Slobodan Despot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Slobodan Despot

Description de cette image, également commentée ci-après

Slobodan Despot lors du lancement des éditions Xenia au Salon du livre de Genève 2006

Naissance 24 juillet 1967 (47 ans)
Nationalité Serbie Serbie et Drapeau de la Suisse Suisse
Profession Editeur
Écrivain
Essayiste

Slobodan Despot est un éditeur et écrivain suisse d'origine serbe né le 24 juillet 1967 à Sremska Mitrovica (Voïvodine, ex-Yougoslavie, actuellement Serbie). Il est le cofondateur et le directeur des éditions Xenia à Sion.

Biographie[modifier | modifier le code]

Slobodan Despot est le premier enfant d'une union mixte serbo-bosnienne. Sa famille paternelle, originaire de la Krajina (Croatie actuelle), en proie aux persécutions oustachies, avait trouvé refuge durant la IIe Guerre mondiale à Sremska Mitrovica en Voïvodine. Sa famille maternelle, originaire de Bosnie occidentale, s'y est elle-même retrouvée après la guerre. En 1973, ses parents s'installent en Suisse. Dès l’enfance, Slobodan Despot manifeste un talent aigu pour les langues et une fascination pour l'histoire ancienne, inspirée peut-être par son lieu de naissance (Sirmium, capitale temporaire de l'Empire romain). Après des études secondaires au collège de l'Abbaye de St-Maurice, il entamera des études de lettres à l'Université de Lausanne. Il les abandonnera en cours de route pour se consacrer entièrement à la traduction et à l’édition.

Son ex-épouse (dont il a divorcé en 2011), Fabienne Despot, est présidente du parti de droite UDC dans le canton de Vaud depuis décembre 2013.

Traducteur[modifier | modifier le code]

En 1989, Vladimir Dimitrijević, le directeur des éditions L'Âge d'Homme, lui propose de traduire Le Temps du Mal, une vaste trilogie romanesque de l'écrivain serbe Dobrica Ćosić. Il еntamera dès lors une série de traductions pour les éditions L’Âge d’Homme. Il puisera essentiellement dans le domaine serbo-croate (Ćosić, Crnjanski, Kapor), mais également, à l’occasion, dans les domaines anglo-saxon, italien et russe. Il a notamment traduit l’essai marquant d’Alexandre Zinoviev La Grande Rupture. Ami et confident du grand opposant soviétique, il restera marqué par sa philosophie indépendante et lucide. Sa traduction du Lamento pour Belgrade, long poème élégiaque de Miloš Crnjanski, lui vaudra la plus haute distinction yougoslave pour la traduction poétique.

Éditeur[modifier | modifier le code]

Slobodan Despot travaillera plus de quinze ans pour L’Âge d’Homme. Il y organise très tôt un atelier de PAO, crée une collection puis se consacre à la supervision du domaine étranger. Dans les années 1990, il fonde avec Vladimir Dimitrijević l’Institut serbe de Lausanne dont il dirigera la revue, Raison garder. Répondant à la propagande massive liée à l’implication occidentale dans la guerre civile yougoslave, Raison garder constituera pendant plusieurs années l’une des seules sources d’informations dissonnantes sur le sujet en langue française. En 2002-2003, à la suite de l’accident dont est victime le directeur de L’Âge d’Homme, il assurera brièvement l’exécutif de l’entreprise. Il quitte L’Âge d’Homme en 2004 et fonde les éditions Xenia en 2005 avec Claude Laporte. Actives depuis le printemps 2006, les éditions Xenia ont pour devise Osez lire ce que nous osons éditer et se consacrent à découvrir et promouvoir les «chaînons manquants» de l’édition francophone. Défenseur inconditionnel de la liberté d’expression, Despot y publiera notamment en exclusivité mondiale les écrits complets, en édition originale anglaise et en traduction française, de Theodore J. Kaczynski, alias Unabomber, le penseur anti-industriel radical, premier éco-terroriste et « ennemi public no 1 » aux États-Unis. Les éditions Xenia proposeront également des témoignages sur des situations humaines extrêmes: boat-people, suicide, terrorisme, ainsi que des enquêtes de fond sur des sujets délicats tels que les dessous géopolitiques du terrorisme ou le business de la peur créé par l’industrie pharmaceutique.

Journaliste[modifier | modifier le code]

Ayant dirigé durant ses études une revue d’étudiants, Ergo, Slobodan Despot s’est passionné pour le journalisme polémique. Parallèlement à son travail d’éditeur, il contribuera à nombre de magazines et revues, en Suisse, en France et en Serbie. En 2004-2005, il est porte-parole de l'écologiste suisse Franz Weber au sein de la Fondation qu'il a créée, à Clarens, et rédacteur du Journal Franz Weber, auquel il continuera à contribuer occasionnellement. Depuis 2007, il est chroniqueur régulier au Nouvelliste valaisan.

Auteur[modifier | modifier le code]

Privilégiant la forme brève et incisive, Slobodan Despot publie de nombreux billets et essais brefs dans divers titres et supports, qu’il rassemble périodiquement en volume (Balles perdues, Despotica). De ses marches et méditations alpines, il tire en 2009 un ouvrage d’itinéraires spirituels, Valais mystique, qui reçoit un accueil chaleureux. Jean Raspail, en particulier, le salue d’une lettre enthousiaste qui figurera en préface de la deuxième édition[1]. Ami de longue date de l’homme politique, poète et écrivain suisse Oskar Freysinger, il lui a consacré, aux éditions Favre, une biographie personnelle et décontractée, comportant entre autres une confrontation de vues sur la question de l’islam.

Il est coauteur d'une réfutation du livre de Paul Garde, Vie et mort de la Yougoslavie, paru en 1992[2].

En 2014, la collection Blanche de Gallimard accueille son premier roman, Le miel.

Photographe[modifier | modifier le code]

Depuis l'âge de 16 ans, Slobodan Despot tient un journal photographique, qu'il appelle sa photobiographie. D'abord constitué de films noir-blanc, ce journal est numérique depuis 2005. Au fil de son travail d'éditeur, Slobodan Despot a photographié de nombreux auteurs, en particulier Georges Haldas, dont il a illustré avec ses photographies la Légende de Genève[3]. Ses Douze portraits de Georges Haldas font partie des collections du Musée Voltaire, à Genève. Pour son ouvrage Valais mystique, il a réalisé une importante collection de photographies du Valais. En 2010, il a publié i-mages, recueil de photographies tirées d’un iPhone et retouchées avec des applications mobiles, qu'Oskar Freysinger a assorties d'épigrammes.

Idées[modifier | modifier le code]

Au travers de son activité d’éditeur, mais également de son blog et de ses interventions médiatiques, Slobodan Despot défend une conception de l’homme et de la société fondée à la fois sur l’enracinement et l’autonomie des individus et des communautés. Adversaire de tout conformisme, il est l’un des rares à combattre le politiquement correct de tous bords, de gauche comme de droite. Chrétien, baptisé orthodoxe à 21 ans, il n’adhère à aucun parti politique mais se déclare proche des idées libertariennes et sceptique vis-à-vis du capitalisme globalisé et du développement industriel. Il souligne fréquemment l’influence sur ses propres idées de certains auteurs qu’il a traduits ou publiés, comme Karl Hess, Éric Werner, C. S. Lewis ou Alexandre Zinoviev. Dans la préface qu’il a consacrée à son livre Despotica, le sociologue Michel Maffesoli définit ainsi l’inspiration essentielle qui, selon lui, guide l’auteur : « L’enracinement devient dynamique. Retour d’un ordre concret. C’est-à-dire d’un ordre social croissant avec l’ordre naturel: celui des territoires réels ou symboliques tenant lieu de véritables "fondations" »[4].

Publications personnelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Je ne me souviens pas d’avoir lu un ouvrage contemporain d’une telle force et d’une telle hauteur de conviction», Jean Raspail, préface à Valais mystique (2e éd.), Xenia 2010.
  2. Slobodan Despot, Pavie Ivic, Nikola Samardzic, Anne Yelen et Pierre Maurer, De l'imprécision à la falsification : Analyses de Vie et mort de la Yougoslavie de Paul Garde aux éditions L'Âge d'Homme / Institut serbe de Lausanne, 18 novembre 1992, (ISBN 2-82510355-1).
  3. Éditions L'Âge d'Homme, 1996.
  4. Michel Maffesoli, « Racines », préface à Despotica. Modes d’emploi, Éditions Xenia 2010.
  5. http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Blanche/Le-miel

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :