Sobelair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sobelair

Logo de cette compagnie
upright=Un Boeing 767-300 de la Sobelair à l'aéroport de Bruxelles.
AITA OACI Indicatif d'appel
Q7, OO, S3 SLR SOBELAIR
Repères historiques
Date de création
Date de disparition
Généralités
Basée à Aéroport de Bruxelles
Siège social Bruxelles
Société sœur Sabena

La Sobelair, (code OACI : SLR) était une compagnie aérienne charter belge, filiale de la Sabena. Elle fit faillite en janvier 2004.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Sobelair fut fondée le , elle fut déclarée en faillite le , soit un peu moins de 3 ans après sa consœur, la Sabena.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

À la base, la Sobelair s'appelait Société d’Étude et de Transports Aériens abréviée « SETA ».

Le nom Sobelair signifiait Société Belge de Transports par Air

Destinations[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

Un Sud Aviation Caravelle de la sobelair. La peinture était la même que celle de la Sabena, avec le fameux « S majestueux » sur la queue de l'appareil.
Un Boeing 767 de la Sobelair.
Un Boeing 737-229 de la compagnie.

Le long de ses soixante années d'existance, la Sobelair opéra différents types d'avions dont voici une liste exhaustive[1]:

Appareil Date d'introduction Date de retrait Nombre d'appareils
Airbus A300
1993
1999
Boeing 707
Boeing 720
Boeing 727
Boeing 737-200
1978
1997
Boeing 737-300
1987
2004
3
Boeing 737-400
1990
2004
4
Boeing 737-800
2002
2004
2
Boeing 767-300
1994
2004
5
Cessna 310
Douglas DC-3
Douglas DC-4
Douglas DC-6
Douglas DC-10
1986
1994
McDonnell Douglas MD-83
1994
1994
Sud Aviation Caravelle
Un Airbus A300 de la Sobelair

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le , un Boeing 707, immatriculé OO-SJA, soufra d'un incendie dans l'un de ses réacteurs juste après le décollage de l'aéroport de Bruxelles. L'appareil dut atterrir d'urgence à l'aéroport, mais les pilotes n'ayant pas eu le temps de lâcher du carburant en vol, l'avion était trop lourd et les pilotes décidèrent d’atterrir délibérément à côté de la piste afin de ne pas avoir trop peu de longueur de piste disponible s'il s'étaient posé dessus, vu le poids excessif du Boeing. Tous les 109 passagers ainsi que les 8 membres d'équipage survécurent[4].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • La couverture du de l'édition belge du journal Tintin, numéro 10, est illustrée d'un dessin monogrammé J.M., représentant un avion de cette compagnie vers lequel se dirige des enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]