Sniffin' Glue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sniffin' Glue (And Other Rock 'n' Roll Habits)
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Langue Anglais
Périodicité mensuel
Genre fanzine
Date de fondation 1976
Ville d’édition Londres

Propriétaire Mark Perry
Directeur de la rédaction Mark Perry

Sniffin' Glue (And Other Rock 'n' Roll Habits) est un fanzine anglais fondé par Mark Perry en juillet 1976. Pionnier de la culture punk[1], ce magazine n'a duré qu'une année environ.

Sens du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de « Sniffin' Glue » (littéralement « Sniffer de la colle ») est directement inspiré du titre d'une chanson de The Ramones, Now I Wanna Sniff Some Glue., publiée sur l'album éponyme[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien qu'initialement, 50 exemplaires seulement soient éditées, le succès du fanzine fait monter le nombre de copies à environ 15 000. C'est le premier fanzine à parler de la nouvelle scène punk londonienne avant même que les groupes n'aient sortis leurs premiers disques. Le succès du fanzine est tel que Paul Weller, rendu furieux par une chronique défavorable à son groupe, brûlera le numéro de Sniffin' Glue incriminé sur la scène du Marquee, lors d'un concert des Jam[3] ! Craignant de se faire absorber par la presse musicale principale, Perry cesse la publication un an après le lancement de son fanzine. Néanmoins, dans son dernier numéro, Mark Perry pousse ses lecteurs à suivre sa voie en créant leurs propres fanzines punks.

À l'époque, NME considère Sniffin' Glue comme « le morceau de presse le plus déplaisant, le plus en bonne santé et le plus bizarre dans l'histoire des habitudes du rock-and-roll »[4].

La dernière édition a été accompagnée d'un disque flexi d'Alternative TV, le groupe de Perry.

Le fanzine est devenu la véritable chronique des premiers jours du punk britannique[5] aussi bien qu'un pionnier de l'éthique punk du Do it yourself.

En 2000, Mark Perry publie Sniffin' Glue: The Essential Punk Accessory, un recueil de tous les numéros du fanzine agrémenté de nouveaux articles écrits par ses soins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Nickas, A Brief History of the Audience / Une brève histoire du public, p.72, « un des premiers fanzines punk en Angleterre »
  2. (en) « SNIFFIN' GLUE - THE ESSENTIAL PUNK ACCESSORY (SANCTUARY PRESS) », the iJamming! book review, sur IJamming! (consulté le 12/01/2008) : « So when Mark Perry, a teenage music fan toiling as a bank clerk in south east London, fell in love with the Ramones and then saw that they were being slammed in the music press for all the reasons he thought made them so great, he started a fanzine to redress the balance, naming it after the Ramones song 'Now I Wanna Sniff Some Glue'. »
  3. Pierre Mikaïloff: "Dictionnaire raisonné du punk" Édition Scali, 2007
  4. « the nastiest, healthiest and funniest piece of press in the history of rock'n'roll habits »
  5. « Eddie and the hot rods », sur Au temps en emporte le rock (consulté le 12/01/2008) : « dans la bible Punk de l’époque ‘Sniffin’ Glue’. »

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sniffin' Glue: The Essential Punk Accessory par Mark Perry, éditions Sanctuary Publishing Ltd, le 4 mai 2000, (ISBN 978-1860742750 et 1860742750)