Sling Blade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sling Blade

Titre québécois La Justice au cœur
Titre original Sling Blade
Réalisation Billy Bob Thornton
Scénario Billy Bob Thornton
Acteurs principaux

Billy Bob Thornton

Sociétés de production Shooting Gallery
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Sortie 1996
Durée 135 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sling Blade ou La Justice au cœur au Québec (Sling Blade) est un film dramatique indépendant écrit et réalisé par Billy Bob Thornton, sorti en 1996.

Il raconte sur un ton tragi-comique l’histoire d’un demeuré léger nommé Karl dans l’Amérique profonde et son succès révéla son auteur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Durant son enfance, Karl a été maltraité par ses parents, deux fanatiques religieux qui l'ont même obligé à se débarrasser du corps de son petit frère. À douze ans, surprenant sa mère et son amant, il les tue avec une faucille. Il est alors envoyé dans un asile, en compagnie de psychopathes comme Charles Bushman qui lui racontent en détail leurs atrocités.

Il est libéré vingt cinq ans plus tard et retourne à Millsburg, le directeur de l'asile, Jerry Woolridge, lui ayant trouvé un emploi dans l'atelier de Bill Cox. Il s'intègre dans la communauté par sa discrétion et son talent de mécanicien, et se lie d'amitié avec Frank Wheatley, jeune homme dont la mère, Linda, travaille dans la supérette de Vaughan Cunningham, homosexuel ayant fui la réprobation familiale.

Franck accueil Karl chez lui, qui se sent à l'aise dans cette nouvelle famille, malgré la méchanceté du beau-père de Franck, Doyle Hargraves, d'autant que son propre père, qui vit désormais en ermite, continue de le renier. Il tente même une aventure sentimentale avec Melinda, une camarade de Linda.

Mais Doyle, alcoolique frustré et violent, arrache à Linda la promesse de l'épouser et brime Franck. Il désire en outre que Karl vide les lieux au plus vite, ce que ce dernier ne peut supporter : partir et laisser ses amis aux mains de cet ignoble individu. Il exécute froidement Doyle avec une lame de tondeuse et retourne à l'asile pour le restant de ses jours, l'âme en paix, ayant confié sa « famille » aux mains de Vaugham.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • "Sling Blade" est une expression anglaise portant sur un outil agricole qui ferait effectivement une arme mortelle.
  • Le film, à l’atmosphère proche des « patelins paumés » de l’Amérique profonde a entièrement été tourné dans un village de ce type, proche de Malvern, la ville d’enfance de Thornton, Benton, en Arkansas, à une trentaine de kilomètres au sud de Little Rock.
  • Billy Bob Thornton présenta au Festival de Sundance, en 1994, le court métrage Some Folks Call It a Sling Blade réalisé par George Hickenlooper, correspondant à la première demi-heure de Sling Blade, écrit par lui-même, dans le but d’attirer des investisseurs pour un long métrage en projet. Thornton obtint satisfaction mais refusa, comme il était prévu, à Hickenlooper de réaliser le film et le fit lui-même, ce qui vexa profondément le jeune réalisateur.
  • Le film permit à la société Miramax de se refaire de l’échec de Shine, dont ils n’avaient pu obtenir les droits. Harvey Weinstein acheta en effet le film pour dix millions de dollars, inédit pour un film indépendant à l’époque, coiffant sur le poteau ses rivaux et entraînant la frénésie financière pour les films indépendants de la fin des années 1990.
  • Billy Bob Thornton avait quarante et un ans quand le succès de Sling Blade le surprit, après bien des années à bouffer de la vache enragée. Mais fier de son talent il entra souvent en conflit avec l’aînée des Weinstein, et c’est sur lui que se basa la campagne de pub de Miramax, en tant que réalisateur prodige, et après quelques semaines médiocres et la cérémonie des Oscars (et aussi par un intéressement des tabloïds aux relations sulfureuses de Billy Bob Thornton avec sa femme Pietra) la fréquentation du film décolla et rapporta 24 400 000 de dollars aux États-Unis.

Parodies[modifier | modifier le code]

  • Durant leur troisième saison, Mad TV a produit une parodie autorisée : Sling Blade 2 : Judgment Day (parodiant de même Terminator 2). Ils ont réitéré pendant leur cinquième saison avec une deuxième parodie, Blades, mélangeant Blade et Sling Blade, où Karl est un chasseur de vampire en Amérique profonde.
  • Dans l'épisode Servietsky de South Park, Eric Cartman prononce quelques répliques du film, avec l’accent typique en se rapportant à la mère de Stan (« vous ne devriez pas faire cela, c'est juste un petit garçon »).
  • Dans le film Des hommes d'influence de Barry Levinson, le personnage de Woody Harrelson caricature un personnage ressemblant à Karl.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]