse de doctorat de troisième cycle à la faculté de Paris IV dont le sujet est l'histoire des sociétés du Caveau. Considéré comme une société unique avec des avatars successifs et dont le point de départ serait l'année 1726 où les futurs fondateurs de la première société du Caveau commencent leurs dîners communs. Cette thèse est publiée en 1988 par les Presses de l'Université de Paris-Sorbonne. C'est le premier ouvrage qui tente de faire l'histoire des sociétés du Caveau, depuis leur début jusqu'à la fin de la quatrième et dernière, en 1939[103]. Il est dédié à l'aïeul de l'auteur, Jules Lagarde, président de la quatrième société du Caveau en 1849, 1855 et 1861.

Des cabarets rendent hommage au Caveau[modifier | modifier le code]

Le cabaret du Chat Noir, boulevard de Clichy, en 1929.

Sur la façade du Chat Noir était jadis écrit en très grands caractères : « Caveau du Chat Noir ». C'est ce qui apparaît sur une photo de la façade de ce célèbre cabaret montmartrois prise en 1929 à l'époque où il se trouvait 68 boulevard de Clichy. En 1902, Léon de Bercy, dans Montmartre et ses chansonniers écrit qu'il existait « plusieurs caveaux montmartrois humbles satellites du Chat-Noir[111] ». Au nombre de ceux-ci il mentionne dans le cours de son ouvrage : le Caveau de la Gauloise, qui existait en 1888[111], le Caveau-Latin[112], le Caveau des Roches Noires[113], le Caveau de la Ville-Japonaise qui existait en 1894[114], le Caveau des Alpes-Dauphinoises[115] et le Caveau du Clou[116]. Auquel vient s'ajouter le Caveau du Cercle, situé 119 boulevard Saint-Germain à côté du Cercle de la Librairie[117].

Léon de Bercy précise également que le chansonnier montmartrois Yon-Lug a fréquenté plusieurs sociétés chantantes lyonnaises au nombre desquelles le Caveau lyonnais[118].

La dernière trace visible des sociétés du Caveau dans Paris aujourd'hui est le nom étrange d'un célèbre cabaret fondé par Charles Bouvet en 1901 en s'inspirant des goguettes : le Caveau de la République. Situé au début du boulevard Saint-Martin et pratiquement place de la République, son appellation fait bien sûr référence à la Société du Caveau. Qui elle est bien oubliée de la plupart des Parisiens.

Autres sociétés similaires[modifier | modifier le code]

La Dominicale[modifier | modifier le code]

Ex-libris de Coqueley de Chaussepierre.
Article détaillé : La Dominicale.

La Dominicale est une société chantante du XVIIIe siècle active durant plusieurs dizaines d'années. Elle compte notamment dans ses rangs la célèbre chanteuse d'opéra Sophie Arnould, Vadé, Barré, Coqueley de Chaussepierre, et un des fondateurs de la Société du Caveau : Crébillon fils.

Elle cesse d’exister en 1789 avec le commencement de la Révolution[119].

Le Gymnase lyrique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gymnase lyrique.

De 1826 à 1841, durant les 17 années de son existence, cette société chantante est célèbre à Paris.

Le Pot-au-Feu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pot-au-Feu (société chantante).

Le Pot-au-Feu est une société chantante parisienne.

Elle est fondée par Hyppolite Poullain, membre du Caveau.

Son existence est attestée durant plus de 40 ans, depuis 1878 jusqu'à 1922.

Le Cornet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Cornet.

Le Cornet est une société chantante fondée en 1896 par Georges Courteline, Paul Delmet, Millanvoye et Albert Michaut.

Elle rassemble des notables, hommes de lettres et artistes.

Son existence se poursuit jusque dans les années 1960.

Les goguettes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Goguette.

Il y eut, reparties dans quantité de villes, plusieurs centaines d'autres sociétés du même genre que le Caveau, appelées, mais pas toujours, goguettes. Parmi elles, la célèbre Lice chansonnière, fondée en 1831 par Charles Le Page, est active durant au moins 91 ans. Elle compte une quantité d'adhérents illustres : Émile Debraux, Eugène Pottier auteur de l'Internationale, Gustave Nadaud, Frédéric Bérat qui y lance Je veux revoir ma Normandie, Pierre Dupont qui s'y fait entendre à ses débuts, Charles Gille, etc.

Des goguettes existent encore aujourd'hui, notamment dans Paris et sa banlieue, à Dunkerque et dans ses alentours.

Publications des sociétés du Caveau et leurs proches[modifier | modifier le code]

Annonce parue en 1865[120].
La clé du Caveau, célèbre recueil de timbres édité par Pierre Capelle en 1811[121].
Annonce parue dans Le Caveau 1877[122].

Le premier Caveau ne publie pas de recueil, ses chansons se trouvent dans le Mercure de France et dans l'année littéraire[3].

Il arrive que les éditeurs des chansons des sociétés du Caveau et apparentées soient aussi participants à leurs banquets et contributeurs à leurs recueils. C'est le cas de Pierre Capelle et Jules Juteau.

La Société Épicurienne née en 1806 publie un Journal des gourmands et des belles ou l'Épicurien français, Rédigé par quelques Littérateurs Gourmands, plusieurs Convives des Diners du Vaudeville, un Docteur en Médecine, etc., etc., etc. Son recueil complet se compose de 11 volumes in-18.

Le Caveau moderne, ou le Rocher de Cancale, chansonnier de table, Paris, Au bureau du journal de l'Épicurien français, chez Capelle et Renand, paraît de 1807 à 1827.

Le recueil des Dîners du Vaudeville comprend 9 volumes in-18.

En 1811, Pierre Capelle publie un célèbre recueil de timbres : La clé du Caveau, à l'usage de tous les chansonniers français, des amateurs, auteurs, acteurs du vaudeville & de tous les amis de la chanson[121].

La même année le Caveau moderne publie un Hommage du Caveau moderne au roi de Rome[28]. Il sera suivi, en 1815 par Le Chansonnier des Bourbons, dédié à S. A. S. Madame la duchesse douairière d'Orléans[24]. Ces publications témoignent de l'opportunisme politique des épicuriens de la société, qui souhaitent continuer à jouir de la vie sans souffrir des événements politiques.

En 1816, Ourry, commence à publier une série de recueils de chansons chantées dans le Caveau moderne, dont il est membre. Deux de ces recueils sont conservés à la BNF.

La société des Soupers de Momus publie une quinzaine de volumes de chansons inédites[123].

En 1823, les membres des Dîners du Vaudeville, du Caveau moderne et des Soupers de Momus publient un Chansonnier de Momus ou recueil de chansons inédites par MM. les membres des dîners du Vaudeville, du Caveau moderne et des Soupers de Momus pour 1823.

La société des Enfans du Caveau publie un recueil annuel homonyme dont paraît 3 livraisons : seules celles de 1834 et 1837 sont en ligne sur le site Gallica.

Devenue la quatrième société du Caveau, elle publie séparément des recueils de Mots donnés et toasts.

De 1838 à 1916, elle édite aussi un recueil annuel : Le Caveau. Ces recueils annuels paraissent d'abord en livraisons mensuels. Un 83e et dernier volume paraît en 1923. Sur la base Gallica se trouve 57 volumes annuels en ligne, parus durant la période 1838-1907[124].

Toutes les chansons publiées dans Le Caveau ne sont pas d'un égal intérêt poétique. On trouve, par exemple, dans le volume paru en 1905, une Ode à la Fédération dentaire internationale, où figure ce quatrain :

L'œuvre de Fauchard, magistrale,
S'élève comme un chêne altier,
Couvrant de son ombre ancestrale
Les dentistes du monde entier[125].

La quatrième société du Caveau a publié plusieurs tables. La première en 1860, qui porte sur les 26 volumes publiés par la société du Caveau de 1834 à 1860, et concerne les publications de cette société, y compris sous son premier nom des Enfants du Caveau. Clairville a consacré une chanson à la parution de cet ouvrage : Le Catalogue du Caveau[126]. La seconde table, en 1868, concerne les volumes des années 1861 à 1868 et est suivie d'une « Table des chansons sur les mots donnés de 1843 à 1867 ».

La dernière table publiée concerne les années 1869 à 1906. Elle n'est pas, à la différence des autres, en ligne sur le site Gallica.

Le Caveau lyonnais a publié un Almanach du Caveau lyonnais pour 1890.

Les acteurs français[modifier | modifier le code]

Album poétique, ou Choix de romances et de chansons des auteurs les plus connus[modifier | modifier le code]

Almanach du Caveau lyonnais[modifier | modifier le code]

Almanach de la Chanson[modifier | modifier le code]

Almanach de la chanson, par les membres du Caveau, illustré de cent gravures, Pagnerre éditeur, Paris :

Les Anniversaires des trois mai et huit juillet[modifier | modifier le code]

Le bijou des chansonniers[modifier | modifier le code]

Le Caveau[modifier | modifier le code]

Le volume de 1838 prend en compte les 3 années où la quatrième société du Caveau et son recueil s'appellent Les Enfants du Caveau, et indique sur sa couverture qu'il s'agit du 4e volume et de la 4e année de la société.

Les volumes de Le Caveau sont composés de fascicules mensuels réunis ensuite ensembles au commencement de chaque année nouvelle. Les pièces qu'ils contiennent ont été composées dans l'année qui précède la date que porte chacun de ces volumes.

Le Caveau Moderne ou le Rocher de Cancale[modifier | modifier le code]

  • Le Caveau moderne, ou le Rocher de Cancalle, Recueil composé des chansons de l' Épicurien Français, ou Dîners du Caveau Moderne, par MM. De Piis, Philippon de Lamadeleine, Désaugiers, Antignac, De Rougemont, ***, Brazier, Gentil, Coupart, Moreau, Ducray-Duminil, Tournay, Ourry, Francis, C. L. C., R. V. R., Capelle, De Jouy et Dupaty. Huitième volume, orné de musique. À Paris, au Bureau du Journal de l'Épicurien Français, chez Poulet, Imprimeur-Libraire, 1814, 336 pages.
  • Le Caveau Moderne, ou Le Rocher de Cancale, pour 1815. (9e.Année de la Collection.) Orné de Musique. À Paris, Alexis Eymery, Libraire (1815.), 296 pages.

La Chanson Havraise[modifier | modifier le code]

Chansonnier de l'Amitié[modifier | modifier le code]

Chansonnier des Bourbons[modifier | modifier le code]

Chansonnier galant[modifier | modifier le code]

  • Chansonnier galant, par MM. Béranger, Désaugier, A. Gouffé, etc., Lebailly éditeur, Paris 1847, in-12, 105 pages.

Chansonnier de Momus[modifier | modifier le code]

Chansonnier illustré, plaisant, joyeux et grivois[modifier | modifier le code]

Désaugiers et ses amis[modifier | modifier le code]

Les Dîners du Vaudeville[modifier | modifier le code]

Les Enfants du Caveau[modifier | modifier le code]

Dans ces recueils, le 1er a été imprimé à la fin de 1834, et le 2e au commencement de 1836, ce qui explique l'absence du millésime de 1835. Seuls les recueils de 1834 et 1837 sont en ligne sur le site Gallica :

  • Les Enfans du Caveau, 1re Année, 1er numéro, Bureau central d'imprimerie et de librairie, Paris 1834, 108 pages.
  • Les Enfans du Caveau, 3e Année, Bureau central d'imprimerie et de librairie, Paris 1837, 336 pages.

L'Enfant lyrique du Carnaval[modifier | modifier le code]

L'Épicurien français ou les Dîners du Caveau moderne[modifier | modifier le code]

En 1811, cet avertissement se trouve en tête de l' Hommage du Caveau moderne au roi de Rome[28] :

Nota. Le CAVEAU MODERNE, qui tient ses séances le 20 de chaque mois, au Rocher de Cancalle, depuis six ans, publie le résultat de ses réunions sous le titre de l'ÉPICURIEN FRANÇAIS, ou les Dîners du Caveau moderne, Le prix de l'abonnement à ce recueil, dont il paraît un cahier, format in-18, de 88 pages au commencement de chaque mois, est de 12 francs par an.

L'Esprit du Caveau[modifier | modifier le code]

  • L'Esprit du Caveau, ou Choix de chansons et pièces fugitives de Collé, Piron, Gallet, Favart, L'Attaignant, etc., précédé d'une notice historique par Armand Gouffé, 2 volumes, 1805.

Hommage du Caveau moderne au roi de Rome[modifier | modifier le code]

Journal des gourmands et des belles[modifier | modifier le code]

Mots donnés[modifier | modifier le code]

Caveau - Banquets d'été 1.jpg
Tableaux des Banquets d'été, dit des mots donnés de 1842 à 1868[63].
  • Chansons. Mots donnés., Imprimerie de A. Saintin, Paris 1843, 249 pages. La taille considérable de ce recueil s'explique par le fait qu'en 1842 se tiennent trois banquets des mots donnés (qui sont également les premiers). Par la suite, ces banquets deviennent annuels.
  • Le Caveau, Les Meubles, Mots donnés, 21 juillet 1844, Imprimerie et Lithographie de A. Appert, Paris, 78 pages.
  • Le Caveau, Mots donnés, 27 juin 1847, (les vêtements), Imprimerie et Lithographie de A. Appert, Paris, 98 pages.
  • Le Caveau, Mots donnés, 20 août 1848 (la politique), Imprimerie et Lithographie de A. Appert, Paris, 78 pages.
  • Les Météores, Chansons sur des Mots donnés, Imprimerie de Appert Fils et Vavasseur, Paris 1849, 94 pages.
  • Les Fournitures de bureau, Chansons sur des Mots donnés et tirés au sort par les membres du Caveau, Imprimerie de A. Appert, Paris 1853, 108 pages.
  • Les herbes de la Saint-Jean, Chansons sur des mots donnés et tirés au sort par les membres du Caveau, Imprimerie de Appert et Vavasseur, Paris 1854, 84 pages.
  • Au hasard du Dictionnaire, Chansons, sur des mots donnés par les membres du Caveau, Imprimerie de Appert-Vavasseur, Paris 1858, 114 pages.
  • Chansons. Les Dieux de la fable, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de A. Appert, Paris 1861, 170 pages.
  • Chansons. Le Théâtre, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de A. Appert, Paris 1861, 110 pages.
  • Chansons. La Femme, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de A. Appert, Paris 1862, 96 pages.
  • Chansons. Les Synonymes, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de A. Appert, Paris 1863, 110 pages.
  • Chansons. Le Palais de Justice, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de A. Appert, Paris 1865, 150 pages.
  • Chansons. Les Grandes et Petites misères de la vie par les membres du Caveau. Mots donnés, Ch. Grou, Libraire-Éditeur de Musique et Chansons, Paris 1866, 130 pages.
  • Chansons. L'Exposition universelle de 1867 par les membres du Caveau. Mots donnés, Ch. Grou, Libraire-Éditeur de Musique et Chansons, Paris 1867, 158 pages.
  • Les Industries de la rue par les membres du Caveau. Mots donnés, Ch. Grou, Libraire-Éditeur de Musique et Chansons, Paris 1869, 135 pages.
  • Chansons. Les Jeux, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de Jules-Juteau et fils, Paris 1870, 126 pages.
  • Chansons. Les Rois de France, par les membres du Caveau. Mots donnés, Imprimerie de Jules-Juteau et fils, Paris 1874, 196 pages.

La Muse gauloise[modifier | modifier le code]

En 1863, La Muse gauloise. Journal de la chanson par tous et pour tous est fondée par Imbert et Marchal. Elle indique au nombre de ses collaborateurs l'ensemble des membres du Caveau et du Dîner des Vendanges, nom porté à l'époque par la Lice chansonnière. Cette publication connait juste 31 numéros.

26 numéros de La Muse Gauloise sont consultables sur le site Gallica :

Recueil de timbres[modifier | modifier le code]

Cahier lyrique de la Société des soirées de Momus[modifier | modifier le code]

Toasts[modifier | modifier le code]

Présidents de la quatrième société du Caveau[modifier | modifier le code]

Liste à compléter[127] :
  • 1834-1837 Ramond de la Croisette ainé
  • 1838 Albert-Montémont
  • 1839 Décour
  • 1840 de Berruyer
  • 1841 Albert-Montémont
  • 1842 de Calonne
  • 1843 Alphonse Salin
  • 1844 de Calonne
  • 1845 Lesueur
  • 1846 Albert-Montémont
  • 1847 Pinet
  • 1848 Albert-Montémont
  • 1849 Jules Lagarde
  • 1850 Charles Fournier
  • 1851 Van Cleemputte
  • 1852 Albert-Montémont
  • 1853 A. Bugnot
  • 1854 Louis Protat
  • 1855 Jules Lagarde
  • 1856 Mahiet de la Chesneraye
  • 1857 Auguste Giraud
  • 1858 Louis Protat
  • 1859 Mahiet de la Chesneraye
  • 1860 Louis Protat
  • 1861 Jules Lagarde
  • 1862 Clairville
  • 1863 Louis Protat
  • 1864 Mahiet de la Chesneraye
  • 1865 Louis Protat
  • 1866 Clairville
  • 1867 Alexandre Flan
  • 1868 Eugène Grangé
  • 1869
  • 1870 Clairville
  • 1871 Louis Protat
  • 1872 Eugène Grangé
  • 1873 Clairville
  • 1874 Eugène Grangé
  • 1875 Eugène Moreau
  • 1876 Clairville
  • 1877 Eugène Grangé
  • 1878 Charles Vincent
  • 1879 Clairville
  • 1880 Eugène Grangé
  • 1881 Charles Vincent
  • 1882 Eugène Grangé
  • 1883 Charles Vincent
  • 1884 Eugène Grangé
  • 1885 Émile Bourdelin
  • 1886 Charles Vincent
  • 1887 Émile Bourdelin
  • 1888 Louis Piesse
  • 1889 Émile Bourdelin
  • 1890 A. Saint-Germain
  • 1891 Louis Piesse
  • 1892 Émile Bourdelin
  • 1899 Henri Viel Lamare
  • 1904 Hubert Combe
  • 1906 Hubert Combe
  • 1924-1939 Antonin Lugnier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Caveau, cinquante-neuvième année, 59e volume, Le Caveau, éditeur, Paris 1893.
  2. Illustration de la chanson de J. Lagarde Le Carnaval, extraite du recueil Le Caveau, pour 1856.
  3. a et b Reflets poétiques et artistiques du XIe au XIXe siècle... (Gabriel de Gonet éditeur)
  4. Fondé en 1883 par le poète patoisant Jacques Vacher, il existe durant 31 ans et disparaît en 1914. Jean-François Gonon parle d'une section lyonnaise du Caveau stéphanois dans son Histoire de la chanson stéphanoise et forézienne depuis son origine jusqu'à notre époque., éditée par l'imprimerie coopérative « L'Union Typographique », Saint-Étienne, 1906.
  5. Baptisé La Chanson Havraise ou Le Caveau Havrais, il compte en octobre 1873 six membres fondateurs et un an plus tard 26 membres, au nombre desquels des chanteurs et des musiciens. Voir à ce propos La Chanson Havraise, Première Livraison.
  6. a et b Voir le toast à la Chanson dédié par Ernest Chebroux au Caveau algérois.
  7. a et b Voir à propos du Caveau Verviétois un article dans La Chanson, 12 décembre 1880, 3e année, numéro 31, page 244 et un autre dans La Chanson, 26 décembre 1880, numéro 33, page 261.
  8. Voir un extrait du journal Le Tintamarre du 18 avril 1858 qui parle des cafés-caveaux. Voir l'article du Tintamarre dont provient cet extrait.
  9. Octave Pradels, Le vin et la chanson, E. Flammarion éditeur, Paris 1913, page 399.
  10. Les sociétés badines bachiques littéraires et chantantes leur histoire et leurs travaux ouvrage posthume de Arthur Dinaux revu et classé par Gustave Brunet, Paris 1867.
  11. Gilles est un personnage comique du théâtre de foire qu'on peut observer aux XVIIe et XVIIIe siècles au nord de la France et en Wallonie.
  12. Le 3 avril 1732, dans la salle haute de ce cabaret, le duc d'Aumont installe le siège de la première loge maçonnique parisienne constituée par la Grande Loge de Londres : la loge de Buci. Source : Brigitte Level, À travers deux siècles, le Caveau, société bachique et chantante, 1726-1939, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, Paris 1988, pages 29-30. L'immeuble où se trouvait le cabaret est toujours debout. Son adresse officielle est à présent : 12 rue de Buci, Paris 6e. On peut voir sa photo sur Internet.
  13. Acajou et Zirphile est édité en 1744. On peut lire sur Internet une analyse d' Acajou et Zirphile, faite par Pierre Berthiaume : Les malheurs de Zirphile ou les prospérités de la vertu
  14. Bernard Saurin, Épître de mon vieil ami Collé, dans les Œuvres choisies, notice de Fayolle, Paris 1812, in-24.
  15. a et b Pierre Laujon, Notice sur les dîners du Caveau.
  16. Lettre d'un paysan à MM. les censeurs du Caveau, au Palais-Royal
  17. Elle est mentionnée, suite à de légers incidents qui s'y sont déroulés, dans le Courrier de Paris dans les 83 départements, du 23 novembre 1790, cité dans les Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution. 2e série, tome 1, publiés et annotés par Sigismond Lacroix, L. Cerf éditeur, Paris, pages 365-366. Lire en ligne
  18. a et b Il s'agit de Bernard, dit : Gentil-Bernard.
  19. Mémoires de Marmontel., publiées avec une préface, notes et tables, par Maurice Tourneux, Librairie des bibliophiles, Paris 1891, Tome 2, livre VI, pages 110, 111 et 113.
  20. Une partie des informations rapportées ici sur les Dîners du Vaudeville proviennent des pages 209-210 de l'ouvrage Les quarante-huit quartiers de Paris : biographie historique et anecdotique des rues, des palais, des hôtels et des maisons de Paris (3e édition), par Girault de Saint-Fargeau, E. Blanchard Éditeur, Paris 1850.
  21. Œuvres choisies de Pierre Laujon, tome deuxième, Paris 1811, pages 266-267.
  22. Cette chanson s'intitule Abonnez-vous à l' Épicurien français.
  23. Le Caveau moderne, ou le Rocher de Cancalle, Recueil composé des chansons de l'Epicurien Français, ou Dîners du Caveau Moderne,... Huitième volume, orné de musique. A Paris, au Bureau du Journal de l'Épicurien Français, chez Poulet, Imprimeur-Libraire, 1814.
  24. a, b et c Le Chansonnier des Bourbons : dédié à S. A. S. Madame la duchesse douairière d'Orléans ; rédigé par MM. J. A. Jacquelin et B. de Rougemont. 1re Année.
  25. Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire historique, ou, Biographie universelle classique, Volume 2, C. Gosselin éditeur, Paris 1829, page 1182, article Gallet (N...).
  26. Désaugiers placera en tête d'un recueil de ses Chansons et poésies diverses, un Épitre dédicatoire à M. Laujon, Membre de l'Académie française, et Président du Caveau Moderne..
  27. Chansons et poésies diverses de A. Antignac, convive du Caveau moderne. A Paris, de l'imprimerie de J.-B. Poulet, 1809, In-12, 240 pages.
  28. a, b et c Hommage du Caveau moderne au roi de Rome, Extrait du Procès-Verbal de la 64e Séance du Caveau moderne, tenue le 20 mars 1811.
  29. a, b, c et d Article de Justin Cabassol, membre du quatrième Caveau, Le Caveau Lyonnais, tiré à part, extrait de l'Écho de Roubaix du 5 février 1865.
  30. Béranger, L'Académie et le Caveau
  31. Patron du restaurant. Son nom s'écrivait en fait Balaine, avec un « a ».
  32. C'est-à-dire, à l'époque, à déjeuner.
  33. Mémoires de Ch.-Paul de Kock, écrits par lui-même ; et publiés par son fils, E. Dentu éditeur, Paris 1873, pages 131 et 132-133.
  34. Pierre Joseph Charrin Conseils Épicuriens à mes Confrères les membres du Caveau Lyonnais, Couplets de réception, chantés au Banquet du 14 août 1814.
  35. Désaugiers, Ronde.
  36. Dictionnaire des girouettes, ou Nos contemporains peints d'après eux-mêmes ... par une société de girouettes...
  37. Recueil de chansons et poésies fugitives de M. Gentil, Membre du Caveau moderne. Avec 32 pages de musique. Rosa éditeur, Paris 1816.
  38. a et b Le Constitutionnel, 28 février 1816, numéro 59, page 3, 2e colonne.
  39. a et b Le 3 mai et le 8 juillet sont les dates anniversaires du retour du roi Louis XVIII à Paris : le 3 mai 1814 et, après les Cent jours, le 8 juillet 1815.
  40. Voir la signature de Désaugiers et la signature de Gentil.
  41. Il annonce cette qualité de fondateur sur la couverture de l' Album poétique, ou Choix de romances et de chansons des auteurs les plus connus, recueillies par J.-P. Charrin, Membre de plusieurs Académies, Convive, Fondateur des Soupers de Momus. Les initiales de ses deux prénoms ont été ici inversés par erreur.
  42. Salgat, en 1837, lui dédie une chanson A mon ami Étienne Jourdan, Convive des dîners de Momus.
  43. Les Soupers de Momus. Recueil de chansons inédites pour 1816, 3e année de la collection, Paris : Alexis Eymery, 1816, p. 54.
  44. Cahier lyrique de la Société des soirées de Momus par plusieurs membres de la société, Mars 1818, Imprimerie de Delaguette, Paris, In-8°, 13 pages
  45. a, b, c et d LE CAVEAU, SOCIÉTÉ LYRIQUE ET LITTÉRAIRE. RÈGLEMENT ET STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DU CAVEAU., publiés dans Le Caveau, 1848.
  46. a et b Henri Avenel, Chansons et chansonniers, C. Marpon et E. Flammarion éditeurs, Paris 1890, page 18.
  47. Voir l' L'Almanach du Caveau lyonnais pour 1890.
  48. Déclaration de fondation des Enfants du Caveau le 4 avril 1834.
  49. Salgat, en 1837, et peut-être déjà en 1834, au moment de la fondation du quatrième Caveau, fait partie d'une autre société chantante : le Gymnase lyrique. Voir sa chanson Mes adieux au Gymnase lyrique.
  50. Le Caveau, tables 1834-1860.
  51. La Muse gauloise. Journal de la chanson par tous et pour tous, 15 juin 1863, numéro 8, pages 58.
  52. a et b Les Enfans du Caveau, 3e année.
  53. Voir un exemple, en 1846, où cette appellation est utilisée pour une dédicace au président du quatrième Caveau.
  54. Le Caveau, 1850.
  55. Le mot « crachats » est utilisé ici dans le sens de décorations ou insignes d'un ordre de chevalerie. Ils peuvent être en métal ou en tissu.
  56. a et b Eugène Grangé, Les Deux Présidences, chanson écrite en 1872 et publiée dans le recueil Le Caveau daté 1873.
  57. Le vingt du mois au Rocher de Cancale., à chanter sur l'air de Lison dormait dans un bocage. Publié dans Le Chansonnier de la Guinguette ou les délices des buveurs. Recueil de chansons anciennes et nouvelles les plus agréables à chanter en société, Le Bailly éditeur, Paris 1851, In-12, page 106.
  58. Le Caveau, 1844.
  59. Pierre Lachambeaudie, Mes rêves, à chanter sur l'air De la petite gouvernante, publiée pages 279-281 du recueil Le Caveau, paru début 1842.
  60. La Corne d'Abondance, dans Le Caveau, 1858.
  61. Article Banquet du Caveau dans La Muse gauloise. Journal de la chanson par tous et pour tous, numéro 10, 15 juillet 1863.
  62. Notice sur les Membres du Caveau moderne, Décédés depuis 1834, Époque de sa réédification, par F. De Calonne, Président du Caveau, Le Caveau, 11e année, 1845, page 418.
  63. a et b Source : Table des chansons et poésies diverses publiées par la Société du Caveau de 1861 à 1868 suivie de la Table des chansons sur les mots donnés de 1843 à 1867, par G. Bouclier, Membre Titulaire, Paris, Imprimerie de Jules-Juteau et fils, 1868.
  64. Henri Avenel, Chansons et chansonniers, C. Marpon et E. Flammarion éditeurs, Paris 1890.
  65. Cette médaille offerte au restaurateur Brébant par un petit groupe de célébrités parisiennes au nombre desquelles Théophile Gautier, Edmond de Goncourt et Ernest Renan porte à l'avers le texte suivant : « Pendant le siège de Paris quelques personnes ayant accoutumé de se réunir chez M. Brébant tous les quinze jours ne se sont pas une fois aperçues qu'elles dinaient dans une ville de deux millions d'âmes assiégées 1870-1871 »
  66. a, b et c Clairville, La Commune, Le Caveau 1872.
  67. Le Caveau, 1873.
  68. Avant-propos d'Eugène Grangé aux Loisirs lyriques d'un amateur de chansons, recueil de chansons d'Henri Fénée, édité chez Mme Veuve Édouard Vert Imprimeur-Éditeur, Paris 1881.
  69. Louis-Henry Lecomte, Galérie de chansonniers, Déjazet, La Chanson, 3 juillet 1880, page 59, 1re colonne.
  70. Dessin extrait de : Les Fredaines de la chanson. Souvenir de Pomponne-les-Bois, 20 août 1876, éditeur : imp. de Vve Ethiou-Pérou et A. Klein, Paris 1877, page 18. La même page reproduite dans Commons.
  71. Duvelleroy Ne va pas le dire à Naquet ! A notre camarade Alfred Leconte qui vient d'être élu député, Le Caveau, 1877, pp.76-78.
  72. Clairville et Octave Gastineau ont déjà collaboré auparavant, avec Henri Rochefort, pour rédiger ensemble le texte de Nos petites faiblesses, vaudeville en deux actes, donné pour la première fois au Théâtre des Variétés le 18 novembre 1862.
  73. Toutes les livraisons jusqu'en décembre 1880 sont en ligne sur le site Gallica : La Chanson, Revue mensuelle, Archives de la chanson, Écho des sociétés lyriques.
  74. Debuire du Bac, La Tour Eiffel
  75. Le texte de cette chanson est consultable sur Wikisource
  76. Chansons. Mots donnés., Imprimerie de A. Saintin, Paris 1843.
  77. Toast du Président du Caveau, prononcé le 20 juin 1863 au Banquet d'été
  78. Louis Protat, Le Théâtre du Caveau..... vu de l'Avant-scène.
  79. Louis-Agathe Berthaud, Le goguettier, illustré par Paul Gavarni, paru dans le tome 4 de l'ouvrage Les Français peints par eux-mêmes, Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle. Louis Curmer éditeur, Paris 1841, pages 313-321, avec deux illustrations pleine page non numérotée hors texte.
  80. Alfred Delvau parle ici de la troisième société du Caveau : le Caveau moderne fondé en 1806.
  81. Alfred Delvau Les Cythères parisiennes : histoire anecdotique des bals de Paris. E. Dentu Éditeur, Paris 1864, page 156.
  82. Henri Avenel Chansons et chansonniers, C. Marpon et E. Flammarion Éditeurs, Paris 1890, pages 19 et 20.
  83. La Muse gauloise, 1864, 2e année, n°20, page 160, 1re colonne.
  84. Les Enfants du Caveau, 1837.
  85. Auguste Giraud, Le Communiste, Le Communisme, Le Caveau, 1849.
  86. Les deux Canailles, Le Caveau, 1871
  87. Allusion à l'Australie comme un bagne pour les hors-la-loi.
  88. Clairville, L'Internationale, Le Caveau 1872.
  89. Eugène Grangé, Une séance de la Commune (Compte-rendu officiel), Le Caveau 1872.
  90. Voir : La Chanson havraise, 1874-1875.
  91. L'Almanach du Caveau lyonnais indique que François Chapelle est son président en 1890.
  92. Les vieilles chansons de Gustave Nadaud, Le défaut de Lili, d'Ernest Chebroux et Ma sonnette, d'Émile Bourdelin.
  93. Robert Brécy, Florilège de la Chanson Révolutionnaire, De 1789 au Front Populaire, Éditions Ouvrières, Paris 1990, page 169.
  94. Membres du Caveau en 1858, Membres correspondants, Almanach de la chanson par les membres du Caveau, éditeur : Pagnerre, Paris 1858, page 16.
  95. Jules Montariol apparaît dans Le Caveau volume paru en 1886 comme membre honoraire de la quatrième société du Caveau.
  96. Le Petit Parisien, 6 septembre 1894, page 3, 4e colonne.
  97. Jean Frollo, Paris qui chante, Le Petit Parisien, 18 janvier 1898, page 1.
  98. Article de Jean Frollo, L'Académie et la Chanson, Le Petit Parisien, 25 mars 1896, page 1, 1re, 2e et 3e colonnes.
  99. Joseph Pétréaux, L'Académie et le legs Montariol, paru dans le deuxième volume de Chansons d'un solitaire., édité par l'auteur, Paris 1899, pages 248-249.
  100. Musique et paroles de la chanson « Ga.... » disponibles en ligne.
  101. Le Caveau, 1900.
  102. Histoire de la Société lyrique les Enfants du Caveau, H. Daragon éditeur, Paris 1913, 103 pages, illustré, couverture illustrée, contient des textes de chansons.
  103. a et b Brigitte Level, À travers deux siècles, le Caveau, société bachique et chantante, 1726-1939, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, Paris 1988.
  104. Le vaudeville de Désaugiers Le Vautour ou le Propriétaire sous le scellé a laissé dans la langue populaire l'expression un vautour pour désigner un propriétaire particulièrement sans pitié pour ses locataires.
  105. La chanson de Désaugiers connue sous le titre de Bon voyage Monsieur Dumollet issue du final de sa folie en un acte Le Départ pour Saint-Malo, donnée pour la première fois le 25 juillet 1809, est restée célèbre jusqu'à nos jours. Ceux qui la connaissent à présent en ignorent souvent l'auteur. C'est sur son air qu'est chantée accompagnée aux fifres l'Air du Carnaval inlassablement répété au cours du grand Carnaval de Dunkerque et des carnavals des villes aux alentours.
  106. L'Enfant lyrique du Carnaval pour 1818 (3e année) choix des meilleures chansons joyeuses, anciennes, modernes et inédites des convives du Caveau moderne, par M. Ourry, membre de cette Société, page 233.
  107. Auguste Lepage, page 33 de son livre : Les cafés artistiques et littéraires de Paris, Éditeur : M. Boursin, Paris 1882, 317 p. ; in-16.
  108. 11e et 12e banquets du Dîner des Vendanges, La Muse gauloise, 1er mars 1863, page 7.
  109. Il s'agit du grelot de Collé.
  110. Article Société du Caveau, Dictionnaire universel des littératures par Gustave Vapereau, Hachette, Paris 1876, page 398.
  111. a et b Léon de Bercy,Montmartre et ses chansonniers p.8
  112. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansonniers p.26
  113. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansonniers p.16
  114. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansonniers p.92
  115. Léon de Bercy, dans Montmartre et ses chansonniers, p.115.
  116. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansonniers p.163
  117. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansonniers, [1]
  118. Léon de Bercy, Montmartre et ses chansonniers, p.122
  119. Arthur Dinaux Les sociétés badines, bachiques, littéraires et chantantes, leur histoire et leurs travaux, Bachelin-Deflorenne, Paris 1867, page 235.
  120. Annonce parue dans La Lanterne magique. Chansons d'actualités parisiennes par MM. Clairville, Albert Dick, Alcibiade Fanfare, Alexandre Flan, Eugène Grangé, Ch. Grou, F. Vergeron etc., C. Grou éditeur, Paris 1865.
  121. a et b Pierre Capelle La clé du Caveau, à l'usage de tous les chansonniers français, des amateurs, auteurs, acteurs du vaudeville & de tous les amis de la chanson (518 pages, 1811). Les spécialistes l'appellent La clé du Caveau ou le recueil de Capelle. Le poète Charles Monselet a écrit sur lui un poème intitulé La Clef du Caveau.
  122. Annonce parue dans Le Caveau., Paris 1877, page 506.
  123. Voir une publicité pour cette publication : Les Soupers de Momus en tête du Chansonnier de Momus en 1823.
  124. Le Caveau
  125. Ode à la Fédération dentaire internationale, paroles d'Emile Queudot, musique d'Henri Bresles.
  126. Clairville, Le Catalogue du Caveau, 1861.
  127. Le nom du président se trouve en tête du volume annuel publié par Le Caveau, en signature du texte de la chanson avec laquelle il ouvre la première réunion de l'année.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Laujon, Notice sur les Dîners du Caveau, publiée dans Les Dîners du Vaudeville, Frimaire an V (1800).
  • Hommage du Caveau moderne au roi de Rome, Capelle et Renand éditeurs, Paris 1811.
  • Le Chansonnier des Bourbons, dédié à S. A. S. Madame la duchesse douairière d'Orléans ; rédigé par MM. J. A. Jacquelin et B. de Rougemont. 1re Année., Rosa Éditeur, Paris 1815.
  • Nicolas Brazier, Les Sociétés chantantes, dans le Livre des Cent et un, t. VII, Paris, Ladvocat, 1831-1834
  • Théophile Marion Dumersan Chansons nationales et populaires de France, accompagnées de notes historiques et littéraires, Éditions Garnier frères, Paris 1866
  • Arthur Dinaux, Gustave Brunet, Les sociétés badines, bachiques, littéraires et chantantes, leur histoire et leurs travaux, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1867
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 398-9
  • Charles Coligny, La Chanson française. Histoire de la chanson et du Caveau : contenant l'historique des principales sociétés chantantes et des biographies de chansonniers, Paris, Michel Lévy frères, 1876
  • Charles Vincent et Édouard Henri Justin Dentu, Chansons, mois & toasts, précédés d'un Historique du Caveau, Paris, E. Dentu, 1882
  • Paris et ses quartiers, Chansons par les membres du caveau, Paris, Dentu, 1883.
  • Henri Avenel, Chansons et chansonniers, C. Marpon et E. Flammarion Éditeurs, Paris 1890.
  • Antonin Lugnier, Histoire de la Société lyrique les Enfants du Caveau, Paris, H. Daragon, 1913
  • Brigitte Level, À travers deux siècles, le Caveau, société bachique et chantante, 1726-1939, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, Paris 1988.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]