Snakefinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philip Charles Lithman (17 juin 1949 - 1er juillet 1987), qui a joué sous le nom de Snakefinger, était un musicien anglais, un chanteur et compositeur. Multi-instrumentaliste, il était surtout connu pour son travail de guitariste et ses collaborations avec The Residents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philip Charles Lithman est né à Tooting, dans le sud de Londres, où il fait ses premières armes en jouant du blues-rock dans les pubs au début des années 1970.

Il s'installe à San Francisco en 1978 après un passage de deux ans par Los Angeles[1] . Dès lors, il collabore activement avec les Residents, avec lesquels il avait déjà travaillé dès 1971 et qui seraient les auteurs de son pseudonyme, "Snakefinger", inspiré par une photographie -un peu floue- où la forme de ses doigts évoque un serpent[2]. Une autre version assure que ce nom lui a été donné par les membres de Tuxedomoon lors d'un solo de guitare particulièrement frénétique[3].

Quoi qu'il en soit, la collaboration discographique en son nom entre Snakefinger et les Residents débute en 1978 avec le 45 tours "The spot", morceau où le groupe assure la partie instrumentale, la face B ("Smelly Tongues") ainsi que la production via Ralph Records, pressant 35 000 exemplaires sur vinyle bleu translucide.

Suivront deux LP solo majeurs réalisés avec la complicité des Residents et d'autres membres de l'écurie Raph : "Chewing Hides the Sound" (1979), où figure une remarquable reprise de "The Model" de Kraftwerk et "Greener Postures" (1980).

Tout en continuant à intervenir à la guitare sur nombre d'albums des Residents (dont "The Commercial Album" en 1980 et "The Tunes of Two Cities" en 1982), Snakefinger poursuit sa carrière solo et ses tournées documentées par des albums dont l' étonnant "Snakefinger's History of the Blues Live in Europe" (1984) qui renoue avec sa jeunesse londonienne. Il accompagne également les Residents dans leurs déplacements, comme en attestent "13TH Anniversary Show Live in Tokyo" (1985) ou le "Live in Holland" enregistré au Paradiso le 25 octobre 1986.

En tournée pour la promotion de son album "Night of Desirable Objects", il donne son dernier concert à Rome, place du Peuple, le 27 juin 1987 et décède d'une crise cardiaque le 1er juillet 1987 à Linz (Autriche) où il devait se produire le lendemain au Posthof Club. Par une cruelle ironie du sort, le même 1er juillet 1987 sortait son single, "There's No Justice in Life".

Il est passé deux fois en concert à Paris: en 1981 dans une soirée "Rock in Loft" et en 1983 dans la discothèque 120 Nuits

Discographie[modifier | modifier le code]

Chilli Willi and the Red Hot Peppers[modifier | modifier le code]

  • Kings of the Robot Rhythm (Revelation LP, 1972)
  • Bongos over Balham (Mooncrest LP, 1974)
  • I'll Be Home (rarities compilation) (Proper Records CD, 1996)

Snakefinger[modifier | modifier le code]

Apparitions sur les albums des Residents[modifier | modifier le code]

Apparitions sur les albums du Club Foot Orchestra[modifier | modifier le code]

  • Wild Beasts (Ralph LP, 1986)

Compilation[modifier | modifier le code]

  • Savoy Sound — Wave Goodbye (CD Presents, 1981)
  • "Potatoes: A Collection Of Folk Songs by Ralph Records" (Ralph Records, 1987)
    • morceau: 'The Ballad Of Sawney Beane/Sawney's Death Dance' by Snakefinger&His Midi-Evil Vestal Virgins
  • "Beets" (Tec Tones, 1990)
    • morceau: 'Reptology'

Collaborations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. livret du CD "Snakefinger 1949-1987", UWEB 008
  2. "Uncle Willie's highly opinionated guide to the Residents", The Cryptic Corporation, San Francisco, 1993, p.20
  3. Livret du CD "Snakefinger - A collection", TORSO CD 415, 1988