Soccer aux États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le soccer (football association) aux États-Unis est géré par la Fédération des États-Unis de soccer et par des ligues privées. Il compte 4,18 millions de licenciés en 2010[1], ce qui place le pays au deuxième rang mondial derrière l'Allemagne[2].

Histoire du soccer masculin aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le soccer n'a jamais atteint le niveau de popularité de sports comme le baseball ou le football américain aux États-Unis. Cela tient à plusieurs facteurs parmi lesquels le soccer était perçu comme un sport importé de l'ancienne métropole (l'Angleterre) ou par les immigrants[1]. Cependant, la Coupe du monde de football de 1994 organisée par les États-Unis est considérée comme un succès[1] et l'équipe féminine américaine obtient aujourd'hui des résultats intéressants au niveau international : elle a remporté deux fois la Coupe du monde de football féminin dans les années 1990.

North American Soccer League[modifier | modifier le code]

Après des années de balbutiement et de ligues s'opposant, un championnat professionnel de soccer masculin appelé la North American Soccer League (NASL) voit le jour en 1968. Mais dès sa naissance, la NASL prend modèle sur les autres grandes ligues professionnelles nord-américaines telles que la LNH, la NBA, ou la NFL : les clubs sont des franchises, entreprises ayant pour but premier de prospérer (dans certains cas, déménagent d'une ville à l'autre) avant de faire de bons résultats. La NASL recrute des stars en fin de carrière à des salaires mirobolants, telles que Pelé, Franz Beckenbauer, Johan Cruijff ou Eusebio, pour privilégier le spectacle au jeu, et à la formation de futurs joueurs professionnels. La NASL finira par cesser ses activités en 1984.

De la NASL à la MLS[modifier | modifier le code]

La faillite de la NASL décourage les plus gros investisseurs, mais la FIFA pose comme condition à l'organisation aux États-Unis de la Coupe du monde 1994 la mise en place d'un championnat professionnel à caractère national. Les Américains traînent des pieds, mais tiennent tout de même parole en 1996 avec la création de la Ligue majeure de soccer, appelé Major League Soccer (MLS) en anglais.

Hiérarchie des championnats masculins[modifier | modifier le code]

En 2012, la Ligue majeure de soccer représente la plus haute hiérarchie du soccer masculin aux États-Unis. Le deuxième niveau est la North American Soccer League (une nouvelle ligue ayant repris le nom), le troisième niveau celui de l'USL Pro[3].

Évolution de la hiérarchie des championnats nationaux de soccer masculin
De À Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV
1968 1984 North American Soccer League
1985 1989 Pas de championnat national
1990 1994 American Professional Soccer League
1995 A-League USISL Pro League
1996 Major League Soccer A-League USISL Select League (en) USISL Pro League
1997 1998 USISL A-League
1999 2002 USL A-League USL D3 Pro League Premier Development League
2003 2004 USL Pro Soccer League Premier Development League / National Premier Soccer League
2005 2009 Première division USL Seconde division USL
2010 Division 2 USSF
depuis 2011 North American Soccer League USL Pro

North American Soccer League (2009)

Histoire du soccer féminin aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, c'est le sport scolaire et les universités qui rendent possible le dynamisme du football féminin. L'adoption le 23 juin 1972 du Title IX permettant de financer le sport féminin scolaire et universitaire américain est déterminant[4]. Le football féminin en profite pleinement même si la pratique à haut niveau se limite seulement à quelques universités américaines: North Carolina Tar Heels au premier chef. Disposant d'une base de joueuses considérable de plusieurs millions de pratiquantes (plus que toutes les nations de l'UEFA réunies), on voit émerger une équipe nationale américaine de premier plan qui remporte deux Coupes du monde en 1991 et 1999, trois médailles d'or et une d'argent lors des quatre tournois olympiques (1996-2008). Contrairement à sa version masculine, le tournoi olympique féminin met en présence les meilleures formations, sans conditions d'âge et s'impose dès sa première édition en 1996 comme l'un des rendez-vous majeurs du calendrier.

Contrairement à la plupart des nations de football, la croissance du football féminin aux États-Unis a contribué à accroître l'intérêt global pour le soccer aux États-Unis. Les Coupes du monde féminine de la FIFA ont eu lieu en 1999 et 2003 aux États-Unis, et l'équipe nationale féminine a émergé comme l'une des meilleures équipes nationales dans le monde. Elles sont en 2010-2011 classées premières dans le classement mondial féminin de la FIFA , et ont remporté deux des cinq Coupes du Monde Féminine de la FIFA (en 1991 et 1999) tenues à ce jour. Elles ont également remporté des médailles d'or dans trois des quatre tournois olympiques de football féminin tenues à ce jour (1996, 2004, 2008). La foule de plus de 90 000 supporteurs au Rose Bowl Stadium pour la Coupe du Monde féminine de la FIFA 1999 reste historiquement la plus grande foule dans le monde pour assister à un événement sportif féminin.

Le plus haut niveau de soccer féminin aux États-Unis, c’est la Women's Professional Soccer (WPS), dans lequel participent six équipes professionnelles. La ligue connait malheureusement une instabilité commerciale dans ses trois premières saisons (fermeture de 3 de ses équipes pour des motifs financiers) un litige juridique avec Dan Borislow, le propriétaire du magicJack[5]. Le 30 janvier 2012, la Women's Professional Soccer annonce la suspension de ses activités pour la saison 2012[6]. Au deuxième niveau de la pyramide féminine, il existe 3 championnats différents : ainsi coexistent le championnat de la W-League, ligue semi-professionnelle qui regroupe 30 clubs ( dont 8 clubs canadiens), le championnat de la Women's Premier Soccer League (WPSL) qui regroupe 75 clubs amateurs américains, puis la Women's League Soccer, une nouvelle ligue professionnelle créée en 2010 avec 6 équipes du Midwest . Après la suspension des activités de la Women's Professional Soccer, la Women's Premier Soccer League (WPSL) crée une ligue supplémentaire la WPSL Elite League[7]. Cette Ligue regroupe pour la saison 2012 des clubs de l'ancienne Women's Professional Soccer avec quelques-uns des meilleurs clubs de la WPSL[8].

Contrairement au soccer masculin américain, le soccer féminin doit sa croissance au soccer universitaire. En conséquence, des programmes de soccer pour les femmes sont en place dans des dizaines de collèges et d'universités à travers la NCAA: Trois divisions composent la compétition féminine[9]. Ces Championnats scolairees n'ont cessé de croître en taille, culminant actuellement 64 équipes en Division 1[10]. Ces équipes de haut niveau sont devenues un conduit principal de talent pour les ligues Women's Professional Soccer, W-League et Women's Premier Soccer League.

Sous ces niveaux supérieurs, compétitionnent de nombreuses ligues régionales bien organisés localement. La croissance du nombre de jeunes filles participant à des équipes de soccer amateur atteint le 2,7 millions de participantes en 2000[11]. Cela rend le soccer, le sport le plus joué parmi les femmes et les filles aux États-Unis.

Hiérarchie des championnats féminins[modifier | modifier le code]

De 2009 à 2011, la Women's Professional Soccer (WPS) représente la plus haut niveau dans la hiérarchie du soccer féminin aux États-Unis. Le deuxième niveau est représenté par les championnats de la W-League, de la Women's Premier Soccer League et de la Women's League Soccer. Il n'y a pas de système de promotion et de relégation des équipes entre les ligues inférieures et la ligue supérieure. Cependant les joueuses ont la possibilité de graduer dans une ligue de niveau supérieur ou le cas contraire d'être reléguées dans une ligue au calibre de jeu inférieur.

En janvier 2012, la WPS interrompt ses activités en prévision de la saison 2012 par manque de clubs participants et par une poursuite judiciaire avec Dan Borislow (le propriétaire du magicJack), mais un retour est prévu pour 2013[12]. Le 18 mai 2012, la WPS annonce qu'elle met définitivement fin a son existence et qu'elle ne reviendra pas en activité pour la saison 2013[13]. Devant cette situation, la W-League (par le biais de ses équipes locales) met sous contrat, pour la saison 2012, de nombreuses joueuses anciennes professionnelles de la WPS[14]. Pour sa part, l'autre ligue de deuxième niveau, la Women's Premier Soccer League crée une nouvelle ligue, la WPSL Elite League.

Évolution de la hiérarchie des championnats de football féminin
De À Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V
1995 2000 Aucune ligue féminine professionnelle United States Interregional Women's League (fondée en 1995)
et Women's Premier Soccer League (fondée en 1997)
NCAA Première Division NCAA Deuxième et Troisième Division,Pacific Coast Soccer League
2001 2003 Women's United Soccer Association W-League
et Women's Premier Soccer League
NCAA Première Division, NCAA Deuxième et Troisième Division, Pacific Coast Soccer League,
2004 2008 Aucune ligue féminine professionnelle W-League
et Women's Premier Soccer League
NCAA Première Division. NCAA Deuxième et Troisième Division et Pacific Coast Soccer League Super League-20 ( filles U18, U19 et U20), Super Y-League (filles U-13, U-14, U-15, U-16 et U-17) mises en place en 2006
2009 2011 Women's Professional Soccer W-League,
Women's Premier Soccer League
et Women's League Soccer (fondé en 2010)
NCAA Première Division, NCAA Deuxième et Troisième Division, et Pacific Coast Soccer League, Super League-20 et Super Y-League
2012 W-League
et WPSL Elite League
Women's Premier Soccer League
et Women's League Soccer
NCAA Première Division, NCAA Deuxième et Troisième Division, et Pacific Coast Soccer League, Super League-20 et Super Y-League

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Paul Dietschy, « La passion du football », L'Histoire, no 353,‎ mai 2010, p. 16-17 (ISSN 0182-2411)
  2. Les pays les plus fous de foot
  3. « L'Impact expliqué aux Européens », sur impactsoccer.com (consulté le 8 février 2010)
  4. (en) « Achieving Success Under Title IX » sur le site du gouvernement américain. Consulté le 4 avril 2008
  5. Jenna Pel, « WPS Imposes Punishment on magicJack with Point Deduction, Loss of Draft Picks »,‎ 12 mai 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  6. Women's Professional Soccer, « WPS Suspends Play for 2012 Season »,‎ 30 janvier 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  7. Equalizer Soccer, « WPSL Elite League launches for 2012 with Flash, Breakers, Red Stars, FC Indiana »,‎ 9 février 2012 (consulté le 5 mai 2012)/
  8. Soccer Nation, « Women's Soccer News: WPSL Chicago Red Stars and FC Indiana to Join WPS Boston Breakers and Western New York Flash in Elite League »,‎ 9 février 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  9. NCAA, « Women's Soccer » (consulté le 5 mai 2012)
  10. NCAA, « Division 1 » (consulté le 5 mai 2012)
  11. Dave Litterer, « Women's Soccer History in the USA: An Overview » (consulté le 5 mai 2012)
  12. « WPS Suspends Play for 2012 Season », sur womensprosoccer.com,‎ 30 janvier 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  13. « Women's Professional Soccer ceases operation », sur CBCsport,‎ 18 mai 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  14. W-League, « U.S. Stars Eager for W-League Season »,‎ 27 avril 2012 (consulté le 3 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]